Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MARS 1982 N° 164 Page 47/48
3° Album 1975 33T Réf : RCA PPL.1 4128
J'avoue avoir eu du mal à m'en remettre à l'époque. D'un coup, avec leur hard sulfureux, avec leur pochette provocante, avec leur look de la jungle (c'est alors qu'ils arborent leurs tigrages et mouchetages variés) , les...
Publié le 27 novembre 2011 par VIRY 02

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Avant la monté en puissance
IN TRANCE (1975) est le 3eme album du groupe mais surtout premier d'une longue serie avec le producteur Dieter Dierk, qui sera considerer comme la 6eme pince du groupe et qui aidera a les faires progressés jusqu'au sommet du hard-rock au court des années 80, leur collaboration se terminant avec SAVAGE AMUSEMENT.

Ce disque semble pourtant faire les...
Publié le 22 mars 2010 par Gua


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST, 27 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance [Japan] (CD)
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MARS 1982 N° 164 Page 47/48
3° Album 1975 33T Réf : RCA PPL.1 4128
J'avoue avoir eu du mal à m'en remettre à l'époque. D'un coup, avec leur hard sulfureux, avec leur pochette provocante, avec leur look de la jungle (c'est alors qu'ils arborent leurs tigrages et mouchetages variés) , les Scorpions avaient rendu pâlots mon cher Led Zep, mon Purple adoré, mon Blue Oyster Cult vénéré. Dangereux gaillards. Mais le groupe était désormais devenu une pure machinerie hard, chromée et trépidante, s'avérant aussi experte en riffs que les maîtres anglais, mais proposant en plus ce je ne sais quoi indispensable, plus continental, un rien de lyrisme romantique (Schiller, Novalis, êtes vous-là ?) qui colorait de façon originale l'ensemble. "In Trance" joue les barbares précieux et invente ce concept cher aux Scorpions de "beauté énergique". Quoiqu'il en soit tout y fait mouche et "Dark Lady", "Robot Man", "Life's Loke A River", "Living And Dying" et les autres vont devenir les morceaux de légende du groupe, inscrivant désormais celui-ci au panthéon du hard suprême.
Du moins l'est-il pour sa musique : il ne lui reste plus qu'à drainer les foules, ce qui va lui prendre quand même du temps. Heureusement, la presse commence à s'exciter sur le cas de ces Teutons, et Roth comme Meine deviennent de nouveaux héros, Rudolf, le boss, étant pour l'heure un peu mésestimé. Je ne suis pas le seul journaleux à m'accrocher à mon lustre : les Allemands n'en peuvent plus et leur fierté nationale se réveille. Mais les Anglais eux-mêmes n'en reviennent pas : Sounds les catalogue dès la sortie d' "In Trance" comme l'un des espoirs N°1 du Hard. Le groupe en profite pour s'aventurer en Albion et raser en un soir le Marquee. Début 1976, sa zone d'action s'agrandit et il voyage dans les bagages d'UFO qui parcourt l'Europe. Très souvent, le gang de Rudolf vole le spectacle au team d'adoption de Michael : il dut y avoir de singuliers coups d'oeil en coulisses.
Mais "In Trance" va surtout être l'album du coup de pouce de la chance car, par un de ces bienheureux et incontrôlables hasards du commerce musical, voilà que les Nippons s'entichent à la folie du disque et le propulsent au sommet de leurs charts. Un artiste allemand n°1 au Japon, cela n'avait pas dû arriver depuis H..... Et cela, ce fut le déclic fantastique, car non seulement le marché japonais est loin d'être négligeable, mais il est surtout surveillé de près par les Américains. Ceux-ci se rendirent compte qu'il y avait quelque chose à faire avec les Scorpions-là, et ce qu'Américain veut, tout le monde en réclame, Franchement Ulrich, Klaus, Rudolf, Francis et Rudy avaient de bonnes raisons de crier "Vive la Trance !"
1976 est l'année où les Scorpions vont commencer à vraiment se faire une place au soleil, ce qui convenait quand même mieux à leur nom. En France, les choses démarrèrent doucement : le Français naturellement soupçonneux pour tout ce qu'il entend pas à la radio, battrait n'importe quel Anglais au "Wait and see". C'est pourquoi les cinq de Hannover jouèrent cette année-là à la Mutualité devant cinquante personnes. Ce fut intime, mais quel tabac ! Au rapport densité de plaisir par assistant, ce fut, je crois, un des concerts les plus compétitifs auxquels il m'ait été donné d'assister, mes bons enfants.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "In Trance" : (a Dark Lady) in Trance., 22 avril 2013
Par 
Voodoo (a Place just South of Witches Valley.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance (CD)
C'est avec "In Trance" (le bien nommé), que va s'opérer la réelle métamorphose des Scorpions. Ceux-ci s'affirmant avec d'un côté leur hard-rock racé, et de l'autre leurs mélodies raffinées.
"In Trance" sort en '75, (après deux essais encore emprunt de psychédélisme). C'est donc leur troisième disque, mais le second avec Ulrich Roth (et Francis Buchholz), et le premier (d'une très longue série) produit par un certain Dieter Dierks. C'est désormais Rudy Lenners (originaire de Belgique) qui occupe le siège de batteur laissé vacant, et pour la seconde (et dernière fois) Achim Kirschning est crédité aux keyboards. Entamé par une foudroyante composition d'Uli (une démoniaque) "Dark Lady" de folie, où le guitariste possédé crame tout (sûrement jusqu'à ses amplis), secondé qu'il est au chant par un Klaus Meine réellement impressionnant. Le groupe enchaîne sur "In Trance" (une superbe ballade envoûtante), composée par le tandem Schenker/Meine qui ne cessera de s'affirmer. Les Scorpions semblent prévenir avec leur artwork que les femmes qui succomberont à leurs venins ne seront plus jamais tout à fait les mêmes, après cette entame d'album absolument imparable. Avec ce mélange de titres furieux alliés à des titres mélodiques (une recette qui s'avérera irrésistible) et contaminera le monde entier. Sacrée performance pour un p'tit groupe venu d'Allemagne. Le groupe compte alors deux compositeurs, Rudolf (spécialiste du riff en rythmique) et Uli (un soliste extrêmement pointu) qui dans un style très différent, arrivent cependant à s'accorder et composer ensemble, comme le slow "Life's Like A River" (assez magique) et un "Longing For Fire" (assez cool). L'album oscille ainsi, entre titres hard à l'image des "Top Of The Bill" et "Robot Man" (déjà très convaincants dans leurs versions studio), et ballades à la "Living And Dying" composés par Rudolf, et chantés par un Klaus Meine exceptionnel. Les autres compositions sont dans le style plus particulier d'Uli Roth, et sont parfois interprétées par Klaus comme sur "Evening Wind" ou, par Uli comme l'excellent "Sun In My Hand" (avec des solos déjantés) caractéristiques de ce guitariste tout aussi exceptionnel. L'éclairé "Night Lights" étant un instrumental.
On le sait maintenant l'harmonie au sein du groupe ne durera pas éternellement, mais à cette époque les zébrés Scorpions sont sur un nuage. Tout roule pour le mieux, et c'est sûrement ce qui leur permettra d'avancer à pas de géants à travers toute l'Europe, et bientôt le Japon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre, 25 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance [Japan] (CD)
"In trance" est un de mes préférés de la longue discographie de Scorpions.
Il concerne bien sûr la première période du groupe avec l'impressionnant Uli Jon Roth à la guitare mais aussi au chant, qui n'est d'ailleurs pas si médiocre que l'on peut le lire souvent.
Evidemment, rien à voir avec Klaus Meine mais apportant une touche particulière sur les différents albums de cette époque.
Revenons à l'album en lui même qui s'écoute d'une traite alternant les titres rapides ou lents mais avec toujours une inspiration au sommet et des solos divins.
J'affectionne pourtant particulièrement "Top of the bill" à l'atmosphère si particulière, titre ravageur par excellence où klaus Meine semble possédé comme jamais.
"In trance" est l'album détonateur du groupe qui lui vaudra l'une des plus prestigieuses carrières dans le monde du Hard Rock.

Mes titres préférés : "Top of the bill", "Living and dying", "Longing for fire" et les autres !

Note : 20/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 1 ERE POCHETTE SEXY ET TANDEM CONFIRME, 12 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance (CD)
Très agréable album que ce In trance avec sa célèbre petite blonde sexy faisant l' amour à une guitare !! Débuté par un duo sympa et musclé de Klaus et Uli avec Dark lady , on enchaine de suite avec le très bon In trance (alliant ballade et rock , fameux). Sur Life's like a river , Living and dying et Evening wind Klaus Meine se découvre de nouvelles couleurs à sa palette vocale ( c'est seulement le troisième album) et on est déjà franchement sous le charme , même si son anglais a l' accent supergermanique ah ah !! Rythme endiablé pour Robot man et surtout Top of the bill (batterie " en transe" , guitares hennissantes, j' adore !,Klaus plus criant que chantant pour le coup mais quelle pêche !!). 5 étoiles pour Longing for fire ( tout classe: chant , guitares , mélodie...); Sun in my hand reste une de mes préférées chantées par Uli; Oui , vraiment encore un bon album , qui confirme une chose : Le tandem Schenker/ Meine respectivement aux compos musique et paroles est bien parti pour ... faire des ravages !!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 avis, 12 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance (CD)
je suis content du cd car je connaissais dejas ce produis depus des annees et je l ai dejas en vinyl mis je le voulais en cd pour ecouter dans la voiture
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Avant la monté en puissance, 22 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance (CD)
IN TRANCE (1975) est le 3eme album du groupe mais surtout premier d'une longue serie avec le producteur Dieter Dierk, qui sera considerer comme la 6eme pince du groupe et qui aidera a les faires progressés jusqu'au sommet du hard-rock au court des années 80, leur collaboration se terminant avec SAVAGE AMUSEMENT.

Ce disque semble pourtant faire les frais d'un manque d'experience de Dierk car il est dans l'ensemble moins bon que l'album précedent et surtout assez peu homogène avec de bons titres comme "In trance; Evening wind", du moyennement bon comme "Robot man" un peu trop répétitif a mon gout (Rudolf Schenker avouera lui meme ne pas aimer l'expérimentation de la voix du robot sur ce titre qui est celle D. Dierk) et enfin du franchement pénible comme "Top of the bill" qui, avouons-le, est bien meilleur dans sa version live de 1979 tout comme "Robot man" d'ailleur. On ressent trop nettement qu'il y a deux groupes en un, d'un coté la paire Rudolf Schenker/Klaus Meine et de l'autre Uli Roth et ce, sur tout les albums studio jusqu'au depart de Uli, mais moins marquer que sur celui-ci tout de meme.
A noter, l'arrivé du Belge Rudy Lenners en remplacement de Jurgen rosenthal a la batterie.

La pochette sera partiellement censuré car les seins, les tétons de la dame disparaitrons pour laisser place a un noir profond mais cela n'empèchera pas l'image de délivrer son message érotique.

A découvrir en sachant que les albums suivants seront plus intéressants encore car plus abouties.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Premier album "hard" des teutons, 20 mars 2009
Par 
F. Stephane (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance (CD)
Troisième offrance et première orientée metal (même si Speedy's coming figurait déjà sur le précédent opus) et début des pochettes provocantes.

De bons morceaux, même si je regrette que certains soient chantés par Uli Roth, qui possède, disons le franchement une voix dégueulasse.
Le disque est moins inspiré que Fly to the Rainbow, mais recèle quand même son lot de pépites (in trance, living and dying, top of the bill...)
Dommage qu'il commence avec l'incongrue Dark Lady, mais que ça ne vous empèche pas d'écouter ce cd intéressant à plus d'un titre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 génial, 15 septembre 2004
Par 
charly (GESTE, pays de la loire France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Trance [Japan] (CD)
La voix de klaus Meine vous portera vers le ciel. Album pas très connu mais c'est un des premiers des scorpions et c'est les premiers les meilleurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

In Trance
In Trance de Scorpions (CD - 1990)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit