Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hard soul, Rock Bluesy : Coverdale au sommet., 21 février 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
Petit vendeur de frippes dans les midlands, Coverdale se retrouve propulsé dans le cirque Purple pour remplacer Gillan : il y prendra des habitudes de star alors qu'au départ ce qu'il fait le mieux c'est la musique chaleureuse et sexy qui explose sur ce double live : un rock blues, boogie soul dans lequel Gillan et Plant s'aventurent peu car il faut un petit grain noir dans la voix et Coverdale le possède. Sur ce disque il n'apparaît pas comme le cadet de Paul Rodgers mais avec un répetoire résolument sien, il joue sa propre partie et il est grandiose. Ecoutez la façon dont il attaque le set, sa façon d'entrer dans le couplet de "Come on". Il est extraordinaire, comme l'est la formation qui joue là : une paire de guitaristes qui ne sont pas des guitaristes de Hard mais de boogie blues techniques (Marsden) et de slide (Mickey Moody, que les plus curieux se précipitent sur les Snafu et les Juicy Lucy, des perles), deux pointures post Purple Jon Lord et Ian Paice qui se voit boosté par le formidable Neil Murray (grand bassiste arrivant tout droit de National Health et qui s'en donne à cœur joie dans une musique plus simple et plus rentre dedans). Il y eut encore quelques bons Whitenake dans ce registre chaleureux et un peu honky tonk (sur certains studios Jon lord joue du piano boogie avec un feeling formidable). Après c'est devenu du hard mélodique. Et tout Steve Vai et Adrian Vanderberg qu'ils soient, on peut leur préférer le boogie blues gorgé de feelling que les formidables Marsden et Moody distillent. GET IT!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 tres bon live, 21 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
Pour moi,c'est la meilleure période de Whitesnake;ce grand groupe nous offre des bijoux a la sauce boogie,soul,blues,rock bien hard;une compilation live de tres bon titres vitaminées,des solos de guitares,synthés magnifiques(merci John Lord de Deep Purple),un bassiste énorme Neil Murray sur take me with you,quelle puissance,la voix de Coverdale pleine de feeling,puissance.C'est un disque aussi puissant et fort que made in Japan de Deep Purple,strangers in the night de UFO,le tokyo tapes de Scorpions,unleashed in the east de Judas Priest et le Liveline de the Angels(ah celui la....);bref,il faut l'avoir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 L'autre cousin de Made In Japan !, 10 novembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
Whitesnake avec Coverdale, Paice, Lord (tous ex Deep Purple), Neil Murray, Micky Moody et Bernie Mardsen reste la meilleure formation du groupe !

Le groupe est a son apogé et nous délivre un excellent double album ! "Sweet Talker", "Ain't Gonna Cry No More", "Fool For Your Loving", "Love Hunter". Plus deux belles surprises : "Might Just Take Your Life" et "Mistreated" (que Rainbow interprète aussi en live) issuent de Burn !

Bref le groupe anvoit ! A avoir absolument !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A ranger avec les Live d'anthologie, 30 janvier 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
Sorti en 1980 ce live cloturait la 1er vie de Coverdale au sein du serpent blanc. IL y a des morceaux qui en concert prennent une autre dimmension. A savoir "ain't gonna cry no more", "ready 'n'willing", "Love hunter". Comme dirait mon ami Tchang : "trés bon, toi prendre!!!!!!"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Dans le coeur de la citée !, 6 août 2011
Par 
DUNCANIDAHO "DUNCANIDAHO" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
Deux précisions d'abord (ça y est il va encore ramener sa science !!)
La pochette est immonde, et sur le disque 1 ce n'est pas Ian Paice qui joue mais Duck Dowle le premier batteur de Whitesnake (cette session à l'Hammersmith Odeon avait été enregistré (et piraté) par Dominique Farran dans son émission LIVE sur WRTL.
Ceci dit ce live est un très grand album, de la classe de "Live and Dangerous" de Lizzy ou "Strangers in the Night" d'UFO pour rester dans le même registre.
Les versions de "Lies Down" et "Might just take your life" sont superbes, Jon lord arrivant à tirer son épingle du jeu parmi nos deux furieux, le zigzaguant Micky Moody et le gazouillant Bernie Marsden (un duo de guitaristes complémentaires que Coverdale s'efforça de retrouver sans succès pendant tout le reste de sa carrière).
La rythmique est parfaite et si Ian Paice est effectivement un peu en retrait, la musique ne lui permettant de toutes façons pas les roulements qui ont fait sa légende, un des grands vainqueurs c'est le bassiste Neil Murray (ex Streewalkers et Colloseum II comme Duck Dowle) qui s'il se révèle un adepte du "walkin' bass" (doum doum doum) explose littéralement sur ce disque et sera suremployé (et souvent copié) dès son départ du groupe (Gary Moore...)
Et bien sûr, débarrassé de son syndrome Gillanien et pas encore atteint de Plantinite aigue, David Coverdale est magistral, sa voix souple et emphatique en font un des plus grands chanteurs de sa génération parce que et encore pour trois albums il est LUI MEME.
"I'm Walkin' in the shadow of the Blues" bénéficie d'une intro splendide, "Fool for your lovin'" (you put it in the Top 24 annonce Coverdale) est magistral, mais je garde une tendresse pour le très bluesy "Ain't no love in the Heart of the City".
Un live réchauffant qui sent bon le bon vieux rock n'roll hard ou pas.
Avec le disque Whitesnake accède au statut de star, mais de star sympathique et près de son public, comme Rory Gallagher dans un registre pas si éloigné que ça.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pour les amoureux du bon vieux hard rock..., 22 mars 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Heart Of The City (CD)
J'ai retrouvé la K7 de ce live il y a peu et je peu dire que c'est toujours aussi bon. Une référence pour les amoureux de Whitesnake, ACDC ou Rainbow.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit