undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Alors que la troupe de La Fura dels Baus ("theâtre extrème") revient au tout premier plan de la scène lyrique avec la parution en DVD de son "Ring" Wagnérien enregistré au festival de Valence 2007, il convient de revoir ce qu'elle fit de cette "Damnation" à Salzburg en 1999.
Dans le livret qui accompagne le coffret, on nous parle de fragments d'âmes et de fusion finale, Faust, Méphisto et Marguerite s'étant séparés, en quelque sorte (si j'ai bien compris, ce dont je doute...).
Toujours est-il que cet opéra, qui n'en est pas un puisqu'il s'agit d'une légende dramatique en 4 actes, est ici représentée d'une façon absolument incroyable. Il faut dire que la scène de Salzburg est immense et se prête à ce genre de bizarrerie gigantesque. Dans le fond, une sorte d'ancien aqueduc romain. Au centre, un impressionnant cylindre transparent où les 3 protagonistes seront soumis à une alchimie d'épreuves et de mutations, accentué par des projections visuelles et colorées d'un effet stupéfiant (course de chevaux dans la marche à l'abîme, chute de Faust, etc...).
Autant dire que l'aspect visuel l'emporte sur l'aspect purement musical. Les premières scènes donnent d'ailleurs le ton : Faust trimballe sur son dos un bidon de ce que l'on pense être du lait, de même que tout le choeur autour de lui. Il s'agirait en fait d'âmes, d'esprits, de psychés....en attente de transformation.
Paul Groves, qui est habillé de blanc au début, comme les "laitiers" et les "laitières" prendra bientôt l'habit noir-latex de son nouveau copain Mephisto.
Il a une bonne tête, Paul Groves, et on comprend bien son français, mais il a du mal à tenir la ligne vocale (seul Nicolaï Gedda le fit en son temps). Willard White est tout à fait impressionnant, et c'est un superbe acteur. Dommage que Vesselina Kasarova soit totalement incompréhensible sans les sous-titres français, car elle a une belle voix. Disons également que si Paul Groves a des expressions candides qui conviennent assez bien à son héros, Kasarova apparaît beaucoup trop maniérée pour une pauvre fille croyante et crédule.
Cambreling, quant à lui, est un bon chef d'orchestre qui connaît bien son Berlioz, mais il faut bien avouer que l'extraordinaire mise en scène balaie tout sur son passage. Hector, qui etait un peu fou, lui aussi, aurait peut-être approuvé ce genre de traitement infligé à son oeuvre...
PS. Pour la petite histoire, La Fura a réalisé un long-métrage "Fausto 5.0" basé sur la même histoire, qui a obtenu le Grand Prix Gerardmer 2002.......
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai découvert l'équipe de la Fura dels Baus avec son extraordinaire Ring de Valencia, que j'ai commenté pour, je l'espère, partager mon enthousiasme avec d'éventuels lecteurs.
Ensuite je me suis procuré leur vision des Troyens de Berlioz qui, à mon sens fut traitée avec beaucoup de sévérité par nos amis amazoniens et amazoniennes.

Maintenant, du même auteur « la damnation » .
Un nouveau choc.
Cette équipe de la Fura est vraiment habitée par les partitions qu'elle aborde et sait avec ce grain de folie qui la caractérise sublimer ce qu'elle touche, tout en gardant scrupuleusement la vision de l'auteur.
Avec elle pas de dérives déjantés qui trahissent l'oeuvre : style du Lohengrin de Jones, entre autres !
Quand cette merveilleuse équipe s'empare d'une oeuvre elle la prend à bras le corps, puisant dans les sources lus plus intimes de la partition
Je pense qu'elle s'est penchée avec beaucoup d'intérêts dans l'oeuvre de Goethe, en particulier sur l'aspect symbolique et ésotérique qui nourrit son Faust.
D'où la présence sur scène de cette immense colonne, de verre, qui n'est autre, à mon sens, qu'un gigantesque athanor,.
C'est lui qui va cristalliser toutes les métamorphoses, les transformations des personnages.

Dans cet athanor Faust va déverser tous les actes de sa vie passée,engendrant ainsi l'apparition de son ombre, chère à Jung, qui s'incarne dans le personnage de Méphistophélès.
Puis va apparaître l'anima de Faust ; Marguerite son côté féminin.
Goethe et Jung et la Fura, même analyse : choc du temps, pérennité de la pensée
Nous pourrions multiplier les exemples qui alimentent cette interprétation.

Indépendamment de cette approche ésotérique à laquelle beaucoup ne souscriront pas ; et qui n'est peut être qu'un mauvaise interprétation de ma part, je voudrais souligner la beauté et la grandeur ce cette vision.

Les interprètes sont excellents !
Tout d'abord Paul Groves qui distille avec une grande élégance les méandres de cette partition, reconnue par le grand Kaufmann comme très exigeante.
Le Méphisto de Willard White, impressionnant à souhait, dont la voix et les gestes fascinent.
Enfin la Marguerite de Vesselina Kasarova qui chante avec beaucoup de conviction et d'intelligence.

Dans la fosse, conduisant la Staatskapelle Berlin, Sylvain Cambreling : Parfait dans cette partition, maîtrisant avec brio les fusées et les extases du grand Hector.
Un mot encore sur l'excellente qualité des images en 16/9 et sur le son 5/1.
Un vrai régal pour les yeux et les oreilles, avec au passage une pointe de métaphysique. Pourquoi pas ?
33 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2016
la diction est bonne ,Faust magnifique , et un méfisto noir n'est pas choquant ,mais que la mise en scène est tarte: les bidons de lait!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2010
Excéllente version "opéra" de cette oeuvre. Chanteurs parfaits, mise en scène décors et costumes originaux, mais sans provocation. l'orchestre est très bon et le chef conforme à ses habitudes. La réalisation TV est fidèle à l'esprit du spectacle.
Au total une prestation de grande qualité qui nous change avec bonheur des " versions de concert" de cette oeuvre en lui donnant une intensité dramatique que je crois conforme à la pensée de Berlioz sinon à la lettre . Et la musique est tellement belle....
33 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2014
Travail prodigieux interprété avec beaucoup de sensibilité, mérite d'être vu par tout le monde surtout par ceux qui savent. Production designer excellent.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)