Commentaires en ligne


11 évaluations
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le lion et la panthère.
Pour commencer, un avertissement amical aux voyageurs amazoniens en quête d'une représentation de Samson et Dalila méritant l'emplette : il en existe deux, contemporaines (remontant au tout début des années 1980).
Et dans ces deux représentations, une seule et même Dalila : l'incomparable et sublime Shirley Verrett.
Mais il...
Publié le 7 janvier 2013 par Carmen

versus
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 SAINT-SAENS/SAMSON ET DALILA/RUDEL
Il me semble que le site a, comme souvent, commuté certains commentaires qui ne se réfèrent pas à cette version (Opéra de San Francisco 1981), mais à un enregistrement précédent avec Jon Vickers qui n'a rien à voir avec celui-ci, même s'il est tout autant hors de la question.

Quoiqu’il en...
Publié il y a 15 mois par brissaud


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le lion et la panthère., 7 janvier 2013
Par 
Carmen (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
Pour commencer, un avertissement amical aux voyageurs amazoniens en quête d'une représentation de Samson et Dalila méritant l'emplette : il en existe deux, contemporaines (remontant au tout début des années 1980).
Et dans ces deux représentations, une seule et même Dalila : l'incomparable et sublime Shirley Verrett.
Mais il s'agit bien de deux représentations totalement distinctes, l'une avec le Samson de Placido Domingo, l'autre avec le Samson de Jon Vickers.
Pourtant, si vous cherchez l'une, vous trouverez les commentaires destinés à l'autre, et si c'est l'autre que vous cherchez, vous trouverez les commentaires destinés à l'une...
Un mêli-mêlo qui heurte la raison mais qui a surtout l'irritant défaut d'induire les visiteurs en erreur.
La réponse donnée par le site à mon alerte aurait sa place dans une petite encyclopédie de l'absurdité ordinaire...
D'où cet avertissement pour épargner à autrui une confusion entre le Samson de Placido Domingo et le Samson de Jon Vickers.
Comme s'ils pouvaient être confondus au motif qu'ils sont pris dans les griffes de la même Dalila...
Ici, c'est du Samson de Jon Vickers qu'il s'agit.
Nous sommes à Covent Garden, au mois de janvier 1981.
Œuvre éminemment française, représentation entièrement anglo-saxonne.
D'abord parler de la direction aussi rigoureuse qu'amoureuse de Colin Davis, ce chef anglais qui a si bien servi la cause de la musique française (on lui doit tout Berlioz).
Il est ici chez lui, on l'entend depuis l'admirable introduction orchestrale de l'opéra jusqu'au fracas de l'écroulement du temple.
La mise en scène est "d'époque" mais elle résiste à l'épreuve du temps.
Une mise en scène picturale : chacun des trois actes est placé sous l'égide de beaux tableaux symboliques - la main divine qui punit et qui sauve, le corps lascif de la femme qui incarne le désir irrépressible et la culpabilité tragique de Samson, l'agneau sacrificiel qui annonce l'hécatombe finale -.
Tous les chanteurs sont à la hauteur de cette très belle représentation de Samson et Dalila, sans exception.
Dalila...
Celle que Camille Saint-Saëns a si bien servie en la plaçant au cœur du drame et en composant pour elle une collection d'airs magnifiques.
Après Rita Gorr (partenaire de Jon Vickers en 1963 dans un enregistrement discographique indispensable de cette œuvre, sous la direction de Georges Prêtre, EMI) et Maria Callas (récitals français), Shirley Verrett est Dalila et je m'associe entièrement à ce qu'en dit notre ami Laneton dans son commentaire de l'autre représentation.
Au même niveau d'exception que sa somptueuse partenaire, Jon Vickers est Samson.
Oui, il a du mal avec la prononciation du français, on le sait.
Est-il le seul chanteur anglophone à éprouver cette difficulté ?
Certes non.
Mais il est l'unique Jon Vickers.
La voix de l'âme.
L'émotion faite voix, la voix faite émotion.
L'art du chant.
Jon Vickers est unique dans son aptitude à incarner en toute véracité un rôle qui oscille entre la puissance herculéenne et l'infini dénuement.
Jon Vickers bute parfois devant l'obstacle de voyelles et de diphtongues trop françaises pour lui mais il est un artiste d'exception, un tragédien lyrique hors normes, Jon Vickers est Samson.
À l'instant des saluts, une belle image : Jon Vickers, épuisé mais radieux, étreint Shirley Verrett avec un sourire fraternel et affectueux, il est cet homme, né le 29 octobre 1926, qui a servi son art comme il croit en Dieu, avec ferveur et humilité.
