Commentaires en ligne


2 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Brassens demandez le programme Volume 6, 27 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Mécréant (Vol. 6) (CD)
Aprés avoir chanté l'infortune du co** Brassens va nous chanter dans "La Traîtresse" celle, paradoxale en apparence de l'amant. Celui-ci avait jusque là le meilleur rôle. On rit du trompé, jamais du trompeur."
René Fallet.

1) La Traîtresse.
"J'en appelle à la mort, je l'attends sans frayeur
Je n'tiens plus à la vie je cherche un fossoyeur
Qui aurait un'tombe à vendre à n'importe quel prix
J'ai surpris ma maîtresse au bras de son mari
Ma maîtresse, la traîtresse.
..............
................ J'ai surpris ma maîtresse
.................Entrain d'intervertir l'ordre de ses co**s !

Ah, il y va franchement dés sa première chanson de ce disque notre Georges national !
C'est truculent, ne vous privez surtout pas !

2) Tonton Nestor

"Quand la fiancée
Les yeux baissés
Des larmes plein les cils
S'apprêtait à
Dire oui da
À l'officier civil
Qu'est c' qui vous prit
Vieux malappris
D'aller sans retenue
Faire un pinçon
Cruel en son
Éminence charnue"

Et tout au long de cette chanson, il n'arrête pas le tonton Nestor !
Encore une bien délectable et moi aussi je vous le dit tout net !

3) Le bistrot

" Si t'as le bec fin
S'il te faut du vin
D' premièr' classe
Va boire à Passy
Le nectar d'ici
Te dépasse"

Une véritable anthologie des vieux bistros parisiens que Brassens aimait fréquenter et disons le qu'il avait les moyens de fréquenter dans sa jeunesse !
Et cela ne manque pas de "velours".
À la vôtre.

4) Embrasse les tous

"Tu n'es pas de celles qui meurent où elles s'attachent
Tu frottes tes joues à toutes les moustaches
Faut s'lever de bon matin pour voir un ingénu
Qui n'tait pas connue
Entrée libre à n'importe qui dans ta ronde
Coeur d'artichaut tu donnes un feuille à tout l'monde
Jamais se mémoire d'homm' moulin n'avait été
Autant fréquenté
De Pierre à Paul en passant par Jules et Félicien
Embrasse-les tous
Embrasse les tous
Dieu reconnaîtra le sien"

Nous pourrions croire que Georges Brassens n'eut jamais connu de femme fidèle mais voilà ce serait une erreur, enfin .... presque ! Nous pouvons aussi penser qu'il ne tenait pas en place, c'est un peu vrai !

5) La ballade des cimetières.

" J'ai des tombeaux en abondance
Des sépultur's à discrétion
Dans tous les cim'tières d' quelque importance
J'ai ma petite concession
De l'humble terre au mausolée
Avec toujours quelqu'un dedans
J'ai des p'tit's boss's plein les allées
Et je suis triste cependant

Car j'n'en ai pas et ça m'agace
Et ça défrise mon blason
Au cimetièr' du Montparnasse
À quatre pas de ma maison."

Comment réparer cette vilenie, je vous le demande, un détournement d'mineur dans son coron ? Non, il a mieux que tout cela notre Geo !

6) L'enterrement de Verlaine.
Ce poème très fort en émotion de Paul Fort, sans jeux de mots, Brassens va nous le réciter, ému, cela se sent sous ses moustaches, comme s'il avait le coeur gros, mais il l' a .... Vraiment.

7) Germaine Tourangelle.
C'est à nouveau de Paul Fort ce poème, et Brassens le récite avec le coeur :

" Où donc est-il son fin petit nez qui renifle ?
Au Paradis ? eh ! non, cendre au Père-Lachaise."

A découvrir !

8) A Mireille dit "petit verglas"
Toujours de Paul Fort.

"Pardonne-moi, Petit Verglas. Volez les Anges"

" Que c"est bête un poète "

Non,non, non........

9) Pénélope.

"Toi l'épouse modèle le grillon du foyer
Toi qui n'as point d'accroc dans ta robe de mariée
Toi l' intraitable Pénélope
En suivant ton petit bonhomme de bonheur
Ne berces-tu jamais en tout bien tout honneur
De jolies pensées interlopes
De jolies pensées interlopes .

Et bien non, pas un seul mot inécoutable par un enfant en cette chanson, sont-ils cachés quelque part, à vous de voir.

10) L'orage.

"Parlez moi de la pluie et non pas du beau temps
Le beau temps me dégoûte et m'fait grincer les dents
Le bel azur me met en rage Car le plus grand amour qui m'fut donné sur terr'
Je l'dois au mauvais temps je l' dois à Jupiter
Il me tomba d'un ciel d'orage"

Mais Geo nous dit aussi qu'il le doit à Benjamin Franklin, au moindre cumulus mais aux nimbus aussi !
Mais le moindre bout de fer dans cette affaire peut être fatal !

11) Le Mécréant.

Dans cette chanson "le mécréant" c'est Georges lui-même, il se reproche quelques choses....
Par contre on pourrait penser que c'est un sujet d'actualité hollandais, ma foi, lisez cela :

" Y'a tant d'homm's aujourd'hui qui ont un penchant pervers
A prendre obstinément Cupidon à l'envers
Tant d'hommes aujourd'hui dépourvus de leurs virils appas
À ceux qui en ont encor' le les enlevons pas"

Mais elle est de ces chansons que nous ne faisons plus même avec du bois dont on fait des flûtes.

12) Le Verger du Roi Louis.
Sur un poème de Théodore de Banville .

Ce verger du bois Louis est en fait pourvu de fruits que beaucoup de nous (enfin, toutes et tous) n'auraient pas beaucoup aimé goûter ! C'est un peu comme un poème de François Villon mais je ne puis vous en dire plus, vous m'aurez compris... pour l'indécente censure qui nous prive de bien belles paroles sur une balade de gens perchés en haut du verger.

13) Le Temps Passé.

"Dans les comptes d'apothicaire
Vingt ans c'est une somm' de bonheur
.............

Il est toujours joli, le temps passé
Un'fois qu'ils ont cassé leur pipe
On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
Les morts sont tous des braves types..."

Une chanson malheureusement trop réaliste et quand il y a du réalisme, il y a des réalités..... que par forces nous oublions....

14) La fille a cent sous.
"Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous
Ivrogne, immonde, infâme
Un plus soûlaud que moi contre un' pièc' de cent sous
M'avait vendu sa femme"

Alors on lui dit de remballer ses appas car les sacs d'os ça nous regarde pas et qu'on ne veut pas de squelette mais c'est comme dans les sabots crottés d'Hélène, parfois on s'y crève le coeur.

Un beau texte pour terminer ce disque.

Ces chansons furent enregistrées en 1960 et 1961. Et maintenant certains étudiant "planchent" dessus !

Christian.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un de plus..., 10 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Mécréant (Vol. 6) (CD)
Ce n'est pas de mon point de vue le meilleur album de Georges, mais à ce moment de son écriture, il devait avoir du vague à l' âme, mais on y retrouve quand même des perles comme l' Orage ou le bistrot. De toute manière le grand Georges (par le talent) aura marqué de son style la chanson Française à tout jamais que l' on aime ou non.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Mécréant (Vol. 6)
Le Mécréant (Vol. 6) de Georges Brassens (CD - 2011)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit