undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles34
4,1 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

SYNOPSIS : Un jeune comédien claustrophobe (Jake) est au chômage et à la rue. Un acteur qu'il rencontre lui confie son studio et son télescope qui, chaque soir à la même heure, lui permet de voir le strip-tease d'une ravissante voisine. Jake en tombe amoureux mais son voyeurisme le conduira à trop se fier à ce qu'il voit. il sera la victime d'une machination habilement tissée autour de lui.

On le sait depuis longtemps, depuis "Carrie" et "Le fantôme du Paradis"... depuis "Obsession" et "Sœurs de sang", Brian de Palma aime semer le trouble, la peur et la provocation. Même lorsque l'intrigue est confuse, il enchaine ses scènes de carnage et de catastrophes avec tant de souffle et de verve qu'on croirait une célébration jubilatoire de l'horreur. Mais il aime aussi regarder. Et si Spielberg a un faible pour les enfants, Coppola pour les familles et Scorsese pour les losers, lui, ceux qu'il affectionne, ce sont les voyeurs... et Body double, ne fait pas exception à la règle. Il peut même faire office de règle à lui tout seul !
L'une des forces de De Palma est de montrer très vite "le mal" dont souffre son héros comme faisant simplement partie de sa personnalité. Une fois de plus donc, il nous montre un voyeur en action (John Travolta faisait un peu exception puisque dans "Blow out" il était auditeur !). Aussi, on a toujours reproché à De Palma d'avoir confondu hommage à Alfred Hitchcock et plagiat. Alors bien sûr, lorsqu'on voit le héros de "Body double" se rincer l'œil au télescope, on bondit d'indignation... et on a tort, car ici, De Palma se réfère à Hitchcock pour mieux nous surprendre lorsqu'il s'en éloigne. A partir du même principe de base "le voyeurisme", il débouche sur un sujet complètement différent avec une maitrise que le père de "Vertigo" n'aurait pas reniée. De Palma est un malin, il nous mène par le bout du nez avec brio et humour, parvenant à rendre ses fantasmes essentiels au développement de l'intrigue. Ici, le sujet n'est pas la pornographie. Celle-ci n'est que le milieu où se déroule l'enquête. Du coup, des scènes très suggestives suscitent autant le trouble que le suspense. Déjà, à l'époque de "Sœur de sang", De Palma employait un certain nombre de procédés narratifs chers à Hitchcock, comme : introduire un personnage et le faire disparaitre par surprise, permuter abruptement les points de vue, transformer un témoin en enquêteur, le lancer à la recherche d'une vérité qui risque de lui être fatale... Ici, tout nous ramène aux images, la narration restant basée sur les effets visuels où le spectateur devient doublement voyeur : du film, par définition, mais aussi de ce que voit Jake Scully. "Body Double" est la peinture d'un univers où seules les images ont de l'importance, jusque dans les relations amoureuses où les cassettes porno ont tendance à remplacer l'amour physique.
En fait, le message de De Palma c'est que... nous sommes tous des voyeurs et que... nous aimons tous ça ! Sans doute n'est-ce pas très nouveau... Mais si De Palma filmait tout haut ce que beaucoup pensent, ou rêvent tout bas ?
55 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2014
Si vous êtes en train de lire ce commentaire, sachez que ce film s'adresse aux fans du grand Brian De Palma. Film peu connu, il n'est pas un film majeur de la filmographie du réalisateur. Néanmoins, film peu connu n'est pas à confondre avec mauvais film. Body Double est un très bon film, et qui plus est, un très bon De Palma.
Pour les fans, soit vous souhaitez étendre vos connaissances sur lui, soit vous voulez compléter votre collection de dvds. Soit dit en passant, c'est dommage de ne pas avoir la possibilité de trouver Body Double en blu ray. En tant que français c'est souvent difficile de trouver certaines pépites du cinéma dans ce format.

Body Double se veut être un remake hommage au film Fenêtre Sur Cour. Avec la relecture de Psychose et Pulsions, De Palma avait livré un de ses tous meilleurs films à l'instar des Incorruptibles, de Blow Out ou encore L'Impasse. L'influence d'Alfred Hitchcock est d'autant plus perceptible qu'on pense également avec Body Double à Le Crime Était Presque Parfait. Ce film est passionnant pour ces influences, mais surtout pour ce que Brian De Palma veut en faire. Certains passages sont hypnotisants, la plastique des actrices aide beaucoup dans ce sens, et d'autres absolument bluffants, il suffit de voir la scène dans la chambre avec la perceuse: vous me comprendrez en la regardant.

C'est exactement ce genre de film que j'aime avec ce réalisateur. On sent la maîtrise du chef, on est pris dans un film, dans son rythme, son histoire en se disant " mais oh mon dieu c'est quoi ce délire ! ". On pense également au film Obsession, dans ce que ce derrnier aurait dû être. Pour être bref, on a un très bon film qui mérite sa place dans la collection des cinéphiles, plus encore, c'est un De Palma de très grande qualité, qui souffre de certaines lenteurs et d'une fin qui nous laisse sur sa faim, mais certaines scènes sont suffisamment mémorables pour qu'il en soit incontournable.

Le dvd comporte quant à lui de nombreuses erreurs de traduction et quelques fautes d'orthographe, mais pour un film méconnu, on a un bon support.

7/10.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand Jake Scully, un jeune acteur de série B, se fait virer de son rôle (difficile de jouer un vampire dans un cercueil alors qu’on est claustrophobe) et de chez sa compagne (il la découvre au lit avec un autre), il accueille avec gratitude une solution temporaire d’hébergement. Surtout qu’il s’agit d’une maison incroyable. Et que sa vue imprenable donne sur une maison où une très belle femme se fait un strip-tease tous les soirs. Jake commence à être fasciné par cette femme aussi lascive que malheureuse en couple. Mais il découvre qu’un autre homme inquiétant la surveille également…

« Body double » est un excellent thriller, dont il vaut mieux ne rien connaître avant de le découvrir. En dehors du résumé ci-dessus, il vous suffit de savoir que le film contient plusieurs retournement de situation imprévisibles et part plusieurs fois dans des directions complètement inattendues pour mieux tout résoudre de main de maître dans son acte final. Ce n’est pas pour rien qu’il est considéré comme un des meilleurs films de DePalma (Pulsions,Les Incorruptibles,Scarface,L'Impasse,Mission Impossible). Les références hitchcockiennes sont nombreuses : Sueurs froides (la claustrophobie, l’idée d’une substitution de femmes), Fenêtre sur cour (le voyeur avec sa longue-vue témoin d’un meurtre), La mort aux trousses (importance de l’architecture), peut-être aussi Les oiseaux et Pas de printemps pour Marnie (puisque Melanie Griffith est la fille de Tippi Hedren). Mais De Palam s’auto-cite aussi de façon évidente, comme dans les travellings suivant les personnages qui se suivent les uns les autres dans la scène du centre commercial (cf Pulsions, qui va jusqu’à reprendre le motif du vêtement, gant ou petite culotte) et dans le motif récurrent du personnage qui voit ce qu’il n’aurait pas dû voir (vu dans Blow out, et qu’on retrouvera plus tard dans Snake eyes).

Cet excellent Body double est donc une sorte de résumé-archétype de l’essentiel de la carrière de son réalisateur. Il est ici présenté dans un luxueux coffret, contenant le blu-ray du film, un DVD identique et un DVD de bonus, en plus d’un long récit du tournage passionnant au format papier. La pochette est superbe en carton épais et résistant, mais sa taille en fait aussi un objet plus haut, plus large et plus épais qu’un DVD classique : il risque de dépareiller dans une vidéothèque, si vous le mettez à côté des autres produits similaires du même éditeur. A noter : l’image blu-ray s’avère un peu décevante, car un bruit numérique certain est plusieurs fois relativement visible. Pour de la HD et vu le prix du coffret, on pouvait espérer mieux. Mais la copie reste par ailleurs d’excellente facture.

A noter : si vous voulez retrouver Gregg Henry dans un autre rôle similaire, regardez donc le méconnu Fair game. De plus, sachez que Body double contient pas mal de nudité et beaucoup de sensualité. Sans vouloir me la jouer trop prude, je vous recommande cependant de ne pas le montrer à des enfants ni des ados trop jeunes.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On a souvent comparé De Palma à hitchcock, inconstestablement ce n'est pas faux, notamment pour le style et la réalisation virtuose. Mais cette référence à hitchcock était plutôt une critique vis à vis de De Palma, à dire vrai on le considérait comme un vulgaire copieur. Aujourd'hui, force est de reconnaitre que De Palma a sa propre griffe et si hitchcock savait dosé habilement son suspens, savait créer des ambiances inquiétantes, il n'évitait pas par moment des instants un peu plus convenus avec des scènes d'exposition un peu théâtrales. De Palma lui va à l'essentiel et il nous envoie à la face un feu d'artifice d'images à l'énergie déroutante. On peut mettre en évidence également l'amour des femmes des deux réalisateurs qui sont filmées avec un soin très esthétique (avec des allusions très sexe). Body Double a certes ce coté très année 80 mais l'histoire nous tient en haleine et la réalisation coup de poing de De Palma réserve son lot de surprises.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je viens juste de le revoir et malgré le côté un peu vieillot de l'image et des costume (année 80 oblige), le film ne perd pas en suspense. L'histoire est très intelligemment amenée. Progressivement le personnage principal tombe dans une histoire montée de toute pièces et le rend voyeur malgré lui et il va tout faire pour comprendre ce qui c'est réellement passé.
Ce que j'apprécie chez De Palma c'est qu'il essaye toujours de mettre ses personnages face à leur propre peur. Dans ce film, le personnage principal doit surmonter sa claustrophobie.
C'est vraiment un film efficace et à revoir.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Très beau coffret pour ce De Palma particulièrement intéressant se redécouvrant avec intérêt soutenu et plaisir; un brin manipulateur, 'millimétré', un peu surfait, ménageant peu de respiration (comme bien souvent avec ce réalisateur, contrairement à son 'modèle' Hitchcock d'une virtuosité plus libre), la richesse, l'architecture visuelle tout comme le déroulement emportent néanmoins largement l'adhésion, ce film passant allègrement l'épreuve du temps, n'étant nullement sous réelle camisole. Distribution, interprétation ou bien encore musique et décors s'avèrent parfaits et le Blu-ray par son rendu somptueux (et respectueux) rend honorablement justice à cette oeuvre que j'apprécie depuis l'origine. Par ailleurs, précisons que le livre faisant corps à cette édition enrichit idéalement le tout, déjà fort satisfaisant par de copieux et intéressants suppléments. Si l'ajout du CD de la B.O eut été miraculeux, il ne faut pas pour autant faire le capricieux: cette sortie est excellente et ce film s'avère, de toute évidence, un des plus passionnant (ou du moins, satisfaisant) à revisionner de son valeureux auteur!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici un film qu'on n'oublie pas, qui change complètement des films "habituels". La mise en scène est à couper le souffle, la musique est superbe, et l'ambiance est tout ce qu'il y a de mieux. C'est indescriptible. Il faut le voir, le vivre ! Quelque chose de particulier se dégage de ce film, notamment dans la première partie, où l'ambiance, encore une fois, apporte énormément à la réalisation. Et je remets une couche sur la musique, qui est à écouter. Enorme !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2013
Très bon film je voulais tout simplement le revoir car je ne m'en souvenais plus, et je ne suis pas déçu, bien au contraire!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2015
Ce film m'avait fortement plu à l'époque où je l'avais découvert sur une chaine de cinéma il y a une quinzaine d'année.
Le revoir sur un support Blue Ray remastorisé avec une image de qualité rend hommage à ce film de Brian DE PALMA où l'intrigue se dévoile au fur et à mesure et c'est à la fin du visionnage que l'on mesure la qualité du scénario et de l'intrigue plutot lente à se mettre en place.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2016
Il est clairement difficile de regarder "Body Double" au premier degré, tant De Palma en fait des tonnes dans sa "célébration" cynique de la laideur eighties et de la décadence du cinéma - ici réduit à ses expressions les moins nobles, le film d'horreur de série Z et le porno. Quasiment aucune scène n'est épargnée par l'outrance : personnages déviants interprétés sans aucune finesse, vision glauque du sexe et de la femme comme objet de voyeurisme masturbatoire, déréalisation complète de la moindre péripétie (le sommet du "n'importe quoi" provocateur étant sans doute atteint lors du coup de foudre "sexuel" tourbillonnant entre Jake Scully et Gloria Revelle !)… Pourtant, "Body Double" passionne - et est devenu une sorte de classique certes malade, mais reconnu, du Cinéma - parce qu'il conclut en beauté la période post-hitchcockienne et théorique de De Palma (qui s'essaiera ensuite au cinéma des studios, avec les résultats divers que l'on connaît), en faisant une synthèse habile des théories du Maître telles que déclinées dans "Vertigo" et "Rear Window" (voire même un tantinet de "Psycho"). Sommet de perversité, "Body Double" fascine par l'intelligence avec laquelle De Palma affronte sans complexe la dégradation du cinéma au sens le plus noble, englouti ici sous les images vulgaires et efficaces (pensons au clip de Frankie Goes to Hollywood).
55 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)