undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles23
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:10,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 février 2004
Caravan ne relève pas seulement du prog.rock et son étiquette école de Canterbury doit être maniée avec précaution, car si bien sûr la musique de Caravan dans ses splendides trois premiers albums s'ouvrent à une sonorité progressive, des arrangements complexes et des parties insturmentales élaborées, Caravan ne sacrifie jamais à la viruosité (apparente), ingore les signatures ryhtmique saillantes (Gentle Giant) ou la grandiloquence théâtralisée (différemment chez Yes et Genesis), ce n'est pas non plus l'expérimentation d'un soft Machine ou les arguments fusion anglaise que l'on verra se déployer ensuite dans National Halth ou Hatfield and the North, même si ces dernières formations sont de la famille : ici ce qui frappe c'est l'anglicité pop de Caravan, le sens de la chanson, de la mélodie (ah, Golf Girl), la finesse et l'élégance tranquille des arrangements, un côté "nice cup of tea" qui ravit l'anglophile. Ce sont d'autres référence qui peuvent surgir alors : Badfinger ou Procol Harum (qui n'a pas enregistré qu'un seul morceau, le célébrissime "A whiter shade of pale" et à qui l'on souhaiterait une série de remasters aussi soignée que celle ici offerte à Caravan).Un livret et des bonus tracks combleront le fan pour un Cd qui est la meilleure introduction à un groupe racé, original et incontestablement à (re)découvrir.
0Commentaire|37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2005
Attention chef d'œuvre , ce disque est, à mon avis, le meilleur de CARAVAN et peut être même de l'école dite de Canterbury, les morceaux de la face 1 ( puisqu'à l'origine il s'agit d'un vinyle ), sont excellents, mais c'est surtout sur la face 2 que l'on trouve cette longue suite de 22 minutes à tomber par terre, un pure merveille, de la dentelle.
Si vous connaissez Camel et que vous aimez son coté jazzy courrez acheter ce cd et si vous ne connaissez pas Camel courrez y quand même.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pilier de cette passionnante Canterbury Scene, aux côtés de Soft Machine,National Health,Hatfield and the North,Gong, et, à moindre titre, d'Egg, Comus, Quiet Sun, etc., excusez du peu !, Caravan en est aussi l'un des fondateurs, l'un des détenteurs d'un son, mariant jazz libre (ici tenu à un strict minima), indéniable anglicité et progressisme naturel qui fait tellement d'effet aux amateurs d'évasion sonique de qualité.
Dans les faits, In the Land of Grey and Pink est l'avant-dernier album de la formation originelle de Caravan, le troisième d'icelle, celui où le futur Hatfield and the North Richard Sinclair, qui quittera ses partenaires l'année suivante, après un Waterloo Lily un poil décevant, s'implique le plus dans le songwriting et le chant jusqu'à en devenir le quasi-leader. Découpé en deux parties, une face dédiée à de courtes chansons, l'autre au massif Nine Feet Underground et ses presque 23 minutes, il exemplifie à la perfection les deux facettes compositionnelles d'une formation autant capable de chansons pop progressives toutes en nuances et joliesses mélodiques que de magistrales explorations progressives symphoniques où moult soli virtuoses, moult textures réussies viennent émailler une création qui tient beaucoup de la jam sans pour autant perdre un seul instant un focus compositionnel bien tenu. Forcément, Caravan n'ayant pas de vrai guitariste en son sein, les claviers en génrale et l'orgue bourré de fuzz en particulier de l'autre Sinclair, cousin du premier, David qui s'en donne à caeur-joie et nous offre, ce faisant, un paquet de belles émotions musicales.
Alors, certes, Caravan n'est pas exactement le plus edgy des groupes de la scène de Canterbury, contrairement à Soft Machine ils ne poussent pas leur art vers le free jazz, contrairement à Gong ils ne partent pas de dans de spatiaux délires psychédéliques mais ce qu'ils font, une musique finalement simple, accessible mais jamais simpliste, ils le font avec un classe et un naturel qui laisse bouche bée. C'est vrai sur tous les albums de leur période de gloire (1968-1973) et encore un peu plus cet In the Land of Grey and Pink qu'il est, à partir de là, facile de considérer comme leur magnum opus, ce qu'il est, indéniablement.
Présentement, en un remaster de qualité doté de nombreux titres bonus permettant de rallonger la bonne sauce, c'est l'aeuvre qu'on conseillera à toutes celles et tous ceux qui souhaitent découvrir cette formation trop souvent confinée à un quasi-anonymat hors de la sphère progressive alors qu'elle mérite tellement mieux. Testez-le donc, vous ne serez pas déçus.