Samson et Dalila, Jon et Shirley, le lion et la panthère, ensemble splendides.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Beau spectacle, 20 décembre 2014
Par 
Amazon clientèle "Lydie D" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981) (DVD)
Je ne comprends pas pourquoi un commentateur parle de J. Vickers alors que le rôle de Samson est tenu ici par P. Domingo? Mystère! Passons. Nous avons affaire ici à une production à grands spectacle avec force décors façon carton pâte et de beaux costumes. Au début du second acte, j'ai cru voir s'animer des peintures de Lawrence Alma Tadema tant les scènes semblaient sortir tout droit des tableaux dudit peintre dont l'oeuvre comporte beaucoup de scènes antiques imaginées à partir de fresques antiques notamment de la Villa des Merveilles à Pompeï. Cela donne un très beau et très élégant résultat. Les choeurs de cet ouvrage sont d'une grande beauté. Ceux qui commencent l'opéra ont des accents quasi de chants liturgiques (Saint-Saëns voulait au départ composer un oratorio). Dalila a beaucoup de classe et ses airs célèbres sont bien rendus musicalement. Domingo est... Domingo! On ne peut pas ne pas le voir. Mais, car il y a deux "mais" au moins... la prononciation du français est très mauvaise (y compris celle de Domingo en 1981) ce qui gêne beaucoup et, pour corser le tout, il n'y a pas de sous-titres en français ce qui gêne aussi beaucoup. Pourquoi me pencher sur cet enregistrement du passé? C'est simple, MN Lemieux va chanter Dalila ces prochains jours et je pourrai ainsi entendre ce qui a changé dans la conception musicale de l'oeuvre. Cette version-ci est tout à fait regardable (en 4/3) et de très bonne tenue vocalement et peut servir de base à des comparaisons.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Dalila de rêve, 2 septembre 2012
Par 
Laneton "Jip" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981) (DVD)
Malgré son âge, plus de 30 ans, cet enregistrement demeure à mon avis la référence absolue par la qualité de ses 2 interprètes principaux, à commencer par Shirley Verrett magnifique à tous points de vue, et Placido Domingo qui est son digne partenaire. Tous deux expriment le Français de manière intelligible (donc pas besoin de sous-titres), ce qui n’est par exemple pas le cas de J. Vickers dans un autre enregistrement. La qualité technique du DVD est bonne, bien entendu l’écran est en 4/3, le son seulement stéréo, ceux qui exigent le Blue-Ray et le DTS devront attendre, peut-être longtemps, pour avoir un enregistrement de cette qualité musicale.
Shirley Verrett est incomparable dans ce rôle par sa présence scénique, sa stature, mais surtout par la qualité spéciale de sa voix de mezzo, son timbre, la chaleur et la couleur de son grave. Tout en elle est enjôleur ; elle respire la sensualité dans l’acte 2 magnifique, et notamment dans le célèbre air « mon cœur s’ouvre à ta voix » où elle vient distiller de façon perfide son venin d’amour au pauvre Samson sans défense devant une telle séduction. Le final de cet air, dans lequel Placido Domingo la rejoint pour former un duo, est sublime. Toutes les grandes divas ont chanté cet air, voire ce rôle en entier, souvent de magnifique façon comme Callas, Montserrat-Caballé, Jessie Norman ou Elina Garança, je viens de les réécouter, aucune d’elles n’arrive à ce degré d’expression émotionnelle. Son interprétation physique et gestuelle est impressionnante, regardez ses yeux tellement expressifs, sa façon de mouvoir ses bras, ses caresse, c’est irrésistible. Et cette voix m’envoute. Elle a quitté notre monde il y a 2 ans, c’est cet enregistrement que je veux conserver d’elle.
Placido Domingo, en pleine maturité à cette époque, nous donne une interprétation toute en nuance, exprimant longtemps la force par un chant puissant, pour finir avec des expressions plus subtiles en esclave de cet amour incontrôlé que Dalila, perfide, éveille en lui de façon irrémédiable, Dalila soumise comme son peuple, mais qui dégage la force de son désir de vengeance auquel Samson est incapable de faire face, du moins jusqu’au dénouement final.
Le metteur en scène, Nicolas Joël, démontrait déjà tout son talent inné pour nous offrir un spectacle superbe, sur tous les plans, les décors comme les costumes. Même les ensembles qui peuvent dans d’autres réalisations paraitre longs et lourds sont ici parfaitement maîtrisés. Le contraste de caractère entre les Hébreux, austères et fervents d’une part, et les philistins, joyeux et assez insouciants, est bien caractérisé.
Enfin, l’orchestre est totalement au niveau de la qualité des interprètes ; il accompagne tout en douceur ou en force selon les situations. Il maîtrise bien les chœurs qui tiennent une place importante dans cette œuvre initialement conçue comme un oratorio. Il y a beaucoup de musicalité et d’expression dans les préludes et dans les passages chorégraphiques, eux-mêmes superbes, notamment la bacchanale, où les colorations orientales sont très bien rendues, avec un remarquable danseur étoile.
Enfin, le final, accompagné par une partition qui a des ressemblances avec la 9° symphonie de Beethoven, est rendu de manière stupéfiante, on a l’impression que tout le temple s’écroule effectivement sur tous les nombreux acteurs et danseurs présents sur la scène.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une référence pour un des plus beaux opéras français, 7 juin 2012
Par 
Lamouche Jean-Luc (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
C'est en 1981 qu'eut lieu cette captation de l'opéra "Samson et Dalila" (créé en 1877), œuvre en trois actes de Camille Saint-Saëns (1835-1921). Cela se passait au célèbre Covent Garden de Londres, avec une pléiade d'interprètes d'un très haut niveau international : le grand ténor "héroïque" canadien Jon Vickers, la mezzo-soprano afro-américaine Shirley Verrett, et le très connu chef d'orchestre britannique Colin Davis - à la tête du Royal Opera Chorus et de l'Orchestre du Royal Opera House, Covent Garden, une des plus grandes formations des maisons lyriques du circuit international.
La première valeur de cette représentation réside dans les performances de Jon Vickers (Samson) et de Shirley Verrett (Dalila). Tous les deux sont des solistes remarquables et des tragédiens de qualité. Il y a avant tout leur fameux duo de l'Acte II (dans la demeure de Dalila, vers la vallée de Sorek). Les deux interprètes nous livrent là un magnifique "Mon cœur s'ouvre à ta voix", plein de tendresse et de sensualité. Ils disposent entièrement de la tessiture de leur(s) rôle(s) et ont la crédibilité physique de leur(s) personnage(s). Ajoutons que Vickers est très impressionnant à l'Acte III, pour la scène de "l'air de la meule", et lorsqu'à la fin de l'œuvre il fait écrouler le temple du dieu Dagon. Quant à Verrett, elle nous a donné, au préalable, les deux superbes airs que sont : "Printemps qui commence" (Acte I), et "Amour, viens aider ma faiblesse" (Acte II) - deux beaux airs du répertoire pour mezzo-soprano.
Les autres secteurs de cette production sont à la hauteur : d'abord, Colin Davis, dirigeant de main de maître l'Orchestre et les Chœurs de l'Opéra londonien. Ensuite, les autres solistes : essentiellement le baryton Jonathan Summers (Grand-Prêtre de Dagon) et la basse Gwynne Howell (Vieillard Hébreux). Puis, la mise en scène, classique, sans être trop conventionnelle : on reste dans le cadre du contexte tiré de la Bible, avec des costumes traditionnels, des décors sobres (praticables, tentures colorées, colonnes du temple de Dagon), et une direction d'acteurs efficace. Il y a aussi de belles chorégraphies, de type orientales ; ainsi, lors de la fameuse page symphonique dite "Bacchanale" (Acte III). Toutefois, au plan technique, si la prise de son est de qualité, le rendu des images et des couleurs laisse à désirer, cette captation ayant été réalisée quinze ans avant l'ère numérique des DVD.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 historique, 22 décembre 2006
Par 
Emilien (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
A la place du Samson historique qu'incarne Vickers, je n'ai qu'une envie, c'est de me laisser séduire; Ce monument est complètement indispensable; Shirley Verret est comparable à Maria Callas dans Norma ou Flagstadt dans Isolde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 SAINT-SAENS/SAMSON ET DALILA/RUDEL, 25 avril 2014
Par 
brissaud (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981) (DVD)
Il me semble que le site a, comme souvent, commuté certains commentaires qui ne se réfèrent pas à cette version (Opéra de San Francisco 1981), mais à un enregistrement précédent avec Jon Vickers qui n'a rien à voir avec celui-ci, même s'il est tout autant hors de la question.

