Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bande sonore pour années troubles... (funk psychédélique)
Vingt ans! J'ai découvert ce disque en 1990. Et, à par Family affair, je n'avais pas aimé. Allez savoir pourquoi. Trop bizarre, le négatif de What's going on de Marvin Gaye. Disque qui, comparé à celui-ci, rétrospectivement, me semble bien sirupeux.
A l'époque, je lui préférais Fresh et Small...
Publié le 12 décembre 2010 par Etienne Rouard

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Il ne s'agit pas de l'album studio...
...mais plutôt d'un live, à qui on a donné le même nom et qui, en plus, n'a pas l'air très officiel.
Le son est, par conséquent, de mauvaise qualité, et les morceaux ne sont pas ceux de l'album original "there's a riot goin'on". Il est évident d'ailleurs, que ce concert a été enregistré, bien après...
Publié le 19 février 2005 par David Kern


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bande sonore pour années troubles... (funk psychédélique), 12 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : There's A Riot Going On (CD)
Vingt ans! J'ai découvert ce disque en 1990. Et, à par Family affair, je n'avais pas aimé. Allez savoir pourquoi. Trop bizarre, le négatif de What's going on de Marvin Gaye. Disque qui, comparé à celui-ci, rétrospectivement, me semble bien sirupeux.
A l'époque, je lui préférais Fresh et Small Talk.
Est-ce que Sylvester Stewart avait trop forcé sur la dose en entrant en studio?

Je l'ai passé en boucle dans la voiture pendant six mois. Pourquoi donc? Le seul disque qui me fait cet effet, c'est Exile on main street des Stones, paru un an plus tard. Suis-je un dangereux nostalgique?

Luv'n'haight commence fort. Groove imparable, la family comme dans le disque précédent, STAND! Mais il y a quelque chose de radicalement différent. C'est franchement plus poisseux, lourd, anxieux. Du funk décalé. "Feel so good" énoncé sur un mode désabusé... comme pour démentir le malaise. L'emploi de la boîte à rythmes sur Just like a baby, le clavinet, les voix saturées surgissant au milieu de la nuit. Un titre en 6/8, ça balance de manière lancinante pour ne plus quitter les oreilles. Un bruit de fond est audible comme un fantôme planant sur le paysage sonore. Très beau mais toujours aussi poisseux. Des petits riffs de guitare très aigus qui surgissent sur ce son sourd comme un mal de tête qui ne veut s'arrêter...
Poet n'est pas là pour nous rassurer : "My only pleasure is my pain. I'm a songwriter, a poet..." On comprend mieux. La boîte à rythmes se fait ici complice du batteur. Toujours ces sons ahurissants de claviers saturés, sur un tempo lent, hésitant, avec un coup de caisse claire tous les quatre temps.

Le titre éponyme dure quatre secondes ... de vide! Comme si la réponse à Marvin était : "Nothing, man!"

Family affair mettra tout le monde d'accord. On retrouve ici une douceur plus commune, une mélodie plus évidente portée par une voix de baryton de notre vieil ami Sly. Beau contrechant féminin, délicate guitare solo avec wahwah. Toujours ce mélange BàR-batterie.
Africa talks you to the asphalt jungle est un quasi instrumental. Voix en falsetto... Étrange et fascinante fresque.

Brave'n'strong reprend cette fameuse basse chaloupée "à la Sly Stone" : ce balancement si caractéristique qui crée à la fois la souple démarche d'un félin et une tension.

You caugh me smilin' again est une pure merveille avec toujours ce groove stonien (au sens family, pas rolling). Pour la première fois du disque, on se fend d'un large sourire en hochant le tête... Très belle ligne de basse par moment mélodique.

Time serpente à l'orgue Hammond. Lente descente après une orgie? Bad trip?
Spaced cowboy est un yoodlé suisse, ne riez aps! C'est pour rien que Jamiroquai à appelé un de ces disques The return of the space cowboy. On imagine un mec dans l'infini chevauchant un cheval improbable sur cette musique carrément barjot... Hilarant mais un peu inutile.

Runnin' away tranche avec le titre précédent. Là, on comprend d'où vient Jamiroquai, la ligne de basse, alternant mélodies et slap, les riffs de guitare, la mélodie. Ils ont dû user ce titre es nuits entières et on devine pourquoi. C'est magistral, pour une fois presque badin, comme une contine enfantine.

And now, the sountrack of a Blaxploitation movie. Instrumental à écouter l'été, toute vitres ouvertes, avec des lunettes de soleil, le bras posé sur le bord de la portière. Thank u for talkin' to me Africa. Bien trouvé, un peu la version longue et collante de Thank you for lettin' me be mice elf. Rââââahhhhh!
Attention au feu rouge. Et aux séquelles post-hypnotiques...

Oubliez les bonus qui n'ajouteront rien à ce chef d'œuvre. Vous voilà prévenu. N'achetez pas ce disque sous peine de ne plus en écouter d'autres dans votre véhicule. Au bout du compte, on se demande ce qu'il est arrivé à Sly depuis. Le chaînon manquant entre James Brown et le psychédélique.

Fresh sera plus inégal avec de purs moments de génie (Babies making babies). Small talk plus écrit avec ce mélange violon et cuivres, je l'aime bien, malgré tout le mal qu'on en dit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les dés sont jetés, et n'était pas pipés, 24 novembre 2008
Par 
soulfan (Clermont de l'oise france) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : There's A Riot Going On (CD)
Une légende à laquelle j'adhère prétend que Sly était si exigeant envers ces musiciens lors de l'enregistrement de cet album qu'il ne daignait pas leur accorder quelconque répis.Qu'il avait une idée extrèmement précise de l'orientation de celui ci, et qu'il devait régner par conséquent une atmosphère assez tendue dans le studio dont personne ne sortait...On peut imaginer qu'il en ai resulté pas mal de déboires : le son meme de l'album, etouffé,en aura largement patie à force de réenregister sur la meme piste.Encore une fois,à ce propos, je ne saurais que trop de vous conseiller de vous procurer la version en vinyl, car c'est la seule, selon moi qui en restitue le mieux l'amplitude.

Vous remarquerez dans divers chroniques qu'il est assez fréquent que l'on fasse reference à l'état dans lequel se trouvait Sylvester à cette période de sa vie, l'associant trop souvent à mon gout à une sorte de déchéance l'entrainant dans un univers paranoiaque.

IL me parait trop facile de n'y voir qu'une sorte de délire composé sous emprise: l'album peut ainsi paraitre plus inaccessible,plus difficile à aborder.
Que savez vous de l'état dans lequel était Mozart en écrivant ces dernières symphonies, que savez vous des séances d'enregistrement de Layla d'Eric Clapton,la liste pourrait s'allonger considérablement s'il fallait ne retenir que cet aspect.
Une chose me dis , juste un sentiment comme ca...qu'ont lui en aurait voulu d'avoir touché la grace de trop pret.A ce stade de perfection on se pose des questions, et les réponses peuvent parfois etre faciles.

Cet album ne se donne pas comme les autres, dès les premières secondes, on sent que l'on a affaire à un style totalement nouveau, une mozaique de funk, de rock psychedelique, de gospel, de jazz.Tout est marié avec une maestria envoutante, désarmante.Autant de titres d'une richesse incroyable,posant pour la première fois les bases de l'ambiant-funk qu'aucun groupe ne saura jamais aussi bien interpreter.

George Clinton, dans un interview, déclarait qu'à l'époque ou il se produisait sur scène avec lui fin 60, qu'il n'était pas rare de voir Norman Withfield de La Tamla, se mettre au fond de la scène et enregistrer le concert sur un magnéto à bande, pour ensuite remmetre à sa sauce ce qui lui plaisait...En un sens , il aurait permis ainsi de populariser un style psychedelique en produisant les Temptations, undisputed truth...

Mais là, impossible, on ne peux pas plagier, on sent immédiatement que c'est infaisable.On peut porter en haut respect l'albun 'Inspiration information " de Shugie Otis sorti 3 ans plus tard, mais rien n'égalera le génie de Sly

C'est un veritable ovni qui débarque dans les bacs en cette année 1971, rien ne laissait présager un tournant aussi bien maitrisé.L'inventivité qui était déja perceptible dans les albums précédents trouve ici toute sa puissance.Avec une désinhibition insolente, il alternera entre funk rock décapant( Luv'haiht ) et véritable monstre d'ambiant funk (Thank you for talking to me africa" ).Mettant tout ces confrères au tapis définitivement, et pour très longtemps.

J'ai assisté à bien des soirées funk, certaines magnifiques ou quelques djs vous sortent des galettes obscures et vous emportent jusqu'à l'aube dans un tourbillon magique, mais jamais, je vous le dis, jamais il ne m'auront fait danser sur " the asphalt jungle ", j'attend toujours...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Il ne s'agit pas de l'album studio..., 19 février 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : There's a Riot Goin' On (CD)
...mais plutôt d'un live, à qui on a donné le même nom et qui, en plus, n'a pas l'air très officiel.
Le son est, par conséquent, de mauvaise qualité, et les morceaux ne sont pas ceux de l'album original "there's a riot goin'on". Il est évident d'ailleurs, que ce concert a été enregistré, bien après 1969, de par la présence de certains morceaux qui ont été composés entre 1970 et 1976.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 essentiel du funk seventies !, 29 janvier 2005
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : There's a Riot Goin' On (CD)
Cet album, c'est Sly & the Family Stone au sommet de leurs pouvoirs, et cela signifie le meilleur du funk-rock-pop des seventies. Contient les tubes Family affair et You caught me smilin, du funk energique et sordide comme Luv and haight , Brave and strong (l'ultime song funk !!) et Thank you for talkin' to me africa, qui est une nouvelle (et meilleure) version du hit Thankyou (Falettinme Be Mice Elf Again), aussi des numéros plus laidback comme Poet et Just like a baby. Sly a experimenté avec les tout premiers drum machines sur cet album, auquel aussi Bobby Womack a participé comme guitariste.
Sur Riot going on, l'optimisme des années soixantes a fait place pour la déception et l'abus de drogues des seventies. C'est vrai que la production est parfois bizarre, avec des guitares qui entrent et sortent vos oreilles sur quelques tracks. Néanmoins un album à ne pas rater pour les amateurs du funk et musique des années soixante-dix.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 pour inconditionnel, 30 janvier 2004
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : There's a Riot Goin' On (CD)
Titre usurpé pour cet album, à moins qu'il n'anticipe la réaction des "heureux" acquéreurs trompés par les étoiles indûment attribuées à celui-ci...
Tempos anémiques, enregistrements bâclés, aggravés par une production inexistante, l'énergie est absente de cet opus, aux antipodes de la prestation enjouée et inventive du groupe à WOODSTOCK - cf. triple album WOODSTOCK - Ennui garanti à l'écoute de cette bouillie sonore informe et soporifique.
Pour collectionneur inconditionnel de fonds de tiroir, peut-être ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

There's A Riot Going On
There's A Riot Going On de Sly and the Family Stone (CD - 1991)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit