undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles10
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

The People v. Larry Flynt, plus sobrement intitulé Larry Flynt en France, a déjà presque quinze ans (1996). Et il vieillit bien. Sans doute parce que ce dont il parle, au-delà du récit d'une partie de la vie du créateur de Hustler, ne se périmera pas de sitôt. Aux Etats-Unis comme ailleurs, les mouvements de balancier sont tels que même si les moeurs semblent se libérer toujours plus, les évolutions sont parfois en trompe-l'oeil et l'hypocrisie guette.

Larry Flynt n'est pas un film sur la pornographie. Il ne revient pas sur son âge d'or et sur la gueule de bois qui s'en est suivie, comme dans le Boogie Nights de Paul Thomas Anderson. Ce n'est même pas vraiment le récit de l'itinéraire d'un pornographe, ou en tout cas pas seulement. Flynt, tel qu'il est sans doute réellement, et tel que le montre le scénario de Scott Alexander et Larry Karaszewski (déjà auteurs peu avant du script du Ed Wood de Tim Burton), est certes un chaud lapin et un businessman, mais aussi un agitateur professionnel. Traîné devant les tribunaux pour des raisons diverses, il est petit à petit amené à défendre la liberté d'expression en même temps qu'il met au défi les institutions et la bienséance. Il se collette en chemin avec les représentants les plus éminents du grand retour du conservatisme dans les années 80, comme l'évangéliste Jerry Falwell, le créateur de la "Majorité Morale". Inutile de se demander s'il veut à tout prix défendre le Premier Amendement par conviction ou s'il ne fait que se cacher derrière lui pour mieux vendre sa camelote. Le film ne fait pas dans le discours là-dessus et c'est tant mieux, n'héroïse pas son personnage plus que de raison et ne cherche pas non plus à le charger. S'intéresser à un tel personnage, c'est essayer de comprendre un paradoxe, ce que Forman amène le spectateur à faire avec beaucoup de talent.

Comme Tim Burton pour Ed Wood, cet autre vrai-faux biopic de Alexander et Karaszewski a trouvé en Milos Forman le réalisateur idéal. Parce qu'il a un regard sur les Etats-Unis qui conserve une certaine distance, et vécu et travaillé avant dans un pays totalitaire. De plus, son amour des personnages excentriques, dans tous les sens du terme - ceux de Vol au-dessus d'un nid de coucou bien sûr, mais aussi celui de Jim Carrey dans Man On The Moon, etc. - ne pouvait que le conduire à considérer avec un regard plein de sympathie et d'amusement les tribulations de cet empêcheur de tourner en rond. Selon lui, "c'est une histoire très américaine. C'est un pays où vous pouvez trouver beaucoup de rêves en ruine. On ne cesse de lire des récits vécus où des gens font fortune, perdent tout, recommencent. Ce qui m'a beaucoup aidé pour porter à l'écran cette vie était de savoir que tout était vrai, que rien n'était inventé, y compris les comportements de Flynt: cracher au visage d'un juge, jeter des oranges, se faire baptiser dans une rivière, apporter au tribunal dix milles dollars dans des sacs poubelles, se coiffer d'un casque militaire, s'entourer le sexe d'un drapeau américain, etc. Le plus dur ensuite, était de trouver les comédiens capables de vous faire croire à ce qui se passait à l'écran car ce sont eux qui créent le vraisemblable. Parfois, le cinéaste dit la vérité des faits, mais si ses acteurs ne sont pas crédibles..."

De fait, Forman ne cherche pas à faire mousser par la forme un sujet qui a un grand potentiel, et adopte une certaine retenue. Trop, peut-être, en tout cas on le lui a reproché. Il est vrai que des dérapages baroques auraient pu être de mise, mais la mise en scène est là avant tout pour mettre en valeur le jeu des acteurs et donner le plus de véracité possible au récit, ce en quoi elle réussit parfaitement. Woody Harrelson fait merveille dans ce rôle, qui était d'une certaine façon fait pour lui. Quant à Courtney Love dans le rôle du turbulent amour de sa vie, elle est plus que convaincante, y compris dans la peinture de la déchéance, toujours difficile à négocier.

Edition de qualité. Très bonne copie. VOSTF et VF. 2 scènes coupées. Commentaires audio des scénaristes et des acteurs (sous-titrés). Making-of intéressant - il y est par exemple question vers la fin de la réception du film, qui fut un échec alors qu'il avait tout d'abord été particulièrement bien reçu: accusé d'héroïser à outrance un pornographe dont les publications sont essentiellement misogynes, le film ne se relèvera pas non plus du changement de l'humeur du pays, juste avant l'affaire Clinton-Lewinsky. Affaire dans laquelle Larry Flynt a pris position d'ailleurs, en cherchant à mettre au jour l'hypocrisie de ceux qui voulaient la peau de Clinton: c'est ce qu'on apprend dans l'autre documentaire, couvrant toute la vie de Flynt et datant de 2003. Deux documentaires réalisés sans génie, mais solides et informatifs.

Un des films américains récents les plus réussis sur les paradoxes et complexités de ce pays. Et un des meilleurs films de Forman, avec pour s'en tenir aux dernières années, le très savoureux Man on the Moon. Son dernier film, Les Fantômes de Goya, sans être complètement réussi, me semble bien meilleur que ce qu'on en a parfois dit: il faut juste accepter que ce n'est pas à strictement parler un film sur Goya, et goûter le côté feuilletonesque du récit.
44 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MIlos forman au sommet de son art, et cela en dépit de la maladie de Parkinson qui venait de le foudroyer. Courtney Love incarne à elle seule le rêve de cette jeunesse américaine déjà représentée dans le film Hair, rêve d'émancipation sexuelle et de liberté. Et puis il y a cet acteur américain, extrêmement charismatique. La séquence où son discours est illustré par des images retransmises sur un écran géant derrière lui donne à elle seul un aperçu définitif sur l étendue des capacités mentales de son personnage.
A l'issue d'un tel film, on se sent certes conforté par le prêchi prêcha sentimentaliste de l'avocat sur les libertés fondamentales mais il reste une impression de malaise, comme si au fond tout ce rude combat n'avait été que basse révolte puérile et imbécillité chevronnée.
Reste seulement les salves de rire de Coutney qui ponctuent le récit et résonnent encore entre les murs de notre palais après son étrange noyade.
22 commentaires|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2016
larry flynt est un tres bon sujetpas du tout pornographique au sens ou nous l'entendons.les sois disants americains puritains ferait mieux de ce regarder.officiellement ils sont scandalies officieusement ils sans delectes.tres bons acteurs et grande patiente pour l'avocat
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2013
service et produit bien
service et produit biena
service et produit bienu
service et produit bieno
service et produit bien
l'obligation de fournir tant et tant de mots est insupportable
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2015
Not being able to find copies in local shops
or supermarkets, I ordered it through amazon.
Exactly what I wanted and it arrived a day earlier than promised
so I'm satisfied.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2010
Le dvd était neuf comme prévu, mais la jaquette ne correspondait pas à celle de la photo. Comme je l'avais commandé pour l'offrir à une date précise, je n'ai pas pu le faire changer. C'est dommage car parfois, on ne choisi pas seulement un livre ou un dvd pour son contenu, mais aussi pour son format, sa couverture ou sa jaquette, et c'est toujours décevant de ne pas recevoir exactement le produit commandé...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2015
Personnage étonnant,
Acteurs très bons
A la sortie du film Larry Flint a trouvé le film un peu édulcoré ... ça en dit long sur sa vie
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2014
ce dvd est super , le colis a été livré rapidement et l'ensemble est de bonne qualité! donc cet achat correspond tout a fait a mes attentes!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2001
Larry Flint est-il le Marquis de Sade du 20° siècle? Si le film ne pose pas cette question, il épingle bel et bien l'hypocrisie de la société américaine d'aujourd'hui.Une distribution brillante pour raconter l'histoire d'un homme audacieux.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2004
Les filles glacées aux formes parfaites du magazine Playboy dont l'éclairage étudié accentuait le côté inaccessible et irréel, étalaient une image du bon goût, faisainet phantasmer la classe moyenne et aristocratique. Larry Flint a eu l'idée saugrenue de s'intéresser à la vulgarité. Ses filles étaient naturelles, pleines de défaut physiques mais ressemblaient à la voisine, à la clocharde du quartier, à la serveuse du Mc Do d'à côté. Pas facile de développer l'histoire du roi du mauvais goût sans tomber dans la vulgarité. C'est ce qu'a reussi le realisateur, focalisant plus sur le combat pour la liberté d'expression. Un bon film qui se regarde sur plusieurs niveaux de lecture.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,06 €