Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Premier chef-d'oeuvre 70s de Stevie, 19 décembre 2004
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music Of My Mind (CD)
Enfant prodige de la musique soul, Stevie Wonder prend à l'aube de l'âge adulte son indépendance artistique tout en restant chez Motown. Il réussit en 1972 un coup faramineux avec Music of My Mind. Presque seul avec sa batterie et quelques claviers, il bâtit d'incroyables chansons parcourues de sa voix remarquable. Le son est extrêmement novateur, presque sans guitares, d'un minimalisme évoquant déjà les morceaux de Prince enregistrés sans groupe. Stevie Wonder n'opère pas seulement sa mutation, mais la réforme de la musique noire, sottement réputée moins aventureuse que la blanche, qu'il fait basculer dans une ère nouvelle en lui permettant de de libérer des influences, jusqu'alors écrasantes, de Ray Charles et James Brown.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Autogestion, 1 septembre 2010
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music Of My Mind (CD)
« Music of my mind » est le premier disque solo de Stevie Wonder avec son nouveau contrat fraîchement signé chez Motown. Certes, il est resté fidèle à Berry Gordy, mais comme d'autres à la même époque (Diana Ross, Marvin Gaye), il a voulu s'émanciper de la tutelle encombrante et pesante du fondateur de la Tamla Motown.
C'est vrai que les sixties n'avaient montré de lui qu'une espèce de singe savant, un phénomène de foire (avec quand même de grandes choses à son répertoire) que l'on promène avec son harmonica de plateau télé en salle de concert. Le gamin Stevie n'était que Little Stevie, une attraction, une curiosité, un Ray Charles sans aspérités...
Mais à l'intérieur de sa tête, cette musique qu'il « voyait », était interdite de séjour chez Tamla. Il attendit sa majorité (21 ans en 1971) pour voler de ses propres ailes, gagnant totales liberté et indépendance artistique. Stevie Wonder allait pouvoir écrire, jouer, arranger, produire seul la musique qu'il voulait, seul maître de son processus créatif et de son destin. Un fait assez unique à l'époque...
« Music of my mind » sonne donc comme une libération. Tout ce que fera Wonder dans les années 70, de très loin sa meilleure période artistique, est dans ce disque. Quelquefois de manière un peu maladroite, trop emportée, trop fougueuse. Stevie pousse ses cordes vocales au maximum de leurs possibilités, souvent dans un registre assez rauque. C'est quand il apprendra (très vite) à poser et à moduler davantage sa voix qu'il deviendra ce chanteur unique, tout de miel et de douceur, si souvent imité et jamais égalé. Stevie abuse parfois aussi de ses synthés, empilant des couches de Moog jusqu'à plus soif. C'est quand il dépouillera ses titres qu'ils seront le plus touchants. Quelques péchés de jeunesse, l'envie de trop bien faire, de trop donner ...
Alors « Love having you around » cogne un peu trop, son final avec ses bruitages de synthés est un peu pénible, mais c'est quand même une sacrée leçon de groove. « Superwoman », super morceau, n'est malgré tout que le brouillon de ses chef-d'oeuvres à venir. Stevie Wonder n'est pas encore capable d'écrire des albums entiers de titres uniques, totalement originaux, alors il laisse transparaître dans « Music of my mind » toutes ses influences. « Sweet little girl » et son harmonica omniprésent, c'est encore du Little Stevie, « Girl blue » sonne comme un titre de McCartney, une de ses idoles, « Seems so long » imite le style de Marvin Gaye, « Keep on running » chasse sur les mêmes terres du funk-rock psychédélique que Sly Stone et sa Family. On trouve même une douce ballade folk électronique, la plus dépouillée du disque (« Happier than the morning sun »).
« Music of my mind » n'est qu'un très bon disque de Stevie Wonder. Les suivants, jusqu'à son chef-d'oeuvre « Songs in the key of life », seront juste fabuleux ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Music Of My Mind
Music Of My Mind de Stevie Wonder (CD - 2009)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit