Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

28 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 du solide, 30 mai 2009
Par 
Thomas Varela (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Première version de la Grosse Passion enregistrée par richter pour DG, et une des meilleures de la discographie malgré son caractère préhistorique (avant la révolution baroque des années 70 et les enregistrements "historiquement informés" sur instruments d'époque etc).
Tempi beaucoup plus lents que chez les baroqueux, et pourtant j'aime autant ce disque que celui de Gardiner, à qui ses détracteurs reprochent à l'inverse sa précipitation.
la version de richter a la religiosité, l'ampleur, la puissance des vieux enregistrements (ceux qui utilisent des instruments modernes...), et pourtant il fait figure de précurseur de la renaissance baroque qui a suivi. La sonorité des instruments est telle qu'on les croirait presque originaux, et les voix ont un peu de la clarté, de la transparence qui se sont imposées depuis (meme si dans cet enregistrement de 1958 certains solistes chantent encore un peu Bach comme si c'était de l'opéra).
la qualité de la prise de son stereo est parfaite, et les voix du choeur vous enveloppent et vous transpercent comme si elles vous parvenaient tout droit du ciel ou d'outre tombe. Si les versions récentes sont appréciées pour leur vivacité dramatique, celle ci n'a rien a leur envier sur ce point et malgré son côté posé, majestueux a l ancienne, on est littéralement submergé par les moments de fulgurance musicale qu'elles nous offre, au point d'avoir du mal a croire qu'il soit possible de faire sortir de telles sonorités d'un orchestre ou d'une (combinaison de) voix humaine(s).
malgré toutes leurs vertus, les versions actuelles courent le risque de paraitre parfois un peu plates ou artificielles, avec toute leur virtuosité sautillante et éthérée. Avec Richter c'est du solide, dans tous les sens du terme, sans aucun risque d'ennui pour autant. Peut-etre même moins grâce à ses récitatifs "chantés", et ce souffle, cette même vision qui anime l'oeuvre de bout en bout, au lieu d'avoir une alternance de morceaux de bravoures isolés et de longues plages plus lentes qui semblent completement déconnectées du reste.
Richter a donc vraiment sa place, aux côtés des Herrewwege, Harnoncourt, et Gardiner, et vous offrira en plus la joie d'un dépaysement, (re)découvrir un Bach peut-etre moins lumineux mais plus poignant, moins éthéré et plus viscéral, moins "joli", plus rugueux et plus empreint de terreur sacrée.

PS: vous pouvez trouver cette version de 1958 (collection The Originals... à ne pas confondre avec les versions jouées sur instruments originaux...) dans un coffret DG Archiv a peine plus cher comprenant les principales oeuvres sacrées de Bach, magnificat compris.
Référence: B00004SAAW
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour mettre tout le monde d'accord, 17 février 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Bonne nouvelle! La version Richter rééditée dans la collection 'The Originals" est bien celle de 1958, avec Seefried, Töpper, Haefliger, Engen et Fischer-Dieskau. Le visuel évoque la somptueuse présentation d'il y a 50 ans, argentée (et reliée pleine toile!) du coffret 33T Archiv. En prime, le remastering coutumier de la collection "The Originals" confère un surcroît de présence et de limpidité à cette belle prise de son. Que rajouter quant à l'émotion qui irradie cette version, et à ses mérites ? Les mots sont si faibles... Ecoutez simplement ce choeur , après la mort de Jésus : "Wahrlich dieser...", véritable arc-en-ciel tendu , lentissime, qui dit toute la sidération et la prise de conscience de la foule au pied de la croix. C'est bouleversant. Et seul Karl Richter le fait ainsi, pour l'éternité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Insurpassable, 17 mai 2012
Par 
Gem'inga "HD" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Je connais cette splendide version depuis les années 60. Quoi que certains aient pu dire sur cette interprétation dans les décennies qui ont suivi, avec la vogue des lectures musicologiquement plus conformes, l'interprétation de Richter est demeurée pour moi une référence, avec la grande musicalité qui s'en dégage et son intense expressivité. Je possède d'autres versions, plus récentes, de cet immense chef-d'oeuvre, mais celle de Richter ne pâlit pas à côté. Les différences d'époque et de style n'enlèvent rien à la qualité de l'inspiration.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le triomphe de l'authenticité, 9 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
La réédition de cette version ancienne de la passion selon Saint Matthieu est une très bonne nouvelle car c'est à mon avis la meilleure version enregistrée. Après une période d'oubli relatif, marquée par la domination des versions baroques, l'interprétation de Richter s'impose d'elle même car elle est profondément authentique. Tout est parfaitement équilibré et le résultat est grandiose et splendide.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Puissant, 5 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Interprétation romantique? Interprétation baroque? La simple écoute de ces extraits montre la futilité d'un tel débat. Une réalisation exceptionnelle, d'une puissance à mon avis inégalée...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La grande Saint-Matthieu de 1958, 10 février 2010
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Je possède une autre édition de ces disques Passion selon Saint Matthieu et il s'agit de la première version de Karl Richter, datant de 1958, bien supérieure à la deuxième, car ce chef a connu, avant la vieillesse que sa mort subite à 54 ans ne lui permit pas d'atteindre, un déclin progressif de son inspiration.

Il va de soi que la "révolution" baroqueuse a entraîné un changement de mes habitudes d'écoute et que, comme d'autres, je préfère maintenant un autre style. Néanmoins (pour parler de mon seul cas, qui n'est pas représentatif), les oeuvres chorales longues, comme les Passions, l'Oratorio de Noël, restent plus écoutables que les cantates dans ces versions anté-baroqueuses et, de plus, les chefs spécialistes de ces musiques, comme Richter, Forster ou Münchinger, ont moins vieilli que les généralistes comme Klemperer ou Karajan. Quand une interprétation est particulièrement prenante, comme c'est le cas ici, quelques minutes suffisent parfois pour changer d'époque, oublier ses références et vivre pleinement la musique de Bach, même dans une incarnation anachronique.

Vocalement, cette version brille par ses chœurs fervents et par la présence de la merveilleuse Irmgard Seefried, qui n'était qu'au début de son rapide et précoce déclin vocal, du ténor spécialiste de la musique religieuse, Ernst Haefliger, à la pureté rayonnante, et d'un Fischer-Dieskau dans sa glorieuse trentaine. Il ne faut pas tout de même pas idéaliser le passé et quelques autres sont oubliables.

Mais, plus que les performances des solistes, c'est la courbe d'ensemble que parvient à dessiner Richter dans le monument, dont la lenteur n'est pas exagérée (là aussi, Richter ralentira de plus en plus avec le temps) et la ferveur religieuse, qui était la sienne et celle de nombreux participants, qui entraînent la conviction et l'émotion. Il faut rappeler qu'il y a un demi-siècle, pour une majorité d'Européens et notamment d'Allemands, le dieu des chrétiens n'était pas seulement un prétexte à faire de la musique baroque. Je ne veux pas dire qu'il faut croire en Dieu pour chanter du Bach, mais qu'à la manière d'un acteur, il faut s'identifier à quelqu'un qui y croit.

On peut retrouver cette Passion dans un coffret de 10 disques Bach : Les Oeuvres Sacréescomprenant aussi le Magnificat, l'Oratorio de Noël et aussi d'autres œuvres vocales de Bach parfois moins réussies par Karl Richter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Passion selon Saint-Matthieu
Passion selon Saint-Matthieu de Karl Richter (CD - 2001)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit