undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
A Night At Birdland Vol.1
Format: CDModifier
Prix:7,62 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 20 septembre 2004
Il faudrait 10 étoiles pour noter ce disque à sa juste valeur !
C'est peut-être le témoignage le plus vivant et le plus brillant d'une soirée dans un club de Jazz durant les fastes années 50.
Un monument de Jazz hard-bop avec les musiciens les plus représentatifs de ce style : Horace Silver, Art Blakey, Lou Donaldson et le génie qui illumine cette soirée, Clifford Brown.
Un pur moment de plaisir pour tout jazz-fan.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 janvier 2011
Dès l'annonce des protagonistes par le présentateur attitré du Birdland Pee Wee Marquette l'on sait qu'on va écouter un grand moment. De sa voix aigrelette, il annonce : «Art Blakey wonderful group... a new trumpet sensation Clifford Brown , Lou Donaldson on alto; Horace Siver on piano; Curly Russell on bass ». Tout ce beau monde constitue les premiers Jazz Messengers (qui ne porte pas encore ce nom) sous la conduite conjointe du dynamique Art Blakey et du talentueux Horace Siver. Quelle prestation! Ils donnent tout lors de ces sets enregistrés le 21 février 1954. Le sommet du hard bop! Dès le premier morceau "Split Kick" on est pris par la musique: Clifford et Lou rivalisent d'inventivité. "Once in a while" démarre par une admirable intro de Clifford, en ballade puis sur divers rythmes, tout cela semble d'une facilité déconcertante pour lui, pas une note de trop. Quel trompettiste! Un "Quicksiver" à la vitesse du TGV fait la part belle à son auteur Horace Silver... Chaque morceau est un régal. Ces premiers Messengers étaient géniaux en particulier Silver et Clifford ; Lou Donaldson me semble bien meilleur que sur ses disques en leader. Art Blakey sait mettre le feu comme sur "Night in Tunisia" ou "Mayreh". Une fois le volume 1 écouté, on se précipite pour acquérir la suite A Night At Birdland Volume 2 afin de continuer à se régaler.
Deux disques à avoir, à écouter et à réécouter. Hors catégorie
review image review image
1818 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Moanin'
Moanin' de Art Blakey (CD - 1999)

Au Club St. Germain 1958
Au Club St. Germain 1958 de Art Blakey (CD - 1991)

A Night At Birdland Vol.2 (RVG Edition)
A Night At Birdland Vol.2 (RVG Edition) de Clifford Brown & Max Roach (CD - 2001)