undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles16
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
13
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: CD|Modifier
Prix:15,65 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 octobre 2000
Peut on tomber amoureux d'un groupe dés la première écoute ? Si c'est le cas : comment ne pas être électrisé à l'écoute de 'One armed scissor' ? Ne pas frissoner à celle de 'Rolodex propaganda' ? Le coup de foudre, une révélation quasi mystique. Je m'emporte surement un peu mais ce quintet texan nouvellement signé sur Grand Royal (label des Beastie Boys qui sont décidément restés punks dans l'âme) m'a foutu une claque de la taille d'un battoir à viande. De la pop très énervée ? Du rock'n'roll new age ? Le futur du hardcore ? 'Relationship of command' est un album indescriptible mais on ne peut ignorer une certaine filiation avec la scène 'emocore' et surtout Fugazi. L'énergie brute du hardcore associée à la beauté simple de la pop. Un album nécessaire, quasi vital qui prouve que le punk peut encore étonner...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1. La chronique de Garcia Fabien est excellente (si tu me lis j'ai voté pour toi) et résume très bien ce chef d'oeuvre. 2. Cet album rentre facilement dans mon top 50 des plus grands disques jamais enregistrés. Si. 3. On trouve déjà dans les meilleurs morceaux, les plus surprenants, ceux fait d'un métal viscéral qui s'envolent vers des cieux audacieux (wow), toute la panoplie qui donnera le premier album de Mars Volta. 4. Passée la voix particulière de Cedric (je comprends que certains ne l'aiment pas), il reste malgré tout une musique incroyable, innovatrice, qui mélange les styles pour former un résumé entre Stooges, Fugazi, Hendrix et d'autres. 5. Le mixage d'Andy Wallace, ce mutant qui transforme les pistes en pierres précieuses (cf. "Grace" de Jeff Buckley ou "Pony Express Record" de Shudder To Think parmi les trop nombreux excellents album qu'il a conclus), donne le coup de grâce et rend ce disque virtuellement indémodable.
22 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2000
Euphorie. C'est l'etat que l'on atteint après l'écoute de cet album. At the drive-in dégage une énergie incroyable mise au service de compositions superbes. L'influence des stooges, du MC5 se fait certes beaucoup sentir mais pourtant la musique d'atdi est tout de meme très novatrice. Et ce n'est pas un hasard si les Beastie Boys (via leur label), Ross Robinson (producteur de Korn, Slipknot...) ou Iggy Pop (sur un titre de l'album) sont liés à cet album. Ceux qui proclame la mort du rock ferait mieux d'écouter ce CD qui donne un souffle nouveau au hardcore. A voir absolument en concert.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Bewaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaare !!!"

C'est sur ce mot craché avec véhémence (ou hurlé avec rage, comme vous voulez) que j'ai failli avaler ma langue et vomir mon diner de la veille. "Arcarsenal" ouvre le bal, en nous induisant en erreur, avec sa petite intro mollassonne, pour mieux nous exploser en pleine face, avec son riff tonitruant et les beuglements d'hyène de Cedric Bixler (le chant est toujours tendu à sa limite, on dirait qu'il va nous cracher sa glotte à la tronche). L'adrénaline ressentie à ce moment-là ne devait plus me quitter jusqu'à la fin de l'album...

Car même s'il faut se méfier des Texans, de surcroît lorsqu'ils sont produits par Ross Robinson, "Relationship Of Command" est une perle punk-rock parfaitement indispensable qui, 10 ans après sa sortie, n'a pas pris une ride (contrairement à moi).

La structure des morceaux y est anarchique mais délicatement ciselée. Une gratte nous hypnotise à grands coups de distos, tandis que l'autre balance une structure lourde à souhait, tout ça soutenu par une batterie épileptique et une basse bourdonnante. Le pied, en somme.

Au titre des bombes de l'album :
-"Pattern Against User", un phrasé non sans rappeler la fougue d'un certain Zach De La Rocha, et un refrain culte au possible,
-"One Armed Scissor", une scandaleuse incitation au pogo. Ici, les médiators sont là pour vous lacérer, vous démembrer pour mieux vous hacher. C'est des charcutiers, vous dis-je !
- Un titre que peu de fans mettent en avant, et qui est pour moi le meilleur du groupe : "Manequin Republic", pour sa basse virevoltante et bourdonnante,
-"Enfilade", avec son audacieux passage électro expérimental très prog,
- un duo impeccable avec Iggy Pop sur "Rolodex Propaganda",
- le rageux et sublime "Cosmonaut",
- et j'en passe...

