Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 PEUT-ETRE LE MEILLEUR DES GETZ / BOSSA 6*, 19 avril 2011
Par 
PHIL007 "ANACHRONIC JAZZ FAN" (france) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Best of Two Worlds,the (CD)
La plus mauvaise période de Stan Getz se situe entre 1967 et 1980. Victime de ses addictions (à l'alcool et à la drogue), il enregistre quelques rares réussites et de nombreux autres disques assez médiocres voire, pour certains sont désastreux.

Au début des années 60, Stan Getz a enregistré plusieurs albums de Bossa Nova dont le plus proche de celui-ci est celui-ci Getz/Gilberto - Digipack

Dans ce CD qu'il enregistre le 13 mars 1975, 3 ans près son précédent enregistrement en studio Captain Marvel

Je vais m'attirer beaucoup de critiques mais je trouve que c'est le le meilleurs album de bossa de Stan Getz. La présence de musiciens tels que Albert Dailey (p, el-p), Clint Houston et Steve Swallow (b) Billy Hart, Grady Tate (d) y est certainement pour quelque chose. Joao Gilberto (g, voc, per)n'a rien perdu de ses grandes qualités et la très sensuelle Heloisa Buarque DeHollanda (voc en anglais) est du niveau (sinon bien supérieure) de bien des chanteuses actuellement portées au pinacle. Oscar Castro-Neves est à son niveau habituel tant à la guitare que pour ses arrangements, à savoir exceptionnel. Les percussionnistes Ray Armando, Rubens Bassini, Sonny Carr, Airto Moreira font un superbe travail, tout en finesse.

Quant à Getz, il a gagné en maturité et a plus de place pour s'exprimer. Il est extraordinaire.

Difficile de faire un choix parmi tous les titres proposés qui sont tous de très haut niveau.

Commençons par ce que j'aurais du détester et que pourtant j'adore :
"Ligia" : ce morceau présente la particularité d'un "double recording" (ce que je n'apprécie généralement pas) qui permet à Stan Getz de dialoguer avec lui-même. Je dois abandonner mes à priori car le résultat est, ici, fantastique.
Que dire du l'exceptionnel solo absolu de Joao Gilberto sur "Joao Marcello" ?
Et ce bon vieux "Just One Of Those Things" que l'on s'attendait à trouver partout sauf là.
Et ce "Eu Vim Da Bahia" aux deux versions si différentes. Ecoutez comment Stan Getz, peu à l'aise dans son solo de la deuxième version (la plus longue) "prépare" son solo parfait de l'autre prise.

Bref, un disque dont les amoureux de Getz, de la bossa et du Jazz pourront difficilement se dispenser. Plus que chaudement recommandé.

P.-S. J'oubliais de préciser que le titre est ambigu et que ce n'est pas un "best of" mais bien un enregistrement à part entière. Comme l'a si bien dit un autre chroniqueur, c'est en fait le meilleur de la rencontre de deux mondes musicaux : le Jazz et la Bossa.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 The Best of Two Worlds (1975) - João Gilberto, Stan Getz e Miúcha, 22 juin 2014
Par 
Miedj (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Best of Two Worlds,the (CD)
"C'est un fait, la pochette ne donne pas spécialement envie : elle fait furieusement années 70 et bas de gamme, ce fond blanc, ces poses bien travaillées... Sorti en 1976, il s'appelle "The Best Of Two Worlds", et c'est une collaboration (et loin d'être la première, il faut se tourner vers le milieu des années 60 pour ça) entre le saxophoniste américain Stan Getz (que John Coltrane considérait comme un maître, et pourtant, Coltrane, excusez du peu) et le chanteur et guitariste brésilien João Gilberto, spécialiste es Bossa Nova... Leur collaboration fut tellement prodigieuse qu'ils la referont à plusieurs reprises, dont ce disque moins réputé que "Getz/Gilberto" (1963), mais quasiment aussi bon. Le chant est assuré par Gilberto et Heloisa Buarque De Hollanda, alias Miúcha ... Voici donc un grand disque de jazz, méconnu et à découvrir. "The Best Of Two Worlds" mérite bien son titre, il offre le meilleur de la Bossa Nova brésilienne et le meilleur du Jazz ricain, le saxophone de Getz est incroyable, les ambiances sont chaudes, sensuelles, grandioses ... Je le recommande très fortement si vous aimez le Jazz et que vous n'avez rien contre les mélodies Bossa Nova !" D'après [.......]
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Stan Getz et la bossa nova : l'ultime opus, 2 mars 2009
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stan Getz - The Best Of Two Worlds (CD)
Onze ans après Getz/Gilberto#2 (1964), Stan Getz, en pleine période jazz-rock, revient à la bossa nova à laquelle il a, sans doute davantage que ses collègues jazzmen, contribué à donner ses lettres de noblesse aux États-Unis. Il est dans le présent album (qui nous donne à entendre dix titres qui ne figurent pas sur les autres albums bossa nova de Stan Getz) accompagné par son ancien complice, le guitariste et chanteur João Gilberto et la seconde épouse de ce dernier, la chanteuse et choriste Heloisa Buarque de Hollanda.
Il n'y a rien de révolutionnaire dans cet ultime opus de Stan Getz entièrement consacré à la bossa nova mais tous les ingrédients sont réunis pour en faire une réussite : des reprises de standards d'Antonio Carlos Jobim ou de Gilberto Gil qui ne figurent pas sur ses précédents albums de 1962-1963, un saxophoniste ténor en pleine possession de ses moyens et qui nous livre de splendides solos certes plus "softs" et lyriques que dans ses précédents albums) et un João Gilberto à la voix toujours aussi douce et suave.
Je regrette simplement le minutage un peu chiche (42'42") qui nous est proposé.

L'amateur de bossas et/ou de Stan Getz attendra une réédition à prix modéré de ce superbe opus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit