undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles8
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:17,66 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 février 2011
Deuxième volet en hommage au cinéma, l'iconoclaste entité Fantômas, créé en 1997 par Mike Patton, s'attaque à la reprise de musique de films. Le groupe ré-interprète à sa manière quelques thèmes de films d'horreur, de films fantastiques ou de films noirs des années 50 à 80. Et cet exercice ne date pas d'hier notamment avec Mr Bungle où Mike Patton officiait comme chanteur. Le groupe a toujours rendu un hommage au septième art, que ce soit en concert ou dans la composition musicale. En concert, Mr Bungle reprenait régulièrement des musiques de film : les thèmes de Citta' Violenta, Metti Una Sera A Cena, Una Lucertola Con La Pelle Di Donna d'Ennio Morricone par exemple ou encore l'excellent thème "The Thing Strikes", titre horrifique et captivant de Henri Mancini (du film I Came From Outer Space - 1953). Et puis en terme de composition dans les albums de Mr Bungle, surtout Disco Volante (1995) et California (1999), l'influence du cinéma est très marquée, savamment distillée dans les chansons : ambiances aux claviers à la Carpenter ou Goblin, rythmes jazzy/bossa-nova à la Mancini, mélodies surf typées Morricone et voix travaillées en onomatopées façon Edda Dell'Orso (murmure, soupir...). C'est ce qui faisait le charme de Mr Bungle, le groupe savait restituer et/ou pervertir les émotions véhiculées par les musiques de film tout en respectant les thèmes originaux. Le groupe avait l'art de l'arrangement et réussissait à s'approprier les ambiances dramaturgiques du cinéma dans leurs compositions. D'ailleurs on peut constater que tous les membres de Mr Bungle n'ont eu de cesse d'honorer la musique de film tout au long de leur carrière : Mike Patton avec Fantômas etc... ; Trey Spruance avec Secret Chiefs 3 ; Trevor Dunn avec la compilation Four films (OST chez Tzadik en 2008) et sa participation à quelques Filmworks de John Zorn ; Danny Heifetz avec Tango Saloon, theHEAD ou The Fantastic Terrific Munkle ; et puis Bar McKinnon avec Umlaüt. Cette passion très présente chez John Zorn, ami de longue date de certains membres de Mr Bungle, n'est pas étrangère à la démarche du groupe. Déjà sur l'album éponyme de Naked City (Nonesuch/Elektra en 1990) figure des reprises de musique de film dont les arrangements sont égaux ou parfois bien supérieurs aux originaux (magnifiques versions de Sicilian Clan/Morricone, I Want To Live/Mandel, James Bond/Barry, A Shot In The Dark de Pink Panther/Mancini, Chinatown/Goldsmith, Contempt/Delerue).
Mike Patton est de loin le plus prolifique, il a bien digéré et exploité sa culture cinématographique. Avec ce Director's Cut, Fantômas s'est attaché à reprendre de manière ludique, voire perverse et parfois de façon méconnaissable des thèmes géniaux de grands compositeurs : Henri Mancini, John Barry, Ennio Morricone, Nino Rota, Angelo Badalamenti, Ronald Stein, Bernard Hermann etc... Des titres accessibles, dont on connaît par coeur la mélodie de base (The Godfather, Cape Fear ou Charade par exemple) à un moment donné, sont littéralement défigurés à grands coups de riffs bien lourds et de jeu de guitare noisy, de blasts grindcore et de chant hurlé. Cette ultra-violence s'imbrique en force et parfois s'enchevêtre dans des ambiances plus calmes et malsaines. Cette dualité violence/sombre quiétude donne du relief à ces interprétations plaisantes et innovantes. Et c'est par l'utilisation de samples bien dosés (harmonica, flûte, claviers, bruitages électroniques...) tout au long de l'album que le groupe réussit son tour de force : à rendre hommage au cinéma de manière singulière. Comme à son habitude, le travail sur l'artwork, assez rétro, est bien réussi. Dans cet esprit de "musique cinématographique", les albums de David Shea, Eyvind Kang, Secret Chiefs 3, Estradasphere, Naked City, Last Exit (l'album Iron Path), Cibo Matto (Viva L.A. Woman), Cypress Hill, Lustmord, Blood Duster, Mortician ou encore Striborg, Ulver et Lurker Of Chalice proposent des ambiances parfois similaires.
Thèmes repris : The Godfather, Der Golem, Experiment In Terror, One Step Beyond, Night Of The Hunter, Cape Fear, The Devil Rides Out, Spider Baby, The Omen, Rosemary's Baby, Henry : Portrait Of A Serial Killer, Vendetta, Investigation Of A Citizen Above Suspicion, Twin Peaks, Charade.
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 9 décembre 2002
Leur vieux pote John Zorn l'ayant fait sur Naked City, Fantômas a ici concocté une relecture (et non une parodie) de thèmes de films. Pas n'importe quels films : des films avec du sang et de la peur. Sinon ils n'auraient pas mis 5 secondes de silence sur la plage n°13... Musicalement, c'est vraiment accessible. Mais toujours aussi barré : les enchaînements, les riffs plombés, les voix polymorphes de Patton, les juxtapositions incongrues sont de la partie. Etonnant (surtout pour les non-initiés) et accessible, qu'attendez-vous de plus pour vous faire peur ? Quant à MM. Julien Boccou et Ioan Petipeu, pourquoi ce petit chef d'oeuvre n'a-t-il pas fait crisser vos claviers ???
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2003
Des musiques de film reprises par Fantômas, ça s'est une idée. Pour ceux qui connaissent Fantômas la différence avec le premier est troublante, moins violent mais beaucoup plus sadique, on entend bien le même son que sur le premier c'est âme qui est celle de Fantômas que Patton a su crée (Quel P.... de génie). Ceux qui sont déjà aller à un concert connaissent déjà Ave Satanis parcequ'il l'a joue depuis un petit moment donc 11 morceaux à découvrir et à déguster.(Notamment le génial Rosemary's Baby à choper des frissons)
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2010
Hommage à quelques grands noms de la bande originale de film, "The Director's Cut" est le moins Fantômas des albums de Fantômas. C'est aussi (ceci explique cela) le plus accessible, si tant est que l'on puisse utiliser cet adjectif à propos d'un album de Fantômas.

Reste que l'on tient là un album hautement jouissif qui entend Nino Rota, Ennio Morricone, John Barry, Jerry Goldsmith, Henry Mancini et Angelo Badalementi passer à la moulinette du quatuor "expérimétal" de Mike Patton. Le choix se portant de préférence vers des thèmes flippants, on retrouvera les musiques de Rosemary's Baby et de La Nuit du chasseur (Patton se fait plaisir avec ces comptines schizo) ou encore l'invocation satanique de "The Omen" (La Malédiction - Édition Collector).

Pour autant, ce n'est pas un album "Halloween" de A à Z (Carpenter n'y figure d'ailleurs pas ! Trop minimaliste pour un extraverti notoire comme Patton ?). Certains titres comme "Experiment in Terror" (Mancini pour Blake Edwards) ou "Investigation of a Citizen Above Suspicion" (Morricone pour Elio Petri) penchent vers une veine mélodique déchirée d'éclairs de violence qui rappelle le Mr. Bungle de California.

Parfois franchement métal (le traitement infligé au "Golem" de Karl-Ernst Sasse évoquerait presque un vieux Marilyn Manson), toujours excessif et malade, "The Director's Cut" est indéniablement l'album par lequel on peut le plus facilement aborder la discographie de Fantômas. Mais attention, apprécier celui-là ne signifie pas que l'on sera capable de digérer le reste.

(Avis paru le 22 novembre 2010 sur indierockmag.com)
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2001
Autant le premier album de Fantomas pouvait laisser perplexe, autant celui-ci met tout le monde d'accord. Les musiciens ont su trouver une identité et une cohésion dans leur jeu et dans leur son, qu'ils mettent au service de l'arrangement de "vraies" compositions (que l'on opposera aux délires bruitistes du disque précédent).
Le résultat est tout simplement fabuleux, les versions de ces themes de musique de films s'imposent tout simplement par leur existence et sont dignes d'un intéret approfondi. Je ne m'en lasse pas depuis 6 mois.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2013
Cet album est à mes yeux tout simplement génial...Je le conseil vivement pour tous les amoureux de Mike Patton...
La dynamique est succulente et dérangeante et les sons sont puissamment ‘’envoyés’’.
A savourer comme un bon film…et pas en famille !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2013
Un voyage dans un monde bizarre & extraordinaire... Du tres lourd parfois, mais du tres tres bon. Patton & Co au top!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2003
Je n'ai pas grand-chose à rajouter à ce qui a été dit dans les commentaires précédents, qui ont dit ce qu'il fallait dire. Je veux juste rajouter mon grain de sel, mon avis personnel : Fantômas est un groupe à part, un groupe unique, porté par le génie créatif de Mike Patton est habilement mis en forme par ces musiciens hors pair. Cet album, un peu moins abrupt que le premier, plus accessible peut-être, n'en est pas moins savoureux, surprenant, une galette de luxe à déguster à pleine bouche. N'hésitez plus... Attrapez-le au vol et ne le lâchez plus !
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,54 €
10,77 €
20,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
J'aime le culte avec Ina Premium. La télé que vous aimez en illimité!