undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Acheter Fire

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 24 décembre 2013
Amazon.fr me propose ce disque dans une réédition "vinyl replica" au prix de 5 euros parce que j'ai fait l'acquisition des deux albums des Variations parus dans cette collection ('Nador' et 'Take It Or Leave It'). D'où cette chronique vite expédiée.

Starshoot' n'a bien entendu rien à voir avec les Variations, sinon la même maison de disques, Pathé.

Ce groupe de lyonnais a réussi comme jamais avant lui l'alliance de la vivacité punk et de la qualité d'écriture "chanson française" (1), avec ce qu'il faut de pop adolescente dans l'équation, cf. entre autres le totalement inoxydable 'Betsy Party'. Une reprise de Gainsbourg, très bien menée, ajoute à un répertoire solide : 'Quelle Crise, Baby', '35 Tonnes', 'A Toute Bombe'... Répertoire généralement très bien défendu en public, qui plus est !

Avec 'Get Baque', le groupe se faisait méchant avec ses prédécesseurs jugés envahissants, comme le voulait le mot d'ordre de sa génération.

Manœuvre allait fameusement couper les ailes à Starshooter en descendant le deuxième LP, à côté duquel il est passé totalement à côté.

**** et 1/2

(1) une rareté dans le paysage rock français de l'époque et de celle qui a suivi immédiatement, si l'on met de côté Bijou ("plus mûrs") et quelques couplets de Trust ("plus polémiques")...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Punk et français ? Soyons clairs, avant 1978, ça n'existait pas. Et puis il y eu la vague, largement influencée par le déferlement de l'autre côté du Channel, avec ses Asphalt Jungle, Olivensteins, Métal Urbain... Et Starshooter, bien-sûr, ces petits lyonnais qui, formés au milieu des 70s sous le nom de Scooters (voir la reprise du Sweet Jane du Velvet Underground sur la mythique compilation Les Plus Grands Succès du Punk), allaient bientôt débouler sur les scènes et dans les bacs d'un hexagone qui ne s'attendait pas à ça.
Comme tout groupe de punk qui se respecte, la fondation de la carrière discographique de Starshooter s'établit sur un scandale quand, seulement une petite semaine après sa sortie, leur irrévérencieuse adaptation du Get Back des Beatles fut retiré de la vente par leur label, EMI, soucieux de ne pas froisser un des plus gros vendeurs de leur catalogue. La suite ? Un premier album accueilli comme un grand coup de frais dans une scène rock française aussi embryonnaire que sclérosée, un bon album de punk rock tout sauf original mais bien fichu ET dans la langue de Molière qui recueille l'assentiment de foules avides de soubresauts électriques excités.
Parce qu'il y a à faire dans le domaine sur ce premier long-jeu plein de fun et d'allant en particulier sur le tube, Betsy Party, accrocheur et entrainant qui ira jusqu'à se loger en tête des charts d'Europe N°1 comme on disait encore alors. En vérité, la recette est tout sauf étonnante, du bon rock'n'roll speedé et énervé par quelques jeune pousses qui jouent de leur instrument sans particulière virtuosité mais avec un enthousiasme absolument communicatif qui glisse même ponctuellement vers le rockabilly (Collector) ou un classicisme rock'n'rollesque bienvenu (Betsy Party, Inoxydable, Touche-la) et va même jusqu'à rentre hommage à un "grand frère", Serge Gainsbourg, dans une version délicieusement punkifiée de son Poinçonneur des Lilas. Le tout, 33 minutes de colère post-adolescente souvent rigolarde, nous sommes loin des contestations sociales d'un Clash ou d'un Crass, auxquels la réédition vinyl replica rajoute 3 titres (dont le fameux Get Baque), demeure, plus de 35 ans après sa sortie, une sacrée référence en matière d'électricité made in France.
Starshooter, sous l'impulsion de sa paire de leaders (Kent, le chanteur dont chacun connaît le beau parcours solo dans la "nouvelle chanson française", et Jello, un guitariste plus fin qu'il n'y parut initialement), fera rapidement évoluer cette urgence sonique vers plus de raffinement et de pondération n'hésitant pas, dès Mode leur second opus, à inclure des influences new wave et disco (c'est d'époque !) à son cocktail furibard avant de se séparer en 1981 après une troisième œuvre, Pas Fatigué, ne portant pas exactement bien son nom tant on y sentait la fin du parcours du groupe. Reste cette déclaration d'intention originelle, une galette qu'on continue de recommander à tous et plus particulièrement à ceux qui souffrent du complexe du "c'est toujours mieux ailleurs" et se rendront compte que, dès 1978, la scène française avait bien réagi et, à la manière de sa voisine britannique, évacué les dinosaures à grands coups de riffs électrisants et de vocaux rageurs.

1. Quelle crise baby 2:01
2. Jennie 3:04
3. Betsy party 3:13
4. A toute bombe 1:36
5. Photos 3:13
6. En chantier 2:07
7. Collector 1:27
8. 35 tonnes 3:51
9. Accident 1:12
10. Inoxydable 2:09
11. Macho 2:45
12. Le poinçonneur des Lilas 2:49
13. Touche-la 3:45
Bonus
14. Get baque 2:35
15. Pin up blonde 2:17
16. Otage dollars 2:28

Kent Hutchinson - guitare et chant
Jello - guitare
Mickey Snack - basse
Phil Pressing - batterie
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2000
Dans la mouvance punk de l'époque, Starshooter nous pond un album aggressif à souhait en 13 morceaux courts bourrés d'énergie pure. Cette galette, ici enrichie de 'Get baque' censurée lors de sa sortie, fait partie des musts du rock Français d'alors.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2006
Grand souvenir que ce concert des Starshooter au Val-André un après-midi d'été il y a plus de 25 ans déjà : le podium de la radio périphérique organisateur de cette tournée des plages, Kent haranguant les badauds en vacances...

Un des rares groupes punk français à sortir du lot : efficacité des mélodies, hargne et humour, belles pochettes. Parfait jusqu'à ce sabordage qui leur a éviter le disque de trop.

A quand une réédition totale de leur discographie (avec le bonus "get baque") ? moi, c'est sûr,j'achète.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2000
Rigolos, Rapides et Forts; telles sont les morceaux que l'on trouve sur ce CD. La reference des groupes PUNK a la francaise....
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2013
Voilà le genre de groupe qui donne envie d'empoigner une guitare, un micro ou des baguettes!! De l'énergie brute, vivifiante, sans prétentions, mais redoutable d'efficacite! Une patate, non de dieu, qui fait grave plaisir. Vinyle perdu, bienvenue au vinyle-réplica! Avec en bonus le redoutable get baque, piteusement censure à l'epoque. Pays de m****. Ah, ça me repose de Johnny et autres rockers citadins. Banzai!!!!!!!!!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,81 €