undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 juin 2007
Pour les Brandebourgeois, se reporter à mon commentaire du disque sorti isolément. Pour les Suites pour orchestre, je maintiens que l'intégrale de l'Akademie de Berlin demeure la plus parfaite et équilibrée. Si pour la Seconde, très faible en raison d'un soliste à bout de souffle, est très vite oubliée, les trois autres sont de purs miracles : la première est merveilleusement sentie et admirablement exécutée. La noblesse de son ouverture est magnifiquement rendue, les rebonds et la malice des autres danses ne le sont pas moins, avec, pour finir un passepied comme jamais je ne l'avais entendu auparavant : d'une suprême élégance et d'une indicible noblesse. La Troisième est brillante et jamais appuyée, sobre et pudique (l'Air est d'une clarté dans la polyphonie, absolument saisissante!), superbement galbée, jamais lourde (quelle ouverture!) Quant à la quatrième, on appréciera ou pas les timbales plus que jamais présentes, mais pour une musique de cour, il faut avouer que cela aurait produit un superbe effet à l'époque. Le niveau instrumental est tel que les partis pris de l'Akademie sont tout à fait défendables (plus en tout cas que les deux clavecins assourdissants de la version lourde et pataude de Goebel qui, par ailleurs, réussit très bien la seconde suite, grâce à un superbe flûtiste, Wilbert Hazelzet.)
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)