undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

9
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

12 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 décembre 2007
Ferenc Fricsay nous offre une version à la fois très personnelle de la Neuvième de Dvorak mais aussi dénuée de la moindre tentation narcissique, cherchant davantage à mettre en lumière la musique que son excellente technique orchestrale. Son Art consommé du raffinement sert à merveille sa vision d'une puissance expressive et narrative saisissantes. Chaque pupitre chante à merveille, avec pudeur mais aussi beaucoup d'implication. Plus contemplative que beaucoup d'autres qui préfèrent favoriser l'aspect le plus fulgurant de l'oeuvre (Bernstein, dans une version ultra-contrastée mais aussi tournant un peu à vide). L'Allegro molto initial avance bien mais jamais il n'est précipité : du coup, il en ressort une admirable lisibilité générale de l'orchestre. Le Largo, pris dans un tempo très lent, mais magnifiquement tenu, chante magnifiiquement. Le Cor Anglais est bouleversant et le climat général du mouvement m'émeut très profondément. Arrive le scherzo, le mouvement le plus décevant : on retrouve toutes les qualités précitées, mais le tempo général me paraît trop sage. Mais cela n'aurait-il pas nui à la conception globale du chef que le parti pris soit autre. Malgré l'opulence des sonorités, sa conception est plus apolinienne que dyonisiaque. Quant au finale, la furia des premières mesures se fait le moteur de ce qui suit. Cette version très pensée et supérieurement dominée prend la tête d'une abondante discographie. Les compléments ne sont pas sans intérêt : une Moldau d'anthologie, d'une exquise fluidité mélodique, d'une insigne poésie et d'une grandeur écrasante. Le sens des couleurs de Fricsay fait à nouveau merveille. Quant aux Préludes de Liszt, oeuvre de moindre intérêt, Fricsay fait ce qu'il peut pour sauver l'oeuvre du naufrage ... et y arrive. Un très grand disque d'un génie trop tôt disparu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La 9 ème de Dvorak, entendue, comme la Moldau, il y a tellement longtemps, qu'elles ont grandi avec moi....Les Préludes de Lizst....Là on est chez Hugo, celui de "La Légende des Siècles" plutôt que chez Lamartine (Lizst et Lamartine....Le Volcan et le Pâle Romantique...

Dans tous les cas, on se trouve à l'heure de l'explosions des Cultures Nationales maintenues sous le boisseau par l'Empire "MittelEuropa" des Habsbourg....Un Hongrois, deux Tchèques....Le goût de l'universel, l'amour sacré de la Patrie....ça ne suffit pas forcément à faire de la belle musique mis ça peut aider....

En tout cas, de splendides pages symphoniques, chatoyantes, colorées à l'extrême (comme chez Bonnard, Monet ou Van Gogh), brillantes, somptueuses emmenée de baguette de maître par un Ferenc Fricsay magnifique de tempérament....

Par ces temps de grand hiver et de bon froid sec, de quoi se réchauffer à une bonne flamme.....
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La symphonie « Z Nového sveta » d'Antonín Dvorák fut composée en 1892-93 à l'occasion d'un séjour aux Etats-Unis.

Même si l'on peut y déceler l'évocation de chants indiens et de Negro spirituals, cette oeuvre n'est en rien une carte postale de l'Amérique, car l'influence du folklore d'Europe centrale s'y fait tout autant sentir.

Dérivée de la gamme pentatonique et d'archaïques modes hypolydiens, son harmonie particulière lui confère un langage foncièrement original, comme si le compositeur avait voulu dégager le fond commun d'un idiome universel, tel un gage de fraternité entre l'ancien et le nouveau monde.

Ce grand classique du répertoire a été abondamment enregistré, mais Ferenc Fricsay surplombe toute concurrence : intensément dramatique dans l'allegro molto, étreignant d'humanité dans le largo (avec un splendide cor-anglais, beau à pleurer), lyrique et dansant dans le scherzo...

Et quelle puissance dévastatrice dans le célèbre "con fuoco" final : écoutez la rage des contrebasses qui arrachent le crin des archets, ainsi que le rougeoiement des cuivres qui parviennent à se patiner de subtiles couleurs même dans les fortissimos !

Synthétisant spontanément cet impossible équilibre entre la perfection formelle et la sincérité du sentiment, le chef hongrois mène la Philharmonie de Berlin vers des sommets d'éloquence, habitée par une émotion poignante que ni Karajan ni même Kubelik ne retrouveront ultérieurement à ce pupitre quand ils y enregistreront cet opus.

Dans "Les Préludes" de Franz Liszt, poème symphonique d'après Lamartine, Fricsay confère à chaque volet une singulière intensité expressive : pompe de l'allegro marziale, atmosphère bucolique de l'allegro pastorale. Le retour en force de l'andante maestoso atteint une exaltation extraordinaire !

Quant à "La Moldau" de Smetana, elle coule ici à vive allure sans qu'aucun de ses méandres n'échappe à l'attention du maestro, là encore animé d'une inspiration suprême.

Plus encore que d'absolues références discographiques, ces témoignages captés en 1959 (dans une magnifique stéréophonie) sont d'enthousiasmantes et bouleversantes preuves qu'il existe un génie de la direction d'orchestre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2008
Fricsay l'incomparable dans une de ses oeuvres fétiches. Couleurs, vivacité, profondeur : tout y est. Y manque simplement un soupçon d'âpreté que je retrouve davantage encore dans sa 1ère version (DG, avec le RIAS, mono) qui reste, au plus haut niveau, ma préférée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 10 janvier 2013
Articulation, chatoyance, puissance...Voilà un Drame comme Hugo les aurait aimé....Ces Préludes témoignent du volcanisme lizstien....Ce Musicien de la Démesure appliquée à l'Individu...De ce côté des choses son successeur, lors du Siècle d'Acier, sera Prokofiev...

Viennent ensuite les Tchèques...Smetana et sa Moldau déchirante de nostalgie et la vision qu'eût Dvorak du Nouveau Monde. Hommage à l'Energie Vitale...

Fricsay excelle dans ce répertoire de Tempérament comme il brille de tous ces feux dans Beethoven ou Bartok.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 mai 2010
Avec Vaclav TALICH et l'orchestre de Prague, FRICSAY nous livre ici une version de référence de cette 9ème symphonie de Dvorak. Il est vrai que ce chef, trop tôt disparu, ne nous a laissé que des enregistrements inspirés et de ce fait magnifiques, à l'inverse d'un KARAJAN où il faut trier entre le bon et le moins bon. Notamment pour cette symphonie du Nouveau Monde, à mon humble avis, Karajan n'est pas "dans le coup" ! Cet enregistrement de FRICSAY est à recommander sans réserve.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 juin 2010
Le regretté Ferenc Fricsay était un chef vraiment remarquable. Remarquable de simplicité en premier lieu. Lui qui avait débuté sa carrière comme chef de musique d'harmonie s'est hissé au sommet avec la Philarmonie de Berlin. Du talent à l'état pur et une vision frisant la perfection. Ce Dvorak est comme les Beethoven de Fricsay: de la Musique avec un grand M.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 novembre 2013
Dites-moi ! il y a-t-il quelque chose à ajouter à ce diable de Fricsay ? Personnellement , je ne vois-pas bien que la concurrence soit rude mais non destructrice .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 janvier 2014
Parfait comme cadeau, exactement le souhait évoqué. Pour renouveler sa discothèque, en casque ou dans la maison, pour un mélomane.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé