Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Alice In Chains "Dirt", 20 mars 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Si Alice In Chains a toujours été un groupe entouré d'une sorte d'aura mystique, particulièrement depuis la mort le 20 Avril 2002 de son chanteur, Layne Staley, alors « Dirt » en est définitivement sa plus sublime représentation. Deux années auparavant, en 1990, le groupe sortait « Facelift », son premier véritable album, sur lequel il trouvait petit à petit sa voie en affichant clairement des influences metal le démarquant du reste de la scène dite « grunge » . Et puis il y avait cette voix... celle d'un homme semblant porter le poids du monde sur ses épaules, ces parties de guitares imbibées d'originalité et de noirceur, cette ambiance... Le fait est que deux années plus tard, le groupe allait décupler chacun de ces ingrédients et accoucher de ce qui allait devenir sa référence ; le bien nommé « Dirt ». Un album infecté, malade, sinueux et torturé, suintant le mal-être et la dépendance... un album qui n'en devenait alors que plus poignant à vivre. Alice In Chains portait là à son paroxysme tout ce qui les différenciait de la masse ; les guitares torturées de Cantrell, la voix accablée de Staley, l'harmonie de leurs deux voix, les textures basse/batterie, les textes poignants et criants de malaise que ce soit dans l'exorcisme des relations père/fils d'avec un vétéran du Vietnam pour Cantrell sur le sublime « Rooster » ou les digressions narcotiques au goût funéraire de Staley sur une bonne moitié du disque. Ce « Dirt » touchait le fond, un fond qui le hissait à des sommets de beauté. « Rooster », « Dirt », « Angry chair », « Down in a hole », « Would ? »,... impossible d'établir une liste des perles qu'il renferme tant elles sont nombreuses... à noter également l'apparition de Tom Araya de Slayer sur le délirant et complètement décalé « Iron gland ». A mon sens l'un des rares albums à ne pas usurper le titre d'indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur d'Alice in Chains, 12 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Sans compter la session unplugged qui est incomparable de beauté,cet album est sans aucun doute le meilleur du groupe grunge/métal de Seattle.Sorti en 1992,un peu étouffé par le succès colossal de "Nevermind"(Nirvana)la même année,il n'en demeure pas moins tout aussi bon que ce dernier.Avec des titres comme "Them bones,Dam that river,Rain when I die,Sickman,Rooster" pour ouvrir les hostilités,cinq des petits bijoux que contient cet album.
Mais le meilleur est pour la fin avec l'excellent "Angry chair" suivi du grandiose "Down in a hole" pour enfin s'achever sur LA bombe de l'album "Would?"
Après ce dernier chef-d'oeuvre on regrette que l'album touche déjà à sa fin et on en redemande encore tellement c'est bon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album majeur, 26 septembre 2006
Par 
Benjamin Labarthe-Piol (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Associé à la mouvance Grunge pour des raisons de proximité physique et temporelles évidentes, Alice in Chains demeure toutefois un groupe qui sonne radicalement différents des Nirvana et autres Pearl Jam. Si ces derniers ne sont pas forcément connus pour leur joie de vivre, AIC est pour sa part encore plus sombre, porté par la voix aussi belle que mélancolique de Layne Staley. Dirt est l'album le plus connu du groupe puisqu'il recèle de pépites telles que "Dam that River", "Down in a Hole", "Rooster" ou encore "Hate to Feel". Tout est bon dans cet album, tant dans la production qui n'a pas ou peu vieillie que dans les compositions dont la qualité a permis de combattre l'épreuve du temps. A ce titre, la guitare originale de Jerry Cantrell complète parfaitement son chanteur et contribue à améliorer le niveau général de l'album, c'est-à-dire tout en haut.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une certaine idée du pays des merveilles, 16 octobre 2009
Par 
crew.koos (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Quelle meilleure entrée en matière pouvait bien trouver Alice in Chains que ce Them Bones pour ouvrir l'album qui devait les placer a tout jamais au panthéon des groupes de Seattle? Un cri plaintif mais agressif, un riff imparable (comme tous ceux de l'album d'ailleurs, qui viendra confirmer a tous ceux qui en doute qu'avec Kim Tahyil de Soundgarden, Jerry Cantrell est définitivement le guitar hero de ce qu'on n'appelle pas encore le grunge). Tout en lourdeur sautillante, Damn That River vient enfoncer le clou, diablement évident d'efficacité, avant que le tordu Rain When I Die calme un peu les choses de son rythme hypnotisant et son refrain gorge de rage contenue. Préciser que depuis CSNY on n'a rarement connu pareille complémentarité entre les voix des 2 chanteurs Layne Staley, trop tôt disparu et, donc Jerry Cantrell qui non content d'être un guitariste au feeling inhumain n'en est pas moins un excellent chanteur.

Dirt, tout en lourdeur poisseuse, douleur moite et frustration paralysante et même s'il s'écoute d'un bloc est un album incroyablement diversifie, il suffit, pour s'en convaincre de jeter une oreille a Sickman qui compile en 1 titre autant d'idées que l'intégrale de...ouais non, je ne vais citer personne...ce serait trop long. Donc oui, le ciel est gris et plombe au pays d'Alice, "what the difference i'll die", le climat de Seattle sans doute...ou la fatale addiction opiacée de Layne. Et pourtant cette noirceur porte en elle une dynamique métal sans doute héritée des débuts "glam" du groupe, début qui lui vaudront d'être regarde avec mépris par les autoproclames gardiens du temple grunge, mais vous reconnaître avec moi qu'on s'en moque comme de notre première chemise de bucheron canadien, qu'Alice soit grunge ou pas, quelle importance? Alice in Chains sera toujours, toutes modes passées, l'un des groupe majeur du métal des 90s. Un Would, un Down in a Hole ou le superbe hommage de Jerry Cantrell a son père, soldat au Vietnam, Rooster, avec leur chant hallucine, leurs soli inspires dont les riffs déferlent et se superposent les uns aux autres, comme les vagues venant s'échouer sur la plage de Saigon (ya une plage a Saigon? Bah..jsais pas trop et j'ai ni le temps ni l'envie d'aller me plonger dans un Atlas, vous croyez vraiment que les américains se soucient de ce genre de considérations géographiques ? Non mais...).

Presque 20 ans âpres sa parution, cet album n'a pas pris une ride, tous les titres défilent comme une longue plongée en apnée dans la boue ou toute remontée vers surfaces est immanquablement sanctionnée par une nouvelle vague visqueuse crachée par l'hydre a 2 tètes que forment Stanley et Cantrell et pourtant chaque solo laisse entrevoir une lueur au bout de ce tunnel asphyxiant, un espoir auquel se raccrocher, mais la main hésitant dérape, glisse et nous replonge dans les abymes.

Un tel traitement devrait venir a bout des plus coriaces et pourtant on en redemande, tant et si bien que tel le phœnix, Alice renait de ses cendres aujourd'hui avec un très réussi nouvel album, comme si de rien n'était...même pas mal...même pas mort!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un groupe crucial, 18 août 2009
Par 
D. Vincent (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Alice in Chains est un groupe crucial dans le monde du Heavy Rock.
Etant de Seattle comme Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden, le groupe affiche une certaine indépendance par rapport au mouvement Grunge de l'époque.
"Dirt" est un album tourmenté et torturé, il sent le désespoir comme en atteste les textes chantées par la voix hallucinée de Layne Staley.
Il est question d'innombrables références sur l'heroine et sur le mal-être de Layne Staley et du guitariste Jerry Cantrell qui nous inflige des riffs herculéens et des mélodies macabres dignes de Black Sabbath ("sickman", "Rooster" ou "Angry chair").
Mais Alice in Chains sait composer de véritables morceaux comme "Down in a hole".
Quand "Dirt" est sorti le fameux "Nevermind" de Nirvana lui a fait de l'ombre, cet album s'est incrusté progressivement dans les meilleures réalisations Heavy dans les années 90. C'est certainement pour celà que Alice in Chains décide de recommencer l'aventure en sortant trés prochainement un nouvel album malgré le décès de son chanteur en 2002.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Dark Side of the Rock, 2 septembre 2008
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Avec leur heavy metal dépressif, Alice In Chains a écrit une des pages les plus sombres et désespérées du rock.
Et plutôt qu'à leurs lointains cousins grunge, ils m'ont toujours fait penser à leurs frères de sang (glacé) gothiques Joy Division ou Bauhaus. Même électricité stridente, même chant incantatoire, même ambiance désespérée latente.
En ce qui concerne ce « Dirt » tout a déjà été très justement dit dans cette page, même si perso je pense que leur meilleur est leur dernier « Alice in Chains», encore plus noir, encore plus oppressant, encore plus tragique, encore plus beau.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 indispensable!!!!!!, 11 juillet 2011
Par 
megaotal - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Mon commentaire,sera cours pour une fois...cet album du groupe de seattle est tout simplement magnifique!!!c'est un incontournable du metal nineties,ni plus ni moins.à la fois sombre,aérien,lourd et surtout heavy de chez heavy....ce disque est à ranger aux cotés des meilleures réalisations metal de la premiére moitiée des 90's(black album,nevermind,ten,ratm,use your illusions 1/2...),la batterie est digne de bill ward,la basse est omniprésente,les riffs de jerry sonts monumentals...et la voie du regretté layne...unique,magique et prenante!!!un certain metallica leurs doit beaucoup pour load/reload...IN-DIS-PEN-SABLE!!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 INCONTOURNABLE, 23 décembre 2008
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
Si "Facelift" était fondateur et reste la base du groupe, coup de bol pour les fans : "Dirt" remet le couvert et double la mise. On n'a pas 1 album historique, on en a 2... Eh oui, car "Dirt" se hisse bel et bien au niveau du génial "Facelift" sans aucun souci, toujours à la frontière du métal et du grunge, mais bien plus intéressant que les merdeux hirsutes de Seattle produisant une pseudo-musique négativiste. Certes ici l'ambiance n'est pas à la liesse, mais la qualité musicale est exceptionnelle : "Dirt" possède l'aura des véritables albums cultes, des véritables artistes qui ont quelque chose à dire. Moralité : si vous ne devez retenir que 2 cd d'Alice in Chains, ceux-ci ne peuvent être que Dirt et Facelift. Sans conteste...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Entretien avec le professeur b., 14 novembre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dirt (CD)
C'est un fait avéré que le professeur j-pb est LE spécialiste ès musiques qui dansent ou qui font hocher la tête avec un air bête . Son savoir balaie jusqu'à 60 ans de productions musicales diverses et variées , allant du be bop péruvien au reggae yougoslave , en passant par la house de Walnut Grove . Il émine au centre Michel Delpech De Carcassonne à l'UMP ( l'Université des Musiques Pittoresques ) où , entre deux recherches sur le ukulélé norvégien à une corde , il tient une chaire très courue à propos de tout et de rien sur pas grand-chose . C'est là qu'à la demande de Mama Zone , notre envoyée spéciale , soul sister , l'a rencontré , pour une interview ...

Alors voilà , ça a débuté comme ça ... lui , courant en faisant tournoyer son index dans le but évident de s'envoler , et moi essayant de le rattraper ...
soul sister : Professeur ! Professeur b. c'est pour un entretien ...

le professeur b : J'entretiens pas ...

soul sister : Ah ah , je vous reconnais bien là ... Trêve de plaisanteries , nous aimerions que vous nous gratifiez d'une analyse dont vous avez le secret à propos d'un opus musical paru en 1992 sous le titre "Dirt" , du groupe américain Alice In Chains ... D'abord , ce nom , d'où vient - il ?

le professeur b : Ah ! Alice In Chains ... grand groupe ! Alors , contrairement à ce que vous dites , le groupe n'est pas « Américain » mais bel et bien des Etats - Unis , qui n'ont rien à voir avec l'Amérique ... mais ne pinaillons pas ! La vérité , c'est qu'on ne sait pas vraiment d'où proviennent ces mots mal ordonnés qui , vous l'admettrez , n'ont pas de sens connu dans aucune des langues répertoriées à ce jour . Par contre , si vous prenez ce vocable à l'envers , ça change tout ... regardez ( il écrit au tableau ) : Sniahc Ni Ecila ! Et là , tout est clair , pas besoin de traduire !

soul sister : Oh oui , effectivement ! Nous n'y avions pas pensé ... ( je me mets à applaudir ) vous êtes merveilleux , monsieur le professeur !

