undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Soler : Fandango - 9 sonates
Prix:9,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les trop rares compositeurs enregistrés par le génial Scott Ross méritent toute notre attention. Le choix ainsi fait de seulement 9 sonates du padre Soler reste frustrant mais ces perles se savourent du fait même de leur rareté. Le Fandango inaugural est littéralement tourbillonnant. De cet instrument il arrive à en tirer du rythme, de la couleur et même de la modernité. J'ai entendu Scott Ross dire dans une interview qu'il pratiquait régulièrement le tricot afin de garder la souplesse des doigts destinés à faire vivre ces satanés bouts de bois : cette activité incongrue lui a permis de devenir le plus grand claveciniste du XXè siècle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 23 décembre 2013
Dans cet enregistrement ancien, ou plutôt pionnier, Scott Ross, à la sortie d'une intégrale Scarlatti aussi épuisante que brillante, decida de rendre hommage à l'un de ses principaux "élèves" ou en tout cas successeur dans ce style galant virtuose mi-artiscratique/mi-gypsie qui caractérise les sonates de Scarlatti et la musique espagnole de cette époque.

Comme sur les clavecins de l'intégrale Scarlatti, le choix d'un clavecin francais (Par David Ley, probablement dans le style de Blanchet) me parait discutable, car à priori trop brillant et pas assez tonique. Heureusement le registre choisi (légèrement nasal et frottant mais assez tonique) rappelle les clavecins Antunes (en plus brillant et moins rauque) et la prise de son très naturelle et pas réverbérée (et que je trouve meilleure que la plupart de ce qu'on entend dans l'intégrale Scarlatti) met bien en valeur la poésie de cette musique ainsi que la délicatesse et la précision rythmique de Scott Ross.

J'adore la version du fandango qui ouvre l'album. Je la trouve en phase à la fois avec l'esprit de danse gypsie mais aussi, au delà de l'aspect obsessionnel, avec la dimension méditative et la sensibilité de cette pièce. Par rapport à une autre version de référence (celle de Rafael Puyana sur son Hass 1740 à trois claviers qui a ses propres mérites), je trouve que la continuité de la registration renforce la cohérence de la progression et souligne la variété intrinsèque de la composition de Soler et surtout avec la vista de Scott Ross, dans un très bon jour lors de l'enregistrement. Cette version renvoie aussi à la musique de guitare espagnole (notamment gypsie) dont Soler s'inspire et à laquelle il se réfère... et on ne changeait pas les registrations sur les guitares!

Le reste de cette anthologie ne décoit pas. Chacune des 9 sonates enregistrées ici, parmi les meilleures de Soler, sont aussi parmi les meilleures de la discographie en ne tombant pas dans le piège de la pyrotechnie mais en exaltant aussi la sensibilité particulière de ce religieux fasciné par la musique populaire de son pays en général et celle de la minorité gypsie en particulier (grâce au contact avec Scarlatti mais aussi lors d'un de ses rares voyages en dehors de son monastère).

Ross sait éviter d'aller systématiquement vers l'avant en ne se focalisant pas que sur la virtuosité de la voix principale et mais il se sert de la ligne de basse pour mettre en perspective soit les temps de danses grâcieux soit les passages lyriques avec la discrétion et la sensibilité qu'on lui connait (dans ses meilleurs jours) tout en gardant cette sécheresse du phrasé, presque manouche, très adaptée à ce répertoire.

C'est à mon avis un des albums les plus réussis de la carrière de Scott Ross juste après ses partitas de fin de carrière et l'intégrale Rameau de ses débuts. Je le place même peut-être devant (pour la qualité, pas la quantité) son intégrale Scarlatti alors que son intégrale Francois Couperin fait aussi partie de mes préférées malgré une prise de son un peu plate qui ne rend pas hommage au jeu de Ross en le rendant plus mécanique qu'il l'était.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'ai acheté ce CD pour le fameux fandango du Padre Antonio Soler - un morceau d'anthologie quand il est interprété par Scott Ross : l'inspiration à l'état pur, une virtuosité sans faille, une musicalité et un sens du rythme insurpassables dont il nous gratifie également dans les 9 sonates qui l'accompagnent et qui nous rappellent Scarlatti, probable professeur de Soler. Quel artiste !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 avril 2013
Un interprète quasi insurpassable dans un répertoire qui nous ouvre les portes vers un monde de quiétude dissimulé par une virtuosité éblouissante et revigorante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 septembre 2010
Je suis très content de cet achat, la musique est très belle. Avis aux amateurs de D.Scarlatti, certaines sonates de Soler pourraient bien se glisser parmi les 555 sans qu'on s'en aperçoive tant leurs ressemblances sont frappantes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Scarlatti : Les plus belles sonates
Scarlatti : Les plus belles sonates de Domenico Scarlatti (CD - 1989)


Soler : Fandango & Sonates
Soler : Fandango & Sonates de Padre Antonio Soler (CD - 2011)
 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Alternative energy & environmental science kits from Thames & Kosmos.