Commentaires en ligne


33 évaluations
5 étoiles:
 (27)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un incontournable
En avril 1971 les DOORS nous livrent L.A.WOMAN une merveille intemporelle et le 3 juillet de la même année, leur leader charismatique Jim Morrison est retrouvé mort dans sa baignoire au 47 de la rue Beautreillis à Paris.
Dès le premier morceau The Changeling, on sent qu'on est tombé sur un grand disque. Le groupe a désormais...
Publié le 31 juillet 2007 par Eminian

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un massacre , c'est une version re-mixée et non pas re-mastérisée !!!
en un mot ils ont massacré les doors : balance différente des instruments et de la voix de jim morrison, effets, paroles et cris rajoutés !!
Publié il y a 8 mois par toberead


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L.A. Woman, 40th Anniversary Edition, 14 juillet 2012
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A. Woman (CD)
Cela va sans dire mais il ne coûte rien de le rappeler, L.A. Woman, ultime opus des (vrais) Doors, avec Morrison donc, est un exceptionnel album où, pour la dernière fois, un des groupes les plus importants de la seconde moitié des années soixante délivre une performance ô combien recommandable en se repliant, à quelques exceptions près, sur les bases blues qui les virent débuter en 1965.

Et les classiques n'y manquent pas ! D'un Changeling bluesy et entrainant à souhait au jazzy, psychédélique et habité Riders on the Storm, descendant non-officiel de The End diront certains, les raisons de s'enthousiasmer pour le répertoire, et donc de se désespérer de son caractère final, sont aussi nombreuses que le nombre de pistes. Il faut dire que les Doors, séparés de leur producteur historique, Paul A. Rothchild, se sont ici épris d'une liberté nouvellement acquise et se laissent aller à simplement jouer ce qui leur fait envie en ne se souciant que peu (voire pas) de répercussions commerciales que ceci aura. Précisons aussi qu'enregistré live en studio, à l'exception de quelques overdubs de claviers, l'album s'offre sans fard, dans le plus simple appareil musical... Et qu'est-ce que c'est bon !

Ceci dit, le sel de cette édition 40ème anniversaire, s'il vaut pour l'album d'origine ici joliment remastérisé (à partir du mix de 1971), tient aussi dans les nombreuses outtakes et quelques raretés du Cd, matériau inédit à destination de ceux qui en veulent toujours plus et qui, pour le coup, ont largement de quoi se réjouir. En l'occurrence, si les versions ne sont pas dramatiquement différentes de celles qui finiront sur l'album, elles permettent d'entendre les Doors tester d'autres configurations, des idées qui ne seront finalement pas retenues et qui valent autant pour leur valeur musicale qu'historique permettant à l'auditeur de mieux comprendre le processus créatif d'un groupe hors du commun et d'apprécier comme il se doit leurs dernières sessions.

En résumé, chaudement conseillé à ceux qui n'auraient encore eu l'avantage d'y poser l'oreille, L.A. Woman 40th Anniversary Edition, attirera aussi ceux qui l'ont usé à force de trop l'écouter. Un album indispensable à quiconque aime le rock.

Personnel:
- Jim Morrison: chant
- Bobby Krieger: guitare
- Ray Manzarek: piano, orgue
- John Densmore: batterie
Musiciens additionnels:
- Jerry Scheff: basse
- Marc Benno: guitare rythmique
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 "JIM MORRISON AU-DELA DES DOORS" de HERVE MULLER, 12 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A. Woman (CD)
"JIM MORRISON AU-DELA DES DOORS" de HERVE MULLER (Albin Michel 1978)
7° Album 1971 33T Réf : Elektra EKS 75011 us - WEA Elektra 42090
..... Cet album est souvent comparé à leur premier, dont il partage les qualités d'unité et de spontanéité extrême. Ce n'est pas un hasard, le groupe voulait retrouver cette force brute de ses débuts. Pour cela, il avait décidé de ne pas aller enregistrer dans un véritable studio, mais de travailler dans un cadre familier de leur salle de répétition, située dans le même bâtiment que les bureaux du groupe, au 8512, Santa Monica Boulevard, qu'ils avaient équipée en 8 pistes, avec une console de mixage. L'enregistrement dura à peine plus d'une semaine, et pour l'essentiel fut réalisé directement, sans recours au recording, si ce n'est lorsque que la voix de Jim fut enregistrée séparément, dans une salle de bains du premier étage dont l'acoustique se prêtait à un effet particulier ! Peut être du fait de cette approche technique très simple, les Doors jugèrent qu'il était temps de se séparer de Paul Rothchild, le producteur de tous leurs albums précédents, mais conservèrent quand même Bruce Botnick, l'ingénieur du son, pour les aider à se produire eux-mêmes.
Comme pour accentuer ce retour au passé, toutes les chansons sont à nouveaux attribuées collectivement aux Doors. En fait, c'est le travail de collaboration entre Krieger et Morrison qui se poursuit, les deux autres contribuant également un peu au niveau de la musique. Les paroles, par contre, sont toutes de Morrison, sauf celles de "Love Her Maldy", que Krieger a écrites.
C'est cependant l'orientation musicale de Morrison qui prévaut largement ici : riffs de rock'n'roll très simples, et surtout beaucoup de blues. Deux titres reprennent même directement des plans de blues éculés : "Cars Hiss By My Window" et "Been Down So Long", et dans ce dernier, une fois n'est pas coutume, même les paroles reprennent essentiellement des clichés empruntés au blues. Le disque comporte aussi un morceau qui n'est pas des Doors, mais de Jim, ce roi des reptiles, se devait bien d'interpréter un jour : "Crawling King Snake" du blues-man
John Lee Hooker. Mais, il y a aussi beaucoup de finesse sur cet album. Il y a en particulier le délicat
"Hyacinth House", dont le charme mystérieux, de la même veine que celui de "Love Street", est rehaussé par le jeu d'orgue sinueux de Manzarek. Ce dernier s'avère l'instrumentiste le plus intéressant de l'album et, rétrospectivement, on constate qu'il a progressé au-delà de toutes prévisions. Il y joue beaucoup de piano électrique et semble s'être découvert un intérêt beaucoup plus profond pour le jazz. Cela est particulièrement sensible dans "Riders On The Storm", long morceau très raffiné et largement instrumental, dans lequel il éclipse nettement Krieger devenu bien discret. Cette nouvelle finesse de jeu de clavier de Manzarek, qui n'est pas sans faire parfois songer à un autre musicien de Los Angeles, John Locke (1) de Spirit, on la retrouve par petites touches tout au long de l'album et en particulier sur "L.A. Woman" et "The Changeling".
Sur quatre titres les Doors ont fait appel à Marc Benno, un ami de Leon Russel avec qui il a enregistré un album sur A&M, pour tenir la guitare rythmique, laissant un peu plus de liberté d'action à Robbie Krieger, qui en use parfois parcimonieusement mais toujours avec goût, en particulier dans "The Changeling" et "Love Her Madly". Quand au bassiste, c'est celui d'Elvis Presley, Jerry Scheff.
Mais l'aspect le plus particulier de l'album, ce sont peut être les paroles de Morrison, devenues, sur plusieurs morceaux, plus décousues que jamais. Cela culmine dans l'hallucinant "The Wasp". Morrison récite presque sans nuances, sur un rythme obsédant, une suite d'images étranges, puis déclare :
- "Ecoutez-moi je vais vous parler de peine de coeur"
- "Je vais vous parler de la peine de coeur et de la perte de Dieu"
- "Je vais vous parler de la nuit sans espoir"
- "De la maigre pitance que mon âme a oublié"
- "Vous parlez de la jeune fille à l'âme de fer forgé".
Que ce soient Morrison ou les trois autres, ils s'accordaient tous à reconnaitre qu'ils s'étaient bien amusés à enregistrer cet album. Beaucoup y virent le début d'un renouveau des Doors, le groupe semblait avoir retrouvé un second souffle qui rendait tous les espoirs permis.
En fait, c'était une apothéose finale. Tout d'abord le contrat du groupe avec Elektra était terminé, mais surtout la décision de Jim Morrison était prise avant la sortie du disque.
Il ne voulait plus rien avoir à faire avec les Doors, plus rien avoir à faire avec le rock de façon générale. Depuis 69, il déclarait à qui voulait l'entendre que le rock était mort.
...Cette évolution, Jim l'avait prévue dès 1967, lorsqu'il disait :
- "Le rock va très rapidement n'être plus qu'une mode creuse si nous ne nous secouons pas. L'esprit du jazz y revient, ce qui va faire de beaucoup de bons musiciens de groupe des virtuoses égocentriques."
.
(1) sur les cinq premiers albums de Spirit
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 le chant du cygne...et peut-étre le meilleur???!!!, 17 août 2011
Par 
megaotal - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A. Woman (CD)
Difficile voir impossible de commenter un album de"the doors",mais je ne peus m'empécher d'y aller de mon avis sur cette "femme de los angeles"...alors allons-y franchement ce disque est une perle,un diamant dans l'histoire du rock!!!Tout commence par"the changeling"entrainant à souhait ou ce qui surprend tout de suite c'est bien sur la voie de jim,on croirais entendre un chanteur de 40ans,et pourtant jim n'a que 26ans au moment de l'enregistrement de ce chef-d'oeuvre(3paquets de clopes et des quantitées industrielles de jack ingurgités chaque jour expliquant surement cela...)"the changeling"est son tempo trés rock donc,qui donne suite au psyché'"love her madly"ou les claviers de ray sonts absoluments stupéfiants de perfection,puis viens"been down so long"on ne peus plus blues/rock,pas d'intro'le morceau démarre sur la voie de jim,incroyable cet envie de headbanger pour un morceau datant pourtant de 40ans!!!le calme avant la tempéte avec"car hiss by my window"ou le groupe rend réellement hommage à ses pairs bluesman sur un pur blues d'un calme assez étrange...et voici qu'arrive la tempéte avec le morceau titre"l.a woman",presque 8mns de pur éjaculation rock'n'roll en diable!!!avec ce fameux ponts depuis rentrés dans l'histoire"mr mojo rising"ou jim crache ses poumons à n'en plus finir dans son micro (au sens propre comme au sens figuréà l'époque il commence à cracher du sang,suite à ses éxcés),ce morceau est totalement dingue est l'on image aisément ce que devait étre les nuits"morissonienne"dans la cité des anges!!!L'inquiétude revient avec"l'américa",morceau noir de chez noir avec juste un break sautillant,histoire de rassurez l'auditeur,avant de revenir à la noirceur absolus tant au niveau de la guitare de robby que de la voie de jim.génial!!!une petite ballade assez fleur bleue finis tout de méme par faire son apparition"hyacinth house"trés belle est trés sixties dans l'esprit,s'en suit une reprise de john lee hooker"crawling king snake"qui colle parfaitement à l'ambiance de l'album,avant de poursuivre avec"the wasp"un morceau qui rappelle"the changeling"de par son aspect trés entrainant...et pour conclure commence la pluie et le tonnerre pour donner le ton à l'un des morceaux les plus hallucinants qui soit"riders on the storm",morceau sans doute inspirés par cet indien mort que jim avait vu sur le bas cotés d'une route,alors qu'il n'avait que 12ans!!!l'orgue de manzareck,la voie planante de jim...le morceau sonne réellement comme une marche funébre psychédélique annonciateur d'un terrible destin...celui de jim morrison qui disparaitras 1an plus tard à paris,victime officiellement d'une crise cardiaque à seulement 27ans!!!à n'en pas douter cette mort précoce feras rentrer jim dans l'histoire,mais si il est bien une chose à retenir de la courte mais intense carriére des doors,c'est bien la musique,4ans de carriéres,6albums studios dont celui-ci"l.a woman"que tout fan de rock et de blues se doit de posséder!!!l'un des plus grands disques de tous les temps,tous styles confondus,ni plus ni moins.rip et respect éternel pour le lézard roi,mr james douglas morrison!!!20sur20!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La femme mythique de Los Angeles, 25 septembre 2005
Par 
Nellyes "{Traditionnal U2 fan}" (quelque part en Provence...) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A Woman (CD)
Peut-être le meilleur album des Doors ? Ça se discute, effectivement on sent le génie dans ce dernier... Alors oui peut-être que c'est un de leurs meilleurs albums. Bien que ce soit difficile de décoller ses oreilles de la voix de Jim Morrison, c'est aussi très dur d'ignorer la manière dont Robbie Krieger joue de la guitare. Son jeu est brillant notamment pour les morceaux 'LA Woman' et 'Been Down So Long'. Il n'y a pas de solos assez longs à mon goût. Cet album ne peut pas s'écouter qu'une seule fois). Ce qui est triste c'est que c'est le dernier, le groupe le savait, l'album est blues et je crois que Riders On the Storm est indéniablement une des ballades lyriques que je préfère. Les Doors au sommet Achetez cet album !!
>>>>> Nelly
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Superbe vinyl, 18 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Woman (Album vinyle)
Je ne parlerai pas de l'album en lui même, on le connaît, on l'aime ou pas, peu importe. Par contre le vinyl est réellement d'excellente qualité, il y a bien longtemps que je n'avais un pressage d'une telle qualité, très épais/lourd/rigide, juste un petit bémol pour le feuillet jaune qui entoure la sous pochette et fait le fond jaune qu'on voit sur la photo, j'aurai préféré une sous pochette jaune directement, ça aurait été plus simple, mais c'est un détail et ça n'influe pas sur la qualité du vinyl en lui même que je ne peut que recommander.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Intemporel, 16 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Woman (Album vinyle)
Oui cet album a été remasterisé. Oui c'est contestable. Mais comment qualifier cette réactualisation de massacre ?
Au-delà des quelques effets ajoutés (pas si désagréables au demeurant) à l'oeuvre originale, LA Woman représente la quintescence du blues rock.
Le Lizard King est au sommet de son art et signe son chant du cygne en nous livrant un album inoubliable.
Quelle que soit la version, la remasterisation, écoutez-le, tout simplement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Doors L.A. Woman, 25 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.a.Woman [Sacd] (CD)
Enregistrement fantastique. Le SACD est un réel 5.1 et non un stéreo multicanal adapté en SACD (comme indiqué sur le boitier). Les aigus sont lumineux et clairs, les basses sêches et somptueuses. Je connaissais bien le CD, mais ça n'a rien à voir, on redécouvre les morceaux avec des tas de nuances que l'on entend pas sur le CD. Voir les claquements de mains sur les canaux arrières pour The Changeling, L.A. Woman véritablement transformé, ou encore les guitares qui se répondent entre les canaux avant et arrières sur L'America. Un véritable SACD de démonstration où tous les canaux sont exploités et tous les morceaux magnifiques. Un des meilleurs SACD écouté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Tout y est extraordinaire., 14 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A. Woman (CD)
La voix de Jim Morrison, le blues, les textes, la musique.
Les musiciens, le bassiste Jerry Scheff apporte un groove blues magnifique libérant Manzarek. Pourquoi n'ont-ils pas pris de bassiste plus tôt? Batterie et guitares exceptionnelles. Psychédélisme rangé au rayon des accessoires dérisoires.
Bref un des disques les plus extraordinaires de la musique du siècle dernier.
Évidemment le génie de Morrison, voix et textes, domine et hurle son blues: "certains disent que son éclat est céleste, d'autres qu'il est l'abjection et la détresse du rêve occidental...(The WASP)"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 l.a woman, 11 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.a.Woman [Sacd] (CD)
comment résumer un monument ? comment dire l'indicible ? comment transcrire avec des mots toute la force, la démesure de cette voix, cette musique ? impossible et pourtant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 The Last But The best !, 15 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L.A. Woman (CD)
Que dire de plus à propos de cet album, sinon qu'il est Le disque des Doors.
Tous les morceaux s'enchaînent à merveille. "The Changeling", "Love Her Madly" à "L.A. Woman", (qui clôturait la première face du Vinyle). Et ensuite, depuis "L'America", morceau un peu étrange mais vraiment bien, jusqu'à "Riders On The Storm" sans contexte, le meilleur morceau (en ce qui me concerne) de l'album.
Avec en prime, 2 titres Bonus, ce disque est à (re)découvrir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L.A Woman
L.A Woman de The Doors (CD - 1988)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit