undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles9
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:8,85 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 janvier 2006
Mais quelle inspiration divine a donc bien pu toucher la ou les personnes ayant décidé l’enregistrement de ce concert de Curtis Mayfield, un soir de janvier 1971 au Paul Colby’s Bitter End ? S’avai(en)t-il(s) que ce témoignage sonore allait devenir le plus grand album live de soul music (pour ma part, le plus grand album live tout court) jamais gravé ?
Ce double album a été édité peu après la sortie du premier disque personnel de Monsieur Mayfield (« Curtis »), fraîchement séparé des Impressions. Il contient donc tout à la fois des morceaux de son ancien groupe et des extraits de ses premières merveilles en solo.
« Ratatatatchac » fait la survoltée batterie de Tyrone McCullen. « Tactactacpocpoc » lui répondent en échos omniprésents les bongos, tumbas et congos du maître Henry Gibson. « Boumboumboumboumboum » renchérissent les cables proéminents de la basse de Joseph « Lucky » Scott. Le tout porté par la lancinante whawha d’une guitare qui résonne au firmament du groove.
Cette petite plaisanterie dure pendant plus d’une heure, d’une énorme claque initiale (« Mighty Mighty », sorte de « Walk on the Wild Side » mayfieldien) à l’improbable « Stone Junkie », en passant par la magnifique reprise du standard de Williams et Nichols « We’ve only just begun ».
Les versions de « We the people who are darker than blue » et « (don’t worry) if there’s a hell below we’re gonna go » sont peut-être l’apothéose de ce live, tant il en existerait un. Elles en présentent en tout cas la meilleure synthèse : la voix de Curtis y a la clareté du cristal, ses prêches n’ont jamais été aussi incisifs et la section rythmique, dans une transe syncopée et sans fin, nous démontre que la puissance du groove ne dépend pas obligatoirement de cuivres.
Et que dire des hiératiques « Stare and Stare » et « The Makings of you », où la soul de Curtis n’est jamais apparue aussi dépouillée, aussi intimiste, aussi évidente ?
Nous sommes tout simplement ici en présence de la substantifique moelle de la musique noire, de la soul dans sa forme la plus parfaite, du groove le plus essentiel et le plus pur.
22 commentaires|31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2008
Depuis si longtemps, l'industie du disque c'est accaparée la moindre occasion pour enregistrer quelques live venant fréquement après le quatrième, le cinquième album d'un quelconque groupe. Rituel obligé intronisant triomphalement tel Led Zeppelin, tel Deep purple, tel Beatles, ou autres mastodonte du rock.Concerts ou une foule histérique pouvait jusqu'à couvrir de leur cris la musique enregistrée.C'était bien ca: on mesurait parfois la reussite d'un live au cris déchirant des fans,de leurs pleurs.Des foules entières en délire unies éphémèrement pour l'amour de leur idoles .
Loins de moi l'idée de verser dans une critique virulante et rétro sur cet aspect, mais force est de constater ,à l'écoute de cet album, qu'il faille analyser comment une telle perle noire a t- elle pu etre si longtemps ignorée de tous, comment est ce possible que durant trois décénnies il n'y ai eu aucune réedition en vinyl, comment est ce possible qu'au soir de ce concert au New Morning il y a déja bien longtemps nous étions si peu nombreux ?
Quelle injustice

Le commentateur arrive sur scène, et annonce " And now ladies and gentlement, the Bitter End is proud to present Curtis Mayfield ", et c'est parti pour plus d'une heure d'un concert durant lequel on sent les spectateurs privilégiés se retenir parfois de manifester leur enthousiasme, sachant la chance immense qu'il ont d'etre venu ce soir.
Cet album est le live ou l'on respire, ou l'on sait que le temps doit etre pris .On entend les spectateurs jubiler littéralement devant tant de maitrise, d'humilité.
Revisitant à la fois sa période au sein des Impressions , et interprétant quelque titre issus dans son premier album solo intitulé sobrement " Curtis ".Donc ceci est son deuxième album
Oui , vous avez bien lu, ce disque, sorti à l'époque en double vinyl , apparait sitot aprés son premier opus.IL n'apparait donc pas tel un quelconque bilan d'une carrière, mais d'un passage d'une douceur infinie entre l'époque grandiose des impressions, et une carrière qui deviendra légendaire , et donnera naissance à quelques uns des plus beaux album de la soul music.

Il pourront réediter l'album sous toutes ces formes: avec en bonus le concert de Chicago plusieurs années plus tard, remettre un coup de karsher sur les bandes et nous pondre une version en 50 bits, avec plage vidéo, ou autre digipack...Mais rien n'y fera, m'entendez vous ?, rien n'égalera jamais le son de ces quatres faces en vinyl us original pressé en 180 grammes, vous en resteriez ébahis. La pochette est ouvrante et concue dans un carton fait pour durer , une vraie aeuvre d'art vous dis-je.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2011
Un concert dans une petite salle où l'on sent la scène proche du public autant que peut l'être Curtis. Le résultat est plus dépouillé qu'un album studio sans être simpliste. La voix de l'artiste se veut plus confidente sur certains morceaux, moins SOUL aussi. J'apprécie ce concert pour sa qualité, son calme et sa douceur. Si vous appréciez Curtis Mayfield Je vous conseille au moins une écoute intégrale (pour être dans l'ambiance) de cet enregistrement.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 août 2014
Cet album enregistré Live en 1971 dans un petit club new-yorkais est un grand classique, mais il ne plaira pas à tout le monde à cause de la voix de Curtis Mayfield qui, il faut bien le reconnaitre, est un peu particulière...

En tout 16 titres (plus 2 bonus) habités d'un groove subtil, rien de démonstratif à la James Brown ou à la Sly Stone, mais quelque chose de plus intérieur, s'adressant avant tout à l'âme et au coeur, avec de belles parties de guitare wha wha.

A ranger entre un Live de Donnie Hathaway Live et le "Mercy, Marcy, Mercy" de Cannonball Adderley Mercy, Mercy, Mercy! Live at 'The Club'.
1616 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si vous jamais vous parcourez les avis sur cet album live de Curtis Mayfield sur le net, ici sur Amazon France, ou Amazon US, ou n'importe quel site commercial ou de critiques musicales vous allez vous apercevoir d'un consensus rare au sujet de cet enregistrement : il s'agirait du meilleur enregistrement publique jamais réalisé d'un concert. C'est vrai.

Quel que soit le style musical, l'époque ou la technologie utilisée, personne n'a fait mieux que cet enregistrement. A ce point que ce disque est devenu pour moi le CD de référence pour tester une enceinte, un système hifi ou un casque. La référence sur laquelle je mesure la capacité d'immersion d'un système audio.

A l'écoute, vous êtes assis au premier rang d'un petit club new-yorkais en 1971, Curtis Mayfield est à deux pas de vous, interagissant avec le public derrière et autour de vous, absolument ravi d'être là, et vous passez une soirée fabuleuse. Du frottement de la corde de basse, tintement des verres sur les tables, en passant par les vibration du timbre sur la peau de la caisse claire, les rires, les plaisanteries qui répondent à Curtis, tout est là, vivant, chaud, organique.

On entend Curtis et ses musiciens prendre énormément de plaisir à jouer devant ce public, Curtis est au sommet de son art que soit derrière sa telecaster ou devant son micro. La section rythmique donne une leçon de groove, non, plutôt en donne la définition. Ce concert est réellement un moment de pure magie musicale. Et quel son !
33 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec des disques tels que ce splendide "Curtis live !", la seule chose qu'on risque finalement c'est d'aimer encore plus la musique et d'être encore plus exigeant envers les artistes qui produisent des enregistrements "live", ici et là, parfois soporifiques au possible et enregistrés d'une manière abominable.
C'est que là, ce n'est pas juste un live de plus ! Non ! C'est du concert comme on en rêverait ! Un concert comme on rêverait tous d'y participer ! C'est dire la chance de ceux qui sont dans la salle du Paul Colby's Bitter End de New York en ce soir de 1971, avec un Curtis Mayfield si proche d'eux, à tous points de vue ! On ne peut pas mieux dire : on y est !
Curtis est là, tout près, les yeux fermés face à nous, chantant de cette manière si subtile, si raffinée, parfois même jusqu'à presque murmurer comme pour nous demander de nous rapprocher encore, encore un peu... Et derrière lui, c'est un festival de subtilité et de justesse, des musiciens d'un raffinement incroyable, entre la basse, les percus, la guitare et la batterie, les musicos n'avaient juste pas le droit de ne pas être au diapason du maître Curtis Mayfield ! Quelle fusion !
Et nous sommes là, parmi ce public de New York, on entend tout, le gars qui pousse des "yeahhh", celui d'à côté qui suit le rythme sur son genou en tapant des mains, on est pris dans ce tourbillon de rythmes qui produit un groove juste stratosphérique ! C'est beau, c'est jouissif la musique quand c'est joué ainsi, avec autant de maîtrise, autant de talent, autant de génie !
On ferme les yeux nous aussi et on se laisse envelopper par ce son qui nous emporte dans la stratosphère de la musique, ce son si bien capté par le preneur de son qu'on y est vraiment maintenant, Curtis est là devant moi, la basse de Joseph Scott me remue les tripes, le public derrière moi jubile, les congas de Henry Gibson claquent dans l'air suffocant, les timbres des cimbales étincellent... Woooohhhh !
Et là j'ouvre les yeux au bout d'une heure, comme si je sortais d'un rêve et je me dis : "Mais comment j'ai pu passer à côté de ce disque génial pendant si longtemps ?! Comment c'est possible de ne pas faire prendre l'écoute de ce disque en charge par la Sécu ?! L'humanité serait sans aucun doute meilleure si tout le monde avait entendu ce live au moins une fois dans sa vie !!!".
Au moins une fois ! Il faut entendre au moins une fois cette merveille dans sa vie pour enfin savoir ce que c'est de la très très bonne musique "en live" !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2013
je ne rajouterais pas de commentaire suplémentaire,tout ce que je peut dire, pour tout les nostalgiques de la Soul!, du Rn'b! achetez cette Album...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2012
Ce commentaire ne va rien apporter de plus ,mais il est là pour attester de la qualité de ce CD qui pourrait passer en boucle sans jamais lasser.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2015
Une bombe musicale.ambiance feutrée on s' y croirait. Du groove, une voix voilà tout ce qui fait qu'un love vous emmène autre part.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,83 €
10,87 €
7,00 €
7,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)