undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles16
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"A bout de souffle" est un film militant, un film de rupture avec le cinéma français des 50's. La france produisait alors des films de scénaristes, écrits, ou plutôt redigés, que venaient ensuite tourner des metteurs en scène talentueux mais pas spécialement inspirés : Christian Jacques, Autant Lara, Verneuil... Les stars étaient les acteurs, et les numéros d'acteurs.

Avec Godard, c'est fini : les scénarios, on s'en fout, y'en a pas, ou alors on l'écrit au jour le jour. La star, c'est le film en lui même, et la mise en scène. Pour "A bout de souffle" Godard rend hommage au Film Noir, à Hawk, Lang, Bogart, mais surtout il casse les codes, réinvente une grammaire, une manière de raconter, de monter les images, de raccorder les plans, d'empiler les pistes son, de diriger les comédiens afin de trouver le sentiment, l'émotion juste. Et c'est en cela que le film est réussi, il nous fait réagir, il nous émeut. Seberg et ses journaux sur les Champs est trop craquante, Bébel et insolent à souhait, mais tellement attachant, même avec sa gueule cassée. "A bout de souffle" n'a pas vieilli, il reste moderne, dérangeant, insolent comme Michel poicard, son héros, qui nous regarde droit dans les yeux et nous dit : "si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, la campagne, alors... je vous emmerde!".

Ce film a marqué son temps, comme "Citizen Kane" les années 40, et a surtout permis à des milliers de cinéastes en herbe, de se dire : moi aussi, alors, je peux faire un film, inventer, créer, innover, sans limite, sans peur des conventions. "A bout de souffle" est une immense bouffée d'oxygène, un magnifique bras d'honneur au cinéma sclérosé d'alors, et d'aujourd'hui encore. Godard confirmera et affinera sa méthode sur "Les carabiniers", "Le Mépris", et retrouvera Belmondo dans "Pierrot le fou", encore plus explosif et jouissif.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 29 juillet 2008
A BOUT DE SOUFFLE est un film militant, un film de rupture avec le cinéma français des 50. La France produisait alors des films de scénaristes, écrits, rédigés, que venaient ensuite tourner des metteurs en scène talentueux, mais très respectueux du texte. Les stars étaient les acteurs, et les numéros d'acteurs. Dans UN SINGE EN HIVER, la star, c'est Bébel, Gabin, et les dialogues de Audiard, le bouquin de Blondin. Mais certainement pas Verneuil, dont le boulot reste très académique. Dans A BOUT DE SOUFFLE, avec le même Bébel, on ne retient qu'une chose : le nom de Jean Luc Godard.

Avec Godard, les scénarios, on s'en fout, y'en a pas, ou alors on l'écrit au jour le jour ! Bon, ce n'est pas tout à fait exact, car un scénar il y en avait un, assez précis (le synopsis était d'ailleurs de François Truffaut, Chabrol y a contribué aussi) mais il est vrai que certaines scènes ont été incorporées au dernier moment; ce sont surtout les dialogues qui sont écrits à la dernière minutes, voire, soufflés "en direct" aux oreilles des comédiens par Godard ! La bande son étant post synchronisée ensuite... La star, c'est le film en lui même, et la mise en scène, la forme. Pour A BOUT DE SOUFFLE Godard rend hommage au Film Noir, à Hawks, Lang, Bogart (Belmondo et ses clopes), mais surtout il casse les codes, réinvente une grammaire, une manière de raconter, de monter les images (raccourcir son film de 2h15 à 1h30 en coupant non pas des scènes entières, mais en coupant à l'intérieur même des plans ! C'est totalement inédit) d'empiler les pistes son (dialogue+bruitage+musique), de diriger les comédiens afin de trouver le sentiment, l'émotion juste. Toutes ces trouvailles sont aussi directement liées au manque de moyen, à la technique dont l'auteur (et son chef op' Raoul Coutard) dispose. Mais plus que tout, par les vêtements, les poses, les dialogues, les multiples allusions, jean Luc Godard a réussi à filmer l'air du temps, son temps, celui de cette jeunesse.

Mais Godard innove aussi dans la promotion du film, qu'il supervise, en réalisant lui-même la bande annonce (une oeuvre en elle-même), en invitant des journalistes sur le tournage, livrant ses secrets à la presse, organisant des avant-premières devant un parterre de star, en éditant un roman et une bande dessinée tirés du film et du tournage, en incluant au dossier de presse des citations qui encensent le film, et le trainent dans la boue ! Quand A BOUT DE SOUFFLE sort enfin sur les écrans, son réalisateur est déjà une star, le film déjà un évènement. Et le public se précipite en salle... C'est le triomphe du cinéma autant que du marketing.

A BOUT DE SOUFFLE est un film frais, nouveau, enthousiaste. Jean Seberg et ses journaux sur les Champs Elysées est trop craquante, Bébel et insolent à souhait, et tellement attachant, même avec sa gueule cassée. Le film reste moderne, dérangeant, insolent comme Michel Poicard, son héros, qui nous regarde droit dans les yeux et nous dit : "si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, la campagne, alors... je vous emmerde!". Ce n'est pas tellement l'histoire qui compte, ces aventures de Michel Poicard, recherché par la police pour avoir descendu deux motards, et qui trouve refuge à Paris. C'est ce télescopage de scènes (l'apparition de Jean Pierre Melville à Orly !), de personnages, de réflexions, d'attitudes, toutes ces petites choses que l'on ne voyaient jamais au cinéma avant.

Ce film a marqué les années 60, comme CITIZEN KANE les années 40. Il a surtout permis à des milliers de cinéastes en herbe, de se dire : moi aussi je peux faire un film, inventer, créer, innover, sans limite, sans peur des conventions. Et raconter mon histoire, ma vie, de ma manière. Et ce, partout dans le monde, aux USA, dans les pays de l'Est alors sous le joug communiste, en Asie... L'influence de ce petit film français, à tort qualifié d'intello, sur le cinéma mondial est immense. Qu'on le veuille ou non !

A BOUT DE SOUFFLE est une immense bouffée d'oxygène, un magnifique bras d'honneur au cinéma sclérosé. Godard retrouvera Belmondo dans PIERROT LE FOU, un métrage encore plus explosif et jouissif.
33 commentaires|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
film phare de la nouvelle vague d'une modernité à coupé le souffle avec un Belmondo ludique, viril et d'une viridité insouciante, une Jean Seberg mignonne, drôle et éternelle. Godard maitrise parfaitement son sujet, caresse et immortalise tout ce que son regard filme. Un classique.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2014
Godard, Belmondo, et la Nouvelle Vague...
Un polar et une histoire d'amour hors du commun.
Un couple Belmondo et Seberg...
Une cavale sans issue...
Un film 100% Nouvelle Vague signé Godard.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2004
Drôle de titre pour un film qui a lancé tout une génération de cinéastes dans la "Nouvelle Vague" du cinéma français.
Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo, quasiment à leurs débuts.
Références évidentes à Humphrey Bogart que Belmondo essaye d'imiter, avec son galurin.
Son nom d'emprunt : Laszlo Kovacs fait penser à Victor Laszlo, le mari d'Ingrid Bergman dans Casablanca.
Avec un scénario de Truffaut et un coup de main de Chabrol, on voit que le père Godard était bien encadré pour ses débuts.
Un style qui plaît ou agace.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2004
Bout de Souffle - un film qui parle des angoisses de la jeunesse, d'une fille qui sait pas très bien ce qu'elle sent dans son coeur ou dans sa tête. Elle se decouvre avec un homme. Belmondo et déjà un homme, il veut pas perdre du temps avec les doutes de cette jeune fille, mais c'est précisement ça se qu'il aime, la fragilité de cette étudiante américaine. Et elle aime ce vouyou qui exalte son amour et ça volonté d'experimenter l'amour. Un film pour les jeunes et pour les amoureux ou ceux qui veulent essayer l'amour...un jour.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2016
un film pas comme les autres , c'est sûr c'est du jean-luc godard , les dialogues sont souvent trés drôle et complétement inattendus , jean-paul belmondo nous montre déjà son talent dans ce film , ainsi que jean seberg , en plus il y a un bonus qui nous explique comment et où ont été tourné les scénes du film par un journaliste parti à la recherche des endroits de tournage de ce film ! tourné avec trés peu de moyen godard nous montre qu'a cette époque ont pouvait faire des bon films sans beaucoup d'argent , à posséder surtout pour les admirateurs de jean-paul belmondo !!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2013
indispensable de votre filmothèque. avec ces deux acteurs de légende.
Ce film a en plus un coté nostalgique, qui me touche beaucoup.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2013
Ce film ne vieillit pas. Belmondo y est excellent. Des films à la Godard avec sa réflexion, sa forme d'humour manquent.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2013
Pas mal même si ce film n' aps une grande envolée, il se laisse regarder malgré tout .....on y trouve un Bébel somme toute attachant .......

Le scénario quant à lui n'est pas extraordinaire
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,84 €
9,99 €
8,00 €
12,99 €