undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Birdy
  • Commentaires client

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles22
4,5 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:9,45 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 juin 2002
un chef d'oeuvre de sensibilité subtilement saupoudré d'humour .
la musique est en totale adéquation avec le film.
Une magnifique leçon de vie
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2007
La Guerre du Vietnam... Son horreur, son incompréhension, ses retombées... S'il est un sujet récurrent autour de ce conflit, à Hollywood, c'est bien celui des répercussions psychologiques du conflit. Et Alan Parker, dont la filmographie comporte déjà de gros succès - à commencer par le sulfureux Midnight Express, choisit cet angle pour livrer un drame à la fois intimiste et brutal, Birdy, qui remportera d'ailleurs le prestigieux Grand Prix du Jury du Festival de Cannes. Ce film marquera aussi l'avènement d'une star : Nicolas Cage.

Les enfants font preuve de cruauté, c'est bien connu. En ça, le jeune "Birdy" (Matthew Modine) n'échappe pas à la règle. D'un naturel peu social, le garçon se réfugie derrière sa véritable passion pour les oiseaux. Curieux, puis rapidement fasciné, Al (Nicolas Cage), d'un naturel plus entreprenant, se lie d'une amitié forte et sincère pour ce jeune homme peu ordinaire. Après une tentative commune de dressage de pigeons, Birdy s'enfonce peu à peu dans dans un mutisme imperturbable. Préférant vivre enfermé en compagnie de ses canaris, il reste sourd aux appels de son ami. Les horreurs de Guerre du Vietnam feront sombrer définitivement Birdy dans une folie toute personnelle : il est devenu un oiseau. Interné dans un hôpital psychiatrique, Birdy regarde le ciel à travers les barreaux. Son ami Al, qui a lui aussi beaucoup souffert, parviendra-t-il à lui venir en aide ?

Ambiance à la glauque. Birdy est un vrai drame, avec des personnages déchirés et traumatisés. La force d'Alan Parker est de développer la suggestion de l'horreur : pas besoin de voyeurisme. Quant à Matthew Modine, il campe parfaitement et tout en pudeur ce jeune sur la brèche. Il faut aussi saluer la prestation pas facile de Nicolas Cage : il n'a pas vingt ans quand commence le tournage du film. Enfin, les fans de Peter Gabriel pourront apprécier ses rythmes et accords si singuliers. Un grand film d'un grand réalisateur.

Du coup, le DVD ne peut que rafraîchir l'enthousiasme : hormis un trailer et quelques fiches biographiques (qui datent de 1999), strictement rien à se mettre sous la dent. Très décevant. Heureusement que la qualité de l'image est au rendez-vous !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2001
Il ne s'agit là ni de golf, ni de jazz... mais d'une belle leçon d'Humanité délivrée avec une sensibilité à fleur de peau... le tout baigné par la musique réellement magique de PETER GABRIEL ! Si vous ne craignez pas de rêver et de verser de grosses larmes... n'hésitez plus ! ;-)
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2001
Une plongée dans la folie dont on ressort bouleversé. Impossible de rester indifférent, cette histoire vous attrape et vous garde bien après le générique de fin.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2003
C'est l'histoire d'un rêve de gosse qui vire à l'obsession et d'une amitié que rien, même pas le guerre, ne pourra briser...C'est une histoire d'amour entre un Rocky de banlieue et une "tête de piaf" un rien allumé...On rit, on pleure, on rêve...C'est une suite d'images éblouissantes qu'on n'a pas envie d'oublier, une musique on ne peut plus en phase et des acteurs prodigieux ! Quand on l'a vu, ça devient forcement un film culte !
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2011
Je ne reviendrai pas sur le film qui a déjà été décris comme excellent. je m'insurge contre le DVD épouvantable qu'on nous sort avec une VF plus qu'étrange, en effet pendant 1 heure le film est entièrement redoublé (Nicolas Cage avec la voix de Maurice Decoster est un vrai supplice), mais d'un coup le film bascule sur la Vf d'origine avec toute les voix changeante (Nicolas cage retrouve la voix de Dominique Collignon Maurin qui l'a doublé quasiment dans tout ses films), puis au bout d'1/4 le film repasse sur le nouveau doublage.

Une bérézina incompréhensible et épouvantable.
1010 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2008
Des images à couper le souffle, une histoire aussi originale que poignante, tels sont les ingrédients de ce grand film culte des années 80. Sans doute l'un des plus beaux du réalisateur Alan Parker. Les deux acteurs principaux jouent chacun leur rôle avec virtuosité, usant d'une complicité inédite pour donner corps à une histoire d'amitié peu commune, comme on rêve d'en connaître une au moins une fois dans son existence. Un hymne à la vie, sans tabou ni frontière. Superbe.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2012
Du très grand cinéma, un classique parmi les classiques dans la carrière d'Alan PARKER. Le DVD étant neuf, rien à dire dessus. Pour les amateurs de drame psychologique, c'est un chef d'oeuvre original sur certains aspects cachés par une amérique puritaine, celle de la guerre du Vietnam... Pas pour les va-t-en guerres assoiffés d'armes et explosions, une superbe peinture philosophique sur la liberté d'être et de penser mais aussi sur ce que l'on nous cache des conflits et des séquelles. Un côté caché à regarder depuis sa lorgnette sur une réalité crue, dure et sans pitié, la différence paradoxale entre rêve et passion et lorsque cela ne forme qu'un. Un voyage au bout d'un rêve devenu folie par crainte et unique refuge, mais aussi le combat de l'amitié et non celui de la bêtise... Du cinéma comme vous n'en regardez que très rarement car des talents comme celui-là, il y en a peu. A noter les autres films d'Alan PARKER comme The Wall, Mississippi Burning, Midnight Express ou encore The Commitments (moins cru). Je le conseille vivement en famille par exemple... Birdy est persuadé de pouvoir voler de ses propres ailes et c'est depuis cette passion que la guerre le met en charpie avant de le rendre fou, d'observer que ce sont les horreurs de la guerre qui poussent son ami, non épargné lui non plus, à le chercher où qu'il se cache dans l'absence. La suite et la fin ? A vous de vous mettre à portée de ce film et de le regarder !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2008
Le traumatisme de la guerre, nombreux sont ceux qui l'ont évoqué, représenté, problématisé... Ici, il est mesuré. Mesuré à l'aune la plus inattendue et même la plus déstabilisante: celle du rapport d'un jeune homme aux oiseaux et au fait d'échapper à la pesanteur. Deux traumatismes se confrontent: celui du jeune d'ascendance italienne, qui a de ce fait son fardeau de problèmes, et qu'on voit avec désolation investir, après tant d'autres, le personnage de l'ancien combattant; et puis celui de Birdy, très proche d'une folie ô combien légère, et que la guerre semble avoir atrocement cloué au sol. Matthew Modine, tout jeune, côtoie le génie d'Ariel dans un des rôles les plus sombres et les plus subtils que le cinéma ait jamais produits.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2007
Magnifique! Même longtemps après sa sortie en salles (ce qui ne nous rajeunit pas), le récit et son traitement gardent leur force. On est troublé(e), ému(e). Emu(e) par la puissance de l'amitié qui lie les deux copains au-delà de leurs différences et parfois de leurs incompréhensions, ému(e) par les effets de la guerre qui casse les êtres et les renvoie à une solitude sans bornes, effrayante, avec laquelle il faudra vivre malgré soi. Nicolas Cage est splendide, plein de brisures et sur le fil du rasoir.
On ressort secoué(e), loin d'être indemne.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)