Commentaires en ligne 


10 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Everest de la mélancolie
Felt Mountain est l'oeuvre mélancolique par excellence. Elle possède une atmosphère insolite, comme échappée d'un film noir. C'est indéniable, la voix d'Alisson Goldfrapp possède des reflets «James Bondien», mais pas seulement. C'est une artiste aussi, voire plus inventive que Björk. Plusieurs écoutes vous...
Publié le 4 mai 2006 par Jean-Baptiste H.

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bof...
Emballée par le dernier opus, j'ai voulu savoir d'où Goldfrapp prenait son inspiration.
Déception. Litanie. Ennui.
Mais c'est subjectif, n'est-ce pas?
Publié il y a 3 mois par Anik Delacroix


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Everest de la mélancolie, 4 mai 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Felt Mountain est l'oeuvre mélancolique par excellence. Elle possède une atmosphère insolite, comme échappée d'un film noir. C'est indéniable, la voix d'Alisson Goldfrapp possède des reflets «James Bondien», mais pas seulement. C'est une artiste aussi, voire plus inventive que Björk. Plusieurs écoutes vous seront sans doute nécessaires afin d'accéder à son mystère et à ses recoins électroniques secrets (par ex. : L'ultime seconde du sympathique «Human», l'échantillonnage de la voix sur l'étourdissant «Deer stop»). Larges plages de cordes, piano plaqué, sons qui évoquent les premiers synthétiseurs (Mellotron), il y a une «texture» extraordinairement riche sur ce disque.

Peut-on ranger Goldfrapp dans la catégorie Trip-hop ou dans celle du jazz ? Il fait en quelque sorte passerelle entre les deux. Pour les amateurs de ces deux styles, cette «Felt Mountain» est une escalade de premier choix.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


31 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le rêve à portée de bafle, 2 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
"Felt Mountain", c'est, en 9 titres, l'avènement d'un groupe majeur, une nouvelle note dans le livre d'or du XX° siècle, comme Portishead un peu avant. Leur musique oscille entre la mélancolie et la douce rêverie. C'est une des rares à s'adapter à votre humeur, appuyant votre tristesse ou transcendant votre gaité. Elle se situe entre Ennio Morriconne (du temps des westerns spagetti), les musiques "chaudes" à la James Bond, les orchestrations cinématographiques d'un Barry, ou d'un Preisner. Des cordes nappent des beats légers, sublimés par une voix de velours, tantôt triste, tantôt chatte. Le cocktail est rare et savoureux: une sorte de trip-hop cinéma. Cela ne ressemble à rien d'autre, c'est un peu "l'anti"-Portishead, car beaucoup moins sinistre, nettement moins froid. Un subtil dosage entre électro et classique, porté par le charisme d'une chanteuse sexy et mystérieuse. Le pied. On est dans le rêve évanescent d'un lac de montagne. Un Goldfrapp est aussi une excellente musique pour faire l'amour.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Virtuose, 1 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Une étrange fatalité fait du premier album de Goldfrapp leur meilleur à ce jour... A cette époque, Alison et Will n'avaient pas encore rejoint les bas-fonds endiablés du dancefloor et restaient seuls, loin de toute humanité, perchés, perdus en hauteur dans leur montagne aux neiges éternelles. Felt Mountain est l'opus qui a révélé Goldfrapp dans toute son originalité et il faut reconnaître qu'il est le plus innovant, insolite, le plus personnel et inédit de leur discographie. Inédit car malgré les influences revendiquées d'Ennio Morricone, John Barry, Françoise Hardy, Yma Sumac ou encore l'excellent film de Polanski, Cul-de-sac (écoutez donc Oompa Radar), Felt Mountain reste l'album de toutes les audaces et des nouveautés. Au contraire, Black Cherry, Supernature, Seventh Tree et Head First reprennent avec brio des genres bien définis que le groupe se réapproprie, à chaque fois, en innovant, en dépoussiérant. Mais revenons à Felt Mountain et nous entendons s'épanouir un trip-hop bucolique, musique de montagne, de neige et de roche, où la nature règne en maître et s'impose à l'homme comme sur cette photo du randonneur minuscule face au gigantesque mont. Goldfrapp réussit, avec la présence de cordes abondantes, de piano, de sifflements et de synthétiseurs, à créer des musiques froides (Paper Bag avec son koto japonais qui transforme le liquide en glace). De cette atmosphère austère, se dégage une impression de solitude, de mélancolie et de folie meurtrière (Lovely Head); et, excepté la joyeuse ballade Felt Mountain, et les moments de tendresse que sont Deer Stop et Pilots, les chansons sont puissamment bluesy. Point culminant de l'album, portée par la voix enchanteresse d'Alison, Utopia, chanson de science-fiction contre le clonage, est d'une grâce telle que l'on ne peut que succomber, le coeur soulevé par la virtuosité avec laquelle Goldfrapp maîtrise la musique...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Leur meilleur album, 1 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Cet album est un chef d'oeuvre, pour vous donner une idée cet album a vraiment un univers, un peu comme les bande son de films, ici c'est mélancolique mais jamais déprimant, c'est aérien, onirique, lyrique, les instruments sont magnifiques (sorte de clavecin) et le tout proche de la musique classique avec une pointe de modernité et la voix d'Alison est juste superbe et très emouvante... Les meilleurs titres sont Lovely Head, Utopia, Deer Stop, Pilots... Un album comme malheureusment il ne s'en fait plus!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Montagne d'émotion, 16 avril 2014
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Si un ange tombait des cieux et enregistrait un album pour nous-autres pauvres mortels, ça ne serait pas très différent du divin premier opus de la charmante Alison Goldfrapp.

Qui n'est présentement plus une débutante ayant sévi dans plusieurs formations anarcho-punk aux profils publics élusifs avant de faire une apparition remarquée avec les électroniciens d'Orbital et d'y être remarquée par celui qui est son partenaire depuis au sein de l'entreprise Goldfrapp : Will Gregory.
Musicalement, la tentation de classer Felt Mountain, premier album du duo, dans le trip-hop dont il sont contemporains et de ne plus en parler est grande mais ultimement limitative ne prenant pas en compte la richesse des influences et leur traitement particulier une paire d'instrumentistes/compositeurs/interprètes supérieurement imaginative. Parce qu'il y a plus dans les vocalises d'Alison et les musiques conçues avec Will que votre dose habituelle de trip-hop à chanteuse façon Morcheeba (pour le plus léger) ou Portishead (pour le plus dramatique). C'est évident dès Lovely Head où clashent les échos conjoints de Burt Bacharach, d'Ennio Morricone et de Massive Attack avec une sensibilité vocale cousine d'Elizabeth Fraser et des arrangements au potentiel filmique énorme. Et puisqu'on parle de voix, établissons définitivement qu'Alison, sans doute bien aidée par une formation classique et le large registre dont l'a doté Mère Nature, est le centre d'intérêt principal de chacune des 9 (magnifiques) compositions garnissant l'album, aussi capable d'une délicatesse ou d'une sensualité absolue que d'emportements bienvenus et même de quelques traitements sonores et vocalises étranges (sur le morceau titre par exemple) renforçant l'"extraterrestralité" de la galette. Un galette qui, entre Hollywood ou Cinecittà et Bristol, entre hier (voire avant-hier), aujourd'hui et sans doute un peu demain, peut définitivement être qualifiée de rétro-moderniste en plus d'ear candy de première classe parce que Felt Mountain, à l'évidence à l'examen des très nombreux intervenants ayant été réunis pour l'enrichir (mais jamais l'empeser !), est une aeuvre mûrement réfléchie et brillamment exécutée. Une aeuvre dont on peine à retenir un morceau plus qu'un autre tant la palette présentée est, in fine, complémentaire et inséparable.

Depuis Felt Mountain, la fine équipe constituée par Alison et Will a fait florès, jamais stagné musicalement prenant par conséquent le risque de décevoir ponctuellement un auditoire par forcément friand de déstabilisation. Ponctuellement, ils se sont approchés de leur déclaration de grâce initiale sans toutefois jamais l'égaler mais en n'essayant jamais non plus de reproduire à l'identique l'exploit. C'est tout à l'honneur d'une équipe dont chaque apparition revêt désormais un caractère évènementiel chez ceux qui savent qu'un potentiel énorme il y a chez ce Goldfrapp changeant, souvent attachant et concluant. Et que ceux qui ne savent pas encore, heureux les ignorants pouvant gouter au doux nectar de la découverte, se penchent au plus vite sur Felt Mountain, ils m'en diront des nouvelles !

Alison Goldfrapp - vocals, whistling, keyboards, producer, sleeve design
Will Gregory - keyboards, string arrangements, brass arrangements, producer
&
Alexander Bãlãnescu - violin (2, 5, 8)
Nick Barr - viola (2, 5, 8)
David Bascombe - additional mixing (8)
Nick Batt - bass synthesiser (1); additional programming (1, 3, 4, 6); additional mixing, metal percussion (3); additional engineer (all tracks)
Andy Bush - trumpet (3); flugelhorn solo (7)
Steven Claydon - synthesiser (6, 8)
Nick Cooper - cello (2-5, 8)
John Cornick - trombone (3)
Andy Davis - baritone ukulele, koto, melodica (2)
Clive Deamer - brushes (4)
Flowers Band - brass band (7)
Luke Gordon - additional engineer (all tracks); additional programming (3, 4)
Stuart Gordon - viola, violin (1, 9); tremolo violins (6); violin solo (9)
Bill Hawkes - viola (3, 4)
Steve MacAllister - French horn (6)
Mute Male Voices - humming (2)
Jacqueline Norrie - violin (3, 4)
Rowan Oliver - percussion (3, 4)
Tony Orrell - drums (7, 8)
John Parish - drums (1, 2, 9); bass guitar, tremolo guitar (9)
Mary Scully - double bass (2, 5, 8)
Sonia Slany - violin (2-5, 8)
Adrian Utley - bass guitar (1, 4); synthesiser, tremolo bass guitar (2)
Ben Waghorn - tenor saxophone (3)
Chris Weston - additional programming (8)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Confirmation, 17 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (Téléchargement MP3)
Voilà un album à avoir chez soi, si vous aimez l'électro, goldfrapp fait obligatoirement partie de votre discothèque! Dire que la voix de la chanteuse est envoûtante est un piètre mot, car la qualité des morceaux est là, juste à vos oreilles!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Premier album exceptionnel, 13 novembre 2009
Par 
H. PILA "Michel" (Grenoble) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
J'ai eu peur un moment que Goldfrapp ne produise plus rien de bon après ce premier album qui restera vraiment exceptionnel. Je l'ai acheté sans connaitre à cause d'une photo du Cervin au verso de la pochette. Mettre une montagne pareille sur la pochette ne peut être que de bon augure.

Effectivement c'est génial, une espèce de musique étrange sensuelle et mystérieuse aux limites du genre. parfois digne de Morricone, tour à tour énigmatique, mais toujours lyrique et belle. C'est peut-être ce coté mélancolique qui me plait. un album très attachant.

Attention depuis Goldfrapp a réalisé des croutes de type électro-pop, des mièvreries peux recommandables et puis un retour aux sources bienvenu avec un album tout aussi beau que le premier : Seventh Tree
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 bande son, 25 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Ecouter cet album de Goldfrapp, c'est autant profiter d'un superbe album, raffiné et inspiré, que de savourer le plaisir de filmer dans sa tête les scènes que la musique suggère. On rencontre ici les fantomes de Gabin, Delon et Ventura qui réapparaissent à travers des samples de Enio Morricone. Une voix vertigineuse rayonne au dessus des composition qui nous embarquent d'Italie au Japon. Dis comme cela, un penseà un album un peu barroque. Pas du tout. Cela reste de la pop et les morceaux se digèrent avec facilité et allégresse. Evidement un grand album, ne pas le posséder serait une faute de goût.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bof..., 13 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Emballée par le dernier opus, j'ai voulu savoir d'où Goldfrapp prenait son inspiration.
Déception. Litanie. Ennui.
Mais c'est subjectif, n'est-ce pas?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vivons cachés, 28 novembre 2004
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain (CD)
Vivons cachés pour être heureux, c'est un peu le cas de ce CD qui se trouve difficilement.
C'est un véritable régal de l'écouter, car il est d'une originalité déconcertante et agréable. C'est une qualité qui se fait rare actuellement.
En l'écoutant c'est un peu de bonheur et de relaxation qu'il nous offre.
Je souhaite que ce groupe ou duo continu dans ce registre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Felt Mountain
Felt Mountain de Goldfrapp (CD - 2004)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit