Commentaires en ligne


21 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

33 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Happy Listener!, 30 mai 2002
Par 
jc (COURDIMANCHE France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
John Cippolina ( R.I.P.), Greg Elmore, Gary Duncan, David Freiberg (futur Jefferson Starship) ne sont pas les noms les plus connus pour illustrer le rock psychédélique de San Francisco. Et pourtant!
Tous les amoureux de cette période vous parleront de Quicksilver et plus particulièrement de "Happy Trails" avec une version de 25 mn de "Who Do You Love?" qui vous donne envie d'être le messager de la pochette!
J'ai toujours autant de plaisir à l'écouter depuis... whaouh!!!... 30 ans déjà!
Bye!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


29 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un sommet du psychedelisme 1, 12 novembre 2000
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
il est plus que surprenant que personne n'aie pris la peine de commenter ce CD. " Happy Trails " est un must , Quicksilver au sommet de sa forme , John Cippolina le plus grand et le le plus timide des guitaristes du psychedelisme , epaule par Gary Duncan & toute la bande , improvisent en brodant sur 2 morceaux de Bo Diddley , jusqu'au delire a la Sergio Leone . Le public suit & relance en battant la mesure a contre temps . On vous enterrera avec ce disque !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Happy Birthday! Happy Trails! 40 ans!, 30 octobre 2009
Par 
Jean-pascal Guillet "bluegrass and Co" (lot) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
1969/2009! voilà donc 40 ans que ce pur chef d'oeuvre est sorti! S'il est un disque emblématique du San Francisco Sound, c'est bien celui-là!
Le Quicksilver Messenger Service n'est pas le groupe le plus célebre issu du Flower Power de la fin des années 60, et pourtant officiaient en son sein deux remarquables guitaristes, Gary Duncan et surtout le grand John Cipollina.

Happy Trails est le second disque du groupe, un live enregistré aux Fillmore ( East et West). Cette année là le groupe est à son apogée, jamais plus par la suite il n'atteindra un tel niveau. Seuls les deux premiers albums du Quicksilver sont extraordinaires, le groupe s'étiolera par la suite, avec l'arrivée du pénible et envahissant chanteur Dino Valenti et le départ de Cipollina , l'âme du groupe.
Au temps du vinyl, toute la première face était occupée par un version du "Who do you love" de Bo Diddley, longue chevauchée ( 25 minutes ) psychédélique absolument sidérante! Voyage musical fabuleux émaillé de soli de guitare incroyables. Le long solo de Gary Duncan, finement teinté de couleurs jazzy précede celui de Cipollina, la Gibon SG au célèbre vibrato s'élance dans un solo vertigineux qui vous laisse KO!

La section rythmique n'est pas en reste, le solo de basse de David Freiberg est lui aussi impressionnant. David Freiberg que l'on retrouvera plus tard au sein du Jefferson Airplane puis du Starship.
La suite de cette perle se poursuit par un autre morceau de Bo Diddley "Mona", puis par deux titres psychédéliques en diable et emblématiques de l'époque.Tout cela se termine par une rengaine "Happy Trails", thème d'un feuilleton TV des années 60.

En conclusion, s'il ne fallait avoir que 3 oeuvres majeures du San Francisco sound, celle-là en ferait évidemment partie.On pourra y ajouter sans hésiter un live du jefferson Airplane (Bless it's pointed little head)et le "live Dead" du Grateful Dead
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ACID ROCK ESSENTIEL, 28 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
Ce happy trails de 1969 est un des albums emblematiques de l'acid rock de la fin des 60's. Enregistré en partie live au fameux Fillmore east et en partie en studio cet album est le meilleur de ce groupe meconnu du grand public . Axé atour de la guitare de John Cippollina, guitar heros sous estimé, et de Garry Duncan, seconde guitare et chant,QMS joue un rock psyché comportant une grande part d'impro, dans une liberté proche de l'esprit du free jazz, et s'embarque dans de longues chevauchées dans l'ouest sauvage- comme sur la pochette-; dans le meme esprit que des groupes comme Mad River ou le Big Brother de janis Joplin.La premiere face du LP etait une longue variation autour du theme de Bo Diddley "Who do you love", dans la face B, de tres beaux morceaux comme "mona" (encore Bo D.)ou "calvery". John Cippolina est décédé en 1989, apres QMS , son groupe le plus interessant semble etre Copperhead ; dans un style un peu plus carré, de hard melodique et sautillant (melodique ne voulant pas dire mievre a la Journey and co);attention si vous voulez vous procurer ce cd ne pas confondre avec un Copperhead, groupe de southern rock des 90's, celui qui nous interesse commence par le morceau "roller derby star".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La référence acid-rock..., 8 janvier 2010
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
1969, c'est l'année de Happy Trails de Quicksilver Messenger Service, l'album acid-rock de référence, emblématique du San Francisco Sound. Peut-être un des cinq meilleurs albums de cette période 60/70. Certainement un des trois meilleurs live (enregistré au Fillmore East et West) qu'il m'ait été donné d'entendre. Le son y est excellent, vous prenez une grande claque dans la gueule tant les Cipollina, Duncan et Elmore donnent une vraie leçon de musique au monde et d'impro. C'est divin et la musicalité n'a jamais été égalée, qu'on se le dise ! 40 ans plus tard, ce chef d'aeuvre, qui est le second album du groupe, résonne comme à ses plus beaux jours. Il faut savoir que le QMS, en dépit des deux pointures qu'étaient Duncan et Cipo, ne comptait pas parmi les plus célèbres bands révélés par le Flower Power. Oui mais voilà, en 1969, la bande à Cipo est à son apogée et c'était déjà perceptible sur leur premier opus. Ca ne durera pas, la faute à Dino Valenti, chanteur envahissant et au départ de Cipollina qui était l'âme de QMS.
Je me souviens que la face A abritait un sidérant Who Do You Love de Bo Diddley dans une version longue (25 minutes) et psyché, divisée en plusieurs parties (What Do You Love, How Do You Love, Where Do You Love). Cipollina et Duncan émaillent ce morceau de soli de guitares monstrueux, appuyé par une rythmique qui assure grave, par un David Freiberg impressionnant à la basse. Puis viennent Mona, encore emprunté à Bo Diddley, Maiden Of The Cancer Moon et Calvary, psychédéliques en diable, à l'image du temps d'alors. Happy Trails (thème d'un feuilleton des années 60, Roy Rogers) boucle la boucle. Je recommande plus que tout autre ce disque psyché live de la fin des années soixante au même titre que les aeuvres emblématiques du Dead ou de l'Airplane car réellement inconnu du grand public !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A découvrir d'urgence, 26 février 2005
Par 
anton14 (Lower Normandy) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
Surfant sur la vague Doors / Jefferson Airplane, Quicksilver nous propose un rock planant et allambiqué à la fois. Excellence des musiciens et production adéquat permettent au disque de décoller doucement vers des contrées acides où l'homme commencait à mettre les veines... Les thèmes abordés restent somme toute sombres et faussement joyeux tels ceux de Morisson et Alice Cooper. La côte ouest lorgne également vers la crasse des rues de N.Y.City avec des influences Velvet Underground. Melting pot sensible et intelligent, Quicksilver élève le rock à un niveau que peu de groupes pourront atteindre exceptés les prénommés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 West Coast pur jus., 10 août 2011
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
Le cadre des deux Fillmore, le West de San Francisco et l'East de New-York, tous deux propriétés de Bill Graham, sert de support à l'enregistrement d'Happy Trails de Quicksilver Messenger Service, formation californienne co-leader de la scène psychédélique de la seconde moitié des années 60. Très populaires dans l'Area Bay, ces contemporains (et non pas rivaux) du Dead et de l'Airplane, QMS nous gratifient, pour leur deuxième LP, d'un disque emblématique et l'essence même de ce qu'est l'acid-rock. Il figure, sans la moindre discussion, dans le top 5 des meilleurs oeuvres de la période 60/70. Ce disque, il faudrait me trépaner pour que ma mémoire s'en détache un jour... Retour sur l'année 69, quelques heures après en avoir fait l'acquisition par le plus grand des hasards et en totale méconnaissance. Au pif, comme on dit. Sa pochette décalée est déjà une intrigue pour moi : que pouvait bien se cacher derrière cet environnement sec et pierreux, aux notes de jaune et de verte dominantes,dans lequel un cavalier au galop, tourné vers celle qui est vraisemblablement sa belle, lui adresse du chapeau, un ultime salut. De la country Music? Et qui sont ces Quicksilver Messenger Service dont on ne connaît rien? Rien dans Best, rien dans Rock & Folk. Quelque chose me dit pourtant que je ne suis pas au bout de mes surprises. Le saphyr amorce ses premiers sillons que le décor est planté. Le son est énorme et la claque dans la gueule aussi. Les informations au dos de la couverture m'apprennent au moins le nom des protagonistes, à défaut d'en savoir plus sur leur pédigrée. Je me souviens parfaitement de ce sidérant Who Do You Love de Bo Diddley, en plusieurs parties, qui occupe toute une face. Jamais je n'ai entendu titre aussi long (25 minutes), ça jamme comme des malades. Libre cours est donné ici à la liberté d'expression, à l'improvisation. Place aux individualités. John Cipollina, Gary Duncan, David Freiberg, Greg Elmore, je n'en connais pas grand chose alors, mais, au vu de la leçon de musique qu'ils donnent, comptez sur moi pur me rancarder rapidement. Le temps de tourner le vynile et c'est reparti. Dans le même ordre d'idées, s'enchaînent Mona (toujours de Diddley), Maiden Of The Cancer Moon, Calvary (enregistré en studio, dans les conditions du live, puis remixé, recollé...) et, pour couronner le tout, l'acoustique Happy Trails, thème d'une série des années 50/60, Roy Rogers, qui ramène le calme dans la chambrée. C'est de la West Coast pur jus, du rock de Frisco joué sous acid, comme rarement vous pourrez l'entendre, preuve que le Dead et l'Airplane n'étaient pas forcément les meilleurs dans le genre. Malheureusement, alors que ces derniers continuent à attirer les jeunes curieux, QMS est désespérément tombé dans l'oubli. A nous de l'en extirper au plus vite...(PLO54)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Aciiiiiiiiid !, 13 octobre 2010
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
« Happy trails », c'est un peu la Pierre de Rosette du rock psychédélique US, le disque qui permet d'appréhender et de déchiffrer tout le phénomène acid rock. D'abord, parce que c'est un disque live, compilation d'extraits de concerts enregistrés entre New York et San Francisco, dans les incontournables salles Fillmore de Bill Graham.
Et le rock psychédélique tire toute sa substance de l'acte live, de l'interactivité entre musiciens et public. En ces temps lointains, on n'allait pas au concert pour prendre des lasers et des watts plein la tronche, s'enquiller les grosses ficelles démago d'un groupe laborieux quelconque, s'escrimant à jouer ses morceaux plus mal que sur disque. Un concert se devait d'être un lieu de rencontres, d'échanges, de communion entre un groupe et son public. Et peu importaient les morceaux, qui de toutes façons changeaient d'aspects chaque soir, évoluant en fonction de la « réceptivité » du public.
Et à ce jeu-là, les Quicksilver étaient les meilleurs, plus encore que le Dead qui ne pouvait compter que sur le seul Garcia pour assurer les « décollages ». Parce que l'acid rock, c'est aussi et surtout une affaire de guitaristes. Et le Quicksilver en comptait deux de fameux, Gary Duncan et John Cippollina. Et même si finalement l'Histoire choisira de faire entrer Cippollina dans la légende, du temps du Quicksilver, les deux se partagent les parties stratosphériques de six-cordes.
Le morceau de bravoure de « Happy trails » est le « Who do you love » de Bo Diddley, pièce centrale de tous les concerts du groupe, également au répertoire live des Doors à la même époque. La présentation du titre est ici faite d'un collage de plusieurs concerts, chaque partie mettant en avant un des membres du groupe. Duncan ouvre les hostilités (« When you love »), suivi par le batteur Greg Elmore, qui plutôt que de se lancer dans un interminable solo de batterie, laisse intelligemment le public marquer la cadence. Arrive ensuite Cippollina (« How you love ») pour une courte mais violente improvisation, tout en saturation, qui n'est pas sans évoquer Hendrix... Avec la partie réservée au bassiste, l'intro et l'outro, le morceau dure presque une demi-heure, et au même titre que le « Dark star » du Dead, constitue la référence de musique live psychédélique.
La suite de ce « Happy trails » fait encore appel à Bo Diddley (« Mona »), avec un Cippollina très inspiré, avant un « Calvary » compo maison signée Duncan, qui voit les deux guitaristes se répondre dans une ambiance sonore parfois orientalisante, très prisée par les groupes du flower-power. L'album (double vinyle à l'origine) se clôt par une courte reprise très roots du country « Happy trails ».
Même si ce disque est plus un puzzle de séquences live juxtaposées que la reproduction in extenso d'un concert, il a réussi à dépasser le simple témoignage d'une époque bien révolue pour s'imposer comme un classique du rock toutes catégories. Doté en plus d'une magnifique pochette.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs live du rock psyché, 20 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
QMS n'est pas le plus connu des groupes de rock psyché de ce début des années 60, il n'a pas la notoriété d'un Jefferson Airplane ou d'un Grateful Dead, mais cet album, fait d'un habile collage d'enregistrements captés ici et là, démontre s'il le fallait qu'il est largement aussi bon que les susnommés. Ce style de rock se sublimait lors des concerts, il est avant tout un enfant du ''live'', car basait ses prestations sur l'interactivité entre les musiciens et leur public, différent à chaque passage. L'album ''Happy Trails'' est peut-être l'un des dix meilleurs albums live de tous les temps, les impros de chaque musiciens sont énormes, et pas seulement les deux guitaristes Duncan et Cippolina bien qu'ils soient géants tous les deux. La version longue de ''Who do you Love'' de Bo Diddley est un vrai morceau d'anthologie acidifiée, un pur bijou mettant en scène tour à tour chacun des musiciens. Imaginez-vous dans une salle comble, surchauffée, en train de déguster les soli de chaque compère ! Magique ! Le groupe va malheureusement péricliter à l'arrivée du pesant chanteur Dino Valenti et au départ de Cippolina, mais cet album DOIT figurer dans votre cédéthèque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Psyché Deluxe, 4 juillet 2015
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Happy Trails (CD)
Dans la tripotée d'albums psychédéliques issus de l'explosion californienne de la chose, le Happy Trails de Quicksilver Messenger Service s'avère comme un des plus étranges mais aussi un des plus décisifs, machin live retouché, copié/collé en studio, largement improvisé sur sa longue suite introductive comme sur les sélections plus courtes qui suivent, c'est aussi le chef d'œuvre absolu de ses auteurs, un classique d'un temps révolu où il est bon de se replonger.
La Love Suite , ouverte et conclue par le Who Do You Love? de Bo Diddley, qui occupe l'entièreté de la première face, enregistrée sur deux concerts du Fillmore East et Fillmore West (entre New York et San Francisco, donc, sans qu'on sache bien d'où vient quoi) est un excellent exemple des exactions rock'n'blues d'une formation qui, sous l'influence de "produits", n'en doutons pas, sait reformer l'idiome à sa "trip-sauce". Des performances des deux guitaristes (Gary Duncan et, surtout, John Cipollina), des hooks mélodiques infusés dans la jam, à l'ambiance générale des 6 pièces enchainées, c'est un grand moment qui s'offre à nous. L'exploit étant qu'en retournant la cire noire on a droit à... encore mieux ! A commencer par une autre reprise de Bo Diddley, Mona, revue et corrigée pour de psychédéliques sensations où Cipollina en fait des caisses tout tripé qu'il est et nous emmène aisément avec lui. Suit un court instrumental notablement plus structuré mais pas moins épique que tout ce qui l'a précédé, Maiden of the Cancer Moon, où, encore une fois, la guitare de Cipollina fait des merveilles et, évidemment, le pinacle de la galette, cet objet musical non identifié qui, sur 13 et quelques minutes entraîne l'auditeur dans une montée au calvaire convoquant les influences de Carlos Montoya ou d'Ennio Morricone en un tout cinématique, sorte de poème symphonique psychédélique unique en son genre et donc absolument irremplaçable. Ha ! Calvary, quel trip ! Mais le panorama ne serait pas complet sans une petite virgule humoristique finale, une idée que reprendra à son compte Van Halen quelques années plus tard (sur Diver Down) avec la reprise du thème du Roy Rodgers Show, Happy Trails, l'instant cowboy qui ne sert pas à autre chose que de conclure sur un sourire l'éprouvante et satisfaisante expérience.
Création d'exception, captation fidèle de l'esprit des concerts d'un Quicksilver Messenger Service jamais prétentieux, toujours prenant, Happy Trails demeure un des plus belles galettes psychédéliques de tous les temps, et un immanquable, donc.

1. Who Do You Love? - Part 1 3:32
2. When You Love 5:15
3. Where You Love 6:07
4. How You Love 2:45
5. Which Do You Love 1:49
6. Who Do You Love - Part 2 5:51
7. Mona 7:01
8. Maiden of the Cancer Moon 2:54
9. Calvary 13:31
10. Happy Trails 1:29

John Cipollina - guitar, vocals
Gary Duncan - guitar, vocals
David Freiberg - bass, vocals, piano
Greg Elmore - drums, vocals, percussion
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Happy Trails
Happy Trails de Quicksilver Messenger Service (CD - 2004)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit