undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981)
Format: DVDModifier
Prix:27,24 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je ne comprends pas pourquoi un commentateur parle de J. Vickers alors que le rôle de Samson est tenu ici par P. Domingo? Mystère! Passons. Nous avons affaire ici à une production à grands spectacle avec force décors façon carton pâte et de beaux costumes. Au début du second acte, j'ai cru voir s'animer des peintures de Lawrence Alma Tadema tant les scènes semblaient sortir tout droit des tableaux dudit peintre dont l'oeuvre comporte beaucoup de scènes antiques imaginées à partir de fresques antiques notamment de la Villa des Merveilles à Pompeï. Cela donne un très beau et très élégant résultat. Les choeurs de cet ouvrage sont d'une grande beauté. Ceux qui commencent l'opéra ont des accents quasi de chants liturgiques (Saint-Saëns voulait au départ composer un oratorio). Dalila a beaucoup de classe et ses airs célèbres sont bien rendus musicalement. Domingo est... Domingo! On ne peut pas ne pas le voir. Mais, car il y a deux "mais" au moins... la prononciation du français est très mauvaise (y compris celle de Domingo en 1981) ce qui gêne beaucoup et, pour corser le tout, il n'y a pas de sous-titres en français ce qui gêne aussi beaucoup. Pourquoi me pencher sur cet enregistrement du passé? C'est simple, MN Lemieux va chanter Dalila ces prochains jours et je pourrai ainsi entendre ce qui a changé dans la conception musicale de l'oeuvre. Cette version-ci est tout à fait regardable (en 4/3) et de très bonne tenue vocalement et peut servir de base à des comparaisons.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Malgré son âge, plus de 30 ans, cet enregistrement demeure à mon avis la référence absolue par la qualité de ses 2 interprètes principaux, à commencer par Shirley Verrett magnifique à tous points de vue, et Placido Domingo qui est son digne partenaire. Tous deux expriment le Français de manière intelligible (donc pas besoin de sous-titres), ce qui n’est par exemple pas le cas de J. Vickers dans un autre enregistrement. La qualité technique du DVD est bonne, bien entendu l’écran est en 4/3, le son seulement stéréo, ceux qui exigent le Blue-Ray et le DTS devront attendre, peut-être longtemps, pour avoir un enregistrement de cette qualité musicale.
Shirley Verrett est incomparable dans ce rôle par sa présence scénique, sa stature, mais surtout par la qualité spéciale de sa voix de mezzo, son timbre, la chaleur et la couleur de son grave. Tout en elle est enjôleur ; elle respire la sensualité dans l’acte 2 magnifique, et notamment dans le célèbre air « mon cœur s’ouvre à ta voix » où elle vient distiller de façon perfide son venin d’amour au pauvre Samson sans défense devant une telle séduction. Le final de cet air, dans lequel Placido Domingo la rejoint pour former un duo, est sublime. Toutes les grandes divas ont chanté cet air, voire ce rôle en entier, souvent de magnifique façon comme Callas, Montserrat-Caballé, Jessie Norman ou Elina Garança, je viens de les réécouter, aucune d’elles n’arrive à ce degré d’expression émotionnelle. Son interprétation physique et gestuelle est impressionnante, regardez ses yeux tellement expressifs, sa façon de mouvoir ses bras, ses caresse, c’est irrésistible. Et cette voix m’envoute. Elle a quitté notre monde il y a 2 ans, c’est cet enregistrement que je veux conserver d’elle.
Placido Domingo, en pleine maturité à cette époque, nous donne une interprétation toute en nuance, exprimant longtemps la force par un chant puissant, pour finir avec des expressions plus subtiles en esclave de cet amour incontrôlé que Dalila, perfide, éveille en lui de façon irrémédiable, Dalila soumise comme son peuple, mais qui dégage la force de son désir de vengeance auquel Samson est incapable de faire face, du moins jusqu’au dénouement final.
Le metteur en scène, Nicolas Joël, démontrait déjà tout son talent inné pour nous offrir un spectacle superbe, sur tous les plans, les décors comme les costumes. Même les ensembles qui peuvent dans d’autres réalisations paraitre longs et lourds sont ici parfaitement maîtrisés. Le contraste de caractère entre les Hébreux, austères et fervents d’une part, et les philistins, joyeux et assez insouciants, est bien caractérisé.
Enfin, l’orchestre est totalement au niveau de la qualité des interprètes ; il accompagne tout en douceur ou en force selon les situations. Il maîtrise bien les chœurs qui tiennent une place importante dans cette œuvre initialement conçue comme un oratorio. Il y a beaucoup de musicalité et d’expression dans les préludes et dans les passages chorégraphiques, eux-mêmes superbes, notamment la bacchanale, où les colorations orientales sont très bien rendues, avec un remarquable danseur étoile.
Enfin, le final, accompagné par une partition qui a des ressemblances avec la 9° symphonie de Beethoven, est rendu de manière stupéfiante, on a l’impression que tout le temple s’écroule effectivement sur tous les nombreux acteurs et danseurs présents sur la scène.
99 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il me semble que le site a, comme souvent, commuté certains commentaires qui ne se réfèrent pas à cette version (Opéra de San Francisco 1981), mais à un enregistrement précédent avec Jon Vickers qui n'a rien à voir avec celui-ci, même s'il est tout autant hors de la question.

Quoiqu’il en soit, je suis au regret de ne pas me joindre au concert de louanges général.

Comment peut-on plébisciter cette représentation- catastrophe, où les principaux protagonistes n'ont pas dû consacrer plus de cinq minutes aux répétitions sur scène? Décors dignes d'une boîte de Banania des années 30, Costumes monstrueux (ah, ces clochettes dans la barbe du grand-prêtre ! ah, ces drapés rideaux à bordure Récamier! ah, ces escarpins Eram !), scénographie que l'on qualifiera pudiquement d'indigente, chorégraphie empruntée aux Nuls (on vous recommande la Bacchanale qui ne susciterait pas même l'ire d'un prêcheur presbytérien), tout concourt à l’abomination.

Verrett poitrine et vibre abondamment à la recherche d'un registre confortable, Domingo assure avec l'inusable vaillance et le schématisme qu'on lui connaît, Brendel, teuton à souhait, n'a pas le quart du timbre et de la tessiture de son rôle et Voketaitis est si abominable que l'on se réjouit de le voir si rapidement occis. Le direction de Julius Rudel, au rouleau à pâtisserie, ne laisse de toute façon pas la moindre chance au français improbable des uns et des autres.

L'image, floue et mal éclairée, et le son, truffé de bruits et bourdonnements parasites, renchérissent encore sur l'aspect antédiluvien d'un spectacle (?) qu'il aurait mieux valu garder dans les cartons.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 mai 2007
Oeuvre magnifique. Decors et mise en scene sublimes.

Excellente musique

j'adore cet opera
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Samson Et Dalila
Samson Et Dalila de Vickers (DVD - 2006)
EUR 8,22

Samson et Dalila
Samson et Dalila de Plácido Domingo (DVD - 2004)
EUR 22,00

Samson Et Dalila [(+booklet)]
Samson Et Dalila [(+booklet)] de Camille Saint-Saens (DVD - 2013)
EUR 31,00