undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

34
4,8 sur 5 étoiles
Songs In The Key Of Life
Format: CDModifier
Prix:18,21 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

29 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2008
Il est fréquent de devoir patienter quelques minutes avant de commencer à livrer quelconques impressions sur un livre, un disque. On hésite, on efface la première ligne, cherchant desespérement à trouver la justesse du ton, on se relie ,et puis comme par miracle, les idées se mettent en train, comme les pièces d'un puzzle que l'on doit composer sans en oublier une...

Je vais opter pour un puzzle de cinquantes pièces, en n'omettant pas de vous avouer que je commente ici le disque vinyl...

Je commence par les coins , comme chacun fait : La pochette est lourde, véritable écrin composé de deux disques 33 tours, et d'un bonus 45 tours, mettant d'emblée des milliers d'autres disques dans les cordes de part sa densité.Vous pourriez imaginer qu'il doit bien y avoir deux ou trois titres à éviter, comme ca peut parfois etre le cas; je m'insurgerai alors, vous regarderais avec un air si ombrageux que vous en trembleriez pendant des jours,et au seul souvenir de cette phrase proférée un jour devant moi, vous serez pris d'un mal étrange...

A l'interieur est glissé dans une des deux ouvertures un livret magnifique de 24 pages, et de 133 grammes, contenant tout les textes, la totalité des musiciens intervenant sur chaque chanson sont minutieusement crédités, tout ici respire déja le travail long et laborieux.Remarquez ensuite le soin porté à la caligraphie, au travail de script ou l'on s'apercois que les choeurs figurent juste en dessous de la partie chantée par le maitre, scrupuleusement, minutieusement à leur place.

En avant dernière pages, sont mentionnés pas moins de 177 artistes que l'auteur remercie pour leur gentillesse et leur dévotion durant la conception de l'oeuvre.On retrouve ainsi David Bowie au coté de Franck Zappa, Sergio Mendes au coté de billy Preston, et l'on devine alors que chacun devait pressentir que Mr Wonder allait sortir une pièce capitale dans sa carrière.

Les chansons se suivent sans aucune interruption, aucuns blancs entre chaque titre, remarquez également chacune des chansons se suivant sur le meme tempo de celle qui la précède...Tout simplement magique.

Encore une fois, ne citer que trois ou cinq morceaux serait vain, dites vous seulement qu'en admettant que vous achetiez cet album par hasard, il n'est pas impossible que vous pensiez qu'il s'agisse d'un best of, et qu'il vous faille acheter tout les album dont en a extrait que le meilleur, tant vous y reconnaitrez au moins cinq tubes...

Mais je ne peux m'empecher de vous avouer que la chanson qui ouvre l'album est ma préférée, saisissante chanson d'amour au sens le plus large du terme, ou Stevie commence tout doucement pour progressivement vous mettre dans un état de transe tel qu'il vaut mieux que vous vous éseuliez un instant avant de l'écouter, sincèrement.

Je passais fut une époque des journées entières à écouter ce disque en boucle, je m'en suis imprégné, il coule dans mon sang, je peux instinctivement deviner si une personne en a gardé, elle aussi les memes souvenirs, car on ne peux en ressortir indem.

IL vous fait entrer au plus profond de vous meme, en n'en sortant qu'avec ce que vous avez de meilleur .

Je dis que ce disque devrait etre donné dans toutes les écoles, que le 28 Septembre ( date de sa sortie en 1976 ) , devrait etre un jour ferié ou chacun écouterais le meme album.

On peut commencer une lettre avec hésitation, et la finir ne sachant plus comment l'arreter.

Les superlatifs souvent employés , des adjectifs tous aussi révérencieux l'un que l'autre ne me permettront jamais je crois de vous exprimer ou je place cet album.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 avril 2011
Il y a des albums dont on vous parle incessamment et vous vous dites il faudra bien que je l'écoute un de ces 4. C'était mon cas avec celui-ci. La première fois que je l'ai écouté c'était il y a 3 ans.

A la première écoute "Love's in the need of love today" et là je me dis Ah! quand même, un morceau épique, oui c'est le bon terme comme le reste de l'album d'ailleurs. J'ai navigué dans cet album et que ne fut pas ma surprise d'écouter de nombreuses pistes dont je ne connaissais que les reprises. Par exemple, le fabuleux As repris avec brio par George Michael et Mary J Blidge il y a quelques années, le merveilleux I wish repris par will Smith pour la bande son du film wild wild west, Pastime paradise repris par le rappeur coolio,etc et ce n'est que le disque 1.

Ce double album est vraiment une oeuvre à part dans l'histoire de la musique américaine, assurément elle frise avec les cimes comme le "off the wall" de Michael Jackson, le "What's goin on" de Marvin Gaye, le "sex machine" de James Brown ou le "1999" de Prince.

Des fois, je l'écoute et je ne peux m'empêcher de me demander: comment un être humain a pu créer ça? Bref, cet album est une expérience magique, un voyage dont le guide Stevie Wonder ne vous laissera pas en ressortir indemne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
26 sur 29 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 décembre 2005
Entre 1970 et 1976, Stevie nous livre ses plus belles perles où culminent
"TALKING BOOK", "INNERVISIONS", "FULLFILLINGNESS FIRST FINAL". "MUSIC OF MY MIND". En 76, "SONGS IN THE KEY OF LIFE" sort de son écrin, un travail colossal de 2 ans, mais l'attente est largement récompensée. Ce "chansons dans la tonalité de la vie" ne pouvait pas rêver meilleur titre. Ce disque est un véritable cri d'amour à la vie avec ses joie et aussi ses souffrances.
Un cri humanitaire aussi, rien de surprenant de la part de celui qui a toujours soutenu et célébré, Martin LUTHER KING.
Vingt et une chansons d'une beauté sidérante, fascinante. Les mélodies sont en prise directe avec l'âme et le coeur. La fusion entre Soul et Pop est servie par des arrangements somptueux, agrémentée par une recherche des sonorités dont Stevie a toujours été friand, notamment celles des synthés. De plus le 'Casting" de musiciens est aussi très prestigieux, notons la présence de Herbie HANCOCK dans "AS", Mike SEMBELLO, George BENSON et bien d'autres...
Stevie au sommet de son art.
Chansons d'amour de son prochain où la spiritualité et la ferveur "churchy" prédominent.
Chansons pour dénoncer la condition misérable des opprimés dans les villes ghettos, l'exploitation des hommes par d'autres hommes, la mort des enfants faute d'argent.
Chansons qui mènent vers la foi en Dieu.
Chansons qui réveillent les douloureuses mémoires ancestrales de l'Afrique.
Chansons en hommage aux grands musiciens de Jazz, passeurs de feu, de rires, de larmes dont l'héritage est omniprésent et irréfutable,BASIE,ELLINGTON,ARMSTRONG.
Chansons du coin d'une rue où l'on passe en simple voyageur du temps, en humble observateur.
Chansons de joie sur l'être aimé, d'émerveillement d'une naissance.
Chansons de chaleur, de pluie, de nature qui s'ouvre au printemps, de rires d'enfants qui jouent, de rêve.
Méditations sur le sens de la vie, sur le temps que l'on ne peut retenir.
Questionnement sur la nature, parfois si cruelle , de l'homme.
Chansons sur le respect de tous ceux qui vivent ici bas, sans clivage d'aucune sorte.
Sens de la vie, poésie, autant de visions intérieures développées dans ce chef d'oeuvre sans âge, autant de point commun et de désirs mutuels d'accéder à un monde plus juste. Quand il chante, Stevie WONDER est là tout près de nous.
En nous faisant partager ses couleurs, ses tonalités, il réussi à nous émouvoir au plus profond de nous même, avec paix, conviction et sérénité. Thank you Stevie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2013
En 1976, et bien qu'il n'ait que vingt-six ans, Stevie Wonder sort son dix-septième album avec "Songs In The Key Of Life". Il faut dire que le compositeur-auteur-interprète-multi-instrumentiste avait sorti son premier opus à l'âge de douze ans. De là à parler de génie il n'y a qu'un pas, que nous éviterons de sauter étant donné que le terme est peut-être un peu galvaudé...

Stevie Wonder, c'est avant tout un créateur musical très original et un songwriter exceptionnel, capable de pondre des mélodies inoubliables et entêtantes en fredonnant un simple "lalala". La classe absolue et la magie de la simplicité.
En 1972, il réalisait un album intitulé Music Of My Mind, considéré comme l'un de ses meilleurs et sur lequel il écrivait, composait, chantait et jouait tous les instruments absolument seul ! Pas mal pour un artiste aveugle depuis sa petite enfance !

"Songs In The Key Of Life" est son premier double-album et regroupe en tout vingt et un titres, parmi les incontournables de son œuvre. Le réécouter avec du recul est impressionnant si l'on mesure le nombre de chansons qui ont été reprises (et que certains connaissent uniquement sous la forme de ces reprises, d'ailleurs !), depuis maintenant bien des années.
Pendant longtemps, j'ai ouï-dire qu'il s'agissait-là d'un album concept (ce qui est vrai) tourné vers l'univers du jazz-rock (ce qui est faux). Bref, un des premiers albums "fusion" de la variété moderne. Je ne sais pas s'il s'agit du premier album "fusion", mais en tout cas il est habité par une multitude d'influences musicales, ça c'est certain.
Il demeure tout de même un pur album de soul music, avec une majeure partie de chansons directement issues de cet univers musical (ne serait-ce que le magnifique "Love's In Need Of Love Today", qui ouvre le premier disque). La plus-part des titres sont tout simplement des chansons de Stevie Wonder, telles qu’il en écrivait des dizaines à l'époque, portées par une impressionnante intensité créatrice et habitées par des thèmes existentiels et spirituels qui transparaissent dans le titre de l'album.

L'arrangement de chaque morceau est particulièrement soigné et ambitieux et Stevie n'hésite pas à convoquer les orchestres avec notamment, un "Village Ghetto Land" (troisième titre de l'album), entièrement joué par des instruments classiques.
Le jazz-rock relevé plus haut est bel et bien présent mais ne s'immisce dans l'ensemble que sur quelques titres, comme "Contusion" (quatrième plage, entièrement instrumentale).
Les tubes sont légions, avec "Sir Duke" (cinquième titre), "I Wish" (sixième), "Pastime Paradise" (huitième titre, avec une rythmique tellement hip-hop avant l'heure que la chanson sera évidemment reprise plus tard par des rappeurs !), "Isn't She Lovely" (onzième, pour six minutes de déclaration d'amour à une petite fille, avec interminable solo d'harmonica et rires du bambin et de sa maman !), "As" (seizième. Peut-être l'un des plus beaux morceaux de l'album), "Another Star" (dix-septième, avec ses huit minutes de rythme latino à faire danser un iceberg), le tout enrobé par la signature inimitable et le sens inné de la mélodie, propre à l'artiste.
Les douces ballades sont bien évidemment au rendez-vous, avec quelques titres à tomber sur l'oreiller, comme "Knocks Me Off My Feet" (septième plage), "Summer Soft" (neuvième), "Joy Inside My Tears" (douzième), "If It's Magic" (quinzième, uniquement porté par un arpège de harpe !) et "Easy Goin' Evening (My Mama's Call)", le vingt-et-unième et dernier titre de l'album.
Quelques chansons sont tout simplement de l'ordre de la pop music, avec notamment "Ebony Eyes" (dix-neuvième plage).
Certains titres sont plutôt inclassables, sorte de mélange entre la soul, la pop et le jazz, comme le superbe et entêtant "Ordinary Pain" (dixième plage, qui boucle le premier disque), avec ses cœurs en boucle et sa multitude d'instruments, "Saturn" (dix-huitième titre, plutôt conceptuel et assez "new-age"), "All Day Sucker" (vingtième titre au solo de guitare rock'n roll, voire hard-rock !), et le très impressionnant "Black Man" et son mélange de groove (côté cuivres) et de jazz (côté basse, avec un "tapping" d'enfer).

Pour l'accompagner dans cette aventure, Stevie Wonder s'est adjoint la participation de quarante musiciens (nous ne parlons ici que des musiciens de studio, sans compter l'orchestre !) et pas moins de quatre-vingt dix choristes, avec des invités prestigieux comme George Benson ou Herbie Hancock ! Bref, "Songs In The Key Of Life", c'est l'album de tous les superlatifs, de toutes les ambitions, de toutes les folies, et accessoirement le chef d'œuvre d'un des auteurs majeurs de la musique noire...
99 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2014
La qualité sonore et la musique elle même sont superbes mais le coupon de téléchargement ne m'a donné droit qu'à la version mp3. Pas de flac en haute résolution, contrairement au Blu Ray de Melody Nelson. D'ailleurs le site indiqué est différent...très étrange, et frustrant, d'où les quatre étoiles, j'en aurait mis 5 autrement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 mai 2013
Disponible en exclusivité à la FNAC jusqu'en Septembre, les bluray audio apporte un réel plus suivant les éditions.

Tout le monde sait que Wonder est un intégriste du son et qu'il ne permet pas l'accès à ses masters au premier venu! Exception avait été faite pour l'édition SHM-SACD japonnaise. Mais qu'en est-il pour le blu-ray audio? Au delà de la qualité de l'album déjà mainte fois développée sur les critiques de l'édition CD, la qualité audio est tout bonnement époustouflante! A acheter les yeux fermés! C'est chaud, dynamique et le mastering fait taper cet enregistrement comme un vinyl. Du coup, cette édition est largement supérieure à celles gravées sur les galettes noires et enterre littéralement les versions CD précédentes.