C'est efficace, c'est admirablement produit. Certes, c'est moins sale que le précédent opus (l'excellent In / Casino / Out), mais quelle puissance mes aïeux, quelle perfection !

Juste après, quand le groupe s'est scindé, ça a donné Mars Volta et Sparta, tout aussi dignes d'intérêt, mais plus complexes d'accès, et moins propices à vous faire "headbanger" comme un damné, à vous décrocher la nuque.

Précaution d'usage : on ressort de l'écoute de cet album littéralement épuisé, tant l'énergie y est soutenue : à classer dans la catégorie "éprouvant mais nom de nom que c'est bon"...
55 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2001
La quintessence du hardcore mélodique. Passé le son légèrement 70's et cette voix scandée 'à la Rage', l'album commence à prendre toute son ampleur grâce à ses déconstructions mélodiques et à sa voix à réveiller les morts. Il suffit pour s'en convaincre d'écouter un morceau tel qu'Enfilade et son refrain euphorisant. Parler de rock désepéré à leur sujet serait réducteur car comme tous les classiques cet album prendra toute sa saveur dans quelques années. Le temps de laisser retomber le soufflet et de se concentrer sur l'essentiel: la musique et l'énergie. On y reviendra également dans le détail pour tenter de décrypter ces textes au papier de verre, véritable concentré de poésie post-moderne. Un classique instantané que les comparaisons réductrices à Nirvana n'altèreront pas. Un OVNI frais et déstructuré que seuls les rabat-joies ne comprendront pas. Une bonne claque à la morosité et à tous ceux qui voudraient encore croire que le rock'n'roll est mort. Un album qui pousse encore un peu plus loin les théories énoncées par les Stooges ou autres MC5, tout en s'inscrivant dans l'air du temps par l'intelligence et le mystère de son propos (voir l'allusion au Monolithe dans Cosmonaut). Bref, un album à partager, dans lequel la violence n'est jamais gratuite mais toujours synonyme d'espoir et de changement. Un album qui enfin va de l'avant. Indispensable et à suivre.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2004
L'album Relationship of Command de atdi se prolonge de 8 minutes avec Extracurricular (qui ce retrouvais dailleur sur un split avec Sunshine ...) bien que rare elle nous offre quelque chose qui nétait pas sur lalbum (donc on avance encore plus vers la perfection) et Catacombs qui est tout simplement ma préférée paroles encore plus bizzare que le reste du cd parfait! sur ce a+
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2013
A partir d'un article d'un magazine de guitare où ils recensaient les 100 meilleurs albums rock qu'il faut avoir dans sa discothèque j'ai cherché cet album en vain chez tous les disquaires spécialisés.
je l'ai trouvé sur Amazon à bon prix alors je l'ai acheté
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2012
Un très bon album -qui reste l'album référence des At The Drive-In pour beacoup- avec de très bon titres comme "One Armed Scissor" ou encore "Cosmonaut".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2013
Foncez.
c'est un album de dingue, il y a de tout.
ca fais 5 ans que je le cherchais en vinyle.

YAHAAHAAHAHAHAHAH
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2005
A l'apogée ne peut que succéder que la décadence. Du moins, c'est ce que les membres d'ATDI ont du se dire, à juste raison probablement. Car leur musique atteint ici une forme d'hypertrophie. La production, plus clean que d'habitude, pourrait rendre réfractaires les fans les plus obtus. Mais elle restitue également une dynamique qui était souvent étouffée précedemment. Les compositions se sont complexifiées, et on comprend bien l'aventure Mars Volta à l'écoute de ce disque. ATDI réussit un tour de fore rare en devenant plus mélodique tout en évinçant certains éléments pops qui teintaient In Casino/Out. Peut-être que le coté "heavy-rock" plus prononcé se fait au détriment du coté "punk" mais on est loin d'avoir à faire à une machine à jouer dans les stades. Le trio de morceaux "Quarantined", "Cosmonaut" et "Non-Zero Possibility" est époustouflant. En un sens, ce disque est à écouter en paralléle à son prédecesseur "Vaya", glorieux EP et plus punk. Pour le titre de meilleur disque d'ATDI, entre les deux mon coeur balance.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,52 €
12,74 €
19,07 €
14,79 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)