Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


44 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Interprétation de référence dans une conception XiXème siècle
Cette version de la passion selon Saint Mathieu est le sommet des interprétations romantiques qui se situent dans la continuïté de la redécouverte de cette oeuvre par Felix Mendelsohn. Tout est parfait et d'une grandeur impressionnante. Les chanteurs sont idéaux.

Une version qui n'est pas conforme aux nouveaux standards...
Publié le 3 juillet 2005 par piwemol

versus
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Déjà peu authentique à son époque
Les deux étoiles ne signifient pas un refus des interprétations antérieures à la vague baroqueuse. La Saint-Matthieu par Richter en 1958 ou même celle de Münchinger, ou les magnifiques solistes présents dans la Saint-Jean de Forster, peuvent encore, il me semble, nous faire participer à l'émotion de la mort du Christ...
Publié le 17 février 2010 par Pèire Cotó


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

44 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Interprétation de référence dans une conception XiXème siècle, 3 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon saint Matthieu (CD)
Cette version de la passion selon Saint Mathieu est le sommet des interprétations romantiques qui se situent dans la continuïté de la redécouverte de cette oeuvre par Felix Mendelsohn. Tout est parfait et d'une grandeur impressionnante. Les chanteurs sont idéaux.

Une version qui n'est pas conforme aux nouveaux standards d'interprétation de Bach mais qui, par sa beauté mérite sa place dans toute discothèque à côté des meilleures versions de baroqueux.

La qualité technique de l'enregistrement est excellente.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La version de référence dans une conception XiXème Siècle, 1 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon Saint Matthieu (CD)
Cette version de la passion selon Saint Mathieu est le sommet des interprétations romantiques qui se situent dans la continuïté de la redécouverte de cette oeuvre par Felix Mendelsohn. Tout est parfait et d'une grandeur impressionnante. Les chanteurs sont idéaux.

Une version qui n'est pas conforme aux nouveaux standards d'interprétation de Bach mais qui, par sa beauté mérite sa place dans toute discothèque à côté des meilleures versions de baroqueux.

La qualité technique de l'enregistrement est excellente pour l'époque et reste tout à fait satisfaisante en version CD.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Déjà peu authentique à son époque, 17 février 2010
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon saint Matthieu (CD)
Les deux étoiles ne signifient pas un refus des interprétations antérieures à la vague baroqueuse. La Saint-Matthieu par Richter en 1958 ou même celle de Münchinger, ou les magnifiques solistes présents dans la Saint-Jean de Forster, peuvent encore, il me semble, nous faire participer à l'émotion de la mort du Christ. Mais il s'agit là de chefs spécialistes de cette musique. Ce qu'ont laissé les chefs d'orchestre "généralistes" (Karajan, Klemperer, même Jochum) est à mon avis moins intéressant, mais je ne saurais pas expliquer pourquoi.

Dans le cas de Klemperer, je n'ai jamais compris pourquoi sa Passion selon St-Matthieu était en tête des anciennes discographies. Autant les souffrances du Christ et les angoisses du chrétien ne gagnent guère à être chantées et jouées, comme c'est la mode, sur un rythme allègre et guilleret et avec un ton qui indique que les interprètes, non seulement ne croient ni en un dieu ni en un autre, mais encore n'ont jamais pensé que jouer, faute de la ressentir, la ferveur religieuse était aussi nécessaire qu'avoir des hautbois d'amour de la bonne époque, autant cet étirement, cette pseudo-grandeur empesée ne font pas participer au drame sacré sorti de l'imagination de Bach. Pour éviter ce qui est peut être un désintérêt trop personnel ou trop instinctif, j'ai comparé avec toute l'équité dont je me crois capable des extraits de cette Passion par Klemperer avec les mêmes dans les versions susdites. Et alors ? Alors, toujours pareil.

Certes, et cette concession est d'importance, il y a un ensemble de chanteurs qui constituent, réunis, le gotha du chant d'une époque : Elisabeth Schwarzkopf, Christa Ludwig, Dietrich Fischer-Dieskau, Nicolai Gedda, Walter Berry... Pour l'Evangéliste Peter Pears, qu'on trouve aussi chez Münchinger, je serai un peu moins élogieux, question de timbre, malgré son intelligence, dont je ne disconviens pas. A l'époque, il y avait Haefliger, Wunderlich... On peut apprécier cette version pour ses solistes, certes, mais pour Bach ? Je m'interroge...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un pur plaisir..., 23 mai 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon saint Matthieu (CD)
Comme dans sa version de la Messe en Si mineur du meme Genie qu'est BACH, Klemperer s'avere ici au sommet de la discographie, au meme niveau que - paradoxalement - son antipode Harnoncourt (derniere mouture). Je vous conseille les deux mais pour un recueillement sana pareil, n'hesitez pas... Du choeur d'ouverture au choeur final, c'est un pur plaisir
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Une passion étirée à en devenir abstraite, 28 janvier 2012
Par 
rauch75 - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon saint Matthieu (CD)
Il est, à mon avis possible d'aimer à la fois les nouvelles interprétations baroques et les grands « monuments » presque romantiques laissés par les grands chefs des années 50. Cela a donné de grandes réussites comme la cantate chantée par Hotter Cantate "Ich Habe Genug"ou la St Jean de Jochum Bach: Johannes-Passion, BWV245' ou le délirant Messie de Beecham.

Dans cette passion selon Klemperer on trouve des voix aux timbres de velours (Ludwig et Fischer-Dieskau notamment) absolument magnifiques ; qui font d'ailleurs penser que la beauté du timbre a souvent été oubliée dans certaines versions baroques particulièrement sèches.
En fait, plutôt que de vomir sur ce genre de version en général, il faut se poser la question de ce qui ne fonctionne pas avec celle-ci. Et, curieusement, je pense que c'est un peu la même chose ' je m'apprête à commettre un sacrilège ' que le Fidelio, la Flûte ou la 2éme de Mahler par ce même Klemperer : un manque total de vie, de théâtralité, de passion. En murissant, je crois que je n'apprécie plus cette froideur hautaine qui tue toute émotion.

Je ne pense donc pas que cette version soit mauvaise parce qu'elle n'est pas « musicalement renseignée » mais bien parce qu'à force d'étirer les tempi pour gagner en majesté (12 minutes au lieu des 6 ou 7 traditionnelles pour le chœur de départ) on finit par complétement tuer la « théâtralité » propre à ce qu'on écoute pour finir dans quelque chose frisant le jeune Schoenberg par moment' très, très loin de Bach' très loin aussi d'une œuvre expriment une quelconque émotion humaine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 statisme et solennité empesée, 11 novembre 2009
Par 
Stéphane B. "Stéphane B." (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon saint Matthieu (CD)
Cet enregistrement très célèbre est parfaitement représentatif du dernier style d'Otto Klemperer et d'une certainer manière de jouer Bach que plus personne ne pratique aujourd'hui fort heureusement.
Depuis la révolution baroque est passée par là et a renvoyé aux oubliettes cette conception complètement figée dans une solennité empesée et pour tout dire parfaitement inécoutable.
Klemperer pratiquait à la fin de sa vie des tempos lentissimes et ici il se surpasse et nous mène au-dela de ce qui est supportable. Alors bien sur les chanteurs et les choeurs sont exceptionnels, mais cela ne suffit pas à sauver de l'ennui une version où la pulsation, le ryhtme, l'énergie, la jubilation propres à l'oeuvre de Bach ont totalement disparu.
A la fin de sa vie, le vieux chef allemand aspire à l'éternité mais que l'on me pardonne, je n'ai guère envie de l'y accompagner.
On saluera donc avec respect cette version complètement hors du temps et l'on se tournera vers d'autres versions qui nous parlerons de ce qu'est réellement l'oeuvre de Bach : sans prétention à l'exhaustivité et sans ordre de préférence, je citerai Suzuki, Herreweghe, Leonhardt, Gardiner, Harnoncourt.
Cela dit, ceux qui connaissent bien l'oeuvre pourront l'écouter au moins une fois par curiosité, pour entendre comment on pouvait jouer Bach il y a cinquante ans ; pour ceux qui découvrent l'oeuvre, cette version est à éviter absolument
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit