Commentaires en ligne


6 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Référence et Préférence.
Voici en encore une oeuvre de JS BACH dont les enregistrements sont nombreux et de qualité à géométrie variable. Il est vrai que la partition apparait sans conteste complexe, voire aride, aussi bien sur le fond comme sur la forme à l'instar de la fabuleuse "Offrande musicale". Sa subtilité, son abstraction apparente et sa...
Publié le 13 juin 2010 par KANTATEN

versus
1.0 étoiles sur 5 J S BACH coffret complète édition
Il y a erreur de votre part : Je n'ai pas acheté le CD l'art de la fugue mais le coffret complète édition de JS Bach : et je suis TRES DECU , car la plupart des cd ne sont pas lus par des appareils comme mon Bose ou autres . Je me suis fait avoir !!!Faires attention à cet article qui peut éloigner les clients de votre maison !!!
Publié il y a 8 jours par Ragwer


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Référence et Préférence., 13 juin 2010
Par 
KANTATEN (Alpha du Centaure) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
Voici en encore une oeuvre de JS BACH dont les enregistrements sont nombreux et de qualité à géométrie variable. Il est vrai que la partition apparait sans conteste complexe, voire aride, aussi bien sur le fond comme sur la forme à l'instar de la fabuleuse "Offrande musicale". Sa subtilité, son abstraction apparente et sa profondeur peuvent rebuter.
"L'art de la fugue" dont l'achèvement final fut interrompu par le décès de son auteur se compose de fugues et de canons bâtis sur un même thème: une forme d'épuisement du champs des possibles du contrepoint. Malheureusement, aucune indication sur les instruments à utiliser lors de son interptétation ne figure ni sur la partition manuscrite, ni dans le célèbre catalogue PICANTER regroupant les oeuvres de JS BACH après son décès.

L'oeuvre semble bien aussi, à la fois didactique et pédagogique. Au delà de son intrinsèque valeur musicale, elle peut également prétendre à être un support d'enseignement.
Compte tenu de l'ampleur du spectre sonore à servir lors de son interprétation, seuls 2 instruments tiennent "la corde" à l'époque: l'orgue et le clavecin.
Gustav LEONHARDT apporta en son temps des éléments convaincants sur le fait qu'elle avait sans doute été composé pour le clavecin, seul instrument "mobile" de l'époque permettant, au regard de son étendue harmonique, de là jouer. Une majorité de musicologues spécialisés dans l'oeuvre de JS BACH sont plutôt d'accord sur cette analyse.L'oeuvre se révèle, en effet, assez complexe, pour que les musiciens et musicologues du 19em siècle et du début du 20em rencontrent les plus grandes difficultés a là comprendre et a la jouer. Le caractère quelque peu décalé de la partition, pour eux en tout cas, les amenant à se demander s'ils n'étaient pas en présence d'une pièce musicale uniquement abstraite et destiné à ne pas être jouée !

Bien sur que la dernière version de Gustav LEONHARD pour clavecin est incontournable.

Reinhard GOEBEL et son Antiqua Köln délivre ici une version multi-instrumentale en petit comité, pleine d'esprit, de grâce, de vivacité et de tonalités mêlées metalliques et boisées. On s'éloigne de la version "MARRINER" trop concertante à mon gout en tout cas.
On trouve dans cette captation un profond respect de l'esprit de Jean-Sébastien BACH accompagné d'un sens éclairé et varié de l'interprétation mise au service de la composition originale. L'air vibre et passe, plein de sens, entre les instruments...Et puis il y a la présence d'un clavecin qui confère à cet enregistrement un indéniable cachet d'authenticité.
Incontestablement, un CD original et respectueux de la nature de la tonalité de ce chef d'oeuvre a posséder et qui mérite plus de 5 étoiles.

PS: Les amateurs d'orgue peuvent utilement se tourner vers la superbe version d'André ISOIR qui croule sous des récompenses amplement méritées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quelle instrumentation pour l'art de la fugue?, 30 avril 2015
Par 
Nicolas - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
C'est au jeune Gustav Leonhardt, dans l'un de ses rares écrits de sa longue carrière, que l'on doit la démonstration (et l'idée saugrenue á l'époque), en 1952, selon laquelle l'art de la fugue a été composée pour le clavecin, ou en tout cas, avec le clavecin en tête.

Cette affirmation n'a été que confirmée ultérieurement par les musicologues et les brillantes versions au clavecin de Leonhardt (1969), Moroney (1985), Hill (1998) voire Bonizzoni (2011) au point que même les organistes admettent généralement que si l'orgue comportent des "avantages" dans certaines parties de par ses capacités à varier les couleurs de différentes voix et la tenue des notes, certains passages de cette oeuvre sont clairement clavecinistiques et requièrent la précision d'attaque et la tonicité de cet instrument pour s'exprimer pleinement.

Quant aux versions piano, je ne suis pas complètement convaincu, malgré la débauche d'ingéniosité de pianistes comme Koroliov ou Sokolov, par leur pertinence par rapport à l'esprit original de l'oeuvre. J'ai tendance à les considérer plutôt comme des adaptations plus ou moins pertinentes de l'oeuvre originale, souvent un peu trop sentimentales et réductrices, la clarté et les harmoniques de la corde pincée étant difficiles à obtenir tout comme les possibilités de registrations (d'ailleurs pas toujours utilisés complètement par les clavecinistes, non plus) du clavecin. La version piano que je préfère est en fait celle de Zoltan Kocsis qui me semble jouer sur la vigueur et le jaillissement, sur le choc des notes du contrepoint plus que sur la ligne de chant romantisante, en soulignant la modernité de cette oeuvre pourtant formellement archaique.

Alors faut-il jouer l'art de la fugue uniquement au clavecin?

Et bien NON, car l'écriture contrapunctique archaisante et la notation en partition à une voix par portée renvoie à une période de l'histoire de la musique où la musique était encore "générique" et où on pouvait jouer les oeuvres au clavecin, à l'orgue, au luth (ou à plusieurs luths), en ensemble de chambre, voire de manière chorale lorsqu'il s'agissait de transcription de chansons polyphonique franco-flamande et, comme le faisiat remarquer Glenn Gould, l'art de la fugue "fonctionne", certes de manière variable suivant les passages, avec pratiquement toutes les instrumentations.

L'important est donc d'abord de comprendre que cette oeuvre a été concue pour le clavecin avant d'envisager une autre instrumentation, dans l'esprit initial de l'oeuvre.

C'est ce travail d'authenticité et d'appropriation que Reinhard Goebel réussit ici brillamment dans cette version de 1984, une version de chambre qui n'oublie pas le clavecin, notamment quand l'écriture l'impose (notamment les passages rapides), et qui prend avantage de la sonorité chaude et drue des instruments baroques à cordes germanisants (les violons Stainer notamment) tout comme des phrasés courts, toniques, clairement articulés et synchronisés de maniére extrêmement précise qui forment l'art et le son si particulier du Musica Antiqua Köln de ces années 80.

Dans cet enregistrement de 1984, de 5 ans ultérieur à celui de l'offrande musicale, l'art évoqué plus haut se fait encore plus précis, jaillit encore mieux, de facon plus coordonée, éliminant le futil et accentuant l'essentiel pour obtenir la précision du laser sans rogner sur le souffle vital de cet ensemble et de cette musique.

Je me joins donc volontiers aux concerts de louanges précédents pour ce qui est une des meilleures performances du Musica Antiqua Köln, ce qui n'est pas peu dire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


33 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Testament de Bach, 12 mars 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
Grand admirateur de Bach, je possède déjà cette "Art de la fugue", interprétée au clavecin par Gustav Leonhardt et à l'orgue par André Isoir. Voici un très bel enregistrement de la version orchestrale. Reinhardt Goebel fait ressortir à merveille toutes les lignes de ce monument de l'art du contrepoint. Laissez-vous tenter par cet interprétation de l'ultime chef-d'oeuvre de Jean-Sébastien Bach, vous ne serez pas décu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 UNE DES QUATRE VERSIONS MAJEURES, 5 juin 2010
Par 
XENOPHON - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
L'Art de la Fugue boucle la boucle.

Bach, en son vieil âge, conclut son Oeuvre par ce joyau, ce bijou d'une beauté sans pareille, ce diamant de la plus belle eau. L'Heure appartient à la Méditation, à l'Achèvement et la Construction du Chef-d'Oeuvre. Le voilà, dans son épure, son austérité, sa puissance. Tout procède de l'Artiste, tout appartient au Créateur. Croyant ou non, qu'importe, on ne peut que rester sidéré devant une telle maîtrise.

Il faut se remplir l'Esprit de cette Musique dans cette fantastique interprétation de R. Goebel et du Musica Antiqua de Koln, en sachant que les versions piano par E. Koroliov, orgue par A. Isoir et clavecin par G.Leonhardt s'imposent aussi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Goebel., 16 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
"Il n'y a rien à jeter" chantait Brassens..
Pour Goebel tout est bon à prendre pour ses interprétations de la musique du XVIII° siècle.
"La perfection, n'est pas de ce monde" ? si avec cet ensemble "Musica Antiqua Köln" vous pouvez acheter les yeux fermés toute la discographie de ce musicologue hors pair.
De plus tous ces enregistrements sont d'une qualité technique qui vont ravir les amateurs de haute fidélité.
Francis Delorge.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 J S BACH coffret complète édition, 27 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
Il y a erreur de votre part : Je n'ai pas acheté le CD l'art de la fugue mais le coffret complète édition de JS Bach : et je suis TRES DECU , car la plupart des cd ne sont pas lus par des appareils comme mon Bose ou autres . Je me suis fait avoir !!!Faires attention à cet article qui peut éloigner les clients de votre maison !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Bach : L'Art de la Fugue
Bach : L'Art de la Fugue de Johann Sebastian Bach (CD - 1999)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit