undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

10
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Morrison Hotel
Format: Album vinyleModifier
Prix:18,83 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
..., mais comment aborder ce monument, tant d'autres avant moi ... ??? 1970, Jim Morisson n'est déjà plus une icône physiquement parlant, même s'il est une VRAIE STAR adulée : l'alcool et le reste ont fait en quelques années des ravages sur son corps d'Appolon (comparez les pochettes des différents CD disponibles ici, notamment le premier "THE DOORS" ). Encore un album studio après celui-ci (L.A.WOMAN), et puis....Pourtant toutes ces substances n'ont pas encore totalement altéré son génie : cet album porte sa griffe, au niveau des paroles bien sûr, mais surtout au niveau de la musique franchement plus bluesy. Tout d'abord l'intro "ROADHOUSE BLUES" , souvenez-vous du double live, et des cris du speaker "Ladies and gentlemen, from L.A. California, THE DOORS" !!!, et puis envoyez "ROADHOUSE BLUES". Intemporel, une mise en condition live comme seuls les grands groupes peuvent en faire. Certains critiques à la sortie du disque avaient même écrits " Cà y est les DOORS font du hard rock " !!... C'est par ce morceau que les différents "concerts-tribute to THE DOORS" commencent toujours. Ensuite "Waiting for the sun", déjà le titre d'un album précédent qui apaise après le premier brûlot, mais en apparence seulement car R.KRIEGER qui suit la voix, est omniprésent, sans envolées délirantes. "You make me real", c'est la part belle à J.DENSMORE, la rythmique étant d'ailleurs à l'honneur avec deux bassistes crédités sur la pochette. Puis des chansons plus calmes ("SHIPS OF FOOL"), ou plus rythmées aux paroles délicieusement provocantes ("PEACE FROG") et puis deux chefs d'oeuvre bluesy "THE SPY" et "MAGGIE M'GILL", entêtants, lancinants, ou Morisson force sa voix qui devient rauque, et encore plus grandiose. Cet album est produit par P. ROTHCHILD bien sûr, et j'aime cette homogènéité (hormis peut être "INDIAN SUMMER"), équivalente au premier album. Le son est évidemment reconnaissable dès la première note, mais le groupe a muri, et encore progressé (surtout après "THE SOFT PARADE"), R. MANZAREK utilise plus de piano. Ce CD fait partie de la discothèque idéale, mais à mon avis les 6 albums studio des DOORS (tous disponibles sur ce site) doivent être dans une discothèque, avec au moins deux albums live "ABSOLUTELY LIVE", et le plus récent "THE DOORS IN CONCERT" (écoute PHIL) sorti en 1991, témoignage éternel du génie de ce groupe atypique et totalement UNIQUE.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mes gaillards, je vous le dis tout de go, le patronyme Morrison figurant dans le titre de l'album Morrison Hotel, n'a rien à voir avec le Morrison que vous connaissez, leader du groupe The Doors. Toute ressemblance avec personne existante ou ayant existé ne serait que pure coïncidence. Et bien, il s'agit là d'une pure coïncidence. Ce LP de 1970, cinquième opus du groupe américain, propose, sur une face du vynile, un côté baptisé Hard Rock Cafe, l'autre face étant appelée Morrison Hotel. Il fait suite à l'expérimental The Soft Parade (1969) et devance L.A Woman (chronologiquement parlant, s'entend). The Soft Parade n'ayant pas recueilli les faveurs de la presse et du public, les Doors reviennent à ce qui faisait leur succès : le blues. Mais d'une manière teintée. En se recentrant sur leurs racines, sur le rythm & blues, les Doors vont préparer le terrain pour L.A Woman. C'est dans cet état d'esprit blues-rock que l'incomparable Roadhouse Blues attaque la face Hard Rock Cafe, morceau que le groupe retiendra pour débuter ses concerts. Cet album voit les Doors interpréter quelques unes de leurs petites merveilles comme Blue Sunday, Waiting For The Sun ou Indian Summer (face B). Ce disque charnière (le plus rock du groupe) passé un peu inaperçu, n'est pas sans rappeler l'album éponyme du groupe, un joyau. Ship Of Fools, dernier titre de la face A (un peu moins rock), va dans ce sens, tandis que Queen Of The Highway (face B, écrit pour la copine de Jim) marche sur les traces d'un anthologique Riders On The Storm. Morrison y est prolifique (ses ennuis prennent fin). La face Morrison Hotel est moins rock, elle abrite quelques titres intéressants comme The Spy (un piano dans une ambiance jazzy), Queen Of The Highway, la jolie et concise ballade Indian Summer, Maggie Mac Gill, un petit rock sympa. Guitare incomparable de Krieger, orgue fou de Manzarek et voix veloutée de Morrison, il n'en fallait pas plus pour faire de ce Morrison Hotel, un disque rock qui marque le come-back du groupe, mais qui n'a pas à rougir devant les albums culte du groupe (The Doors et L.A Woman). Il a une place de premier choix dans les discothèques idéales, même s'il n'a pas le label réservé aux très grands disques. Les Doors y excellent comme seuls, ils savaient le faire (écoutez You Make Me Real, si ce n'est pas du Doors, je me fais moine !). Et c'est toujours du très grand Doors. Qu'on se le dise !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après le ratage de "The Soft Parade", les Doors reviennent en force. Le classique "Roadhouse Blues", "Waiting for the sun" précédemment écarté du 3ème album, le diptique "Peace Frog"/Blue Sunday" ou l'énergique "Queen of the Highway" que Morrison dédiait à son égérie Patricia.

Pour moi, le meilleur album des Doors, tout simplement. Néanmoins, une version 40th anniversay a vu le jour qui offre en bonus des prises inédites de Roadhouse blues ce qui rend la présente édition un peu obsolète.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 avril 2014
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK AVRIL 1970 N°39 Page 113
5° Album 1970 33T Réf : Elektra EKS 75007 us - WEA Eketra 42080
Ce n'est pas à un tournant de leur musique que nous convient les Doors, pas plus qu'à une nouvelle aventure, plutôt à un retour, avec les acquis d'une carrière qui se prolonge, au monde du blues, du rock, au martèlement qui balance, revivifie les harmonies, suscite une chaude ivresse, sans cela renier l'étrange ("Waiting For The Sun"). La voix de Jim Morrison, elle aussi, se reconvertit pour soutenir le train d'enfer de la rythmique, sur des thèmes comme "Roadhouse Blues". L'alternance de morceaux heurtés, fortement rythmés, et de balades ("Blue Sunday") donne une impression de traditionnel qui s'estompe vite dans l'explosion du tempo. La "machinerie" revivaliste tourne avec une fascinante monotonie ; le rythme lancinant crée une force incantatoire irrésistible ("Maggie McGill"). Les thèmes sont pris dans l'héritage bluesy ou folk. C'est un retour à l'harmonica, aux chemins des pionniers ("You Make Me Real"). On sent toujours le besoin du retour à ce qui est le berceau d'une histoire musicale anglo-saxons : la musique noire "Maggie McGill" est peut être le morceau le plus réussi ; on y retrouve le "son Doors", en même temps que cette matière incantatoire que j'évoquais plus haut, sur laquelle la voix de Morrison , heurtée et lancinante, rocailleuse et monocorde vient d'imprimer. Ce n'est peut être pas un disque qui innove, formulant des propositions nouvelles, mais sa forme et sa cohérence séduisent. Ce disque fleure le parfum du "Hard Rock Cafe".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2012
A mon avis leur meilleur album avec le double "live", réactualisé et complété ss le titre "live in new-york"
Très bien enregistré pour l'époque (séparation des canaux) le vinyl surpasse le cd à ts niveaux
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ecoutez, seule la voix de Jim Morisson peut vous faire cet effet là.

C'est LA grande voix du rock'n roll.

Achetez The Doors, Strange Days, Morisson Hotel, L.A Woman et bien sûr Absolutely Live !

Le reste n'est que littérature !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 juillet 2015
J'ai offert ce vinyle à ma belle-sœur, méga fan des Doors. Elle était ravie, donc moi aussi ! Un groupe de légende à découvrir pour les ignorants !! (dont moi, puisque je les connaissais sans les écouter. Ca y est, je suis fan !)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 31 mai 2013
Il s'agit d'un des 2 albums des DOORS que j'apprécie le plus car il laisse de côté les morceaux ultra-connus des débuts mais l'esprit des DOORS est bien présent.
A recommander chaudement !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 avril 2008
finis les errements du précédent ("the soft parade"), le titre et la photo de pochette montrent que le patron est de retour, et avec lui du très bon rock bien rugueux : la voix de Morrison est parfois rauque ("You Make Me Real") mais sait aussi être sublime dans les basses ("the Spy"); Krieger s'occupe désormais davantage de jouer de la guitare (et non plus d'écrire des "chansons") et, vu que ses cordes sont de plus en plus usées, il a un son fantastique ("Land Ho!" "Maggi McGill"); Manzarek adopte de nouveaux sons, très groovy ("Queen of the Highway")et Densmore le discret assure comme toujours...Il n'y a à mon avis rien à jeter sur ce disque. Même Indian Summer, avec son étrangeté, est intéressant. Quant à Blue Sunday, je comprends qu'il puisse déplaire, mais c'est le premier morceau des doors que j'ai entendu et ça a été un tel choc (quelle force d'évocation!)! Peace Frog, outre un très bon texte, est quand même l'une des meilleures intros (guitare puis batterie puis orgue puis basse puis voix) que je connaisse dans le rock!
Tout le reste est très bon, quant à Roadhouse Blues, c'est presque devenu une marque de fabrique ! écoutez pour comprendre !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Comment dire du mal d'un album qui commence par une chanson comme Road house Blues ? et puis qui contient des chansons telles que Waiting for The Sun & autre Indian Summer ? Dans cet album c'est encore toute la poésie de Mojo Risin' & la musique mythique des Doors qui est mise à contribution moi c'est encore un album qui Make Me Real.... & il mérite encore bien plus que cinq étoiles... ;-)ME HAPPY!
>>>>> Nelly
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Strange Days
Strange Days de The Doors (Album vinyle - 2009)

The Doors
The Doors de The Doors (CD - 1967)

L.A. Woman
L.A. Woman de The Doors (CD - 1971)