le professeur b : Merci , n'applaudissez pas , c'est mon métier ! Vous connaissez le goût de ces groupes pour la cryptographie : ce nom en fait vient du Haut Baragan , une région de Roumanie où souffle un vent violent et froid , le Crivatz , . Et vous remarquerez tout de suite la similitude phonique entre ce nom pour le moins étrange de ce mistral roumain et le terme "sniahc" qui évoque irrésistiblement le bruit d'un éternuement ! Donc , Alice In Chains veut dire "éternuement en exil ( dû au vent )"... d'où le nom ...

soul sister : C'est brillant ! Et le titre , "Dirt" que veut - il dire ?

le professeur b : Dirt est la contraction pénienne de "dis - moi que je suis le plus fort" , phrase que chacun des membres du groupe avait dans l'idée de se faire tatouer sur la , heu , enfin vous savez quoi ... Par manque de place , seules sont restées 4 lettres ( les deux premières et les deux dernières ) de cette phrase éminemment touchante dans sa quête de l'amour vrai . Vous connaissez comme moi , l'esprit chimérique des hommes qui pratiquent ( ou qui aiment ) ce genre musical , lorsqu'il s'agit d'évoquer les dimensions de leur ... hum ... ahem ... "béquille" , dirons - nous !

soul sister : Oui , effectivement , j'en ai connu des comme ça qui ... mais nous ne sommes pas venus pour cela ... Tirons les choses au clair : quels sont les thèmes abordés par nos amis dans leurs chansons ?
le professeur b : Ce sont essentiellement des recettes de cuisine , les résultats du loto , des prévisions météorologiques ... C'est puissant vous savez , ça n'a jamais été fait !

soul sister : Oui , puissant comme une paire de deux ! Et leurs influences , professeur b ? AC/DC , Iron Maiden , Nirvana ... ( le professeur m'interrompt , furibard ) .

le professeur b : Vous déraisonnez , vous perdez tout sens de la retenue ! Ressaisissez - vous , on nous lit , vous savez ! Confondre la musique d'Alice In Chains avec ces chants murmurés , ces bluettes pour adolescents twilightisés ! Vous êtes folle ! Vous n'y connaissez rien , décidément !

soul sister : Excusez - moi , maître , j'étais distraite ... un moment d'égarement ...

le professeur b : Ce n'est rien , reprenons ... Leurs influences sont à rechercher du côté des Cro-magnon de la chanson , une des premières peuplades à ce jour connues , qui eut l'idée de se serrer les uns contre les autres afin de lutter contre le froid . L'énorme pression qui s'exerça ainsi sur chacun d'eux eut pour effet de leur faire pousser des sons de douleur soit de manière simultanée ( en chorale , pensons - nous ) soit de manière légèrement décalée , ce qui donnait du relief à leurs productions vocaliques ... Les membres du groupe AIC qui vivent essentiellement dans des usines métallurgiques y ont ajouté des bruits saccadés de moteurs V2 en cours d'expérimentation . On remarque également quelques samples de bruits de tortures tout à fait reconnaissables , tel celle de l'étau ... notez par exemple dans le titre "Angry Chair"( si significatif ) la parfaite symbiose entre le crissement que fait la vis sur son pas , la douce mélopée qui se dégage de ce vrillage et le cri suraigu du propriétaire de ce pied malandrin qu'on écrabouille . Depuis le groupe finlandais des années 60 , Trinkipass , jamais on n'avait été aussi loin dans l'audace musicale ... Ils sont uniques , vous savez ... Mieux que les Beatles ou Police !

soul sister : Hum ... Et bien , je vous remercie pour toutes ces informations précieuses ... je pense que nos lecteurs et lectrices apprécieront cet entretien et qu'ils vont se ruer si ce n'est déjà fait , sur cet album étonnant , chaleureux , plein de fougue et de cette joie qui donne envie de siffloter en faisant le ménage ...

le professeur b : Je vous en prie , madame , ce fut un plaisir ... hasta luego , Conchita !

soul sister : Hella belek ! Ma'as salama !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Dirt
Dirt de Alice in Chains (CD - 1992)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit