Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un "Orfeo" d'anthologie, 22 juillet 2011
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monteverdi - L'Orfeo / Coro Antoni Il Verso, Ensembel Elyma, Garrido (CD)
La discographie de l'"Orfeo" de Claudio Monteverdi est pléthorique : on ne compte plus les réussites incontestables mais aussi les ratages mémorables. Les versions "historiques" se sont multipliées (on citera Harnoncourt, Malgoire, Jacobs, Gardiner, Haïm et plus récemment Alessandrini) parmi les plus réussies). En 1996, le chef argentin Gabriel Garrido nous en offrait une version de référence.
1. Il dispose d'un excellent plateau vocal avec des solistes d'une rare homogénéité (le baryton Victor Torres dans le rôle d'Orphée, Adriana Fernandez dans celui d'Eurydice mais aussi Gloria Banditelli dans celui de la Messagère Furio Zanasi dans celui de Pluton).
2. Il parvient à un miracle d'équilibre et d'harmonie qui nous restitue la richesse inouïe et la modernité de la musique de Monteverdi. Il ne cherche pas à restituer un opéra embryonnaire mais nous donne à entendre un spectacle de cour intime à la mesure de de l'effectif et de l'espace de sa création mantouane.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Idéal ? Oui, certainement, 12 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monteverdi - L'Orfeo / Coro Antoni Il Verso, Ensembel Elyma, Garrido (CD)
Probablement l'un des deux ou trois versions les plus touchantes. Oubliez celle de Corboz comme le dit l'avis précédent, nous sommes ici dans un autre univers. c'est le baroque grinçant, chaleureux et onirique qui domine ici avec ses touches de théâtre musical qui transpire l'italie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Orfeo de référence, 24 février 2005
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monteverdi - L'Orfeo / Coro Antoni Il Verso, Ensembel Elyma, Garrido (CD)
Sorti en 1996, ce coffret a bouelversé la discographie de l'Orfeo et installé Gabriel Garrido parmi les grands interprètes de Monteverdi. A l'opposé des appropriations parfois un peu forcées de Harnoncourt ou Jacobs, le chef argentin installe un climat vivant, théâtral, mais aussi fluide et chaleureux, grâce à un ensemble instrumental aux couleurs somptueuses, notamment des théorbes magiques auxquels on doit un continuo frémissant, mais aussi des vents moelleux et expressifs à la fois. Un peu comme dans le Satyricon de Fellini, on a vraiment le sentiment d'être transplanté dans un autre univers, antique et mystérieux. Les chanteurs, pour n'être pas des stars, sont remarquables, qu'il s'agisse de Banditelli, messagère poignante, de Zanasi, Pluton très noble, Kiehr, en Espérance et Musique, ou surtout Victor Torres dans le rôle-titre, auquel son baryténor est parfaitement adapté, superbe et digne, divin et humain, passionnant. Un premier choix !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ORFEO ORFEVRE, 18 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monteverdi - L'Orfeo / Coro Antoni Il Verso, Ensembel Elyma, Garrido (CD)
Cette magnfique production a rencontré dès sa sortie en 1996 un succès phénoménal que l'éditeur n'oublie pas de mentionner à juste titre sur le coffret de sa réédition de 2007 : diapason d'or, un 10 de Répertoire, un choc du Monde de la Musique, les 4 fortissimo de Télerama etc...

Toutes ces louagnes sont parfaitement fondées et les précédents commentaire résument bien l'opinion commune et partagée : cet Orfeo hors du commun s'engage dans de nouvelles voies, jamais explorées, qui font de cette production un grand "chambardement".

Le sanguin Gabriel Garrido dirige un autre Orfeo pas un Orfeo de plus !

Très belle production sonore, profonde, merveilleusement claire et chaleureuse, servie par des intérprètes inspirés qui comprennent que la musique de Monterverdi joint le geste à la parole.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 une belle version!, 21 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monteverdi - L'Orfeo / Coro Antoni Il Verso, Ensembel Elyma, Garrido (CD)
Je regrette la relative pauvreté du livret qui est sans photos à part une de Garrido.
Maria Cr. Kiehr dans le rôle de la Musica est très pure et les improvisations instrumentales des cordes sont d'un bel effet, grande richesse des luths et des clavecins.

Les ritournelles sont à un excellent tempo et les choeurs sont bons sans être renversants non plus.

Orfée dans "Rosa del Ciel" est bon, c'est surtout la richesse de l'accompagnement des théorbes qui est excellente.

A la fin du 1er acte dommage que Garrido ne fait pas enchaîner le second acte dans la foulée, il y a un "blanc" qui casse le rythme.

Gloria Banditelli en messagère est excellente, toute la fin du second acte est très réussie!

Au 3em acte, l'improvisation de la basse de viole et du chitarrone sur l'espérance est originale mais un peu envahissante et masque un peu trop la chanteuse.
Dans "Possente Spirto", Orfée est vraiment excellent, par contre Charon est un peu lascif pour quelqu'un qui doit se montrer intraitable.

Au 4em acte Propserpina (Roberta Invernizzi) est exceptionnelle!

Au 5em acte Les lamentations d'Orfée sont très belles, à l'inverse les improvisations du violon sur Apollon sont très dommageables au chanteur, il est couvert, le violoniste devait en faire moins et être plus discret!
Les ritournelles de fin sont réussies, Garrido se fait plaisir et rajoute des bis et il a raison!

En conclusion cette version est vraiment à recommander même si, pour moi, ce n'est pas la meilleure. Elle rivalise avec Gardiner et Alessandrini. Par contre Il lui manque un peu de passion chez les chanteurs et comporte trop d'impros instrumentales pour arriver à hauteur de la version d'Haïm!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit