undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Beaucoup de mots qui paraissent à la fois évidents et utilisés presque quotidiennement me sont souvent incompréhensibles. J'ai beau les connaître et les entendre, je ne sais jamais de quoi il retourne. C'est le cas avec le mot "mode". Pas lorsqu'il est utilisé par les informaticiens et les inexactement assimilés gamers et forumers, je veux parler de la mode qui remplit les relais de gare de magazines photos superficiels et de pop-rock formaté. C'est pourtant simple : la mode impose des goûts et des attitudes à suivre (y compris dans la réflexion personnelle, les idées) sous peine d'être rejeté. Le pire étant que les mêmes représentants d'une mode peuvent se contredire dans un très court laps de temps, voire s'opposer uniquement pour se démarquer et ainsi créer une nouvelle mode.

Je ne vois que deux synonymes possibles : ostracisme et intolérance. Voilà pourquoi je déteste la mode, qui touche tout le monde, à tous les niveaux. C'est une chaîne supplémentaire et totalement acceptée que tous s'infligent. N'y a-t-il rien de plus vicieux ?

A la fin des années 90, la mode du rock était au nouveau métal (autrement nommé neo-metal ou mieux, c'est plus fashion, le nu-metal). De quoi s'agissait-il ? En gros, de musique un peu agressive ayant intégré un look de rastafariens, viré les solos de guitare, et se posant sur des rythmes moins martiaux. Un mélange de hippies et de hardos, essayant, via des types de rebelles passés, d'enfanter un mutant sorti des X-Men qui serait le rebelle des années 2000. L'histoire a prouvé le contraire, et j'en suis fort aise. Comment imaginer qu'une accumulation de clichés pouvait fournir une idéologie ou même une idole en laquelle croire aveuglément, devenir le porte-parole d'une génération ? Encore eût-il fallu trouver un leader charismatique, mais même celui qui s'en approchait le plus (Jonathan Davis, le chanteur de Korn) n'a pas réussi à faire oublier qu'il était également un nom sur un contrat, malgré un très bon clip engagé.

Tous les groupes associés à cette mouvance ne sont pas mauvais, loin de là. Mais il est difficile de les réécouter aujourd'hui, car comme toute mode, elle a souvent vieilli. Malgré une obsession pour le son (la production devait être impeccable voire clinique, ce qui me paraît absurde pour un groupe de rock dédié à faire du bruit sur scène) et une volonté d'être absolument irréprochable en tout point (technicité, mises en places, attitude scénique, pensée unique...), les disques de neo-metal souffrent affreusement de fond, de personnalité et de vision. En un mot : c'est daté.

L'autre credo de cette mouvance, influencée par l'inimitable Mr Bungle, était la surprise nécessaire à chaque nouvelle mesure : passer du hard le plus lourd à un jazz tortueux pour dix secondes, avant d'en remettre une couche. Ce qui est imbuvable si vous n'êtes pas monstrueusement doué. Incubus, un groupe pour les filles qui ne le savait pas encore, a très bien intégré cette figure de style. Mais eux-mêmes ne seront jamais plus efficaces et honnêtes que lorsqu'ils font de la samba. L'ayant vite compris, ils ont filé dare-dare (bien vu les gars).

Seuls deux groupes ont réussi à dépasser le format pour offrir un rock plus intemporel : Korn (au moins dans ses trois premiers albums) et les Deftones.

Déjà à l'époque, les Deftones affichaient leur amour de la new-wave et proposaient un son différent., influencé par Depeche Mode et New Order. Leur second album s'éloigna de la ligne droite du nu-metal en intégrant des expériences rythmiques plutôt que sonores, et abandonnant un chant scandé à la Daffy Duck pour des plaintes et des hurlements à la longueur inhabituelle. On se serait preque cru dans un album des Smashing Pumpkins.

Plus malins que les autres, Chino Moreno et les siens comprirent qu'ils ne devait pas suivre, mais affiner leur style. Ce qu'ils font dans ce White Pony, leur meilleur album, enfin, pour moi en tout cas. Parce qu'il est plus varié que n'importe quel album de Limp Bizkit, mais sans vouloir surprendre à chaque refrain : du métal entêtant et hurlé, des riffs efficaces, des chansons calmes, des ambiances electro rappelant soit le trip-hop de Portishead soit la cold-wave de Joy Division, et même un duo avec celui qui a surpassé Jonathan Davis en charisme : Maynard James Keenan, le chanteur du groupe de métal progressif Tool (complémentaire aux joyeux Deftones, Tool a réussi à cultiver son aura mystérieuse en imbriquant des musiciens très techniques à une musique obscure et déroutante au premier abord).

Le seul caprice sera celui d'une édition multiple, avec une piste supplémentaire pour au moins deux de ces publications (la rouge et la noire). Ce titre (The Boy's Republic) me semble indispensable. Il conclut sur une note positive, loin de l'assomoir sonique qu'est Pink Maggit, un morceau en deux parties, commençant comme une longue plainte mélancolique avant de devenir une ritournelle hypnotique et rageuse ; on est loin des canons qui avaient eu tant de succès auprès des snowboarders sur les pistes blanches (mais noires).

Au revoir les bières, au revoir les rastas, au revoir les poses engagées. J'espère qu'aujourd'hui, les Deftones célèbrent leurs parcours en buvant du Cheval blanc entre deux tequilas.
55 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'album de la libération, celui de l'ambition aussi, et des grandes ouvertures, évidemment, White Pony représente les Deftones à un tournant de leur carrière, et quel tournant !
Album conçu dans le chaos créatif d'une formation ne voulant pas se laisser enfermer dans la petite case qui irait si bien à messieurs les exécutifs, White Pony est donc un grand pas en avant libérateur de Deftones ouvert sur tous les possibles de leur imagination. Et ça fait un bien fou ! Que le groupe tente les compositions les plus mélodiques de sa discographie (Feiticeira où Chino Moreno s'arrache pas mal vocalement et où les riffs sont tout de même bien gras, Digital Bath et ses flaveurs électro-planantes, un Passenger presque progressif et assurément épique où Maynard James Keenan de Tool et A Perfect Circle est venu prêter gorge forte, Change où grosses guitares et chant aérien se complimentent à merveille), s'attelle à expérimenter comme jamais il ne le fit (RX Queen ou Teenager en "électronisaton" larvée et maline, le premier avec Scott Weiland des Stone Temple Pilots en guest, Knife Prty où, le temps d'une vocalisation féminine hors norme, le fantôme d'un certain Pink Floyd se voit convoqué, un Pink Maggot quelque part entre Tool, Faith No More et de teutoniques septantes) ou, plus prosaïquement, balance exactement ce qu'on attend de lui avec une belle efficacité (Elite rase tout sur son passage, Street Carp au mastodonte gimmick de guitare, un Korea très "post-core" aussi, ou le titre bonus de l'édition rouge limitée, The Boy's Republic, dru mais abordable), on est épaté par ce chantre de nu-metal s'extirpant si haut au-dessus de la mêlée des opportunistes et des besogneux. Il faut dire que, poursuivant leur fructueuse association avec un producteur qui les connaît par cœur (Terry Date) et bénéficiant des largesses budgétaires acquises par le succès rencontré par leur précédent opus (Around the Fur), ces petits gars prouvent qu'ils une force avec qui il faut compter, encore plus quand ladite force est, comme présentement, éprise d'une belle et salvatrice liberté de ton qui, certes, nuit à la cohérence d'ensemble, icelle rattrapée par la mise en son.
Bref, exemple hélas unique dans la carrière des Deftones d'ambitions musicales tout à fait réalisées, d'une diversité intelligente et personnelle aussi, White Pony demeure la plus belle page de leur catalogue, et une galette chaudement recommandée, évidemment.

1. Feiticeira 3:09
2. Digital Bath 4:15
3. Elite 4:01
4. Rx Queen 4:27
5. Street Carp 2:41
6. Teenager 3:20
7. Knife Prty 4:49
8. Korea 3:23
9. Passenger 6:08
10. Change (In the House of Flies) 5:01
11. Pink Maggit 7:38
Bonus
12. The Boy's Republic 4:38

Chino Moreno ' vocals, rhythm guitar
Stephen Carpenter ' lead guitar
Chi Cheng ' bass guitar
Abe Cunningham ' drums
Frank Delgado ' sampling, electronics
&
DJ Crook ' programming
Scott Weiland - additional vocals (on "Rx Queen")
Rodleen Getsic ' additional vocals (on "Knife Prty")
Maynard James Keenan ' additional vocals (on "Passenger")
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,58 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)