undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 avril 2003
Une merveilleuse version : quelle puissance émotive ! Tout est parfait : l'orchestre, les choeurs, les solistes.
Evidemment, l'oeuvre est longue et les récitatifs qui entrecoupent les chants peuvent rebuter : il faut plusieurs écoutes pour apprécier de tels monuments. Cette passion est peut-être moins facile d'abord que la St Jean (si belle aussi !).
Toujours est-il que cette version est très belle, très équilibrée, très "religieuse". L'introduction est vraiment superbe avec cette progression, cette puissance retenue, cette solennité.
Une grande version d'une grande oeuvre du grand Bach.
0Commentaire|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est Felix Menddelson, le pianiste allemand plus connu pour ses oeuvres pour piano, qui exhuma et dirigea cette oeuvre qui avait sombré dans l'oubli pendant plus d'un siècle.
Depuis elle est devenue une des oeuvres les plus connues du Cantor de Liepzig et considérée à juste titre comme une de ses créations majeures, et ainsi un grand classique du répertoire.
Le pari pris par Gustav Léonnardt fut de récréer cette oeuvre comme Bach avait du le faire, avec les instruments d'époque et avec des choeurs d'enfants.
Le résultat est admirable, la mystique de l'oeuvre est ici parfaitement respectée et cette passion se découvre lentement (plus de deux heures de musique) avec un enchantement de tous les instants.
Le choix de Leonhardt exclu tout pathos et tout romantisme, ceux qui sont habitués aux versions (superbes elles aussi) de Klemperer ou Karajan en seront pour leurs frais, mais je trouve que ce choix respecte beaucoup plus (ce que nous croyons être) la volonté de JS Bach qui a toujours eu en horreur tout lyrisme superflu.
Pour employer une comparaison qui va peut être faire dresser les cheveux sur la tête à certains, cette version est à celle de Klemperer, ce que les "Goldberg" de Gould sont à la version d'Edwin Fischer, un bon coup de fraicheur.
11 commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2016
Le produit que j'ai réceptionné est très bien. J'en suis très satisfaite.
En revanche, comme la réception s'est faite avec du retard, j'ai baissé la note. Je n'ai pas eu de chance, c'était ma première commande par Amazon.
Je recommande cependant le site Amazon à tous.
Cordialement
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)