undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles13
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,85 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 septembre 2002
Troisième création du groupe, Sin after Sin n'est pas l'album le plus connu de Judas Priest.Profitons de sa réédition et d'un fantastique travail de remasterisation pour le redécouvrir.La pochette,pleine de symboles ésotériques,nous plonge dans une atmosphère mystique étrange, et la musique est à l'avenant. C'est Roger Glover, le célèbre bassiste de Deep Purple, qui a produit ce chef-d'oeuvre méconnu.Il s'agit là d'un heavy metal sophistiqué ,certes parfois précieux et ampoulé, en tout cas très éloigné de la démarche plus radicale qui sera celle du groupe dans les années 80. Notons une singulière reprise de Diamonds and Rust, une composition de Joan Baez, ainsi que deux ballades,l'émouvante Last Rose of Summer et la sombre Here come the Tears. Parmi les morceaux rapides, il faut citer le tube Sinner et Starbreaker. N'oublions pas le pugnace Dissident Aggressor, repris plus tard par Slayer. A l'arrivée, un album certes quelque peu daté mais non dénué de charme et indispensable à tous les fans du Priest.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ayant trouvé le son avec un second album aujourd'hui justement considéré comme un classique, Sad Wings Of Destiny, Judas Priest enchaine et consolide une approche et un son qui font d'eux les indéniables géniteurs du heavy metal qui va bientôt secouer la prude Albion via l'historique New Wave of British Heavy Metal avant de conquérir le monde. C'est dire l'importance cruciale de ce Sin After Sin.
Présentement sans batteur, et ayant donc recruté les services du requin Simon Phillips, ils auraient pu plus mal tomber !, pour combler le vide, c'est un Judas Priest déjà largement dégrossi qui entre en studio pour parfaire encore un peu plus ce heavy metal à eux souvent imité depuis. Et si, clairement, nous sommes toujours dans les seventies avec donc quelques tentations de leur période fleurie résurgentes (Diamonds & Rust, une reprise de Joan Baez !, Last Rose of Summer et ses relents patchouli persistants), Sin After Sin a déjà le goût de ce heavy metal racé et tranchant, avec forcément un vocaliste hors-norme (rôle parfaitement endossé par le large registre et l'énergie de Rob Halford) et la quasi-obligatoire paire de guitar-heroes shredders de l'impossible, et un blond et un brun en plus avec Downing et Tipton, rendant l'édifice tellement plus impressionnant. Des preuves ? Un Sinner d'introduction et un Starbreaker qui suit bientôt qui n'auraient, en vérité, besoin que de guitares un peu plus compressées pour définir ce que les 80s nous apporteront. Un Call for the Priest qui, passé son intro seventisante (Let Us Prey), déploie l'artillerie lourde. Même la power-ballad au crescendo palpitant, Here Comes the Tears, qui ne vous évoquera pas au hasard les compositions épiques d'un certain Iron Maiden quelques années plus tard. Et je ne vous parle même pas de Dissident Aggressor (que reprendront d'ailleurs les thrashers angelenos de Slayer), où on est carrément dans le genre d'agression priestienne typique que beaucoup s'évertuent, jusqu'à aujourd'hui, à reproduire. Oui, audiblement, ce Judas Priest là n'a plus que quelques lointaines ressemblances avec celui qui, seulement deux ans et demi plus tôt, sur un Rocka rolla tout sauf remarquable, n'était qu'un des nombreux groupes de hard rock bataillant pour sa petite place au soleil.
Sad Wings of Destiny n'était donc qu'un étape, le groupe en connaîtra d'autres et pas que des meilleures (remember Turbo ?), Sin After Sin en est la concrétisation, l'album mètre étalon d'une formation prête pour la conquête du monde et qui deviendra, de fait, un des plus gros succès du heavy metal... Et, avec Black Sabbath, l'autre mamelle à laquelle, toute génération et sous-genre confondu, tèteront tous les groupes que nous écoutons depuis, rien que ça !

1. Sinner 6:45
2. Diamonds & Rust 3:28
3. Starbreaker 4:49
4. Last Rose of Summer 5:37
5. Let Us Prey/Call For The Priest 6:12
6. Raw Deal 6:00
7. Here Come the Tears 4:36
8. Dissident Aggressor 3:07
Bonus
9. Race with the Devil 3:06
10. Jawbreaker (Live) 4:02