Pour les amoureux de bon son et des enregistrements TAMLA/MOTOWN. Une qualité audiophile certaine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 octobre 2013
J'ai retrouvé ici les chansons découvertes il y a plus de trente ans, sur pressage vinyle. Attention, ce disque made in japan est aux standards DSD / SACD, et ne comprend pas de couche CD, en conséquence de quoi il ne peut pas être lu sur un lecteur CD de voiture. Dommage !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 septembre 2009
Je me rappelle de cette époque ou nous avions par les revues spécialisées des informations aux sujet des disques à paraître.Chroniqués par avance nous avions l'avant goût de ce que nous attendions avec impatience, bon ou mauvais.Evidement la satisfaction était à son comble lorsque la découverte du nouveau vinyl correspondait à tous nos espoirs et plus encore. Ce fut le cas de ce double album deux disques foisonants de hits a venir, et jamais démenti. Un disque à transmettre à ses enfants.

G.S
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
FULFILLINGNESS' FIRST FINALE (1974) a définitivement fait de Stevie Wonder une superstar (meilleure vente de l'année aux USA et trois Grammies, dont celui d'album de l'année) et celui-ci en profite pour négocier LE contrat de la décennie avec une Motown grandement en besoin des services de son artiste le plus rentable. Désormais en position royale, il va prendre deux ans pour peaufiner son prochain album qu'il annoncera et retardera à plusieurs reprises, prenant même la peine de s'excuser (dans le livret) auprès de ses fans pour les avoir fait attendre ! Mais dès sa sortie, toute excuse est devenue caduque... Car c'est un monstre, un monument, LE chef-d'œuvre d'un Stevie Wonder qui atteint là sa culminance artistique.
Double-album (plus un EP-bonus de 4 titres !), SONGS IN THE KEY OF LIFE aurait pu être l'album du siècle s'il avait été réduit au format simple (il n'évite pas certaines complaisances aux allures de jams funk-jazz), mais reste cette célébration de la vie que souhaitait son auteur et contient quelques unes de ses chansons les plus fortes. En tout autant de styles que leur génie de créateur a de cordes à son arc : funk synthétisé (I WISH), soul-jazz en forme d'hommage à Duke Ellington (SIR DUKE et ses sidérants breaks de cuivres), ballade crépusculaire (le quasi baroque PASTIME PARADISE), pop joyeuse (ISN'T SHE LOVELY,dédié à sa fille, avec un titanesque solo d'harmonica) ou gospel empirique (AS), Stevie promène son génie aux tréfonds de son patrimoine pour en extraire la quintessence et la mettre au service d'un songwriting tendu vers un seul but : faire aimer la vie à ses auditeurs. Et il y arrive encore, même en 2015...
Tops : SIR DUKE, I WISH, ISN'T SHE LOVELY, AS, PASTIME PARADISE, ANOTHER STAR, VILLAGE GHETTO LAND, EBONY EYES
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 28 juillet 2014
Ce fabuleux double-album gorgé de tubes issus d'une éclatante inspiration de la part de son génial auteur, alors au sommet de sa créativité artistique, reste plus de 30 ans après sa sortie d'une incroyable modernité sonore et d'une majestueuse beauté harmonique. Une œuvre fortement ambitieuse (3 ans de conception, plus de 50 musiciens et choristes et un budget qui s'élève à 13 millions de dollars !). Résultat : 21 titres qui s'enchainent sans interruption, revisitant chaque genre qui façonne la musique noire depuis les années 40 (de la soul, du funk, du jazz, du gospel, du blues, de la pop et des influences de musiques latines, disco ou classique), traitant des blancs, des noirs, d'écologie, de croyance, d'amour, d'espoir, de l'enfance ou encore un hommage vibrant aux plus grands jazzistes (Duke Ellington en tête) donnant à cette musique de l'âme un passeport pour l'universalité, Wonder compose, écrit, arrange et produit toutes les splendeurs que comprend le double orange (de "Love's In Need Of Love Today" à "Easy Going Mama") chaque morceau est essentiel dans cette collection, source inépuisable pour tous artistes contemporains. Il est important de souligné que Stevie Wonder est l'un des artistes les plus importants qui est foulé notre ère, sa musique m'emporte dès les premières notes tant sa voix, son sens du groove et ses mélodies sont naturellement magiques. "Songs In The Key Of Life" est bel et bien pour moi, clairement, définitivement, le plus bel album tous genres confondues que j'ai pu écouter, le plus influent de Stevie (les reprises diverses ne se compte plus), le meilleur double-album du XXème siècle. Procurez le vous sans hésiter une seconde si vous n'avez pas encore écouté cette pure merveille. Une tuerie pour vos oreilles et votre moral !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Innervisions
Innervisions de Stevie Wonder (CD - 2009)

Hotter Than July
Hotter Than July de Stevie Wonder (CD - 2000)

 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Great Seats Available at StubHub. Buy Stevie Wonder Tickets.