undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos NEWNEEEW FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

19
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

16 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 août 2006
Mike Oldfield est plus connu pour ses singles a succès des eighties tels que "Family Man" ou "To France" ou pour le résumé sommaire de son oeuvre "Tubulars Bells" dans "L'Exorciste" que pour ses talents de multi-instrumentaliste et de compositeurs.

Les mauvaises langues classeront ces merveilles de la musique comme "New-Age", se serait injurier la puissance d' "Ommadawn". L'album est divisé en deux faces d'environ 20 minutes qui transporte l'auditeur vers d'autres horizons. Mike Oldfield utilise une construction sonore classique que l'on retrouve dans ses quatres premiers albums (Tubular Bells, Hergest Ridge et Incantaions): il crée une atmosphère par des parties piano, guitares acoustiques et percussions trés douces avant de casser le rythme. Les changements de rythme s'opèrent ici soit par des parties musicales que l'on peut caractérisé de celtique et un mélange de rythmiques africaines. Son jeu de guitare violent strident vient également déchainé l'ambiance de l'album qui s'éteint sur un chant pseudo-tribal.

Cet album, tout comme les trois autres cités, est un must du paysage musical des seventies et Mike Oldfield, qui a accompagné les plus grands musiciens progressifs, s'affirme comme un des meilleurs compositeurs de sa génération.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
21 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 mai 2003
Cet album fait partie de la trilogie fantastique des débuts de Mike Oldfield, avec Hergest Ridge et Incantations. Des compositions en deux, trois, voire quatre parties, souvent de plus de vingt minutes chacune. Mais quel plaisir! Quel voyage! On ne sait plus bien qui on est, où l'on se trouve et ce qu'on fait là... mais on voudrait bien y rester et que chaque thème dure des heures... Des sons hors normes, dont on ne sait de quels instruments ils proviennent, et qui donnent à l'ensemble l'impression d'avoir été tirés par quelque elfe extraordinaire. Fabuleux!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 août 2010
Superbe ! Un seul mot suffit. Les versions remixées 2010 offrent une autre écoute de l'œuvre, mettent en avant des tonalités qu'on entendait à peine dans les versions CD (Ommadawn est le premier CD que j'ai acheté en 1987, c'est pour dire !) et surtout, le cadeau du CD 2: la version perdue de la première partie de Ommadawn, perdue à l'époque pour cause de bandes magnétiques de qualités inférieures qui se dégradaient très vite sous les multiples "overdubbing" de Mike. Une version perdue et retrouvée, donc, et une écoute renouvelée de cette portion de l'album, très différente et pourtant si semblable, plus gaélique que la version finale, encore pleine d'accents à la Tubular Bells qui seront lissés dans le réenregistrement fait ultérieurement sur de meilleures bandes, celui qu'on a connu depuis.
Un pur moment de bonheur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 février 2011
Pour moi, le meilleur des 3 premiers Mike Oldfield devant "Tubular bells" et "Hergest ridge" (ces 2 derniers étant très bons aussi). Magnifique de bout en bout.
A posséder absolument si vous aimez "Tubular bells" ou les musiques instrumentales.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Si Tubular Bells a établi Mike Oldfield comme un nom qui compte dans la galaxie progressive, c'est bel et bien avec Ommadawn que le taciturne britannique confirme tout le bien qu'on avait envie de dire de lui mais qu'un Hergest Ridge trop maladroit et hésitant nous avait empêché de pleinement vocaliser. Mais plus là, là Mike Oldfield reprend son envol, et c'est beau.
Pourtant il y a de la concurrence avec un Tubular Bells orchestral arrangé par David Bedford très réussi sorti quelques mois plus tôt, juste histoire pour Richard Branson de mettre la pression sur son poulain tout en pressant bien le fruit qui a lancé son label ? Tout est possible mais Mike en est tout de même le coproducteur, donc...
Comme d'habitude, chaque face de l'album comprend une unique piste dédiée à l'épopée de choix du natif de Reading, Berkshire. Comme d'habitude, Oldfield y fait montre de son extrême polyvalence instrumentale, en gros tout ce qui a des cordes ou un clavier lui est réservé, en plus de quelques percussion dont les emblématiques cloches tubulaires. Ce qui change ? Qu'Oldfield y est seul maître à bord, débarrassé de toute aide quant à la mise en son. Que de nouvelles influences, africaines principalement, viennent enrichir son cocktail progressif planant de parfums qui lui vont bien au teint. Que Mike y a réuni un casting additionnel encore plus développé et diversifié que pour ses précédentes créations, aidant d'autant à l'élargissement de son spectre stylistique (on pense en particulier à l'ensemble percussif Jabula). Le résultat est une aeuvre passionnante, un voyage à la fois éthéré et terrestre, comme de planer juste au-dessus du monde. Et ce n'est pas la petite chanson cachée, On Horseback, petite douceur acoustique sur la joie de chevaucher, qui viendra gâcher la fête, au contraire, charmante miniature (selon les critères du compositeur), elle apporte un ultime vent de fraicheur, une apte conclusion au voyage. Même les bonus du bon remaster, Mike aux commandes évidemment !, valent le coup, dingue ça ! In Dulce Jubilo est une petite pièce instrumentale entre celtisme et classique qui fonctionne merveilleusement, et les trois suivants, le planant First Excursion, le pastoral Argiers et l'entrainant Portsmouth permettent de joliment prolonger l'expérience.
Pour mémoire, Oldfield n'avait alors que 23 ans, sortait son déjà troisième album, pas étonnant qu'il ait ensuite eu besoin de prendre un break avant de revenir, en 1978. Ce qu'il nous avait laissé dans ce premier "run" (oui, même Hergest Ridge) était suffisamment riche pour "tenir". D'ailleurs, pour ce qui est des plus réussis, celui qu'on ne nomme plus et cet Ommadawn, ils n'ont toujours pas pris une ride et sont toujours aussi recommandés aux amateurs de progressisme trippant d'exception.

1. Ommadawn, Part One 19:23
2. Ommadawn, Part Two/On Horseback 17:25
Bonus
3. In Dulce Jubilo 2:52
4. First Excursion 5:54
5. Argiers 3:59
6. Portsmouth 2:01

Mike Oldfield - guitars (acoustic, classical, electric, steel, twelve-string, acoustic bass and electric bass), banjo, bouzouki, bodhrán, electronic organs, glockenspiel, harp, mandolin, percussion, tubular bells, piano, spinet, synthesiser and vocals.
&
Herbie - Northumbrian bagpipes (unused on the final album)
Don Blakeson - trumpet
The Hereford City Band, conducted by Leslie Penning - brass
Jabula (Julian Bahula, Ernest Mothle, Lucky Ranku, Eddie Tatane) - African drums
Pierre Moerlen - timpani
Paddy Moloney - uilleann pipes
William Murray - percussion
Sally Oldfield - vocals
Terry Oldfield - panpipes
Leslie Penning - recorders
"The Penrhos Kids" (Abigail, Briony, Ivan and Jason Griffiths) - vocals (on "On Horseback")
Clodagh Simonds - vocals
Bridget St John - vocals
David Strange - cello
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mars 2011
Edition parfaitement restaurée et respectée, mix identique à l'édition CD des années 80 mais bien nettoyée, avec de l'ouverture et de la dynamique (c'est le mix original selon la pochette). Pochette simple jolie avec documents à l'intérieur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 juin 2010
Enfin une vraie version remasterisée. Jusqu'à présent, je trouvais le son de Ommadawn comme trop compacté.
Maintenant, le son respire, on entends d'autres sonorités.
Je dirais en fait que c'est une version à la fois remixée et remasterisée. Les choeurs ressortent très bien.
Donc, content de ce disque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 mars 2014
Après Tubular Bells et Hergest Ridge, Mike Oldfield sort son troisième album en 1975 à l'âge de 22 ans.Cet album s'appelle Ommadawn,et est pour moi son meilleur album toutes décennies confondues.Cet album tout comme les 2 precedents est entièrement musical à part les 3 dernières minutes qui sont séparées du reste de l'album et ces 3 dernières minutes est une chanson baptisée on Horseback.Donc cet album enchaîne les thèmes musicaux de façon déconcertante, pendant 32 minutes sans interruption baptisé Ommadawn part 1 et ensuite Ommadawn part 2.Cet album aborde un style légèrement différent de ses 2 prédécesseurs. il a un style Afro Celtique assez prononcé que ces 2 prédécesseurs n'avaient pas de cette façon là.Eh bien si vous achetez cet album, je vous souhaite un bon voyage dans le monde de MIKE OLDFIELD.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 mars 2012
Si je ne dois en garder qu'un de Mike OLDFIELD, ce serait celui-la ; je le trouve plus abouti et plus riche que Tubular Bells, et une fois qu'on l'a écouté, la mélodie du premier morceau (de + de 20 minutes !) nous reste dans la tête très longtemps après.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 avril 2010
Vous avez tout dit, monsieur Sauer Sébastien "Redji" Quel pied quand j'ai entendu ça la première fois! C'était chez la disquaire et, comme vous, j'aurais voulu que cela ne s'arrête jamais. D'ailleurs elle m'a dit, à la fin de la première face (vinyle oblige à l'époque):"Vous étiez parti". J'étais en effet ailleurs, regardant sans voir, bref totalement défoncé sans avoir rien pris. Jamais pareille expérience ne s'est, pour moi, renouvelée avec une telle intensité, sauf peut-être lorsque j'ai écouté "A sprinkling of clouds" du groupe Gong, sur l'album "You". Un climat envoûtant au service d'un musicien hors pair. Bref, un chef-d'oeuvre, comme le seront plus tard "Incantations" et "Amarok".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Incantations
Incantations de Mike Oldfield (CD - 2011)

Tubular Bells
Tubular Bells de Mike Oldfield (CD - 2009)

Five Miles Out
Five Miles Out de Mike Oldfield (CD - 2013)