Commentaires en ligne


2 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On en redeviendrait enfant..., 6 août 2006
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prokofiev : "Cendrillon" (ballet intégral) op. 87 - Glazounov : "Les Saisons" op. 67 (CD)
"Cendrillon" demeure dans l'ombre de "Roméo et Juliette", l'autre grand opus chorégraphique de Prokofiev.
Sans doute à juste titre : la partition, bien que plus condensée, s'avère d'une qualité inégale (le dernier Tableau traîne en longueur) et les leitmotiv ne sont pas aussi prégnants.

Et pourtant, l'argument du ballet s'avère fort suggestivement illustré, et donne l'occasion d'entendre des numéros plein d'imagination mélodique et de trouvailles instrumentales : la magnifique Valse, qui s'interrompt quand résonne le carillon de minuit (illustré par les cloches et le wood-block), mais aussi les mignons portraits des quatre fées.
Et quand l'on sert les agrumes du repas princier, le compositeur cite malicieusement le célèbre thème de Marche de son opéra "l'Amour des trois oranges".

Les enregistrements intégraux de "Cendrillon" se comptent sur les doigts d'une main : l'on peut se satisfaire des versions d'André Previn (un peu abstraite et littéraire) ou de Gennadi Rojdestvenski (plus caustique).

Mais la somptuosité de Vladimir Ashkenazy à Cleveland demeure selon moi insurpassable. Le principal atout du chef russe, c'est justement ce fabuleux orchestre de l'Ohio et sa sonorité de rêve : tout n'est ici que velours, brocarts et ors. Les timbres sont langoureux à souhaits : quelle touffeur dans la danse espagnole ! Impossible de résister à ces Senora si tentatrices... Et les rêveries étoilées du cor anglais de « Orient » : de quoi susciter un songe interminable...
La virtuosité est diabolique : écoutez le « départ interrompu pour le bal » ou l'impatience croissante des trois galops du Prince !

Mises en relief par une captation exceptionnellement dynamique et moelleuse (la grosse caisse mettra à rude épreuve le boomer de votre enceinte de droite !), les féeries d'Ashkenazy nous émerveillent : son orchestre aux mille saveurs s'écoute avec la délectation et la fascination candide des contes de notre enfance...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un serge filou et lyrique, 2 septembre 2011
Par 
Antoine Martin (Saint Brieuc, Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prokofiev : "Cendrillon" (ballet intégral) op. 87 - Glazounov : "Les Saisons" op. 67 (CD)
Quel fieffé filou que ce Serge Prokofiev, qui cachait la fantaisie de sa nature véritable sous les traits d'un visage dur et austère. Ah, bien malin celui qui aurait deviné que, dans l'obscurité de ce secret bien gardé, il réfléchissait aux derniers détails de sa ravissante suite de Cendrillon aux mélodies primesautières et à l'irrrrrrrrrésistible lyrisme ! Ceci étant, peut-être faut-il préférer l'interprétation de Rodjestvenski à celle du pianiste transfuge qu'est resté Ashkenazy et ce, même si la plastique sonore de Cleveland n'a rien à voir avec les timbres plus crus de l'orchestre soviétique...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit