Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Gaule qui résiste.
Le Petit Violon De Mr Grégoire (1976), troisième LP à apparaître au catalogue de Mona Lisa, est le disque par lequel les Orléanais bénéficient des premières vraies retombées en termes de notoriété. L'Escapade et Grimaces, confinés au rang de succès mineurs, n'auront donc pas...
Publié le 10 juin 2011 par jean-claude

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Un petit violon bien mal accordé .
Cet album souffre d'un mal aigu rarissime dans le monde de la musique professionnelle, heureusement pour nos oreilles! : un désaccordage endémique perturbe la quasi intégralité de l'enregistrement. Problèmes d'oscillateurs des claviers, pleurage du magnéto multipiste? Par moment, c'est assez atroce et l'on frise vite...
Publié le 30 décembre 2007 par Hervé J.


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Gaule qui résiste., 10 juin 2011
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Violon De Monsieur Grégoire (CD)
Le Petit Violon De Mr Grégoire (1976), troisième LP à apparaître au catalogue de Mona Lisa, est le disque par lequel les Orléanais bénéficient des premières vraies retombées en termes de notoriété. L'Escapade et Grimaces, confinés au rang de succès mineurs, n'auront donc pas été vains. En repoussant plus loin ses limites, Mona Lisa sort Le Petit Violon De Mr Grégoire, lequel devient, immédiatement, pour la cohorte grossissante des fans gaulois et des aficionados étrangers (ils existent !), la référence du groupe. Pour en arriver à cette reconnaissance générale (presse et public confondus), Mona Lisa balaie devant sa cour, fait son mea culpa, corrige le tir des imperfections de L'Escapade et Grimaces, met de l'eau dans son vin, puis, se fait plus précis, plus ambitieux, abandonne en route le guitariste des deux premiers disques, Christian Gallas, que relaie Pascal Jardon. Ce choix est stratégique pour accéder aux lauriers nationaux qui ceignent encore et toujours le crâne du rival Ange, lequel, à cette époque des seventies, tient encore bien le cap et le fait savoir via Par Les Fils De Mandrin. Artistiquement parlant, le changement est peu perceptible, si ce n'est que les textes sont améliorés et que l'extravagant Dominique Le Guennec, propulse son excellent registre vocal à un niveau supérieur, se faisant tantôt conteur, tantôt voltigeur, tantôt bouffon ou maître de céans, selon les casquettes que les textes le contraignent à porter. Que dire d'autre ? La musique est bonne, riche, lumineuse, enthousiaste, les chansons idem ; les acteurs excellents, Pascal Jardon amène un souffle nouveau. Le Publiphone pour sa belle écriture pleine d'humour, la chanson-titre à trois volets et culminant à vingt minutes, Solaris, Allons Z' Enfants, prototype même du rock théâtral francisé, La Machine A Théâtre, sont les pièces de résistance de ce disque important, symbole d'une Gaule musicale qui résiste et fait la nique aux anglo-saxons (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Un petit violon bien mal accordé ., 30 décembre 2007
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Violon De Monsieur Grégoire (CD)
Cet album souffre d'un mal aigu rarissime dans le monde de la musique professionnelle, heureusement pour nos oreilles! : un désaccordage endémique perturbe la quasi intégralité de l'enregistrement. Problèmes d'oscillateurs des claviers, pleurage du magnéto multipiste? Par moment, c'est assez atroce et l'on frise vite l'insupportable. Paradoxalement même quand les claviers sont sous-mixés (Le Chant Des Glaces) le mal persiste et le jeu de guitare de Pascal Jardon n'arrange rien ( volonté de singer Brézovar de Ange qui savait, lui, être lyrique, alors qu'ici on reste dans l'approximatif, écoutez Solaris où comment peut-on jouer aussi mal et aussi faux?).

Il faut dire qu'à l'époque (1976) les studios français n'étaient pas réputés pour leur qualité et leurs staffs techniques souvent incompétents peuvent expliquer un tel desastre.

Pour l'album lui-même, ce troisième opus de Mona Lisa est un très bon exemple (voire un cas d'école) de rock progressif français comique. Même en étant très tolérant, j'ai du mal à comprendre que certains peuvent encore écouter cela tout en gardant leur sérieux. Les paroles hésitent entre ridicule et grandiloquent avec cette naïveté et ce sens de l'emphase propre à l'époque. On sent que les musiciens ont bien remâché Au Delà Du Délire ou Foxtrot, mais que la digestion fut longue et douloureuse. Dans Le Publiphobe néanmoins, Le Guénnec nous rappelle avec nostalgie toutes ces marques commerciales disparues (chaussettes La Bonnal, Kelton, Timex).

Au niveau composition, on ne peut pas dire que les musiciens soient des premiers prix d'harmonie et de contrepoint. Là où Ange savait rester simple et émouvant, Mona Lisa aspire à des altitudes bien trop hautes pour son inspiration et son talent. Le niveau technique assez faiblard du clavier ne fait qu'amplifier la pauvreté harmonique de l'ensemble. Par contre, Francis Poulet le batteur mêne son petit monde à la baguette (certainement le meilleur musicien du groupe) malgré un bassiste peu inventif frappé d'une propension maladive à vouloir mal imiter Chris Squire.

Niveau influences, hormis la pâle imitation de Ange qui frise ici la caricature (grimaces!), on a droit à quelques envolées flûtesques primo-crimsoniennes ou quelques arpèges génésistes. Dans l'Epic "Le Petit Violon De Monsieur Grégoire", Dominique Le Guénnec s'essaye à la diction parlée-chantée à la Léo Ferré (Période "Il n'y a plus rien") et nous fait bien rire!

Si Mona Lisa de Léonard de Vinci est l'aboutissement du sfumato, Cet album est lui l'avènement du rock progressif français fumeux. Une pièce d'archéo-musicologie assez indigeste mais néanmoins jalon incontournable des désidératas du "rock français" de l'époque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 prog à la française, 19 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Violon De Monsieur Grégoire (CD)
Mona Lisa est un groupe des années 70 que je n'appréciais pas trop à l'époque quand on réecoute cet album aujourd'hui on s'apercoit que ça a très bien vieillit, on les qualifiait de sous Ange mais en fait c'est un groupe qui avait son style et de l'originalité, bref aujourd'hui j'écoute cet album avec beaucoup de plaisir !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 la musique de mon mariage, 18 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Violon De Monsieur Grégoire (CD)
Super ça remémore de vieux souvenir de musicos, dommage que l'on ne puisse retrouver l'album Grimaces.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit