undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Deux 33 tours sur ce CD, comme dans le reste de la série, et pas dans l'ordre chronologique :
Love Child (1968) est typique du dilemme cornélien affronté par tant d'artistes populaires des années 1960 après 1967 : comment continuer à vendre du clean family entertainment à un public déniaisé politiquement par la guerre du Vietnam, mentalement par la drogue, culturellement par Dylan ? Tout est à refaire : les chansons, d'abord, car il est difficile d'aborder les mêmes thèmes et plus encore de les aborder de la même manière, la façon de faire un LP, ensuite, qui n'est plus un récipient qu'on remplit de chansons jusqu'à ce qu'il soit plein, mais qui est devenu, pour les chanteurs populaires eux aussi et plus seulement pour les artistes de musique classique et de jazz, un format à part entière, et le plus "noble". On verra ainsi James Brown se battre avec des doubles 33 tours jusqu'en 1974 pour reconquérir une légitimité artistique. Le virage est particulièrement difficile à négocier pour les Supremes, devenues Diana Ross and the Supremes pour des raisons "sentimentales" et après éviction de Florence Ballard, posant dans la rue pour gagner littéralement une street credibility hors d'atteinte. il faut continuer à juger les Supremes selon leurs critères, qui sont ceux de la chanson pop, et dans ce contexte Love Child n'est pas trop raté, même s'il représente de toute évidence l'extrême limite de plausibilité du groupe.
Retour à l'ancien régime avec Supremes A-Go-Go, sans doute un des albums les plus réussis du groupe, c'est-à-dire que la proportion entre tubes et chansons en polystyrène destinées à remplir l'emballage est plutôt convenable. Ne vous attendez pas toutefois à écouter le CD jusqu'au bout au-delà de la première fois, car ça tourne quand même à vide vers la fin, mais avant cela on trouve en particulier you Can't Hurry Love, une des meilleures chansons du groupe. Pour autant, si vous n'êtes pas fan hardcore des Supremes ou de Diana Ross, vous ferez sans doute mieux d'investir dans une compilation regroupant vos chansons préférées.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus