undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
7
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 janvier 2009
Jamais là où la critique pu l'attendre, Jeff Beck tient une place significative dans l'histoire du rock. Guitariste inspiré, fantasque, aimant s'aventurer là où l'expérimentation le pousse, l'homme qui fut à l'initiative du British Blues Boom de la fin des sixties, aux côtés d'Eric Clapton, Jimmy Page et Peter Green, souffre, aujourd'hui encore, d'un déficit d'image que l'on peut légitimement imputer à des choix artistiques délibérément moins orientés « grand public » que ses collègues de bureau. Éternel curieux, n'hésitant pas une seconde à faire franchir à sa Fender les frontières pouvant exister entre les divers genres musicaux, c'est ainsi qu'on le retrouvera au détour d'albums cultivant influences blues, rock, hard, electro et autre jazz fusion. Nouvelle surprise dans la carrière du guitar hero, Guitar Shop laisse, au travers d'un voyage dans les régions les plus reculées, l'empreinte d'un instrumentiste au jeu exceptionnel.

Instrumental, mais surtout disque d'atmosphères dans lequel Beck laisse son feeling flirter avec l'inconnu, cette petite boutique porte vraiment bien son nom. Comme un voyage au travers du rock, chaque titre répand, autour de lui, une telle facilité, qu'il est quasiment impossible d'échapper à leur impact musical. Aérien, lyrique ou anticonformiste, le musicien sait captiver sans jamais ennuyer. Par ailleurs, ce qu'il y a d'impressionnant avec cet album et ce, malgré une production un peu datée, c'est l'âme qui s'en dégage. Un peu comme le lien existant entre l'homme et l'instrument, Guitar Shop est une histoire de tonalités qui s'enivrent de découvertes, de sensations multiples. Alors que d'autres pourraient en abuser, ici, pas de contemplation excessive, juste un tissu de notes, d'harmoniques portées par une rythmique appliquée.

A l'image de la carte d'un grand restaurant, difficile exercice que celui de désigner un morceau plus qu'un autre dans ce disque. En se risquant un peu et pour jouer sur la variété, Big Block, Where Were You ou peut-être bien Two Rivers, pourraient être une idée de menu à suggérer à l'amateur en recherche d'éclectisme. Cependant, quelque soit le choix de celui-ci, c'est avant tout de guitares qu'il sera question. Et plus précisément, d'une rencontre avec un homme passionné, un looser volontaire magnifique qui s'appliqua, toute sa carrière durant, à faire dériver son instrument vers des rivages saturés ou sentimentaux. Un homme libre.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2003
GUITAR SHOP...cet album a une place significative dans l'esprit de nombreux musiciens...
Chaque titre a sa subtilité,les compositions sont vraiment exceptionnelles.
On peut apprecier un fois de plus le jeu étonnant de Jeff Beck qui a fait selon moi avec guitar shop un des meilleurs albums de sa carrière.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2014
" Guitar Shop " est un album ou il fait bon flâner !
J'ai du écouter le titre " Behind The Veil " et ses surprenants relents reggae des dizaines de fois , et la version live (youtube) avec Tal Wilkenfeld est également un pur bonheur. Rien que pour ce titre , je possède ce disque et de toute sa discographie , c'est celui que je préfère . Il est juste parfois dommage que le chant ne soit pas à la hauteur du guitariste , car quand Monsieur Jeff Beck laisse parler sa six cordes , c'est purement et simplement un régal tant cet album distille une variété fascinante de styles .
Un autre atout non négligeable sur ce disque : sa très belle pochette , assez originale et pleine de détails . Voilà , donc sans plus tarder , consacrez un peu de votre temps à ce chouette disque si ça n'est pas déjà fait , moi je vous laisse , j'ai des courses à faire ......
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 10 octobre 2008
Il faut que je vous dise: Je n'suis pas du tout guitariste. En revanche je suis batteur. Alors, quand vient se joindre à celui de Jeff Beck, le nom de Terry Bozzio... Évidemment là, je fonce.

Comme je viens de le préciser, je ne suis pas guitariste. Entendez par là que je ne suis pas à même de juger du degré de difficulté et de la technicité que déploierait, ou non, l'un des musiciens les plus respecté qui soit.
Loin de ce genre de considération, "Guitar shop" est de ces albums instrumentaux qui ne vous prend jamais la tête, et qui ne s'adresse pas qu'à la seule famille des musiciens.
Amateurs de descentes de manches: Passez votre chemin. Jeff Beck, c'est LA note bien placée et toujours de bon goût.
"Guitar shop" embrasse différents climats, plutôt dans une constance assez Rock, et ne ressemble à rien de ce que vous aviez entendu jusque là.
La production, très "live", permet également d'apprécier le génie créatif du monstre polyrythmique Terry Bozzio.

Voici donc 40 minutes (environ) qui font très, mais alors très mal... Même si cette musique pourra ne pas être du goût de tout le monde.

Pour ma part c'est 17/20
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La légende veut que Terry Bozzio ait été recruté par Beck lors des sessions du premier album solo de Mick Jagger auquel ils participèrent tous les deux.
Les sessions terminées, impressionné par ce batteur formé par Frank Zappa, Jeff lui posa la main sur l'épaule et lui dit : "maintenant tu travailles avec moi !".
La rythmique cataclysmique de Bozzio fit un bien fou à Jeff, lui qui travailla avec Carmine Appice, Cozy Powell et Narada Michael Walden retrouvait enfin une assise rythmique à la hauteur de son style volcanique.
Assisté du cyborg Tony Hymas aux claviers, les trois compères revisitèrent l'art de la fugue version électrique, passant du rock le plus échevelé "Big Block" aux splendeurs éthérées de "Where Were You".
Emoustillé par ses nouveaux complice, Jeff nous convie une fois de plus à un festival de guitare folle, alternant dérapages controlés pour six cordes, notes pures et irréelles sorties comme par magie de sa vieille Telecaster, chorus incendiaires et rythmiques désarticulées.
On s'apercoit une fois de plus que si Jeff Beck n'est pas le plus grand virtuose de la six cordes qu'il soit, il est en tous les cas le plus inventif et le plus amusant, arrivant toujours à nous surprendre par un soli sorti de nul part ou un coup de patte assassin.
Dommage que les pour les trois albums suivants, Jeff ai préféré "jouer" avec des machines plutôt que de reconduire ce trio explosif et sans cesse sur le fil du rasoir.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2013
Bon produit que j'attendais avec impatience.
Très belle finition.
Emballage parfait, comme toujours.
Super comme toujours.
Merci pour tout.
Je continuerai a commander chez vous car
je suis toujours satisfait de mes achats.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2003
Jeff montre avec cet album la maestria du manche (de guitard) avec un mélange subtile d'autres sons venus d'ailleurs. Pour une envolée lyrique a écouter sans modération.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)