undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Fête des Mères

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles37
4,7 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 octobre 2011
Une anecdote circule au sujet de ce film. Il me semble l'avoir lue à l'époque dans la revue de cinéma L'écran fantastique. Une fois le tournage terminé et le film monté, Rob Reiner et son équipe ont invité l'écrivain Stephen King à une projection privée afin que l'auteur du livre découvre l'adaptation de sa nouvelle extraite de "Différentes saisons", son meilleur recueil à ce jour. A la fin de la projection... silence. Tous les regards sont dirigés sur Stephen King, en suspens. Le maître de l'horreur vascille, bredouille, incapable d'aligner les mots et se voit contraint à sortir un moment, laissant l'équipe décontenancée. Quand il refait surface un peu plus tard, c'est pour lâcher le secret intime à l'origine de cette nouvelle : il a écrit "Le corps" pour exorciser la douleur suite à la perte de certains de ses meilleurs amis de jeunesse. Et le film lui a jeté à la figure les élans de l'amitié telle qu'on la vit quand on n'a pas encore douze ans. "Stand by me" a agi sur l'écrivain comme la madeleine de Proust.
Je dois admettre, à la suite de Stephen King lui-même, qu'il s'agit de la meilleure adaptation d'une de ses oeuvres à l'écran. Comment nier qu'il s'agisse d'un chef d'oeuvre, terme que je n'emploie qu'avec la plus grande prudence tant je sais que le langage actuel l'a définitivement galvaudé. Il existe des films culte comme American Graffiti (soit dit en passant : j'ai la conviction profonde que le personnage qu'interprète Richard Dreyffus dans le film de George Lucas, jeune homme qui s'apprête avec nostalgie à quitter le cocon de ses années lycéennes, est le même que celui de l'écrivain vivant au canada dans "Stand by me" et qui se remémore aussi ses années antérieures au lycée, les dernières folles années de son enfance), mais d'autres qui atteignent une zone indicible de notre être, celle-là même que recherchent parfois toute leur vie les écrivains ou les cinéastes, sans jamais l'atteindre parfois, ce point sensible de notre mémoire, cet état de grâce que nous avons peut-être tous connus à des degrés divers au cours de nos années de jeunesse avant que le vent de l'automne ne vienne le balayer comme une vulgaire feuille morte, nous laissant exsangue et creusant en nous une cicatrice que rien jamais ne viendra refermer totalement. Regarder "Stand by me", c'est faire l'expérience d'une cure de jouvence, c'est se retrouver confronté à l'enfant qui nous habite encore, mais que nous ne savions plus écouter... c'est retrouver les empoignades viriles avec nos meilleurs amis... c'est l'épaule sur laquelle je peux m'appuyer parce que mon ami est assez costaud pour supporter mes larmes... Il se dégage de cette histoire faussement insignifiante des accents de vérité d'une rareté qui en fait tout le prix. Je ne remercierai jamais assez Rob Reiner de nous avoir reconnectés, ne serait-ce qu'un moment, avec les fibres éternelles de notre jeunesse. "Stand by me", incarné par de jeunes acteurs prodigieux, au sommet desquels brille l'étoile Phoenix prématurément disparue, un peu comme le personnage de Chris Chambers dont la silhouette s'efface à la fin, est bouillonnant comme l'enfance livrée au présent permanent, drôle comme leurs farces et leurs quatre-cents coups, poignant comme ces épines sociales contre lesquelles s'effilochent leurs aspirations à la justice. Une film bouleversant.
11 commentaire|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2011
Dans les années 50, dans l'Oregon, quatre jeunes adolescents partent à la recherche du corps d'un de leurs camarades, porté disparu. Ils espèrent ainsi passer dans le journal et donner un peu d'intérêt à la morosité de leur quotidien, parasité par une vie familiale triste et banale, avec un espoir d'avenir sclérosé dans cet environnement retreint...

Merveilleux film sur l'enfance, qui doit beaucoup à Stephen King, dont il adapte une nouvelle semi autobiographique. Le personnage principal, âgé d'une douzaine d'années, étant un futur écrivain...
Un bain de jouvence rafraichissant qui a un peu vieilli dans sa forme, mais qui montre bien l'ambivalence d'un âge partagé entre la difficulté d'entrer dans le monde adulte, la prise de conscience des réalités, de la mort, les moments fabuleux de l'innocence et l'énergie de la jeunesse. C'est d'ailleurs à l'époque où cette histoire se déroule, à la fin des années 50, que la notion de "l'Adolescence" est apparue, notamment avec le personnage de "Cal", joué par James Dean dans "À l'est d'Eden" en 1955...
"Stand By Me" s'impose ainsi comme une allégorie de l'adolescence, le chemin qu'empruntent ses quatre héros (les rails de la voie ferrée) symbolisant celui qui mène de l'enfance à l'âge adulte.
Une œuvre précieuse, qui trouve le ton juste et qui agit comme une expérience unique de voyage dans le temps.
Ah... Mon enfance. "Stand By Me" est une carte au trésor qui me permet, à chaque vision, de retrouver l'endroit où je t'ai cachée...

Cette édition blu-ray, si elle offre une qualité son/image évidemment splendide et infiniment supérieure à l'ancienne édition, déçoit par ses bonus puisque il n'y a rien de nouveau. Des commentaires audio du réalisateur (par deux fois aux commandes de l'adaptation d'une nouvelle de Stephen King, avec "Stand By Me" et "Misery", soit deux nouvelles hors du cadre du fantastique !) à celui des acteurs (hormis le défunt River Phoenix), en passant par le clip de la chanson éponyme, ils étaient déjà présent dans l'ancienne version DVD.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2008
J'avais raté ce film à sa sortie.
Il ne faut pas le rater en DVD. L'histoire est simple. 4 gamins vont, au cours d'un périple dans la forêt, se souder, affronter des épreuves et passer de l'enfance à l'adolescence. Ce passage unique, très émouvant, est filmé de manière saisissante par le réalisateur qui fait preuve d'une maitrise totale de la narration.
Le casting est fabuleux.
Ce dvd contient également des bonus parmi les meilleurs : des interviews de tous les gamins devenus adultes (sauf un....), du réalisateur, de richard dreyfuss, de stephen King.
Et en prime vous aurez droit à une video de la chanson Stand by me qui vous réservera une surpise
Catégorie du film : film culte à garder et à revoir sans modération.
Vous y retrouverez le même type de sensations que dans american graffiti
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film de 1986 au demeurant modeste dans la forme est un petit bijou d'émotions tant il parle à tous. Nous qui sommes tous passés de l'enfance à l'adolescence pouvons nous identifier (en tout cas les garçons) aux quatre pré-ados de cette histoire à la métaphore évidente: plus les héros s'éloignent de leur petite ville - symbole du passé, de la souffrance, du rejet, du lien familial - plus ils deviennent conscients du changement qui s'opère en eux. Au bout de la voie ferrée: la mort - le corps sans vie d'un garçon de leur âge fauché à 12 ans par un train. Cette voie, est la ligne de la vie et le "corps" caché dans les buissons, l'inéluctabilité de notre propre fin.
Adapté d'une nouvelle de Stephen King, le métrage baigne dans une nostalgie poignante, Rob Reiner dirige de main de maître les très jeunes acteurs qui ont sur le tournage entre 11 et 14 ans. Bien sûr on pourra lui reprocher le caractère trop défini (le sensible, le petit gros, le dur à cuire, le psychotique) de chacun d'eux, mais au vu de la performance on passe outre. Ils crèvent l'écran, les dialogues assez osés sont peut-être même un peu trop adultes - les grossièretés fusent. La musique dont la chanson de Ben E. King enfonce encore le clou côté émotion. River Phoenix est admirable, une future star qui se brûlera les ailes au contact du monde fric et toc de Hollywood, il mourra 7 ans après la sortie de ce "Stand by me" où tout son potentiel dramatique explose ce sera aussi le cas dans "My Own Private Idaho". Lorsque à la fin du film il se sépare puis s'éloigne et disparaît tel un fantôme devant son ami Gordie, on a le coeur qui se serre et on voit là comme un terrible présage. On apprend dès le début de l'histoire le destin tragique de Chris Chambers.
Mélange subtil d'humour, de violence latente extérieure et intérieure et d'émotion, le film continue à provoquer en nous un indicible élan d'amour, il parle de choses essentielles et le fait bien.
Blu-ray de 2011 à la facture soignée - image de qualité bonne, propre et lumineuse - au vu du budget du film c'est acceptable. Format 1.78 respecté et son en 5.1 DTS HD-MA (le DVD se contentait en 2000 des pistes mono - peut-être le film a t- il été tourné en mono?).
Bonus identiques à ceux du DVD hormis l'excellent commentaire filmé du film - 2011 - par Rob Reiner, Whil Wheaton et Corey Feldman.
SINON le film ne se voit qu'en V.O. car tout passe par la voix, le jeu des gamins et les expressions et autres injures américaines! Le doublage français n'est vraiment pas à la hauteur !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
4 amis d'une douzaine d'années, Gordie Lachance (Wil Wheaton) Chris Chambers (River Phoenix)
Teddy Duchamp (Corey Feldman) et Vern Tessio (Jerry O'Connell) partent à la recherche d'un corps qui serait aux alentours de la voie de chemin de fer....
Que vont ils découvrir?

Un très beau film réalisé par Rob Reiner sur l'amitié de ces adolescents couronné par quelques titres internationaux ainsi que quelques nominations....

Pour un film de cette âge la qualité vidéo est plus proche d'une VHS que du DVD et malheureusement je n'ai pas constaté une amélioration significative avec l'upscaling,
Le son ? Il faudra se contenter ..... d'un Français en mono...

Comme dans tous mes commentaires concernant les films tiré des romans de Stephen voici la liste de ceux que je pense être les meilleurs:
Chambre 1408,Cujo, Les Langoliers, Rose Red, Le journal d'Ellen Rimbauer, The Mist, Les vampires de Salem (il y a deux versions), La tempete du siecle, Les Tommyknockers, Contretemps, Les evades, Shining (il y a deux versions),Christine, Dreamcatcher, Ca, Coeur perdu en Atlantide, Desolation, Le bazaar de l'epouvante, La peau sur les os, Simetierre, La nuit dechirée, La part des ténébres, The mangler, Le fleau, Dolores Claiborne, La ligne verte, Misery....

Personnellement j'en ai 52, mais ceux la sont à mon avis à voir par tous les fans du maitre!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2004
Les années passent et le film (sauf peut-être les vêtements !!!) ne prend pas une ride. Les jeunes acteurs sont fantastiques et le réalisateur a su imprimer l'émotion nécessaire aux douleurs de l'adolescence. Les scènes du train ou de la casse automobiles tournent le récit vers l'aventure débridée et le fun fait oublier les tracas du quotidien des personnage comme des spectateurs.
Tiré d'une nouvelle du King, ce film est à posséder impérativement comme un des témoignages du talent de River Phoenix, ange déchu du 7ème art.
Un must
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2015
La vie glisse lentement pour Gordy, Vern, Chris et Teddy. Ces quatre adolescents de 12 ans n'ont que la petite ville «fictive» de Castle Rock comme horizon. En adaptant la nouvelle de Stephen King «The Body», tirée du recueil intitulé «Différentes saisons», le réalisateur Rob Reiner nous propulse loin de l'univers fantastique de l'auteur de «Carrie» ou encore de «Shining». Ici pas de télékinésie ou autres prémonitions. Les seuls pouvoirs que l'on peut trouver dans «Stand by me» sont l'amitié, la malice, l'imagination d'une bande de gamins livrés à eux-mêmes au cours de ce torride été 1959. Reiner dresse le portrait d'une jeunesse en mal d'amour voire maltraitée, le jeune Teddy en porte les stigmates. Nos quatre compères en perpétuel besoin de reconnaissance partiront à la recherche d'un corps, celui du jeune Ray Brower, porté disparu, probablement heurté par un train à une quarantaine de km de Castle Rock (le bout du monde !). La bande-son Rock N' Roll immersive accompagne nos jeunes héros dans l'aventure de leur vie. Le film emprunte avec brio les sentiers de l'humour, de la poésie, de l'insouciance. Plus qu'un simple film, il s'agit d'un miroir où chacun peut voir le reflet de ses propres expériences. Grâce à la narration nostalgique d'un des héros devenu un grand écrivain, «Stand by me» nous bouleverse en nous entraînant dans un parcours initiatique douloureux avec, au bout du chemin, la fin de l'innocence !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
Un film superbe sur 4 jeunes adolescents qui partent en vadrouille pendant 48h à la recherche de leur liberté et de leur avenir dans cette Amérique de 1959 à l'aube de sa révolution culturelle.Le voyage est bien entendu la métaphore du passage à l'âge adulte.C'est un film intelligent,émouvant et subtil sur l'amitié indélébile,avec le regretté River Phoenix,parti bien trop tôt.
Le film fait s'interroger sur sa propre vie,les amitiés et les rêves d'antan.C'est superbe.
Bonne qualité du dvd.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2014
Si trois mots devaient résumer ce film, amitié, aventures et nostalgie conviendraient parfaitement. Quand une bande de copains décident de partir à l'aventure, la démarche autobiographique de Stephen King et du réalisateur Rob Reiner devient celle de beaucoup d'autres jeunes américains : un parcours initiatique. De l'enfance à l'adolescence, la bande des quatre garçons (pour une fois, pas une seule fille en vue !) va devoir affronter les épreuves de la vie et apprendre à s'entraider jusqu'à la rencontre finale avec « les grands », une autre bande menée par Kiefer Sutherland très crédible dans le rôle d'un ado rebelle et voyou. Le bonus du dvd est très intéressant, on y apprend notamment que le héros Wil Wheaton du haut de ses 12 ans était réellement impressionné par son collègue Kiefer plus mûr, impeccable comme il le sera un an plus tard dans « Génération perdue », un autre film qui marquera les années 80 en lançant à son tour la carrière de plusieurs acteurs. Stephen King s'est montré extrêmement satisfait de la transposition à l'écran de sa nouvelle malgré quelques modifications (les feuilles de papier d'un roman ne font pas les scènes d'un film) et la tristesse gagne les esprits à l'évocation du très prometteur River Phoenix. Populaire, certain de son avenir cinématographique car très talentueux, il aura donné fin à sa vie le plus bêtement du monde, en fréquentant la boite de nuit d'un de ses potes musiciens (ils formaient alors un groupe de musicos avec Johnny Depp) : la consommation de drogues aura arrêté son cœur à l'âge de 22 ans. Les trois autres protagonistes de « Stand by me » ont réussi leur parcours : deux sont devenus des acteurs connus et aguerris, l'autre, un écrivain en pleine ascension. La musique de Jack Nietzsche s'adapte parfaitement au contexte du film avec un tube de Ben E. King de 1961 repris comme thème du film. Grand succès au box-office américain mais accueilli plus froidement en France, le film restera dans les mémoires avec plusieurs scènes inoubliables dont celle du train. Alix vous conseille ce petit bijou, un vrai Chef-d’œuvre dans le genre. Impossible de mieux faire. Vous pouvez compter sur elle !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 20 janvier 2015
Un des films les plus marquant adapté de S.King, véritable ode humaniste, de par sa prise de température d'une enfance éprise de rêve et de liberté, dans un monde déjà étriqué par le manque d'amour. Une leçon d'estime de soi sur fond d'amérique profonde, un grand classique !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,69 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)