undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 novembre 2005
Le jeu d'Eric Heidsieck, caractéristique d'une certaine école française, fait penser à Yves Nat: doigts puissants, tempi souvent rapides, interprétation virile et sans fioritures. Dans les sonates les plus connues (Appasionata, Hammerklavier), on pourra être un peu déçu, en comparaison des versions génialissimes qu'on connaît par ailleurs. Cependant la vision proposée ici pour l'ensemble du cycle est cohérente et ne manque pas de qualités.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 février 2010
De toutes les versions des sonates pour piano de Beethoven (idem pour les Nocturnes de Fauré) que j'ai tant travaillés, je reviens sans cesse à celles d'Heidsieck ; malgré une prise de son qui mériterait une remastérisation, elle est au moins égale et plus claire que celle d'Y. Nat, parfois pâteux (il le reconnaissait lui-même), supérieure à celle Guillels souvent trop lente (je ne parle pas des rêveries de Michelangeli sur les 1èes sonates exquises de raffinement mais à se demander si le compositeur avait voulu y mettre tant de choses !) . Elle maintient surtout l'impression d'un monument, de la 1ère à la dernière sonate. Tout dépasse le "merveilleux, l'enchanteur, le bouleversant" dont se délectent les critiques. C'est la musique (pas plus française que russe ou allemande), sans chichis ni effets, sans fantaisies prises avec le texte, avec une intelligence néanmoins de la moindre nuance à souligner, une vigueur jamais brutale, une tendresse jamais mièvre, une vivacité jamais virtuose. Que n'a-t-il davantage enregistré et pourquoi n'en fait-on qu'un "fils du champagne" (comme Collard qui ne le vaut pas)!

François Fossier
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

In Uwajima IV-'94
In Uwajima IV-'94 de Eric Heidsieck (CD - 2014)

Waldstein
Waldstein de Eric Heidsieck (CD - 2014)