undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

71 sur 77 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 novembre 2004
J'aime beaucoup les quatuors de Beethoven, je les ai joués, étudiés... il existe un certain nombre de très bonnes versions au disque mais celle des Alban Berg reste un cran au-dessus des autres. Techniquement c'est imppeccable mais c'est aussi très respectueux du texte (i.e. des indications du compositeur) et très engagé: rien n'est joué à moitié, les pianissimi comme les fortissimi donnent la chair de poule. L'occasion de re-découvrir ces quatuors même si vous croyiez les connaître.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce très beau coffret demande de multiples écoutes, échelonnées sur des mois et des années.
C'est une véritable histoire de la musique qui vous prend par la main pour vous guider de Haydn à la musique contemporaine.
Les quatuors de Beethoven constituent une somme qui se déguste lentement, pour arriver aux tous derniers, qui sont encore à bien des égards,
aussi incongrus qu'ils l'étaient au moment de leur parution: une oeuvre d'avant garde.
C'est parfois LA musique d'une vie de mélomane.
La version des Alban Berg, bien connue et appréciée, tire Beethoven, génie solitaire et introverti vers l'humanité. C'est plus rassurant..
J'apprécie aussi beaucoup la version des Amadeus: Beethoven : Les quatuors à cordes, et, peut être surtout celle des
Lyndsays: Ludwig Van Beethoven : Quatuor A Cordes , Op. 18 (N.1, N.2 , N.3), parue chez Résonance, et apparemment pas très
facile à trouver autrement qu'en disques séparés.
Toutefois, avec ce coffret, vous ne vous trompez pas
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
47 sur 55 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La musique :
Avec deux amies, nous l'avons comparée avec des extraits quelques autres (Amadeus quartett, ...) et c'est sans hésitation celle qui nous a le plus touchées. Les nuances sont marquées et les tempo( tempi) sont bien choisis. Ecoutez les extraits !
L'edition :
Les CD sont groupés dans un carton de l'épaisseur d'un double cd, ce qui reste partique à manipuler et explique peut-être l'écart de prix avec les autres intégrales vendues ici.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 janvier 2013
L'infinie variété des commentaires semble indiquer que les multiples interprétations de ces quatuors sont à peu près équivalentes et j'en suis personnellement persuadé .Je ne possède que Berg et Talich ,et je n'arrive pas vraiment à préférer ceux-ci à ceux-là ou vice versa.Berg me paraît un peu moins olympien,avec une prise de son plus irrégulière.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 novembre 2010
Inutile d'en rajouter, ces teigneux de Berg survolent la question. La concurrence se bouscule pourtant au portillon, et depuis belle lurette. Il serait d'ailleurs dommage, soit dit en passant, de se priver des Vegh, suprêmement mélodieux, ou des Budapest, rocailleux à souhait. Mais seuls les Berg parviennent à faire passer l'opus 135 (le 16e) sans hiatus - de Haydn à Webern, comme si la chose allait de soi. Un monument de l'histoire discographique, point final.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 30 avril 2013
Barylli, Vlach, Italiano, Amadeus, Julliard, Talich, Vegh, Smetana, Brandis, Wiener K, Tokyo, Takács et les Berg ouf!
Sans oublier les vieilles cires Budapest, Hongrois, Busch ou Capet (ni Hugues ni deux ni Kate).
Une version lumineuse et poignante qui tire les larmes notamment dans l'opus 59...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le quatuor Alban Berg a dominé, par sa maîtrise technique comme par son son chaleureux, le monde du quatuor des années 80-90. Et aujourd'hui encore, bien que dissout, il demeure une référence à l'aune de laquelle toutes les autres formations sont évaluées.
On peut en dire de même du corpus de Beethoven. C'est la référence en la matière : pont entre le classicisme et le romantisme, une forme étirée jusqu'à l'explosion (le Quatuor op.131 et la Grande Fugue). Aucun autre catalogue de quatuor ne peut lutter. Pas même Haydn et Mozart, qui sont arrivés trop tôt pour bénéficier d'une structure suffisamment solide dans leurs premiers quatuors.

La confrontation des interprètes et des oeuvres tient toutes ses promesses. L'intégrale est passionnante de bout en bout. Rarement les partitions auront été si bien maîtrisées (même par les Talich !) et l'interprétation est magistrale.
Si l'on peut trouver, individuellement, des meilleures interprétations (la Grande Fugue semble s'égarer par endroits et les quatuors Razoumovsky sont moins inspirés), la somme est au sommet de la discographie.
Et les quatuors opus 18, où le bouillonnant Ludwig se camoufle encore dans l'ombre de Haydn, sont inégalables.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 janvier 2012
Les quatuors de Beethoven peuvent être considérés comme le sommet de sa production. Tous les grands quatuors s'y sont mesurés, parfois à plusieurs reprises: les Vegh, lyriques, les Budapest, dramatiques, les Amadeus, schubertiens, les Italiano, symphoniques, les Talich, romantiques ... pour ne parler que des interprétations que je connais ... Avec les Berg, nous sommes en présence d'une vision très classique, servie par une technique et une homogénéité parfaites, et une sonorité transparente. Il en résulte une certaine distanciation qui confine parfois à la froideur. Il faut ajouter que les quatuors nous sont présentés dans un désordre absolu, et que la prise de son EMI, précise, est comme souvent acide dans les aigus. Je reste fidèle à Vegh et Budapest (1952)
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 novembre 2011
A ce prix, aucune hésitation. C'est une affaire, car cette interprétation est une des plus belles, même si je garde une petite préférence pour celle du Quatuor Amadeus. Achetez vite !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 novembre 2004
Pour tout bon mélomane qui se respecte, cette somme parait indispensable à posséder chez soi. De cette nécessité intérieure que révele au monde Beethoven, ces chefs d'oeuvre sont si riches, dignes d'un orfèvre des émotions et de la raison. Nos interprètes se lancent dans cette aventure avec brio, pensée architecturale et sonorité chatoyante. N'hésitez pas !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé