Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déterminé
Dans la lignée du We Insist ! de Max Roach paru l'année précédente, également sur le label Candid, on découvre plus avant la chanteuse Abbey Lincoln dans ce disque paru sous son nom.
Dans ce grand cru 1961, qui pour l'accompagner ? Rien de moins que Coleman Hawkins, Eric Dolphy, Max Roach, Mal Waldron, Booker Little, Art...
Publié le 28 juin 2009 par Dale Cooper

versus
Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bien
Du bon jazz, c'est certain. Mais je préfère nettement, pour l'originalité, l'Abbey Lincoln plus tardive! Pas d'autre bla bla bla.
Publié il y a 15 mois par Thierry


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déterminé, 28 juin 2009
Par 
Dale Cooper (The one-eyed Jack) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : STRAIGHT AHEAD (CD)
Dans la lignée du We Insist ! de Max Roach paru l'année précédente, également sur le label Candid, on découvre plus avant la chanteuse Abbey Lincoln dans ce disque paru sous son nom.
Dans ce grand cru 1961, qui pour l'accompagner ? Rien de moins que Coleman Hawkins, Eric Dolphy, Max Roach, Mal Waldron, Booker Little, Art Davis, Julian Priester et Walter Benton. Un effectif qui rappelle inévitablement les workshops de Charles Mingus, ce qui n'augure que de bonnes choses.

L'album s'ouvre sur "Straight Ahead", superbe pièce méditative, basée sur une mélodie de Mal Waldron aux accents tristes et fragiles. On y apprécie l'épure du chant, presque seul, qui génère une force dramatique proche des bijoux de Billie Holiday.
Le piano et la rythmique tout en retenue, les ponctuations parcimonieuses des vents, les couleurs et la subtilité des arrangements, font effectivement penser à la musique de Mingus de façon presque instantanée. L'écrin idéal pour un chorus suave et habité de Coleman Hawkins.
"When Malindy Sings", bien que porté par un swing discret, s'oriente vers une issue plaintive et maintient l'album dans des couleurs mélancoliques, de même qu'"In the Red", acide et douloureux, traversé par un autre solo intense du Hawk.

"Blue Monk", enfin, amène un peu de légèreté et une bouffée d'air frais nécessaire au centre du disque.
"Left Alone" ( écrit par Billie Holiday et Mal Waldron ), autre complainte minimaliste et bouleversante, puis l'"African Lady" de Randy Weston et "Retribution", toniques et joueurs, concluent superbement l'album, fondateur dans la carrière de cette chanteuse dramaturge et captivante, et dont les thèmes obsédants et la charge émotionnelle laissent des empreintes fortes dans l'esprit de l'auditeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bien, 24 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Straight ahead (1961) (CD)
Du bon jazz, c'est certain. Mais je préfère nettement, pour l'originalité, l'Abbey Lincoln plus tardive! Pas d'autre bla bla bla.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Straight Ahead
Straight Ahead de Abbey Lincoln (CD - 1988)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit