undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles15
4,4 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 juin 2003
C'est la confirmation que Moon Safari n'était pas un coup de chance. Ces gars maîtrisent totalement leur sons et se sont permis de changer leur style tout en restant eux même. Le come-back est parfaitement exprimé par le triomphant Electronic Performers et son beat galactique . How Does It Make You Feel? donne l'impression d'être entre réveil et sommeil avec cette voix chuchotée sur des accords de guitare et un refrain très Beatles. Même en parodiant le coté commercial des années 80, ça reste séduisant (Radio #1). Une chanson crooner avec Beck au chant (The Vagabond) précède Radian la plus belle chanson de l'album dans son style très oriental. Sex Born Poison est aussi un de ces chefs d'œuvre d'originalité dont ils ont le secret. Encore un saut dans un univers Beatles avec People In The City, un peu de techno avec Don't Be Light, ce groupe est un don du ciel ...
0Commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2001
Air nous emmène ici dans un parcours qui réunit la somme des petites touches magiques des précédents albums. C'est un concentré d'ambiances électroniques et vocales qui diffuse lentement des mélodies soignées dans un environnement sonnore privilégié. Air Max !
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2015
Entourés de nombreuses personnalités (dont Beck qu’on ne présente plus, leur acolyte Brian Reitzell ou le génial Justin Meldal-Johnsen qu’on retrouvera plus tard chez Nine Inch Nails), le second album (on mettra Premiers Symptômes et The Virgin Suicides volontairement à part) d’Air commence très fort avec l’ébouriffant « Electronic Performers » et son beat electro performant réhaussé de sa rythmique guitare et des orchestres vers la fin. Sans aucun doute un des meilleurs titres de l’album qui résume bien l’immense dimension que ce groupe est en train de prendre, à sa sortie en 2001.
Le titre suivant, « How Does It Make You Feel » est beaucoup plus proche de ce que faisait Air auparavant : planant, calme et bien rétro dans le son. Single en puissance et co-chanté par le génial Meldal-Johnsen, « Radio #1 » est assurément l’un des titres les mieux calibrés pour passer sur toutes les radios du monde… et c’est loin d’être le plus mauvais titre de l’album !
Avec sa voix inimitable et son harmonica, Beck déboule sur le très brillant « The Vagabond » qui fleure bon le Midwest et ses longues routes sous les poteaux électriques…
L’instrumental « Radian » et ses aspirations orientales figurent sans doute parmi les plus chansons de l’album. Sans doute parmi les plus belles instrumentales que notre duo versaillais n’aura jamais fait, d’ailleurs.
« Lucky And Unhappy » nous ramène vers des choses connues : duo entre voix d’homme(s) et de femme(s) et dont la musique imprime une boucle un peu lancinante et au bout de laquelle on attend toujours la montée qui va bien… mais qui ne viendra finalement pas. Dommage.
« Sex Born Poison » est un titre magnifique, comme aux plus belles et calmes heures de Moon Safari, chanté si délicatement par Buffalo Daughter (groupe japonais, je recommande), envahi par un beat technoïde vers la fin du morceau…
Le planant « People In The City », très juste et encore une fois très proche de ce à quoi nous avait habitué notre duo a, lui aussi, tout du single en puissance. Très bon, également.
« Wonder Milky Bitch » prend des accents américains, de vieux films, presque films d’horreur. Ou de grand ouest américain… mon cœur balance ! C’est également l’un des plus longs titres de l’album.
Le dernier titre chanté de l’album, par Beck, porte bien l’empreinte du géant américain. Un rythme plus rythmé, des samples plus nombreux, des voix mixées et des sons venus d’ailleurs (on a droit à une guitare complètement désaccordée) ainsi qu’une basse monumentale de l’ami Justin… C’est aussi le titre le plus long de l’album et le plus varié.
Et enfin, pour clore le tout, un instrumental « typique » d’Air. « Caramel Prisoner » montre bien le virage américain que nos Versaillais avaient tenté de faire prendre à leur French Touch avec ce petit quelque chose tout calme qui me fait penser à un doux titre de Nine Inch Nails.

Pas loin du chef d’œuvre que représente pour moi Moon Safari, Air se hisse quasiment à son niveau avec cet album remarquable. Une pépite.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2008
Tout à fait différent de "Moon Safari", on est plutôt dans le style "ambient music". C'est vraiment un très très bon album, très homogène et sans temps morts. Même si pour certains,l'impression qu'il dégage est plus so(m)bre que sur Moon safari, il n'en reste pas moins la démonstration de tout le talent de ce groupe qui peut rivaliser avec les meilleurs. Pour moi le meilleur album de AIR.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2001
Fini les atmosphères aériennes de moon safari, voici la descente au coeur de la terre, pour un album à tomber par terre. Air rejoint le cercle très fermé des musiciens qui font avancer les choses, en s'appuyant sur le passé, pour nous donner un aperçu du futur.
0Commentaire6 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2013
Un son qui leur est propre, Air, les "Art of noise" de l'électro, des mélodies sympathiques, qui sont souvent reprises comme jingle leur ainé.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2003
Ce disque présente toute les caractéristiques du disque que j'adore pour longtemps. A la première écoute je n'ai pas du tout apprécié, trop bizarre. Mais je l'ai réécouté. Et petit à petit j'ai commencé a bien l'aimer. Maintenant, c'est mon préféré de Air. Un cd qu'il faut écouter plusieurs fois avant de le cerner, est pour moi, un gage de qualité, d'une certaine originalité, un petit truc nouveau qu'on n'imaginait pas et qui ne nous paraît pas tout de suite évident. Il a tout d'un grand cet album. J'ai particulièrement craqué sur "How does..." pour son refrain qui trotte longtemps en tête, qui rappelle tout plein de bon sons rock planant retravaillé à la sauce électro. "Lucky and..." vous bercera sur un son calme électronique alors que "radio #1" vous fera chanter à tue tête. Sans oublier "don't be light" qui s'annonce très énergique avec une intro à la batterie survoltée.
0Commentaire11 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2001
Air s'est une fois de plus surpassé avec un album entièrement nouveau; en même temps original et fidèle à cet esprit "aAIRien". Le groupe a gagné en maturité, c'est à écouter absolument !
0Commentaire2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2001
J'attendais cet album impatiemment. Je n'ai pas été déçu, mais plutôt surpris. Je m'attendais à écouter la suite de "Moon Safari", avec son humeur légère et son côté positif. Ici, l'album est plus "expérimental", plus proche de "Virgins Suicide". Si je devais le comparer à un album que j'adore, ce serait "SEE YOU LATER" de Vangelis. Dans 10 000 Hz Legend, il y a vraiment des tubes en or massifs, comme RADIAN, DON'T BE LIGHT et, rien que pour le superbe refrain à la Beatles : How does it make you feel ? Cet album est grand, intemporel, digne de AIR. Je veux faire de la musique comme eux.... Merci Nicolas Godin, merci Jean Benoit Dunckel.
Miguel SAMIEZ,
0Commentaire3 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2001
Un album plein de fraîcheur, certes les musiciens de Air n'ont pas oublié d'écouter Pink Floyd, King Crimson, Genesis et autres groupes des années 70 mais après tout ce ne sont pas les premiers à profiter des acquis du passé.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus