undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

  • Pearl
  • Commentaires client

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles19
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pearl était le surnom de Janis Joplin, ça a été son dernier album studio. A son écoute, on ne peut pas ne pas se dire qu'on a loupé, avec sa mort, des moments d'anthologie. Tout sent l'inachevé, le meilleur était sans doute à venir. Sa voix puissante est totalement maîtrisée et son groupe, le Full Tilt Boogie, tient la route. Janis, dans Pearl, est tantôt rageuse, tantôt triste et tantôt pleine d'espoir, elle vous envoûte ! Elle-même n'aura pas pu profiter des retombées de cet opus, car en 1970, alors que Pearl n'était pas encore achevé, pendant les séances d'enregistrement et à l'âge de 27 ans, elle décède d'une overdose. Il se dégage donc de Pearl une grande émotion ressentie dans A Woman Left Lonely, Mercedes Benz, Move Over ou encore dans Me and Bobby McGhee. Janis Joplin était une grande dame de la musique, une icône du rock comme Morrison, Hendrix. Prêtez une oreille particulière à certains titres moins en vue que ceux cités ci-dessus comme Turtle Blues, Summertime ou Piece of my Heart, Half Moon, Get It while You Can, Trust me...Janis était à fond dans ses chansons, elle les vivait comme personne, se donnait comme personne. Elle était entière et excessive et en est morte. Personne n'était insensible à sa voix et à son charisme. Sur Pearl, il faut y rajouter une maturité réelle née sous Chip Treals, l'album qui précède et que je vous conseille. Pearl est un disque à avoir dans toute discothèque qui se veut de référence car c'était ça les sixties, et c'était ça Janis Joplin : de la fougue, de la rage, de l'énergie et des interprétations mythiques !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2010
Une vois d'écorchée vive qui flanque le frisson, une trajectoire de météorité, une sorte de Jim Morisson au féminin, un album essentiel qui, presque 40 ans après, fonctionne toujours. Mention spéciale pour "Mercedes Benz", chanté a capella.
Janis, une grande dame, partie trop vite!
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2009
Une frimousse malicieuse cachée derrière des lunettes rondes
des fringues de hippie qui lui vont à ravir
Une voix qui vous déchire le coeur et vous hante à jamais
Une puissance vocale sans égal qui jamais ne se départit de musicalité
Une sensibilité d'écorchée vive
Une artiste totale comme il n'en existe que très peu, et qui va, dans les dernières années de sa courte vie, trouver l'accomplissement musical qu'elle méritait et le laisser en héritage notamment grace à Kozmic blues et à ce dernier album, emprunt de sérénité et de pleinitude ("me and bobby Mc Gee", "take it while you can", "cry baby", tous les titres.....)
Ecoutez "move over". Un rock de légende gravé pour l'éternité : "Pourquoi tu ne te tires pas si tu ne sais pas ce que tu veux"
Elle chante sa propre vie.
C'est la femme enfant, intelligente et malheureuse. Révoltée et ambitieuse.
Son groupe est le meilleur qu'elle ait jamais eu. La fusion entre elle et eux est absolue. Ici se combine la maîtrise de grands professionnels, qui ont su capturer l'émotion, et la magie des compositions interprétées par la plus grande chanteuse de tous les temps.
Elle adorait Otis Redding
Elle est son égal
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2002
Le dernier album de Janis. Le plus beau malgré un goût d'inachevé. Pour la première fois, elle maîtrise l'incroyable puissance de sa voix et le groupe qui l'accompagne est (presque) à son niveau. L'orientation Country folk des compositions lui permet enfin d'exploiter une palette d'émotions à la hauteur de son hyper-sensibilité. Tour à tour rageuse, triste et pleine d'espoir, Janis nous laisse un testament inestimable : cet enregistrement où sa voix et son charisme font des miracles.
Merci Pearl.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
3 Octobre 1970. Janis vient de terminer l’enregistrement des parties vocales de « Me and Bobby McGee », puis elle écoute la partie instrumentale d’un autre titre « Buried alive in the blues » que son groupe vient aussi de terminer. Elle trouve ce morceau génial, promet de se surpasser le lendemain pour le chanter, quitte le studio, monte dans sa Porsche fushia peinturlurée. On la retrouvera le lendemain morte (overdose) dans son appartement. Deux semaines pile après Jimi Hendrix, y’a des débuts d’automne meurtriers … Paraît-il qu’alors qu’elle commençait à se ranger des vélos, elle s’était entichée depuis quelques temps, en éternelle croqueuse de mecs au cœur d’artichaut, d’un play-boy dealer qui lui aurait refilé la dose mortelle d’héro …
Ce disque sur lequel Janis Joplin travaillait sortira quelques mois plus tard. Il s’appellera « Pearl », le surnom de Janis. Et sera son plus grand succès. Bon, les morts vendent bien, on le sait, c’est un marché très porteur, le disque posthume. Et qui souvent n’arrive pas à la cheville des autres, ceux réalisés du vivant de l’artiste (voir le cas d’école Hendrix). Sauf que pour Joplin, « Pearl » est son meilleur disque. D’assez loin. Pour au moins deux raisons.
Janis n’a jamais aussi bien chanté, ses concerts de l’été 70 sont des triomphes. Elle se défonce (un peu) moins, son entourage artistique essaye de veiller sur elle, et du coup elle a retrouvé cette voix de feu et de sang qui a fait d’elle la reine de Frisco puis du peuple hippy.
Et puis, pour la première fois de sa carrière, Janis Joplin a un backing band qui assure, qui surclasse totalement les bourrins limités (pléonasme) de Big Brother, ou le dilettantisme défoncé du Kozmic Blues Band.
Le groupe qui accompagne maintenant Janis répond au nom de code Full Tilt Boogie Band. Une bande d’anonymes, mais qui sous la conduite de Paul Rotchild (le producteur des Doors), joue précis, lourd et swinguant à la fois. Une formation resserrée (guitare, basse, batterie, claviers). Finies les stupides guitares fuzzy monolithiques de Big Brother, finis les maudits cuivres du Kozmic Blues Band, encore plus insupportables en live qu’en studio. Pour « Pearl », le jeu et l’enregistrement sont basiques, roots, près de l’os. Dès l’inaugural « Move over » la différence saute à la figure, ce rythmn’n’blues au tempo de plomb paraît tout aérien, et puis quand arrive le chant, affaire classée, chef-d’œuvre d’entrée …
Parce que Janis, quelle voix … Joplin, c’est pas la voix la plus technique du monde, genre diva blette à la Dion ou Streisand, ou Castafiore qui promène ses octaves à l’opéra. Janis, elle chante pas, elle parle avec ses tripes, il se dégage de sa voix un charisme et en même temps une animalité que personne avant ou après n’a jamais approché (qui a dit Beth Hart, si encore t’avais dit Nicole Croisille, t’aurais eu l’air moins c** …). Janis, plutôt moche (pour être gentil), fringuée avec un mauvais goût bien texan, mettait tout le monde, et surtout les mecs à ses pieds dès qu’elle l’ouvrait, elle avait pas besoin d’être court-vêtue et de simuler des fellations de micro (Tina, si tu me lis …). Suffisait juste qu’elle se mette à chanter, même si ce verbe est bien trop limitatif en ce qui la concerne …
« Pearl » est un déluge vocal, mais pas une démonstration (bon, si, hormis la courte récréation a capella de « Mercedes Benz », titre amusant mais très anecdotique qui allez savoir pourquoi, deviendra emblématique de Joplin). Janis met son incroyable puissance de feu au service de tempos lents ou médium, des bases de soul ou de rythm’n’blues (la musique noire, la seule qui vaille quand on a une voix d’exception), qu’elle incendie de crescendos d’anthologie. Faut être clair, y’a rien à jeter de cette demi-heure. Mais en plus, il y a des sommets. « My baby » est juste énorme, faut avoir entendu ça une fois dans sa vie pour pas crever idiot. « A woman left lonely » on sent que cette chanson est tellement la sienne, tous ces types qui l’ont draguée juste pour la tirer un soir et pouvoir fanfaronner devant leurs potes le lendemain, que le terme de soul n’a jamais mieux portée son nom.
Presque tout dans « Pearl » est prévisible, mais personne n’attendait sur disque Janis à ce niveau et surtout accompagnée de la sorte. Cette bande d’inconnus joue avec une cohésion, une efficacité qui laisse pantois, ils semblent en osmose avec leur chanteuse (et pourtant ils n’enregistrent pas ensemble). Ecouter « Buried alive … », appréciez la machine de guerre, et imaginez ce que Janis en aurait fait. En fait le seul écart à la musique noire, c’est une chanson écrite par un de ses ex, l’auteur country Kris Kristofferson, « Me and Bobby McGee ». Jamais on n’aurait imaginé que la plouc music puisse atteindre une telle intensité émotionnelle.
Janis Joplin était totalement unique dans son rapport avec le chant et la musique. D’innombrables shouteuses, blanches ou noires, plus ou moins douées, essaieront de marcher sur ses traces. Seule à mon sens Amy Winehouse réussira, allant même, entre autres similitudes, jusqu’à mourir à 27 ans …
44 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pearl (Perle) était le surnom de Janis Joplin. Il faut croire que le rock était une huître trop néfaste pour qu'elle puisse s'y épanouir longtemps... Après la publication de KOZMIC BLUES (1969), elle se sépara du Kozmic Blues Band, prit des vacances afin de décrocher de l'héroïne et, suite à sa rencontre avec un groupe de jeunes musiciens canadiens qu'elle nomma le Full Tilt Boogie Band, c'est une Janis apparemment sereine qui entre en studio en septembre 1970 avec Paul Rothchild (le producteur des Doors), afin d'enregistrer de nouvelles chansons.
Cet album devait achever de faire de Janis LA star vocale des années 70 naissantes. Construits autour de sa voix, les morceaux s'articulent dans une sobriété plus proche de Broadway que de Woodstock et semblent faits pour lui ouvrir la porte des radios classiques. La folie de Big Brother est bien lointaine et Janis paraît ici plus mesurée (le country ME AND BOBBY MCGEE, reprise de son ex Kris Kristofferson), voire calculatrice (TRUST ME), ne délivrant que peu de rage au profit d'interprétations certes géniales (CRY BABY), mais souffrant du manque d'originalité et d'une monotonie généralisée (excepté le surprenant MERCEDES BENZ, exécuté a cappella). Mais le pire, c'est que Janis n'aura pas le temps de finir son PEARL, ni même de l'écouter : une poudre trop pure, vers laquelle elle se tourna une ultime fois pour apaiser sa profonde solitude, la tuera dans sa chambre d'hôtel le 4 octobre 1970.
Tops : CRY BABY, ME & BOBBY MCGEE, MERCEDES BENZ, MY BABY, GET IT WHILE YOU CAN, MOVE OVER
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il suffit de dire que Pearl figure en (très) bonne place de la discographique de Joplin pour rapidement comprendre sa place dans l'histoire du rock tout court. Chanté par la plus grande chanteuse de rock de tous les temps, cette pépite sonore a déchiré le paysage à travers des titres comme "Move Over" ou "Cry Baby" quand la rage ne laisse la place à de somptueux gospels tels que "Mercedes Benz". Pearl transpire les 60s dans tout ce qu'ils avaient de meilleurs à offrir musicalement. La fougue et l'énergie contenus dans cet album n'étant finalement qu'à l'image de sa génitrice et mythique interprète...
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 11 février 2009
Janis Joplin est une grande dame de la musique. C'est une icône du rock. Certes, il est évident, au même titre qu'Hendrix, que certains passage en live, sous influences de diverses substances illicites et sous couvert d'un psychédélisme pas toujours de bon goût, peuvent aujourd'hui rebuter nos esgourdes habituées au son numérique. Il est vrai que les musiciens des premiers enregistrements étaient un peu limités, et que les productions n'offrent pas un son "F.Misé" passe partout. Mais portez une écoute attentive sur « Turtles blues », « Piece of my heart », « Ball & chain », "Summertime", j'en passe et des meilleurs, et l'intégralité de «I Got Dem Ol' Kozmic Blues Again Mama » & "Pearl". Vous comprendrez alors que Janis ne se contentait pas de chanter, elle vivait ses chansons, elle se livrait entièrement ; cela transpire sur ses enregistrements. Personne ne l'aurait accusée de tricher ni de jouer la comédie. C'est certainement pour cela qu'elle était meilleur sur les morceaux au tempo lent. A savoir de plus, que sa carrière, de court durée, n'a réellement démarrée qu'à partir de 1968 avec la parution de Cheap Thrills, soit une légende formée sur 3 ans ! Elle avait séduit l'Amérique avec des chansons fortement marquées par le Blues au moment où Jefferson Airplane & les Beach-Boys étaient les deux grandes références nationales. (Même si le Blues commençaient sa percée grâce à l'Angleterre, il n'avait pas l'ampleur de popularité des 2 groupes précédemment cités). Preuve que la dame a marqué les esprits. Janis avait une voix qui touchait et personne n'y restait insensible.
Alors, évidemment tous ses disques sont bons et sont à avoir, mais je garde une préférence pour « Pearl ». Parce qu'il commençait à accéder à une certaine maturité et qu'enfin, elle avait un groupe à sa hauteur. Faisant preuve d'une bonne maîtrise instrumentale, sachant être soudé, canalisé, homogène. Même si l'on peut toujours regretter Big Brother pour leur recherche musicale plus aventureuse, il semble que le « Full Tilt Boogie » correspondait mieux à la personnalité de Janis. Un groupe qui a permis à Joplin d'atteindre un degré supérieur dans la qualité de ses chansons. Une sensibilité accrue. L'expérience accumulée de la dame n'y etait aussi certainement pas étrangère. Peut-être aussi, parce qu'avec cette formation, les senteurs issues de San-Francisco semblent définitivement oubliées, au profit d'un penchant plus marqué vers le Blues (parfois même Heavy avec "Move Over") et la Soul. Et tout simplement aussi parce qu'il y a ces titres que j'écoute toujours avec autant de plaisir, qui me saisissent littéralement : « A woman left lonely », « Half Moon », « Mercedes Benz », « Get it while you can », « Trust Me ». A mon humble avis, le haut du panier ; le reste du disque étant aussi très proche de ce panthéon.

P.S. : Mon principal regret vis-à-vis de Janis, c'est que quand j'écoute « One night stand », totalement envoutant, (peut-être la meilleure chanson qu'elle n'ait jamais interprétée), je me dis que le meilleur restait encore à venir...
99 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2011
Dernier album de cette énorme chanteuse de blues, paru quelques jours après sa mort. Bizarrement, c'est dans une période faste de sa vie, difficile et torturée jusqu'alors, que sa mort par overdose est arrivée. Côté coeur, elle venait de rencontrer l'âme soeur, côté musique, elle venait de monter le groupe qui l'accompagne dans cet album, le Full Tilt Boogie, un solide groupe de bons musicos, au feeling et aux qualités techniques évidents. "Pearl" est un album qui porte très bien son nom !! La voix et les qualités de chanteuse, de Janis sont là et bien là, avec un punch que plus jamais aucune chanteuse de blues n'a pu atteindre. "Move Over" est une merveille, au rythme d'enfer, avec un solo de guitare fabuleux. "Mercedes Benz", chanté a cappella, sorte de fausse prière à un Dieu hypothétique, est et restera un cas unique dans l'histoire de la musique blues. Bref, tous les titres de "Pearl" sont des monuments mettant en valeur la voix rocailleuse par des abus en tous genres, mais chaude et puissante, à la tessiture très élargie,et le feeling incroyable de la plus grande chanteuse de blues de tous les temps ! Pas pour rien qu'on a fait deux films sur sa ( trop courte ) carrière ! Elle a rejoint le club heureusement très fermé des 27 club, celui des artistes morts à 27 ans. Cet album est l'un de ceux qui sont indispensables pour toute cédé-thèque !
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2012
Grande fan de janis Joplin, je n'ai pas été déçue par cet album. Pour les adeptes de Janis Joplin mais auusi pour les fans de rock et de blues ou de chanteurs comme Joe Cocker
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)