Commentaires en ligne 


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Douleurs et exaltations, 3 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Late For The Sky (CD)
Récemment, dans son petit livre "31 songs", Nick Hornby rendait un hommage vibrant à Jackson Browne, auteur-compositeur de "folk introspectif" californien, qu'il prétend avoir longtemps méprisé dans sa jeunesse pour ses coupes de cheveux (!) et sa tendance au lyrisme, alors que lui, Hornby, ne jurait que par la violence et l'agressivité rebelles du punk. A l'heure des bilans de la quarantaine, retour aux vraies valeurs, semble-t-il. Et, en effet, ce "Late For The Sky" de Browne est un véritable joyaux déchirant, ne serait-ce que pour le premier titre, éponyme, qui relate, dans la tristesse, la dignité et l'amertume, la douleur d'une séparation. Mais le reste, côté grandeur, est à l'avenant. On a ici affaire à des morceaux de toute beauté, à la construction complexe, souvent longs (beaucoup dépassent les cinq minutes), si bien que plusieurs écoutes attentives seront requises pour se pénétrer de la sève secrète de ces trésors introspectifs, aux paroles élaborées, traitant du divorce, de la solitude, de la mort, voire de spiritualité religieuse. C'est le cas notamment de l'immense titre final, "Before The Deluge", d'une profondeur incroyable pour un morceau de rock, où la voix de Browne se fait à la fois suppliante et exaltée, appelant la "musique à maintenir nos esprits en altitude", tandis que la guitare de l'excellent David Lindley sonne, de manière proprement ahurissante, telle un vieux violon rouillé sorti tout droit du folklore irlandais. Métaphysique. Même les titres plus rapides, plus rock n'roll, sont teintés d'une manière de mélancolie qui finit par imprégner tout l'album, surtout due à ce piano lancinant et à la voix de Browne, laquelle n'est pas sans évoquer celle d'un de ses descendants les plus obvies, un certain Ron Sexsmith.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Poignant et lucide., 8 mai 2014
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Late for the Sky (CD)
Ceux qui ont pu voir Taxi Driver de Martin Scorcese (1976) n’auront pas oublié la mémorable chanson de Jackson Browne, Late For The Sky, qui vient en soutien d’une scène culte du film : celle où l’on voit Robert De Niro, sous les traits de Travis Bickle, ancien marine et un des personnages les plus emblématiques de l’histoire du cinéma, rentrer chez lui, regarder American Banstand à la télé, en visant les ados blacks apparaissant à l’écran, puis ramener l’arme près de son visage en fixant les images en noir et blanc défilant sur le vieux poste TV. L’état d’esprit déprimant du Jackson Browne du début des années 70 était finalement assez proche du Bickle de Scorcese.

L’amour est le dénominateur commun de leur instabilité émotionnelle et de leurs errances respectives en solitaire : Betsy pour Travis et Joni Mitchell pour l’auteur-compositeur, sa supposée girl-friend du moment dont la fin de relation sonne comme la fin du monde. Le mariage entre la musique et les images trouve donc tout son sens ici.

Cette ballade inoubliable a donné son titre au troisième LP de l’ex-Nitty Gritty Dirt Band, un grand disque qui évoque l’Apocalypse (Before The Deluge), la mort (For A Dancer), les relations mises à mal et la douleur qui en découle (Late For The Sky notamment). Nous étions alors dans la période la plus féconde du californien d’adoption.

Public comme critique ont fait cause commune derrière cet album, le meilleur de Browne pour certains, mais il en a fait d’autres tout aussi convaincants qu’il est difficile de se mouiller. For Everyman (1973) et plus encore Saturate Before Using (1972) qui le précède, concourent le plus souvent à cet honneur suprême. Plus tard, Running On Empty (1977) ne sera pas vilain non plus. De sa production discographique des 70’s, seul The Pretender (1976) est un peu en retrait. Et encore. Le Browne de cette décennie se montre inspiré à chacune de ses sorties.

Late For The Sky est une œuvre poignante en 8 pièces. Le folk-rock californien développé ici prend plaisir à s’étirer. Il est d’une grande beauté : dans la teneur des textes, dans la douceur des ballades, dans la pertinence de ses arrangements, dans la passion qui émane de son chant, dans la couleur et la profondeur de ses chœurs, dans la charge d’émotions qu’il véhicule.

Les éléments porteurs de ce répertoire introspectif s’appellent Before The Deluge, le morceau-titre bien sûr, Fountain Of Sorrow, The Road And The Sky et For A Fancer. A notre la présence remarquée de David Lindley dont le jeu de guitare et l’apport au violon déchirent ; ils sont tout simplement remarquables.

Référence incontournable, Late For The Sky est une des très belles réussites du folk-rock en mode Californie. Quand on connaît la portée qu’a eu ce genre de son temps, c’est une indication sur ce que le sort que vous devez réserver à cet opus. Pour la forme, jetez un coup d’œil aux accompagnateurs : le casting n’est pas piqué des vers (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très bon, pour les amateurs de Jacson Browne, 18 juin 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Late For The Sky (CD)
3ème album de JB en 1974, vraiment bon, pour les amateurs du genre folk-rock, tel que Neil Young sans son groupe des "Crazy Horses".
Late for the Sky (1974) eut un bon accueil par la critique et ses fans, il est souvent considéré comme son meilleur album.
Personnellement je le mets au même niveau que son plus grand succès "Running on Empty" (1977), enregistré pendant une tournée commerciale.
Les meilleures chansons sont "Late for the Sky", "For a Dancer" et "Before the Deluge". Il est bien aidé par le jeu à la guitare et au violon de David Lindley. La chanson-titre a été utilisée par Martin Scorsese pour son film Taxi Driver.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 folk rock pop, 14 mars 2010
Par 
Etienne Humbert (le creusot 71200) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Late For The Sky (CD)
Pour les plus jeunes qui sont attirés par la musique américaine tendance guitare-voix ils ont dans cet album l'une des réfèrences .Les textes , les musiques (très balades folks) , la voix et le rajout des arrengements que l'on a, à l'époque , qualifiée de "musique californienne" , ou l'on mélangeait Crosby Stills and Nash jusqu'aux musiciens de Toto , Larry Carlton ,les frères Brecker ...et vous aurez l'un des meilleurs albums du genre ....Ainsi que l'un des meilleurs albums de Jackson Browne ...en faite sa meilleur période .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Late For The Sky
Late For The Sky de Jackson Browne (CD - 1991)
Cliquez pour plus d'informations
Pas de stock; commandez maintenant et nous vous livrerons cet article lorsqu'il sera disponible
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit