undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 décembre 2007
Dès les premières mesures pianissimo du poème symphonique "En Saga" on sait qu'il va se passer quelque chose. Mikko Franck va nous raconter une grande histoire palpitante, angoissante et oppressante, tant les crescendos semblent sans fin. L'orchestre de la radio suédoise déploie une large sonorité, très dense qui se fait moteur de l'action. Le jeune chef finnois agence les différents pupitres de l'orchestre à sa manière, ce qui confère à cette nouvelle version un caractère très personnel. L'étude faite sur la couleur générale est impressionnante, les dosages de chaque instrument sont finement pensés : on croirait entendre Bernstein dans ses dernières années. Les contrastes rythmiques sont bien mis en évidence, sans que ceux-ci soient brusqués. Tout semble couler de source mais rien n'a été laissé au hasard. Il en est de même dans la grande aventure du Kalevala, les légendes de Lemminkäinen, une sorte de Don Giovanni local. Comme dans En Saga, la densité sonore est impressionnante. On y entend les différentes influences qu'a eu Sibelius, dont surtout Wagner. La variété des climats est étonnante, tant dans la lenteur suffocante et morbide du cygne de Tuonela, page dont le dépouillement est rendu de manière saisissante sous la baguette, que dans Lemmikäinen à Tuonela, dont le lent mais inexorable crescendo nous emporte dans le coeur d'une aventure dont on n'est pas sûr de sortir vivants tant le sentiment d'oppression nous accable (les timbales très présentes, et leur unisson avec les cuivres, ne sont pas pour rien dans cette impression de saturation). Même le finale ne nous laisse entrevoir que très partiellement l'espor qui n'arrivera pas. Ce premier disque est une complète réussite. Pourvu que Mikko Franck se préserve.
0Commentaire7 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Né le 1er avril 1979 à Helsinki, Mikko Franck a enregistré ce disque, son premier, à l’âge de vingt ans, en décembre 1999.

Le cycle de Lemminkainen op. 22, « seconde symphonie » de Sibelius, a été composé dans sa version originale suite à un renoncement : Sibelius avait envisagé initialement un drame lyrique sur le modèle wagnérien (La construction du bateau) et l’œuvre marque un retour à la grande composition d’orchestre qui l’occupera pour le restant de sa vie créatrice. Je ne reviens pas sur la discographie de l’œuvre dont je disais un petit mot à propos du disque récent et bien différent d’Hannu LintuLemminkäinen Legends, op. 22 - Pohjola's Daughter, op. 49.

Cette interprétation de Lemminkainen est marquée par la personnalité du jeune chef, déjà affirmée : le geste est ample et généreuxTchaikovsky: Symphony No. 6 'Pathétique'; Rautavaara: Apotheosis, le ton celui du conteur qui ne se pressera pas pour évoquer le pays des légendes. Que Sibelius ait trouvé sa voie au milieu du romantisme post-wagnérien, on le perçoit aussi sans ambiguïté : Mikko Franck n’essaie pas de tirer l’oeuvre vers le Sibelius des périodes suivantes (comme récemment Hannu Lintu). Il nous donne une interprétation très noble, très pensée, très spacieuse, ce qui n’exclut pas une certaine gourmandise pour les belles sonorités. Si on associe la jeunesse avec un mélange de tentation de la précipitation et d’immaturité, c’est tout le contraire qu’on entend ici.

On sait que le héros Lemminkainen est un séducteur, et dans Lemminkainen et les jeunes filles de l’île, avec son développement particulièrement grisant, le chef met du cœur à l’ouvrage comme il le fait dans le Don Juan de Richard Strauss. C’est gagné dans l'ensorcelant Cygne de Tuonela dès le tout début, qui s’élance depuis les graves jusqu’à la lumière d’une manière qui crée l’atmosphère en un seul geste assuré qui va droit au but. L’évocation des enfers du troisième temps, page en tout point géniale, est moins terrifiante qu’elle n’est mystérieuse – et là encore les tempi retenus portent tous leurs fruits. Moins immédiatement triomphal qu’ailleurs, Le retour de Lemminkainen reste dans le ton du volet précédent.

Le disque s’ouvre par En saga op.9. Certes, on se souvient du concert de Furtwängler à Berlin en 1943, réédité par DG en 1989, qui n'a pas pris une ride. Mais il n’y a, là encore, que du bien à dire de l’association entre l’orchestre de la radio suédoise et Mikko Franck, qui tout du long ménage ses effets avec art (à 3’02, il faut l’entendre allumer un second moteur et créer cette allégresse qui met l’univers de Sibelius tout à fait à part), tout en prêtant constamment attention, comme dans Lemminkainen, à la dimension verticale de la musique, comme à son contenu expressif (le fameux solo de clarinette conclusif).

Prochain directeur musical de l’orchestre philharmonique de Radio FranceDebussy : Images - Printemps - Prélude à l'après-midi d'un faune, Mikko Franck est un des plus remarquables chefs d'orchestre de notre temps. On rappellera que ses récentes apparitions à Paris ont été justement ovationnées.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 9 janvier 2010
Deux poèmes symphoniques de Sibelius à la tonalité sombre, oppressante, tendue.... deux pièces très réussies par la qualité de l'orchestre, de son chef qui mettent en relief tout ce que cette partition a d'héroïque et d'épique....
On sent l'influence de Wagner (que j'exècre mais qui a des intuitions orchestrales géniales)...Sibélius en a tiré des idées remarquables qu'il utilise avec un talent qui lui appartient en propre......
Un très beau CD héroïco-tragique.....
33 commentaires2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus