undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

13
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
10
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Annie Hall
Format: DVDModifier
Prix:8,09 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

17 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mon premier Woody Allen, quel choc. Impossible de passer à côté du juif New-Yorkais qui sort un film par qui se déroule toujours dans Manhattan, vu la réputation du bonhomme, surtout en France, je me devais d'en regarder au moins un, un de ses plus réputé, j'ai donc choisi Annie Hall.
Et que dire à part que c'est une des meilleurs comédie dramatique que j'ai jamais vu ? Le génie de Woody Allen déborde dans chaque scène, les dialogues cultes fusent constamment, le rythme est emballé, les deux acteurs principaux sont très bons.
Ce que l'ont remarque de suite, c'est la culture du bonhomme, les références sont partout, c'est de l'humour fin, désabusé, sous le signe du pessimisme et du freudisme, même si il ne s'épargne pas quelque scène burlesques, c'est de l'humour Woody Allen, il est unique, il est à explorer de fond en comble.
En plus de révolutionner la comédie intelligente en brisant les tabous, Woody Allen se paie le luxe d'intégrer des trouvailles a niveau de la narration et de la réalisation qui desserve très bien l'histoire et que certains n'hésiterons pas à piller par la suite.
Mais attention, c'est une comédie romantique, et le romantisme et bien géré également, la relation Alvy Singer/Annie hall est touchante et possède une fin inédite.
Vous l'aurez compris, c'est une oeuvre majeur, une synthèse de ce qui s'est fait de mieux chez Woody Allen, révolutinnaire pour son époque, c'est à ne pas louper.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Tout Woody est déja dans Annie Hall. Et le voici en Blu-Ray ! Le transfert HD permet de se replonger confortablement dans ce Feel-good Movie de luxe. Le grain est respecté mais le niveau de détail, la tenue des contrastes et la propreté de la copie enterrent dignement le dvd. Un lifting réussi. Pour un film qui vieillit divinement. Les grands crus sont meilleurs en prenant de l'âge...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 mars 2008
S'il est un grand cinéaste, c'est avant tout parce que Woody Allen est parvenu à créer son style en s'affranchissant librement de toutes obligations hollywoodiennes. Est-ce parce qu'il est profondément attaché à la bonne vieille ville de New York, riche de cultures et de contradictions, aux antipodes de sa rivale californienne, Los Angeles ? Ou parce qu'il réussit l'exploit sidérant de mêler une sorte d'Ingmar Bergman désopilant avec une espèce de Buster Keaton sophiste ? Annie Hall (avec, en tête d'affiche, un autre « Keaton », Diane, cette fois) marque la révélation indéniable de Woody Allen, couronnant son auteur du prestigieux Oscar du meilleur réalisateur (et du meilleur film accessoirement) en 1977.

Comment narrer un tel film ? On dira qu'Alvy Singer, comique de profession et obsédé par la mort, affronte sans beaucoup de panique la crise de la quarantaine. Marié deux fois, sans succès, il vadrouille de femmes en femmes sans réellement trouver l'amour. Lors d'une partie de tennis avec son ami (l'exact contraire d'Alvy), il fait la rencontre d'Annie, une chanteuse un peu bohème qui conduit comme une folle et qui a peur des araignées. Est-ce la fin de la quête pour Alvy ? A-t-il enfin trouvé la femme qu'il cherche tant ? Une femme cultivée, intelligente, belle et aussi, parce que ce n'est pas négligeable, qui fait très bien l'amour ? Si elle répond à plusieurs critères, cela n'empêche pas le comique de vêtir le costume de Pygmalion afin de guider à travers les affres de la vie sa promise. Cela répondra-t-il au besoin de liberté d'Annie ? Par ailleurs, Alvy est-il, de son côté, l'homme rêvé des femmes ? Voilà de quoi nourrir son pesant de tirades !

uvre autobiographique ? La période est propice à l'introspection pour Woody Allen qui, avec Annie Hall, livre ses réflexions sans retenue : Mort, sexe, religion, femme, sexe, culture, jazz et sexe bien sûr. Film clé dans la carrière du cinéaste culte, le film garde, en dépit de ses trente ans, une fraîcheur et une modernité atemporelle. S'il faut parfois faire le tri dans la tonne de mots que le grand petit homme débite, certaines pépites méritent d'être gravées à la feuille d'or et encadrées un peu partout chez soi. Si l'on aime tant Woody Allen, c'est qu'il se prend la tête comme un malade, et le fais avec joie - tout en gardant le minimum de pudeur nécessaire et son éternelle tête de chien battu.

L'édition DVD est de qualité franchement médiocre. Hormis un teaser, strictement rien à se mettre sous la dent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 avril 2008
Il est difficile d'ajouter quelque chose aux commentaires pertinents et déjà élogieux des autres internautes, auxquels je souscris pleinement. Si, une remarque: réécoutez attentivement l'histoire drôle (histoire de fous) par laquelle Woody clôt le film: vous vous apercevrez que toute la psychologie des relations ordinaires homme-femme tient là-dedans. A elle seule, cette histoire drôle justifie le film.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Contrairement aux films précédents de Woody Allen, Annie Hall prend ses racines dans le monde contemporain (le New York des années 70) et affiche une ambiance plus mélancolique.

Si le film peut être considéré comme une " comédie dramatique " c'est que l'histoire n'a en elle-même rien de drôle : elle raconte la rupture entre Alvy Singer (un auteur comique new-yorkais issu d'un milieu populaire) et Annie Hall (une provinciale élevée par une famille BCBG).

Comme pour la majorité de ses films, le scénario d'Annie est une autobiographie à peine voilée du cinéaste : il a partagé la vie de Diane Keaton pendant plusieurs années et le vrai nom de cette dernière n'est autre que Diane Hall (" Annie " était en fait son surnom d'enfance).

Mais il ne faut pas s'y tromper, Annie Hall est un film à l'humour irrésistible dans lequel les moments de bravoure s'enchaînent à un rythme fou (la scène hilarante dans la file d'attente du cinéma, les homards, ou encore celle dans laquelle Alvy éternue dans un bol de cocaïne).

Le réalisateur semble rire de lui-même à travers ce personnage devenu familier de névrosé intello et maladroit. Il en profite aussi pour régler ses comptes avec l'industrie du cinéma et de la télévision : "A Los Angeles, les gens ne sortent pas les ordures, elles passent à la télé"...dit Alvy alors qu'il est contraint de se rendre à Hollywood pour remettre un Oscar ("Qu'est ce qu'ils ont à toujours donner des oscars : Meilleur Dictateur Fasciste, Adolf Hitler").

Le casting est particulièrement impressionnant : Tony Roberts (un des acteurs habitués aux films d'Allen), Shelley Duvall (la femme de Nicholson dans "Shining"), Paul Simon (son seul véritable rôle au cinéma), et les débutants Jeff Goldblum, Christopher Walken et Sigourney Weaver.

La situation s'avère des plus ironiques lorsque le film remporte pas moins de 4 statuettes en 1978 (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleure actrice pour Diane Keaton) devançant ainsi les stars du Box Office d'alors (Star Wars notamment).

Avec "Manhattan", "Annie Hall" reste à ce jour le meilleur film du Maître. En alliant ici l'esprit irrévérencieux des ses premiers opus et une sensibilité subtilement distillée, Woody Allen entre dans le club des grands.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 septembre 2003
Dans ce film Woody Allen a fait une observation de la vie avec une accuité jamais égalée au cinéma.
La scéne du homard est typiqement une scène qu'on rencontre dans la vie mais jamais au cinéma, la première rencontre aprés le tennis en est une autre.
Dans ses interviews Woody Allen dit qu'il y a 3 niveaux de film A, B et C, A étant le meilleur et que selon lui il n'en a pas fait. Ne l'écoutez pas, s'il a fait un film 'A' c'est bien celui là.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 février 2011
On aime ou pas...
Humour, tendresse et New York. Un cocktail qui passe bien pour tous les amateurs du cinéma de Woody Allen!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 septembre 2002
Ce film est fantastique car il decortique les interactions humaine (et celle d'un couple) afin de nous faire realiser que nous ne sommes que de petits acteurs dans le grand grand monde. Woody étudie toutes les etapes d'une relation... en passant par la jalousie, la suffocation, les besoins d'affection ect. Ne pas laisser passer ce film, car il vous fera rire, rire, rire et bien sur penser!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 août 2013
En 1977, Woody Allen, jusque là considéré comme un amuseur un peu loufoque, franchissait avec "Annie Hall" un nouveau cap, et atteignait, sans pour autant nous faire moins rire qu'auparavant ("Bananas", "Guerre et Amour"...), une émotion et une vérité nouvelles : "Annie Hall" marquait le véritable début de la carrière "d'auteur" (au sens "français" du terme) d'Allen, et aussi d'une longue et profonde histoire d'amour entre lui et le public... parisien. Il y aurait, un peu plus tard, d'autres tentatives - souvent moins réussies d'ailleurs - de changer de registre (Bergmanien avec "Interiors", etc.), mais "Annie Hall" resterait une des pierres de touche de la filmo de ce cinéaste stakhanoviste. Ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est l'impact que le film continue d'avoir sur nous : est-ce le charme de la craquante Diane Keaton (Mon dieu, quels vêtements !), la virulence des dialogues et des vannes aussi subtiles qu'explosives, l'honnêteté totale de la démarche amoureuse du couple qui immortalisait ici - sans voyeurisme - son histoire, comme une histoire singulière (les personnages névrosés sont évidemment "typiques") mais également totalement universelle ? Un peu de tout cela , sans doute, avec en plus, une sorte de magic touch (qu'on retrouvera d'ailleurs dans la plupart des - nombreux - chefs d'oeuvre à venir de Woody) du réalisateur qui sait être léger au plus profond des scènes dramatiques, et complexe même lorsqu'il nous décrit des moments fantaisistes. Oui, "Annie Hall" est quelque part encore plus fort, plus saisissant aujourd'hui, sans doute parce que nulle véritable relève n'est apparue dans ce genre pourtant très moderne de l'introspection amoureuse.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 mars 2003
Annie Hall est, avec Manhattan, mon film préféré de Woody Allen. Avant ses films trop vite fait, et après ses comédies loufoques, Annie Hall est un film drôle, complexe, intelligent, profond. Une histoire d'amour romantique, pas rose pour midinette, mais arc-en-ciel pour intello rigolo. A voir absolument
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Manhattan
Manhattan de Woody Allen (DVD - 2000)
EUR 7,76

Hannah et ses soeurs
Hannah et ses soeurs de Barbara Hershey (DVD - 2002)
EUR 7,49