undrgrnd Cliquez ici Baby Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles9
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:21,12 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

D'une autre planète ! Peut-on faire plus alien que le cabaret prog science-fictionneux de Christian Vander et sa troupe d'allumés cosmiques ?

Ecoutez donc l'intro d'Hortz Fur Dëhn Stekën West, ouverture du légendaire Mekanïk Destruktïw Kommandöh, on y a l'impression d'entrer dans le domaine d'un Evil Emperor d'une galaxie far far away... C'est magistral et décadent à la fois, imposant et bizarroïde aussi... C'est Magma !

Et Magma ce sont surtout les drôles d'obsessions d'un petit gars de Nogent sur Marne, fils adoptif du pianiste de Claude Nougaro (Maurice Vander), batteur/vocaliste/pianiste/compositeur/inventeur de sa chose dont la musique est tellement d'ailleurs qu'elle a sa propre langue (le kobaïen), et son propre univers où l'on croise aussi bien John Coltrane que Stravinski/Orff/Stockhausen (etc. pour le côté contemporain de l'affaire) ou King Crimson... Re-haché à la sauce Zeuhl, bien sûr !, puisque c'est ainsi que Christian Vander étiquette le style, l'improbable fusion de sa formation. Pour les newbies, on décrirait volontiers Magma comme une sorte de jazz progressif polyphonique mutant, un genre où la liberté coltranienne, l'expérimentation harmonique stravinskienne et la sombre majesté crimsonienne se rejoignent.

Et donc Mekanïk Destruktïw Kommandöh , le Sgt Pepper, le Red, le Pet Sounds, le A Love Supreme de la formation francilienne... Leur magnum opus de l'avis général. Parce que l'album est bouillant, trippant, transcendantal presque. Un album moins jazz que ne le furent ses prédécesseurs et où l'addition d'un vocaliste aussi frapadingue que Klaus Blasquiz apporte sa pierre à l'édifice. Et quel édifice ! Un majestueux, ténébreux et fantasque opéra spatial, opéra parce que les voix c'est important chez Magma, qui vous prend à la première seconde, vous entraîne au passage dans les méandres de la création Vanderienne, méandres où les possibles se dissolvent dans le bouillant magma (je devais bien la faire celle là) d'une "créativite" (virus intersidéral bien documenté) débordante, pour vous laisser, exsangue mais heureux, 38 intenses mais trop courtes minutes plus tard... Un immense (space) trip, quoi ! Alors, évidemment, cette musique se gagne, demande de multiples écoutes pour être pleinement et parfaitement appréhendée, elle n'en aura qu'une plus grande endurance, une supérieure résistance aux usures du temps.

Parce qu'une fois gagné, une fois exploré les autres splendeurs du catalogue de Kobaïa-Prime (de Magma donc, avec en priorité Kohntarkosz ou Wurdah Ïtah, parce que le zeul de Christian a fait des petits ailleurs, jusqu'au japon), on revient invariablement à M.D.K., un chef d'œuvre, un vrai !

Christian Vander : batterie, chant, orgue, percussions
Jannick Top : basse
Klaus Blasquiz : chant, percussions
Jean-Luc Manderlier : piano, orgue
René Garber : clarinette basse, chant
Claude Olmos : guitare
Stella Vander : chant
Muriel Streisfield : chant
Evelyne Razymovski : chant
Michèle Saulnier : chant
Doris Reinhardt : chant
Teddy Lasry : basse, flûte
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour moi Mekanïk Destruktïw Kommandöh est la bande-son idéale de l'univers graphique de Philippe Druillet (La Nuit - NE). Magma est évidemment inclassable, son style est un savant collage d'influences diverses et improbables.

C'est marrant, lorsqu'on discute avec certains fans du groupe, on retombe presque toujours sur les mêmes références: Carl Orff, Stravinsky, Stockhausen, John Coltrane, mais l'on se rend vite compte qu'ils n'ont au mieux écouté que vaguement les "Carmina Burana"... finalement la "littérature rock" est plus un truc qui se transmet plutôt qui ne se comprend et les clichés ont la vie dure!

Je suis persuadé que si l'on faisait écouter pour la première fois MDK en disant que c'est du Yes, tout le monde crierait au feu, aux pompiers!

Car Magma est pompier et gravement! Ne parlons pas du Kobaïen, si Jon Anderson en avait écrit le centième, il se serait fait lapider à coups de Minimoog!

Malgré un snobisme pro-Magma souvent incompréhensible de la part d'anti-prog forcenés, j'aime beaucoup ce disque. Les musiciens sont bons, mais ici on privilégie le collectif au détriment de la virtuosité (en cela Magma n'est pas jazz). Christian Vander maitrise l'art du collage comme les peintres cubistes du début du XXième. Ses emprunts sont toujours assez courts et discrets pour ne pas crier au plagiat, mais c'est plus un arrangeur, un créateur d'ambiance, qu'un réel compositeur.

La voix de Klaus Blasquiz est évidemment très... originale et on le voit mal passer à la Star Academy (quoique ça fait un peu Era-Enigma par instant). Les voix des "kobaïettes" sont parfois un peu limite, mais comme j'aime beaucoup le jeu de basse de Jannick Top ça compense! L'orchestration est bien vue, tirant plus sur un mélange classico-rock que vers des racines jazz.

Un très bel album bien barré mais à ne pas écouter à toute heure de la journée.
11 commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Magma, c'est tout d'abord un concept, certes, mais organisé autour de Christian Vander. Fils (adoptif) du compositeur Maurice Vander et se sentant fils (spirituel) de Coltrane. A la mort de celui-ci, et après avoir recherché comme son idole le suicide dans la drogue, il aura un jour l'illumination, décidera de faire revivre sa musique dans un groupe qu'il va monter, Magma.
Groupe peu commun, emmené par un Vander leader et batteur, influencé par Elvin Jones, croisé grâce à son père dans le milieu familial. Mais Magma sera plus qu'un groupe, ce sera surtout une « expérience » au sens hendrixien du terme. Un espace sonore sans frontières ni limites, accueillant en son sein au gré de multiples changements de line-up, tout le gotha des musiciens de studio français des seventies. Une illumination supplémentaire fait créer à Vander une langue nouvelle, le kobaïen, qui sera partie intégrante de tous les titres.
Avec de telles bases d'une originalité assez unique, Magma ne pouvait être qu'un groupe hors-norme, insaisissable et inclassable. Il fera vite le bonheur des fans de prog qui se l'accapareront, ce qui les changera de la bouillasse à laquelle ils sont habitués. Même si Magma n'a rien à voir avec l'école de Canterbury ... Magma sera le premier (de toutes façons, il n'y en a pas eu tant que ça depuis) groupe français à jouir d'une (petite) notoriété internationale.
« Mekanik Destruktiw Kommandoh », (M.D.K. pour les amis et sur certaines pochettes de réédition Cd), est le troisième disque de Magma et souvent cité comme leur pièce maîtresse. S'éloignant des relents parfois jazz des deux premiers, Vander oriente sa musique vers quelque chose de martial, limite para-militaire (on pense quelquefois à l'idéologiquement douteux Carl Orff et son « Carmina Burana »), souvent implacable... Il suffit de lire le texte (« Terrien, race maudite ... ») du livret, en accord sur la musique. Ce genre de textes et d'ambiances sont évidemment à prendre au second degré, mais quelques bas du front y verront l'apologie des totalitarismes ... Magma restera éternellement par ici un groupe qu'il sera de bon ton d'ignorer ou de mépriser.
« MDK » est un Cd à écouter d'une traite, d'ailleurs la plupart des titres sont enchaînés, basés sur la répétition et l'évolution d'une phrase musicale (un peu comme Dylan dans sa B.O. de Pat Garrett & Billy the Kid), alternant passages apaisés avant des explosions soniques accompagnées de choeurs lancinants. Beaucoup de choses, d'ambiances, traversent ce disque. Certes assez hermétiques pour le commun des ... Terriens, mais difficile de rester insensible à ce maelström de sons et mots inouïs. Toujours grandiose, mais évitant l'écueil du pompiérisme dans lequel les groupes prog (entre autres) se sont copieusement vautrés dans ces mid-seventies.
« MDK » met en scène ceux que beaucoup considèrent comme la formation « royale » de Magma, dictature démocratique de Vander, entouré par des gens comme Jannick Top, Klaus Blasquiz, Claude Olmos, sa femme Stella Vander, ...
22 commentaires13 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2004
Où doit-on ranger Magma ? : Jazz, rock, progressif, néo-wagnero-quelque chose...?
Aucune importance : toutes ces influences se sont penchées sur le berceau noir gothique de la musique unique, incomparable, originale de ce groupe mystico-mythique.
Musique qui se reçoit aussi aisément qu'un coup de poing dans l'estomac.
Outre le style parlons aussi des qualités des interprètes notamment des deux pointures qui épaulent C. Vander (magicien des baguettes) : Jannick TOP et Klaus BLASQUIZ qui sont impressionnants de présence.
Bref, si le Kobaïen (sorte de "yaourt" germanisant) ne vous effraie pas, venez découvrir la planète Magma sombre, mystérieuse et monumentale.
0Commentaire8 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2002
MEKANÏK DESTRUKTIW KOMMANDÖH avant d'arriver au stade final qu'on lui connaît sur l'album studio enregistré au printemps 73 a connu un long mûrissement. La version intitulée ici "MEKANIK KOMMANDÖH", enregistrée un peu plus tôt en Janvier 73, est le reflet d'un concert donné par le groupe à Bordeaux deux mois auparavant. De facture essentiellement acoustique, son originalité réside dans la présence aux côtés des chanteurs Klaus BLASQUIZ et Stella VANDER des choeurs magnifiques de l'orchestre de la Storchhaus. A posséder absolument, surtout si vous avez déjà la version studio définitive.
0Commentaire12 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2013
Chef d'oeuvre absolu de la Musique Eternelle et Mystique
ce n'est pas 5 etoiles , mais mille milliard qu'il faut donner
a ce chef-d'oeuvre , digne d'un Bach ou d'un Stravinsky !
Tout y est beauté , force , puissance , Amour !
MDK est un pur joyaux de la musique Eternelle
difficile de s'en remettre !...cet opus changera votre vision du monde
Choeurs , batterie , piano , guitare (de Claude olmos aux contrepoints géniaux .)

Tous les musiciens de Magma sont de toute façon parmi les meilleurs qui soit
et Christian Vander le compositeur ..un pur génie de la musique !
Amen !
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2015
Pharaonique !
Mais dans quel péplum sommes nous donc tombé ? Rythmé par des cœurs martiaux, emphatiques et répétitifs, voici Magma transformé en armée égyptienne guerrière et conquérante, patinant sur les dunes surchauffées d'un volcan inconnu. Après un cheminement harassant mais malgré tout cohérent, comme frappé d'un méchant coup de soleil, ça disjoncte sec pour nos Kobaiens qui semblent ensuite s'enliser dans des sables mouvants oniriques.
Point de repos. L'enfer attend l'auditeur un peu plus loin lorsque le pharaon Vandertiti nous lâche son cri primal de psychotique, torturé par le méchant prêtre Klaus Blasquiz lugubre et diabolique avec sa voie d'Au delà vengeur !...
Mieux vaut ne pas être dépressif avant de vous lancer dans l'écoute de cet opéra gothique qui n'est pas à la portée du premier couillon venu. A moins de faire partie de la secte et d'en être initié, seuls les auditeurs téméraires au mental solide qui oseront faire l'effort d'affronter cette oeuvre mystique, pourront alors en savourer toutes les subtilités:
Des performances vocales exceptionnelles et des audaces psychédéliques qui peuvent humilier, aujourd'hui encore, n'importe quel rejeton d'avant garde...
Pour eux et pour eux seuls,la récompense sera à la hauteur de leur curiosité: une beauté noirâtre ensorcelante et fatale!
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2013
Chef d'oeuvre absolu de la Musique Eternelle
ce n'est pas 5 etoiles , mais mille milliard qu'il faut donner
a ce chef-d'oeuvre , digne d'un Bach ou d'un Stravinsky !
Tout y est beauté , force , puissance , amour !
MDK est un pur joyaux de la musique Eternelle
difficile de s'en remettre !
Choeurs , batterie , piano , guitare (de Claude olmos aux contrepoints géniaux .)

Tous les musiciens de Magma sont de toute façon parmi les meilleurs qui soit
et Christian Vander le compositeur ..un pur génie de la musique !
Amen !
0Commentaire1 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2003
Grand-messe de Christian Wander. batteur, compositeur, philologue, chanteur sans égal…
…avec sa sœur Stella.
À écouter fort, prévenir les voisins.
11 commentaire3 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,16 €