1. Golf Girl 5:05
2. Winter Wine 7:46
3. Love to Love You (And Tonight Pigs Will Fly) 3:06
4. In the Land of Grey and Pink 4:51
5. Nine Feet Underground 22:43
I. Nigel Blows a Tune
II. Love's a Friend
III. Make It 76
IV. Dance of the Seven Paper Hankies
V. Hold Grandad by the Nose
VI. Honest I Did!
VII. Disassociation
VIII. 100% Proof
Bonus
6. I Don't Know Its Name (Alias The Word) 6:12
7. Aristocracy 3:42
8. It's Likely to have a Name Next Week (Instrumental version of "Winter Wine") 7:48
9. Group Girl (First version of "Golf Girl") 5:04
10. Dissassociation/100% Proof (New Mix) (Closing section of "Nine Feet Underground") 8:35

Richard Sinclair - bass guitar, acoustic guitar, vocals
Pye Hastings - electric guitars, acoustic guitar, vocals
David Sinclair - organ, piano, Mellotron, harmony vocals
Richard Coughlan - drums and percussion
&
Jimmy Hastings - flute, tenor sax, piccolo
Dave Grinstead - cannon, bell and Wind
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2009
Attention à la claque dès que la musique commence. Ce disque date de 1971 et sonne merveilleusement.
Sorti un an après "If I could...", qui reste à mon avis l'oeuvre absolue de Caravan, cet album s'écoute sans fin, tant la qualité des compositions mais aussi et surtout la qualité de l'enregistrement sont sidérantes pour l'époque. Alors maintenant une version remasterisée contenant des bonus qui n'ont rien à rougir de l'album...
Achetez le ou mieux offrez-le à ceux qui auraient eu la triste idée de le récupérer en fichier compressé...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2014
Un peu dans la lignée de Soft Machine, Caravan est un très bon (et méconnu, hélas) groupe de rock progressif tendance Canterbury. In The Land Of Grey And Pink, avec cette sublime pochette rose et grise (justement, au vu du titre, ça tombe bien), est leur sommet, un disque qui ne contient pas beaucoup de morceaux (5 dont un de quasiment 23 minutes, toute la face B), mais aucun ratage, un album rare et méconnu, à découvrir de toute urgence !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2011
Pas besoin d'explications musico-historico-intello-progressives.
Suffit d'écouter LE morceaux d'anthologie en y suivant la sinusoïdale du clavier de Sinclair. Rupture de thèmes, de rythmes , tout y est. Avec le petit plus english .... la délicatesse. So sweet !!
Chef d'oeuvre c'est presque un euphémisme.Le même groupe a réalisé un exploit quasi identique sur un autre album . A vous de le trouver !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2007
Fin, racé, délicat, so typically English et à écouter avec une tasse de thé, le petit doigt en l'air pour l'ex face 1. L'ex face 2 - la longue suite - surprend par les connotations très zappaïenne de l'orgue. Etait-ce voulu ? je ne pense pas, mais cet orgue s'envole dans des volutes que seul l'immense F. Zappa semblait capable de suivre à l'époque. Ben non, Caravan aussi savait voler...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2005
S'il y a un CD de Caravan à acheter, prenez au moins celui-ci. Si la face 1 est inégale,quelques morceaux "commerciaux", la face 2 est un pur joyau. Laissez-vous emporter par le son mélodieux du synthétiseur de David Sinclair. Tout y est, des phases lentes d'une beauté à vous couper le souffle et des phases plus rythmées, plus jazzy. Du vrai bonheur pendant plus de 20 minutes avec un son que vous n'êtes pas prêt d'oublier
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2010
Le voilà, le groupe mythique de l'école de Canterbury, l'un des fondateurs du rock progressif : Caravan.

Dans la lignée des groupes tels que Gentle Giant, Hartfield and the North, ou encore Camel et Soft Machine, Robert Wyatt, Daevid Allen...N'y allons pas par quatre chemins, In the Land of Grey and Pink est bel et bien le meilleur album de progressif.
Troisième album de Caravan, il comporte cinq morceaux, Golf Girl, enthousiasmant, euphorisant, très british. Et dès lors, c'est une explosion de couleurs, d'émotions qui fusent en nous, une implosion de joie, l'impression d'être sur un nuage. Le second, Winter Wine, déjà un peu plus proche de ce qu'on a l'habitude d'entendre chez leurs confrères (Yes, King Crimson...), 7 minutes 30, un son pressé, qui transcende pas mal de codes, nous submerge, la sensation d'être une pile électrique, de renaître, un immense morceau, atypique, dont on ne se lasse jamais, et qui nous hante longtemps. Autrement dit, du progressif en veut-tu en voilà. Puis arrive Love to Love You, très enjoué, très aérien, Caravan sait donc tout faire ? Hé bien oui mes chers, et là, encore une fois, c'est un émerveillement durant 3 minutes, qui s'envolent si vite qu'on a l'impression d'avoir gravité dans un monde parallèle. Et ensuite In the Land of Grey and Pink, la chanson éponyme, la meilleure de l'album à mon goût, qui réunit en 5 minutes toutes les qualités des trois précédents morceaux : c'est envoûtant, onirique, enthousiasmant, et sonne à nos oreilles comme un doux rêve, dépassant l'imagination, nous emportant dans ce "Land of grey and pink", et est assurément très cinématographique, très visuel, et mon Dieu, ce que les musiciens assurent !
Et là, Nine Feet Underground, l'hallucinant morceau de presque 23 minutes, l'apothéose, on irait presque crier au génie, mais oui allons-y, crions au génie ! Car sans aucun doute, ce dernier morceau de l'album et l'album en lui même sont bien une oeuvre de génie, une innovation, l'album de tout, l'album qu'on réécoute sans cesse, l'album qui nous suit, l'album qui nous meut, l'album que l'on oublie pas. Une tuerie quoi. A découvrir d'urgence !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce troisième disque de Caravan (avril 1971), beaucoup le considèrent comme étant leur pièce majeure. Laissons-les à leur opinion... que je ne partage pas tout à fait. Pourquoi cette prise de position ? Parce qu'il est difficile de faire mieux que le génial album qui précède (If I Could...) et autrement plus complexe que celui-ci. Que l'on dise qu'il est le plus populaire, voire celui par lequel il est conseillé d'aborder Caravan, je le concède. Il n'est pas moins intéressant que son prédécesseur, je m'entends. Il est techniquement, certainement, plus mature et, sans aucun doute plus abouti, mais il est différent (en tout cas dans sa première partie) de If I Could, même s'il reste ancré dans le Canterbury. Pour clore le débat et passer à ce qui nous réunit présentement, étant un adepte du Caravan des premières heures, j'ose avancer que la trilogie discographique initiale se classe, sans distinction, dans le haut de l'aeuvre du groupe (je ne prends pas de risque, je sais). Point barre. Le disque qui nous intéresse, n'engendre pas l'ennui. C'est déjà ça ! Le rose prime même sur le gris. Il est enjoué (dans sa partie pop) et essentiellement enivrant (dans sa deuxième phase). Golf Girl, obscène et sympathique morceau de Richard Sinclair, et le sublime Winter Wine, qui enchaîne ses plus de 7 minutes, donnent le ton de cette musique joyeuse et accrocheuse, à l'image du méchant Love To Love You (And Tonight Pigs Will Fly), contribution pop éclairée de Pye Hastings. Le titre éponyme, fantaisiste et insouciant, clôt une première partie entraînante, plutôt pop que prog, construite sur des titres courts (hormis Winter Wine) au cours de laquelle David Sinclair et son clavier brillent par leur discrétion. Les 22 :40 de Nine Feet Underground, qui occupe la seconde partie, augurent de la voie que va emprunter le Canterbury, qui, comme le rock progressif, va s'étirer dans des plages musicales allongées, parfois interminables. Cette longueur intempestive n'est, fort heureusement, pas l'apanage de ce remarquable dernier titre, qui permet une excursion dans des atmosphères éthérées diverses. Il est simplement dommage que l'ensemble de l'album n'ait pas été du même calibre que Nine Feet Underground, une suite passionnante (en 9 piécettes) qui explose sous le clavier omniprésent d'un Sinclair retrouvé (qui partage le chant avec Pye Hastings). Même si mon propos n'est pas de dévaloriser la première partie (excellente dans son genre), cette différence marquée entre ses deux facettes (l'une pop, l'autre progressive) fait de ce disque un opus particulier de Caravan. Un excellent travail, mais pas leur meilleur. Pour toutes ces raisons, je le trouve parfois bizarre. J'ai souvent tendance à me contenter de Nine feet Underground et à négliger le reste. Cet album, dont on ne peut pas nier l'apport créatif, est So British et reste à part dans le paysage musical du moment. Il reste un plaisir à écouter. A sa sortie, il restera malheureusement dans l'ombre des Aqualung ou Soft Machine 3. Ce n'est pas une raison suffisante pour en faire un bouc émissaire sous prétexte que mon sentiment n'adhère pas aux opinions de la majorité.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,86 €
8,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)