undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Straight Ahead
Format: CDModifier
Prix:12,93 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans la lignée du We Insist ! de Max Roach paru l'année précédente, également sur le label Candid, on découvre plus avant la chanteuse Abbey Lincoln dans ce disque paru sous son nom.
Dans ce grand cru 1961, qui pour l'accompagner ? Rien de moins que Coleman Hawkins, Eric Dolphy, Max Roach, Mal Waldron, Booker Little, Art Davis, Julian Priester et Walter Benton. Un effectif qui rappelle inévitablement les workshops de Charles Mingus, ce qui n'augure que de bonnes choses.

L'album s'ouvre sur "Straight Ahead", superbe pièce méditative, basée sur une mélodie de Mal Waldron aux accents tristes et fragiles. On y apprécie l'épure du chant, presque seul, qui génère une force dramatique proche des bijoux de Billie Holiday.
Le piano et la rythmique tout en retenue, les ponctuations parcimonieuses des vents, les couleurs et la subtilité des arrangements, font effectivement penser à la musique de Mingus de façon presque instantanée. L'écrin idéal pour un chorus suave et habité de Coleman Hawkins.
"When Malindy Sings", bien que porté par un swing discret, s'oriente vers une issue plaintive et maintient l'album dans des couleurs mélancoliques, de même qu'"In the Red", acide et douloureux, traversé par un autre solo intense du Hawk.

"Blue Monk", enfin, amène un peu de légèreté et une bouffée d'air frais nécessaire au centre du disque.
"Left Alone" ( écrit par Billie Holiday et Mal Waldron ), autre complainte minimaliste et bouleversante, puis l'"African Lady" de Randy Weston et "Retribution", toniques et joueurs, concluent superbement l'album, fondateur dans la carrière de cette chanteuse dramaturge et captivante, et dont les thèmes obsédants et la charge émotionnelle laissent des empreintes fortes dans l'esprit de l'auditeur.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 février 2014
Du bon jazz, c'est certain. Mais je préfère nettement, pour l'originalité, l'Abbey Lincoln plus tardive! Pas d'autre bla bla bla.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
That'S Hium!
That'S Hium! de Abbey Lincoln (CD - 2011)

Abbey Sings Abbey
Abbey Sings Abbey de Abbey Lincoln (CD - 2008)

Abbey Is Blue
Abbey Is Blue de Abbey Lincoln (Album vinyle - 2011)