Rob Halford - vocals
K. K. Downing - guitar
Glenn Tipton - guitar
Ian Hill - bass guitar
&
Simon Phillips - drums, percussion
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2016
Avec "killing machine", celui ci est mon coup de cœur pour ce qui concerne la période "avant screaming for vengeance"... Un temps ,allez.. Si mes souvenirs sont bons, que les moins de trente sept ans n' ont pu connaître !!! En souhaitant qu' ils se sont rattrapés...
Troisième album, "sin after sin" représente la palette de ce que sait (et saura) faire le groupe, durant sa longue et belle carrière... Ce disque envoie parfois la patate, mais reste plus rock que hard... Deux ballades et le fameux "diamonds ans rusts" reprise ( sur un tout autre tempo !) a miss Joan BAEZ... Judas priest commence alors à oser, et prendre des risques... Ça leur a plutôt réussi, et ça nous a plutôt servis !!!
17/20
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2009
Je suis en grande partie d'accord,avec les autres commentaires,mais je ne considère pas "SIN AFTER SIN"comme le meilleur album de JUDAS!!
C'est leur troisième opus,il est bon,et sonne plutôt"HARD ROCK" que "HEAVY METAL"
Il y a de très bons titres:SINNER,DIAMONDS AN RUST(reprise de JOAN BEAZ),STARBREAKER....!!!
Mais,il est à mon avis,un cran en-dessous(et même deux)comparé à l'excellent"SAD WINGS OF DESTINY",leur deuxième album!!!
Bon c'est du JUDAS PRIEST,et je suis"Fan" depuis leurs débuts,donc bon album à trois étoiles!!
Deux bonus tracks:Race with the devil(reprise de GUN) et Jawbreaker(Live)
Allez à plus!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2006
Sin After Sin est le premier succés de Priest et ce n'est pas pour rien! A part peut être The last rose Of the Summer un peu plus démonstrative qui rappel quasiment U2 (aucun mal a ça remarquez) et Let Us prey/Call For The Priest un tout petit cran en dessous, il n'y a que de super morceau qui redéfinissent le Heavy Metal, c'est avec ce genre d'album que les Metal Gods peuvent se dire pionnier (et maitre a partir des années 80) du Heavy Metal avec Ozzy Osbourne. Sinner est l'un des meilleurs morceaux du Priest des -70, Diamonds And Rust est encore jouée trente ans plus tard, le riff de Starbreaker annonce définitivement la domination de Judas Priest sur le genre, et surtout, surtout, les trois dernier morceau, Raw Deal est pour sur mon préféré car il est très profond (on commence avec un riff dévastateur et après le break et le solo on entre dans le limite dramatique, somptueux ! ) Here Come The Tears est sans aucun doute la ballade la plus étrange, la plus surprenante et pourtant très puissante de Priest et Dissident Agressor est lui aussi assez spécial, mais la qualité de cette dernière chanson est tout simplement la super inspiration qui l'a construite !

Pour finir, on a deux excellents bonus, Race With The Devil, je ne saurais pas dire d'ou il vient, et un Jawbreaker en live (de Defenders Of The Faith) très réussi (rythmique beaucoup plus vivante, comme toujours chez Priest en live !).

L'album de Priest -70 a avoir donc.

Keep your Metal Faith with The Priest !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2006
Avec ce Sin After Sin (excellement produit par Roger Glover), Judas Priest peaufine son son, devient plus original, malgré son problème à la Spinal Tap de batteur non défini. Quelques "classiques" émaillent ce disque. Sinner pour débutter, la reprise de Joan Baez Diamonds And Rust, l'inquiétant Dissident Agressor... Sur la version remasterisé, on peut retrouver la version du Run With The Devil (titre original de The Gun en 1969...) et la version live de Jawbreaker. Là, j'avoue ne pas trop comprendre, Jawbreaker figurant sur le Defenders Of The Faith de 1984, il aurait été plus sympathique d'avoir une version live d'un des titres de ce Sin After Sin joliment interprêté.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2006
Commencons par les points qui fâchent : Starbreaker, Let Us Prey/Call For The Priest : deux titres parfaitement dispensables, d'autant plus longs à l'écoute qu'ils sont séparés par la jolie mais un peu molle ballade "last rose of summer" ( tout un programme...) .

Alors, pourquoi ces 4 étoiles ? pourquoi en faire le meilleur album de Judas Priest, sans doute le groupe le plus représentatif de ce qu'est le heavy metal traditionnel .

Sinner , peut-être la meilleure chanson du groupe, l'excellente reprise Diamonds and Rust permettent d'entamer l'album sous les meilleurs auspices . Mais le plus monstrueux, c'est l'enchaînement des 3 dernières chansons, de Raw Deal jusqu'à Dissident Aggressor .

Loin des poncifs et de la caricature, le groupe nous pond ici un heavy sophystiqué, frisant parfois le progressif, avec une fluidité impressionnante dans le jeu guitaristique . Souvent torturé, dérangeant son auditeur car repoussant les limites communes au genre.

Vois suraigue d'Halford, mais ca passe. Production impeccable ( durant les années 70, on savait produire correctement ...)

Un album qui vaut ses 4 étoiles parcequ'il dépasse le simple cadre du heavy, capable d'intéresser un plus vaste public .

en bref : GENIAL
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2006
Cet album est un pur joyau de heavy-metal et le meilleur jamais composé par Judas Priest,tout simplement.Les chansons sont à tomber à la renverse: "Sinner","Let us prey/call for the priest" ou la somptueuse ballade "Here come the tears" rien n'est à jeter.
Chaque musicien est à son top surtout Rob Halford qui n'a jamais aussi bien chanté (sans abuser des suraigus comme sur les albums suivants) et le batteur-session Simon Philipps est certainement le meilleur ayant officié au sein du groupe.
Enfin la production de Roger Glover,bassiste de Deep Purple lui confère un côté sombre,psychédélique et intemporel.
Si vous êtes fan de heavy à "l'ancienne" avec une voix lyrique et des solos de tueurs,cet album est pur vous!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2016
Excellent album d'un groupe génial, rempli de pépites, y à rien à jeter, c'est une tuerie qu' il faut obligatoirement posséder!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2014
trés bon album de heavy metal , album que j'ai acheté il y a au moins 25 ans et que j'ai racheté car trés original.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)