Quoiqu’il en soit, je suis au regret de ne pas me joindre au concert de louanges général.

Comment peut-on plébisciter cette représentation- catastrophe, où les principaux protagonistes n'ont pas dû consacrer plus de cinq minutes aux répétitions sur scène? Décors dignes d'une boîte de Banania des années 30, Costumes monstrueux (ah, ces clochettes dans la barbe du grand-prêtre ! ah, ces drapés rideaux à bordure Récamier! ah, ces escarpins Eram !), scénographie que l'on qualifiera pudiquement d'indigente, chorégraphie empruntée aux Nuls (on vous recommande la Bacchanale qui ne susciterait pas même l'ire d'un prêcheur presbytérien), tout concourt à l’abomination.

Verrett poitrine et vibre abondamment à la recherche d'un registre confortable, Domingo assure avec l'inusable vaillance et le schématisme qu'on lui connaît, Brendel, teuton à souhait, n'a pas le quart du timbre et de la tessiture de son rôle et Voketaitis est si abominable que l'on se réjouit de le voir si rapidement occis. Le direction de Julius Rudel, au rouleau à pâtisserie, ne laisse de toute façon pas la moindre chance au français improbable des uns et des autres.

L'image, floue et mal éclairée, et le son, truffé de bruits et bourdonnements parasites, renchérissent encore sur l'aspect antédiluvien d'un spectacle (?) qu'il aurait mieux valu garder dans les cartons.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille, 21 septembre 2012
Par 
Yves Lebrec "amoureux du Bel Canto" (Le Coudray, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
Magnifique opéra admirablement servi. Tout y est : mise en scène, voix, diction.......
A choisir impérativement !
On est toujours séduit par la musique de Saint-Saëns, exaltant les passions, caressant la tendresse.... Rien que "mon coeur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux rayons de l'aurore", et vous avez un avant-gout du paradis et de la grâce, et là nos chanteurs portent la partition avec conviction et bonheur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 SAMSON, 13 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
Excellent DVD qui permet de retrouver deux " grandes voix " du 20ème siècle.
J'ai reçu très rapidement cet article ( comme d'habitude )et je n'ai pas été déçu par sa qualité ( image et son )
Le prix très attractif a commplété ma satisfaction
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Diva a quitté Samson, 12 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samson Et Dalila (DVD)
LE rôle phare de cette magnifique Shirley Verret qui vient de nous quitter. Son départ nous rend cet opéra encore plus cher.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 samson et dalila, 9 mai 2007
Par 
Pennati (st thibault) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981) (DVD)
Oeuvre magnifique. Decors et mise en scene sublimes.

Excellente musique

j'adore cet opera
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981)
Camille Saint-Saëns : Samson et Dalila (1981) de Placido Domingo (DVD - 2001)
EUR 17,99
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit