undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles22
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 mars 2003
Un album essentiel dans la discographie de Frank Zappa. Sans doute, celui où il réussit à mieux réunier sa liberté et un son grand public. Mais ne croyez pas qu'il y ait fait des compromis, non c'est du très grand Zappa. Essayez d'écouter un album de Magma juste après Hot Rats et soyez frappés par l'impression identique qui s'en dégage malgré les apparences.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2004
Frank Zappa, près de 25 années de carrière, une discographie pour le moins étoffée, et peu, très peu de fausses notes, mais bon nombre de pépites musicales, à l'image de ce Hot Rats qui surprend peut-être encore davantage aujourdhui par sa fraîcheur, sachant qu'il date de la fin des sixties.
Il faut dire qu'en introduisant son album par une compo aussi incroyable que "Peaches En Regalia", Frank avait mis toutes les chances de son côté. Ce titre, bien que relativement court, reste l'une des meilleures compos du génie guitariste.
Que dire de la suite ? Qu'il s'agisse de l'épique "Gumbo Variations", des Jazz fantaisistes de "Little Umbrellas" ou "It must be a Camel", ou encore de "Son of Mr Green Genes" et son génial solo guitare qui s'étale comme un tapis roulant pendant près de 9 minutes, on est là en présence de l'un de ces disques cultes de l'histoire du rock, qu'il soit progressif ou non.
Si il n'y avait qu'un disque à retenir de la prolifique carrière de Frank Zappa, ce serait celui là que je vous ferais écouter.
Sans contexte un inévitable et incontournable chef d'oeuvre.
22 commentaires|30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2012
Cette version (2012) est la version originale (tirée de la bande d'origine de 1969), contrairement à celle de 1993 (traffiquée).
Du coup c'est un autre "mix" et un autre son. Gumbo variation n'a pas la même durée que la version de 1993. J'aime bien les deux donc du coup je garde les deux versions.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2011
CHRONIQUE DE FRANCIS VINCENT MAGAZINE ROCK&FOLK MARS 1979 N° 146 Page 72
7° Album 1969 33T Réf : WEA 44078 ou Reprise RS 6356
"Hots Rats" est une rupture complète avec la précédente période, marquée par les excentricités théâtrales sur scène et le happening musical permanent sur les disques. Ici la musique est contrôlée de bout en bout, ne laissant aucune place aux délires "free". Pas d'audaces nouvelles, donc, mais une "mise en place" dont la nouveauté est alors audacieuse ; doter la musique pop d'un certain "classicisme" proche de la musique de chambre. Ce n'est plus la provocation qui frappe l'oreille, mais le foisonnement des orchestrations qui séduit, fruit d'un intense travail de mixage en studio. Les arrangements sont fouillés, sans effets tapageurs. Presque somptueux dans "Peaches en regalia"
et "Son of Mr Green Genes", un tantinet exotiques dans "Little umbrellas".
Pour cela, Zappa a dissout les anciens Mothers, à bout de souffle. Et a fait appel à des musiciens venus de la scène Jazz (Ponty), du blues (Shuggy Otis et Sugarcane Harris), qui donnent à l'ensemble une technicité qui lui faisait parfois défaut auparavant. Mais "Hot Rats" est avant tout le résultat de l'étroite et fructueuse collaboration de Zappa et de Ian Underwood, qui a enfin l'occasion de faire montrer de tout son talent de pianiste venu de la musique classique (où il était spécialisé dans Mozart). Ses interventions dans cet album sont admirables, notamment le solo de saxophone (il est poly-instrumentiste) de "Gumbo variations" où passe le souffle de Sony Rollins.
"Willie the pimp" est LE morceau du disque, avec une introduction chantée par Don VanVliet (Captain Beefheart) et un solo INFINI de Zappa à la guitare. Laissons Phil Manzanera, guitariste de Roxy Music, cité par Alain Dister, dans son livre sur Zappa, nous en parler :
Son solo sur "Willie the pimp" semble vouloir durer éternellement. J'ai essayé de jouer en même temps que lui sur ce tempo et j'ai dû m'arrêter, épuisé. Zappa a doublé le nombre de notes dans l'octave qu'un guitariste peut jouer. Il a ajouté des cinquièmes et des neuvièmes et rend la trame mélodique presque douce. Et pour l'empêcher de trop le devenir, il a ajouté de la wah-wah et l'a courbée.

Rajoutée le 31 Décembre 2014
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK JANVIER 1970 N°36 Page 75
Le premier Zappa en soliste. On attendait avec impatience ce qu'allait faire celui que je considère comme le visionnaire, et qui imprimera sa marque indélébile, quoi qu'il arrive, sur toute l'histoire de la pop music. Si Zappa a su s'entourer de fortes personnalités musicales comme Captain Beefheart, Jean Luc Ponty, ou son ex-compagnon Ian Underwood, sa monstrueuse présence domine. Sous sa conduite, la musique explose, comme une incohérence féconde : toute une succession de ruptures, de désharmonies, vient se fondre dans une fête des sons ivres. Deux morceaux ("Willie The Pimp"", "The Gumbo Variation") se détachent incontestablement, où l'on note la présence d'un étonnant violoniste, Sugar Cane Harris, qui contrairement à Jean Luc Ponty presque déphasé, épouse les formes en délire des compositions de Zappa. Ce disque est aussi la confirmation d'une vérité cruellement ignorée : à savoir que Zappa n'est pas qu'un génial chef d'orchestre, mais un instrumentiste à l'imagination féconde. La surface plane de cette musique semble, à la première écoute, sans excès, très rythmée. Et pourtant, on s'aperçoit bien vite de l'ingénieuse combinaison des interférences sonores. Ainsi les différentes interventions de Ian Underwood au piano, à l'orgue ou aux différents saxophones. L'impression de vertige est soigneusement dissimulée sous une apparence trompeuse. Peut être est-ce là la leçon que Zappa a tirée de son échec, avec les Mothers Of Invention, auprès du grand public; rendre ce qui est important séduisant de prime abord; Le vernis s'étant estompé, restera l'important. Cet acte musical ne l'inscrit aucunement en porte-à-faux, mais plutôt comme une redéfinition tactique dans un combat toujours recommencé.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2010
Assuremment un des "must" de Zappa et certainement son disque le plus accessible de cette période, sans jamais tomber dans la facilité. Toutes les compositions sont magnifiques, extremement bien construites avec un plus pour le morceau d' ouverture "Peaches in regalia". Un disque que tout amateur de musique "riche" se doit de posséder dans sa "CDthèque"
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2010
J'ai commencé à apprendre à connaitre Franck Zappa au travers d'un Best Of. Très bien ... Mais pas du tout axé découverte ce Best Of, plutôt zappé le Zappa rock/jazz/instrumental. Donc arrêtons de tergiverser. A tous ceux qui souhaitent s'en mettre plein les oreilles, portez votre choix sur celui-là!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2005
Vous qui prenez Frank Zappa pour un obscur fumiste d'un autre âge, un comique dont l'humour newyorkais nécéssite 10 ans d'expatriation pour être compris, achetez ce CD les yeux fermés: c'est un chef d'oeuvre et vous serz séduit. Tous les morceaux sont instrumentaux, donc votre anglais pourra rester rouillé. La musique est tout à fait accéssible, il n'y a pas de jazz poussièreux, pas de musique atonale, pas de fonds de tirroir. Zappa a montré dans cet album sa virtuosité de compositeur. 'Peaches en Regalia' est le meilleur morceau de Zappa. Une dynamique formidable qui n'a pas pris une ride en 35 ans! 'Gumbo Variations', 'Little Umbrellas' et 'It must be a Camel' sont des morceaux en or, jazzy, funky, rock. 'Son of Mr Green Genes' est réputé pour son solo de guitare interminable, apparemment le plus long de l'histoire du rock... Zappa sur scène en déroulait de semblables.
L'album de Zappa par lequel vous allez commencer (ensuite vous remonterez le temps vers Waka Jawaka et Absolutely Free), ensuite quand votre anglais sera dérouillé, n'hesitez pas, plongez dans Joe's Garage, plus moderne et drôle.
Paix à ton âme, Frank.
22 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2003
difficile de critiquer cet album dans lequel chacun des morceaux est une réussite totale et réalise l'alliance du meilleur de l'esthétique de Frank Zappa : sa science de la composition et de l'improvisation, son sens de la mise en scène musicale, son talent de recruteur (sugarcane harris, ian underwood,..), son humour. a priori, une synthèse essentielle, réussie et cohérente de l'univers personnel que zappa a constitué durant ses années de formation. Blues rock, énergie bouillonnante et folklore imaginaire. Un souvenir d'enfance et d'adolescence de fz
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2014
Sorti en 1969 cet album du génial Zappa paraît dans une période très Pop Rock marquée par l'apogée débutante des grands groupes américains et britaniques de l'époque. Avec Franck Zappa on est donc a contre courant, on intellectualise la musique, on la rend fine et subtile, on y ajoute la virtuosité instrumentale de ce guitariste de génie, peut-être le plus grand de tous les temps, Zappa donne ici une nouvelle direction à la musique de son époque, plus instrumentale, plus brillante et plus libre peut-être, elle influencera de nombreux musiciens parmi lesquels le violoniste français Jean-Luc Ponty. Franck Zappa est de ces musiciens qui laisseront à jamais une trace indélébile dans la musique contemporaine. Chapeau l'artiste !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2013
Disque au combien novateur lors de sa publication ; sa qualité réside dans sa fusion judicieuse - et réussie - entre jazz, rock et psychédélisme ("psyché" pour les sonorités feutrées inhérentes à l'univers Zappa). Le génie moustachu arrive à créer une univers atypique mêlant habilement plages oniriques: "peaches in regalia" - à d'autres exaltées et jubilatoires: "The Gumbo's variations" - où se livre d'incessants solis de sax&guitares. Un disque idéal pour le néophyte en matière de jazz ; il constitue également une bonne porte d'entrée pour découvrir Zappa.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,88 €
12,35 €
12,35 €